Destituez immédiatement le comploteur Trump!

Par Patrick Martin et David North
7 janvier 2021

Des milliers de partisans de Trump, agissant sous sa direction après un rassemblement devant la Maison-Blanche, ont pris d’assaut le Capitole mercredi après-midi. Ils ont mis fin à la session du Congrès qui devait certifier la défaite de Trump à l’élection présidentielle de 2020.

Il s’agit une insurrection fasciste coordonnée et planifiée. Les partisans de Trump ont franchi les barricades de la police autour du Capitole et ont pénétré dans le bâtiment sans résistance sérieuse. La passivité de la police face à une tentative de s’emparer du Congrès doit être comparée à l’assaut massif des forces de l’ordre contre les manifestants anti-violence policière en juin 2020.

La réaction du président élu Joseph Biden et du Parti démocrate dans son ensemble a été un exemple de couardise politique. Plutôt que de demander la destitution immédiate de Trump et son arrestation, ou la détention de tous les sénateurs et représentants républicains qui ont encouragé cette conspiration, Biden a demandé à Trump de «passer à l’action» et de passer à la télévision.

Quiconque voulant sérieusement empêcher un coup d’État n’exhorte pas le conspirateur en chef à s’adresser à un public national de centaines de millions de personnes.

Cette réponse est pire que lamentable. Elle est criminellement irresponsable. Au milieu d’une tentative de la part de fascistes d’empêcher la certification des résultats d’une élection, Biden laisse le résultat entre les mains du chef conspirateur.

Il faut également noter que des heures se sont écoulées sans qu’aucun dirigeant démocrate ne fasse de déclaration publique appelant le public à stopper les insurgés fascistes.

Trump a préparé ce coup d’État fasciste par ses attaques continuelles contre la légitimité de l’élection de 2020. Il a perdu cette élection par 7 millions de voix et par 306 voix contre 232 au Collège électoral. Il a mobilisé le soutien des républicains au Congrès pour tenter de bloquer la certification de la victoire de Biden lors d’une session conjointe aujourd’hui. En outre, il a directement encouragé l’assaut du Capitole lors de son apparition devant la foule mercredi.

Dans une incitation directe à la violence, Trump a déclaré que la crise politique à Washington n’était plus une question de fraude électorale (présumée), mais de «sécurité nationale » où des règles différentes » s’appliquaient. Il a repris les propos de son avocat Rudy Giuliani qui a déclaré devant la même foule que le conflit politique serait réglé dans un «procès par les armes».

L’assaut a atteint son objectif immédiat, qui a été de stopper la certification des présidentielles. La session conjointe du Congrès convoquée à cet effet parcourait la liste des États par ordre alphabétique. Le Congrès s’est arrêté à l’Arizona lorsque des représentants et des sénateurs républicains se sont opposés à la certification des 11 votes électoraux de cet État en faveur de Biden.

Les événements de Washington ont totalement justifié les avertissements répétés du Parti de l’égalité socialiste et du «World Socialist Web Site». Il était évident depuis des mois que Trump et ses co-conspirateurs auraient recours à la violence pour annuler l’élection si celle-ci allait à l’encontre de Trump.

Après le premier débat électoral en septembre dernier, la WSWS a déclaré:

«La réalité politique a éclaté à travers les innombrables couches de propagande mensongère de l’oligarchie industrielle et financière, et a révélé le fait indéniable que la Maison-Blanche était le centre politique névralgique d’une conspiration très avancée visant à établir une dictature présidentielle et à réprimer les droits démocratiques garantis par la Constitution.»

Dans une déclaration publiée mercredi matin, la WSWS met en garde:

«Le Congrès américain se réunit pour procéder au décompte officiel des voix du Collège électoral dans le cadre des élections présidentielles américaines de 2020. Dans des conditions normales, ce processus est une formalité. Cependant, le vote d’aujourd’hui a lieu dans le cadre d’un effort actif et continu du président Donald Trump pour organiser un coup d’État, annuler le résultat de l’élection et instaurer une dictature présidentielle.»

Maintenant que ces avertissements se sont confirmés, il est impératif que les travailleurs et les jeunes tirent les conclusions politiques appropriées.

La défense des droits démocratiques n’est possible que par la mobilisation politique de la classe ouvrière. Il faut contrer les conspirations des voyous fascistes par la création de comités de base dans les usines, les lieux de travail et les quartiers pour organiser des grèves et d’autres formes de résistance populaire aux efforts visant à instaurer une dictature droitière.

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.