La lutte du WSWS contre la censure de Facebook obtient un soutien international

Par Kevin Reed
28 janvier 2021

Vendredi dernier, le «World Socialist Web Site», le Parti de l’égalité socialiste (PES) et l’organisation «International Youth & Students for Social Equality» (IYSSE) ont reçu un soutien massif au niveau international, suivant l’annonce que Facebook avait supprimé les comptes de membres importants du PES et fermé la page de l’IYSSE à l’Université du Michigan.

Le soutien généralisé — lettres adressées au PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, déclarations sur le WSWS, milliers de « likes » et de partages sur les médias sociaux – venant des travailleurs, des jeunes, des journalistes et des professionnels a été un facteur déterminant dans la décision de Facebook de rétablir la page de l’IYSSE et les comptes du PSE.

L’écran de connexion de l’application Facebook (pxfuel.com)

Comme nous l’avons signalé hier, Facebook a rétabli les comptes. Il a affirmé de manière peu convaincante que la purge des socialistes de sa plate-forme, motivée par des raisons politiques, deux jours plus tôt, était le résultat d’un pépin technique. Comme David North, président du comité éditorial international de WSWS, l’a expliqué au Financial Times dans un article publié en première page, lundi: «Même si cette interdiction particulière a été [annulée], c’est un avertissement que nous ne savons pas ce qui peut encore arriver».

Des dizaines de milliers de personnes ont lu au cours du week-end les informations sur la tentative de Facebook de supprimer les opinions socialistes et de gauche sur sa plate-forme, beaucoup d’entre elles provenant de liens partagés par d’autres utilisateurs Facebook. Un post du journaliste et rédacteur du WSWS Andre Damon sur Twitter annonçant que Facebook avait définitivement suspendu la page IYSSE de l’Université du Michigan et les comptes des administrateurs fut bien reçu et les gens l’ont retweeté des milliers de fois.

Ce tweet a également été retweeté par les journalistes Glenn Greenwald, Katie Halper et Matt Taibbi, qui l’ont commenté.

Parmi les lettres envoyées à Zuckerberg pour dénoncer la purge des comptes de l’IYSSE et du PES, on peut citer les suivantes:

John D. Short de la Fédération des Éditions Philtrum: «Depuis un certain temps, j’ai regardé votre serveur de médias sociaux censurer de nombreux contenus qui révèlent les destructions subies par les peuples du Yémen, de Syrie et d’ailleurs, en grande partie de la part de services comme le World Socialist Web Site, et d’autres plate-formes de gauche et anti-guerre… Cela doit cesser, tolérer la fiction et censurer la vérité ne peut être que dangereux».

Emanuele Saccarelli, professeur au département de sciences politiques de l’université d’État de San Diego: «J’ai entendu dire que vous aviez récemment et brusquement éliminé le compte d’une organisation étudiante socialiste, ainsi que les comptes privés de plusieurs de ses membres dirigeants. Quelques jours plus tard, vous les avez informés qu’il s’agissait simplement d’une “erreur d’automatisation”. Quel soulagement! Et dire qu’ils ont d’abord considéré cela comme un acte délibéré de censure politique mené par un conglomérat d’entreprises orwellien. Il n’y a donc rien à voir ici qu’une erreur maladroite commise avec une précision politique chirurgicale par des algorithmes anonymes…»

Ingrid Schreiner, Australie: «J’écris pour protester contre la censure des membres du Parti de l’égalité socialiste et d’autres pages, y compris les pages personnelles de membres de mouvements socialistes. Comment ces personnes ont-elles violé les conditions d’utilisation de Facebook? Ils n’ont pas promu la haine ou la violence de quelque manière que ce soit? Pourquoi ont-elles été censurées? Facebook est une plate-forme pour exprimer nos opinions et pour partager. Voir cela se produire est une attaque contre notre liberté d’expression et met en lumière le caractère injuste et biaisé de Facebook. Ce qui fait apparaître les programmes de contrôle social et de manipulation par “Facebook”? J’exige que vous reveniez immédiatement sur vos actes».

Roger Tinkoff: «… Je suis peut-être un ingénieur en logiciel assez bien loti de Bay Area, mais mon premier emploi d’adolescent était dans une épicerie du Massachusetts où nous étions tous syndiqués. Grâce à cette expérience, je m’identifie et je m’identifierai toujours à un travailleur. Les travailleurs sont les personnes pour lesquelles le WSWS/PES se bat tous les jours, sincèrement et courageusement, et leurs efforts doivent être soutenus et leur capacité à s’organiser par le biais des médias sociaux est cruciale. Facebook emploie sans aucun doute des milliers de personnes tout comme moi, et en faisant taire les voix du WSWS/PES, l’entreprise prend des mesures hostiles à leur encontre également».

Kerby Miller: «En supprimant les comptes des membres du “World Socialist Web Site” et de l’IYSSE, ainsi que des personnes associées à ces organisations, Facebook agit comme s’il était un bras de la classe dirigeante capitaliste, s’engageant dans la censure et supprimant l’exercice de la liberté d’expression, qui est la pierre angulaire absolue d’un gouvernement démocratique. Vous facilitez un nouveau maccarthysme et la progression vers un gouvernement et une société totalitaires, où certains points de vue, surtout de gauche et socialistes, ne se voient pas accorder les mêmes droits que d’autres… En censurant les groupes de gauche et les groupes socialistes, vous ne faites qu’annoncer au monde que la “démocratie” américaine est si fragile qu’elle ne peut pas faire face à une critique honnête et radicale».

Dr Andrew Linder: «… Je suis un partisan de longue date du Parti de l’égalité socialiste et un lecteur assidu du site Internet “World Socialist Web Site”. En tant que chercheur et écrivain indépendant, je passe mes journées sur le net. Je sais avec certitude que le site WSWS attire un lectorat toujours plus nombreux pour la clarté calme et la qualité constante et profonde de ses analyses. Je suis assez âgé pour me souvenir de l’époque où les États-Unis ne toléraient pas la dissidence, pas seulement de la gauche, mais que, Dieu nous aide face aux bandes dessinées, à la musique folk et au rock and roll… J’espère qu’une vague de lettres arrivera sur votre bureau en provenance de voix plus importantes que la mienne. J’y ajoute mon nom».

Carolyn Zaremba: «… Facebook peut censurer les points de vue socialistes à sa guise, oui, mais vous ne pouvez pas censurer les conditions sociales et économiques objectives auxquelles les travailleurs sont confrontés partout dans le monde. Ce sont ces conditions qui poussent les travailleurs à lutter contre le capitalisme: un système économique qui a prouvé à maintes reprises son incapacité à répondre aux besoins de l’humanité et qui est en fait la cause première de la guerre entre les États-nations. Votre acte de censure ne fait rien pour améliorer les conditions de vie de la majorité de l’humanité et ne peut pas empêcher la classe ouvrière de réaliser que c’est le capitalisme qui est la source de ses problèmes…»

Judith Jackson: «Ayant désactivé le compte de groupe de l’IYSSE à l’université du Michigan, ainsi que ceux de ses administrateurs et de membres dirigeants du Parti de l’égalité socialiste, Facebook a rétabli ces comptes lundi. Bien qu’on ait présenté des excuses, on n’a donné aucune explication satisfaisante quant à la raison pour laquelle on a ciblé ces comptes, si ce n’est qu’il s’agissait d’une “erreur d’automatisation”. Étant donné que Facebook emploie plusieurs milliers de personnes pour surveiller les comptes, je ne prends pas cette explication au pied de la lettre…»

D’autres ont envoyé leurs déclarations de soutien au «World Socialist Web Site» et ont également expliqué qu’ils avaient été censurés par Facebook:

James Crump: «Je suis un travailleur clé dans le domaine de la santé mentale au Royaume-Uni. J’aimerais vous exprimer ma solidarité en cette période de censure politiquement motivée par Facebook, avec ses purges de comptes de gauche, en particulier ceux des membres du PSE. Le WSWS est la seule source d’analyse cohérente et régulière d’une perspective socialiste révolutionnaire. Il joue un rôle essentiel et inexpugnable dans l’éducation d’une nouvelle génération de socialistes, dont je fais partie, non seulement, mais surtout en cette période de crise».

Dr Laurie Cestnick: ‘… En novembre 2020, les pages personnelles des 3 administrateurs de la page ont été fermées le même jour à quelques minutes d’intervalle. Aucun d’entre nous n’a jamais spammé et nous gérons une page très propre et respectueuse… il n’y avait aucune raison à cela. Une fois que ma page personnelle a été rétablie, un message est apparu indiquant “Vous n’êtes pas autorisé à créer d’autres groupes avant février 2021”… Je n’avais pas créé de groupe depuis 2015 — mon groupe progressiste, donc c’était extrêmement bizarre. Je ne peux toujours pas poster sur mon PROPRE mur de groupe (lien ci-dessus) et tous les autres administrateurs ne sont toujours pas sur FB. Heureusement, quelques modérateurs sont restés sur la page, mais nous recevons toujours des menaces de FB de nous fermer sans explication. Non seulement je ne peux pas poster sur mon propre mur de groupe, mais je suis un neuro-scientifique et un neuro-psychologue/psychologue et je ne peux même pas poster sur ma propre page que j’ai créée pour aider les enfants atteints d’autisme, de dyslexie, etc.’

Après avoir lu l’article sur la purge des comptes de gauche sur Facebook, un partisan du comité de sécurité de l’usine Faurecia Gladstone de Columbus, dans l’Indiana, a déclaré: «Quelle que soit l’interprétation que vous en faites, cela nie le droit à la liberté d’expression. Je ne vois pas comment ils pensaient que cela allait se passer. C’est une autre façon d’essayer de faire taire la classe ouvrière. Nous en avons assez de cette situation avec COVID-19, et le WSWS dit la vérité. L’élite dirigeante a le droit d’avoir peur de la classe ouvrière. Ils savent que si nous nous unissons, cela signifiera la fin de leur système».

«Ils se sont attaqués à l’IYSSE parce qu’ils savent que si les jeunes s’impliquent dans la classe ouvrière, leur avenir est incertain. C’est ce qui les inquiète. La classe ouvrière et les jeunes s’unissent».

(Article paru d’abord en anglais le 27 janvier 2021)