Israël frappe la Syrie alors que la tentative de coup d’État de Trump alimente la menace de guerre au Moyen-Orient

Par Bill Van Auken
9 janvier 2021

Mercredi, les avions de guerre israéliens ont attaqué des cibles près de Damas, frappant apparemment des bases liées aux milices chiites et aux gardiens de la révolution iraniens. Des rapports contradictoires ont fait état de trois à quinze morts et de dégâts matériels importants.

C’est la troisième fois en dix jours seulement qu’Israël mène une attaque aussi provocatrice contre la Syrie. Ces frappes font partie d’une escalade plus large des tensions militaires avec l’Iran qui sont à leur apogée depuis l’assassinat par le Mossad du scientifique nucléaire iranien de haut niveau Mohsen Fakhrizadeh en novembre dernier.

Un ambulancier soigne une femme blessée par des tirs de missiles israéliens dans un hôpital de Damas, en Syrie, mercredi 20 novembre 2019 (SANA via AP)

La menace que ces tensions déclenchent une nouvelle guerre catastrophique au Moyen-Orient qui pourrait impliquer non seulement l’Iran, mais aussi la Russie et la Chine, toutes deux dotées de l’arme nucléaire et ayant des intérêts géostratégiques dans le Golfe persique, n’a jamais été aussi grande.

Cette menace a été intensifiée par les crises politiques parallèles des gouvernements en sursis du président Donald Trump aux États-Unis et du premier ministre Benjamin Netanyahu Netanyahu, qui fait face à sa quatrième élection au cours des deux dernières années en Israël. Tous les deux pourraient chercher une guerre comme instrument pour s’accrocher au pouvoir.

Après sa tentative de coup d’État à Washington, où une foule fasciste a pris d’assaut le Capitole américain, il n’y a aucune raison de douter que Trump utilise sa dernière douzaine de jours au pouvoir pour provoquer un nouveau conflit catastrophique au Moyen-Orient.

Au lendemain des élections du 3 novembre, Trump a convoqué une réunion de son cabinet de sécurité pour discuter d’une proposition visant à lancer des frappes aériennes américaines contre la principale installation nucléaire iranienne à Natanz, une attaque qui pourrait coûter la vie à des milliers de personnes et soumettre de nombreuses autres à un empoisonnement par radiation.

Alors que ses principaux collaborateurs ont dissuadé Trump de commettre ce crime de guerre, Washington a procédé à une escalade continue des menaces militaires contre l’Iran, sous le prétexte de répondre aux menaces que Téhéran utiliserait le premier anniversaire de l’assassinat du haut dirigeant iranien Qassem Suleimani, tué le 3 janvier 2020 par drone, pour lancer des représailles contre les forces et les installations américaines en Irak.

Les États-Unis ont envoyé des bombardiers lourds B-52 au-dessus du golfe Persique à trois reprises en un mois, ce qui équivaut à des préparatifs pour un bombardement de l’Iran. Washington a déployé une armada de la marine américaine – le porte-avions USS Nimitz, un sous-marin à propulsion nucléaire armé de missiles de croisière (USS Georgia) et des navires de guerre – prête à lancer des frappes massives contre l’Iran.

L’ordre extraordinaire donné dimanche dernier par le gouvernement Trump d’annuler la décision de ramener le porte-avions Nimitz à sa base d’origine, et de le renvoyer dans le golfe Persique pour un déploiement indéfini, a mis en évidence les tensions extrêmes au sein du gouvernement et du commandement militaire alors que Trump tente de s’accrocher au pouvoir tout en préparant la guerre au Moyen-Orient.

De nombreux médias ont cité des commandants américains en uniforme qui craignent que Trump ne tente d’impliquer l’armée dans sa tentative de coup d’État en invoquant la loi sur l’insurrection et en imposant la loi martiale sous prétexte d’une guerre dans le golfe Persique et de pertes américaines massives.

En Israël, le gouvernement Netanyahu a non seulement ordonné des attaques continues contre la Syrie, mais a aussi envoyé un sous-marin israélien de classe Dolphin, armé de missiles de croisière potentiellement dotés d’ogives nucléaires, à travers le canal de Suez en direction du golfe Persique.

Le gouvernement Netanyahu a exploité l’annonce par l’Iran qu’il avait repris l’enrichissement de l’uranium à 20 pour cent dans son installation souterraine de Fordo pour affirmer que c’était la preuve que Téhéran suivait la voie des armes nucléaires et menacer une réponse militaire.

Téhéran a insisté sur le fait qu’il n’a pas de telles ambitions et que son programme nucléaire est entièrement de nature civile. L’enrichissement accru fait partie d’une série de mesures prises par Téhéran en réponse à l’abrogation unilatérale par le gouvernement Trump de l’accord nucléaire de 2015 entre l’Iran et les grandes puissances, ainsi qu’à l’échec des gouvernements européens à contester le régime paralysant de sanctions américaines. C’est également vu comme une tentative de Téhéran d’améliorer sa position de négociation avec le nouveau gouvernement Biden aux États-Unis.

Pendant ce temps, Benny Gantz, le ministre de la Défense israélien et ancien allié électoral de Netanyahou est devenu son rival. Il a protesté contre la tentative de Netanyahou d’assumer un contrôle exclusif sur la politique israélienne envers l’Iran, selon le site d’information israélien Walla.

La monopolisation par le premier ministre du contrôle de la politique iranienne d’Israël a été annoncée dans une lettre adressée à Gantz par le chef du Conseil national de sécurité, Meir Ben-Shabbat. Il a aussi envoyé une copie aux chefs des Forces de défense israéliennes (FDI) et du Mossad, ainsi qu’au ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, et à l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Ron Dermer.

Selon Walla, Gantz a répondu avec colère à la lettre en déclarant: «La question de la sécurité et plus particulièrement de l’Iran n’est pas l’affaire personnelle d’un seul homme».

Comme Trump, Nétanyahou a de nombreux motifs politiques pour provoquer une guerre avec l’Iran. S’il se fait évincer de son poste, il sera beaucoup plus vulnérable à des poursuites pour une série d’accusations de corruption. Un conflit militaire majeur pourrait lui donner les moyens de se présenter à la réélection comme premier ministre «en temps de guerre». Son gouvernement a en outre le motif supplémentaire d’utiliser la guerre pour créer des «faits sur le terrain» qui empêcheraient un nouveau gouvernement Biden de rejoindre le traité nucléaire iranien.

Si le danger de guerre est intensifié par les calculs politiques de Trump et de Netanyahou, sa source réside dans la crise insoluble de l’impérialisme américain et sa tentative de rétablir son hégémonie mondiale en déclin par des moyens militaires. La domination sur le Golfe persique est un impératif géostratégique dans le conflit de Washington avec son principal rival mondial, la Chine, qui dépend de la région pour une grande partie de ses ressources énergétiques.

Cette politique militariste se poursuivra quand (et si) Joe Biden est inauguré le 20 janvier comme président des États-Unis. Le nouveau gouvernement, qui comprendra tous les architectes des guerres américaines de changement de régime en Libye et en Syrie, ainsi que du coup d’État de 2014 en Ukraine, sera engagé dans une escalade des menaces de guerre américaines à l’étranger, combinée à une intensification de l’attaque contre les droits et les conditions de la classe ouvrière au pays.

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.