Facebook rétablit les pages socialistes supprimées et prétend que la purge était une «erreur d’automatisation»

Par Andre Damon
26 janvier 2021

Lundi, suite à de nombreuses protestations, Facebook a rétabli la page de l’«International Youth and Students for Social Equality» (IYSSE – l’Internationale des jeunes et des étudiants pour l’égalité sociale) à l’Université du Michigan (UM), ainsi que les comptes des membres dirigeants de l’IYSSE et du Parti de l’égalité socialiste (PES).

En réponse à des qestions du Financial Times en Grande-Bretagne, Facebook a affirmé que les suppressions étaient le résultat d’une «erreur d’automatisation», ajoutant: «Nous nous excusons pour cette erreur».

Le FT a publié un rapport sur la censure du WSWS par Facebook

Le rétablissement du service est intervenu deux jours après que Facebook ait désactivé ces pages sans explication et sans prévoir de recours. Parmi les pages individuelles supprimées figuraient celles de Genevieve Leigh, secrétaire nationale de l’IYSSE, et de Niles Niemuth, directeur de publication du «World Socialist Web Site» (WSWS) aux États-Unis.

Les déclarations du WSWS dénonçant cette purge politique ont été partagées des milliers de fois sur les réseaux sociaux, en plus d’un flot de lettres et de déclarations de soutien de travailleurs, de jeunes, de journalistes et de professionnels.

Le FT a rapporté la controverse dans un article de première page intitulé «Facebook suscite la colère après avoir fermé des pages socialistes». Le journal a interviewé David North, le président du comité de rédaction international du WSWS, et Chris Marsden, le secrétaire national du PSE (Royaume-Uni).

«Même si on a annulé cette interdiction-là, c’est un avertissement que nous ne savons pas ce qui peut encore arriver», a déclaré David North, cité dans l’article. «Les réseaux sociaux… sont des entreprises privées, mais à tous les égards, ils sont devenus ce qui était auparavant la place du marché», a déclaré Marsden. «Ils utilisent leur pouvoir d’une manière qui est complètement anti-démocratique».

L’affirmation de Facebook que la désactivation de ces comptes n’est due qu’à un problème technique manque entièrement de crédibilité et est manifestement malhonnête. Il est clair que l’entreprise de réseaux sociaux a investi du temps et des ressources pour identifier des membres dirigeants du PES, de l’IYSSE et du WSWS.

Cette affirmation est démentie par les déclarations répétées des responsables de Facebook, tant aux audiences du Congrès que devant des publics militaires, que Facebook cherche délibérément à combattre ce qu’il appelle des points de vue politiques «radicaux».

S’exprimant devant un auditoire de généraux et de responsables du renseignement lors d’une conférence de l’OTAN en 2018, le responsable de la sécurité de Facebook, Alex Stamos, a déclaré: «Nos sociétés vont partout devoir commencer à se faire à l’idée que toutes les informations ne sont pas créées égales». Il a averti que des millions de «personnes qui se sentent ignorées ou opprimées» utilisent Facebook pour «pousser à une politique radicale». Il a appelé ces individus et organisations «des opérateurs d’influence domestique».

Afin de contrôler l’expression sur sa plateforme, Facebook a engagé plus de 20.000 personnes dans son équipe de sécurité et de mise en vigueur; nombre d’entre elles viennent de la police et du renseignement ou travaillent, comme Stamos, dans des groupes de réflexion liés au renseignement.

Le «World Socialist Web Site» exige que Facebook explique pourquoi il a éliminé les comptes de l’IYSSE-UM et les comptes de membres dirigeants du PES.

Quels individus ont participé à la décision de supprimer les pages des membres du PES? Quel a été le rôle des agences gouvernementales américaines dans la décision de Facebook? Facebook a-t-il déjà discuté des activités du PES ou de l’un de ses membres avec le gouvernement américain? Le gouvernement américain a-t-il fait pression sur Facebook pour qu’il prenne des mesures à l’encontre du PES?

Sans une telle explication, rien ne garantit qu’on n’engagera pas d’autres actions arbitraires et politiquement motivées. Enfin, les excuses de Facebook n’ont aucun sens si elles ne s’accompagnent pas de l’assurance qu’on ne recommencera pas.

Le «World Socialist Web Site» remercie les nombreux lecteurs, sympathisants et journalistes ayant des principes qui ont rendu public l’acte de censure mené par Facebook contre l’IYSSE et le PES et qui ont contribué à le faire annuler. Mais le combat est loin d’être terminé.

Nous demandons instamment à nos lecteurs de:

1. Envoyer des déclarations demandant une explication des actions de Facebook à info@support.facebook.com et zuckerberg@fb.com. Envoyer des copies de vos lettres à comments@wsws.org pour publication sur le «World Socialist Web Site».

2. Partager cette déclaration avec vos amis et collègues et sur les réseaux sociaux, y compris Facebook, Twitter et d’autres plate-formes. Incluez le hashtag #StopCensoringSocialism.

3. Envoyez au WSWS toute information dont vous disposez sur la censure des individus et des publications de gauche par Facebook ou d’autres entreprises de réseaux sociaux; nous pourrons ainsi faire connaître ces attaques et nous y opposer.

(Article paru d’abord en anglais le 26 janvier 2021)