Le Fonds pour la Terre de Bezos et la charité des oligarques

Par Shuvu Batta et Tom Carter
4 janvier 2021

Au milieu d'un transfert de richesse sans précédent de la classe ouvrière vers les milliardaires cette année, des sections de la bourgeoisie ont décidé de «donner» une petite fraction de ces gains mal acquis à des causes philanthropiques.

Ces dons ont été largement couverts par les médias américains, comme si les milliardaires avaient reçu la visite des esprits de Noël, comme Ebenezer Scrooge dans A Christmas Carol de Charles Dickens, et avaient décidé de consacrer à nouveau leur vie à l'amour universel et au bien-être de leurs frères plus pauvres.

En réalité, ces deux phénomènes – l'inégalité sociale croissante et le rôle social de plus en plus important des aides «charitables» des super-riches – sont étroitement liés. Sans des niveaux extrêmes d'inégalité sociale, avec de vastes fortunes qui s'accumulent dans les coffres de quelques minuscules personnes tandis que des dizaines de millions sombrent dans la pauvreté, il ne serait pas nécessaire de compter sur la générosité des milliardaires pour «redonner» à la société les fonds nécessaires pour répondre aux besoins sociaux urgents.

Amazon founder Jeff Bezos during the JFK Space Summit at the John F. Kennedy Presidential Library in Boston. (AP Photo/Charles Krupa)

Le mois dernier, le Fonds Bezos pour la Terre – nommé d'après et financé par l'individu le plus riche du monde, Jeff Bezos, qui dirige le conglomérat Amazon, dont la capitalisation boursière totale s'élève à 1,5 billion de dollars – a offert ses premières bourses.

En février 2020, Bezos a annoncé le lancement de son initiative sur le changement climatique sur Instagram, écrivant: «Aujourd'hui, je suis ravi d'annoncer le lancement du Fonds Bezos pour la Terre... Le changement climatique est la plus grande menace qui pèse sur notre planète. Je veux travailler aux côtés d'autres personnes à la fois pour amplifier les moyens connus et pour explorer de nouvelles façons de lutter contre l'impact dévastateur du changement climatique sur cette planète que nous partageons tous... Je m'engage à verser 10 milliards de dollars pour commencer et je commencerai à octroyer des subventions cet été».

Les dons de Bezos pour la lutte contre le changement climatique ont été complétés par son don de 100 millions de dollars au fonds d'intervention COVID-19 de Feeding America en mars. Ces sommes sont toutefois dérisoires en comparaison de la richesse que Bezos a accumulée rien que cette année, soit plus de 70 milliards de dollars.

Une tendance similaire se retrouve chez les autres oligarques américains. Le PDG de Twitter, Jack Dorsey, possède aujourd'hui 12,7 milliards de dollars, un bond massif par rapport à sa fortune de 2,6 milliards de dollars en avril. Il a promis un milliard de dollars pour l'aide COVID-19, soit environ 10% de ses revenus cette année. Le fondateur de Microsoft, Bill Gates, a fait don d'au moins 350 millions de dollars à l'aide COVID-19 par l'intermédiaire de la fondation Bill et Melinda Gates. Cependant, il a vu sa fortune gonfler de 98 milliards de dollars en avril à 120,1 milliards actuellement, selon les statistiques de Forbes. Pendant ce temps, l'ex-femme de Bezos, Mackenzie Scott, aurait fait don de 6 milliards de dollars à des causes caritatives.

La pandémie a porté un coup incalculable à la grande majorité de l'humanité. Selon l'organisation à but non lucratif Save the Children, 5,25 milliards de personnes étaient nettement plus pauvres en novembre qu'en janvier. Le Programme alimentaire mondial des Nations unies a publié un rapport en avril qui indique que «130 millions de personnes supplémentaires pourraient être poussées au bord de la famine d'ici la fin de 2020. Cela représente un total de 265 millions de personnes».

Les activités caritatives des oligarques doivent être comprises dans ce contexte. De mars à juin 2020, 209 milliardaires ont donné 7,2 milliards de dollars de fonds et d'équipements pour l'aide COVID-19, les chercheurs de Pricewaterhouse Coopers suggérant que «c'est le plus grand montant que les milliardaires aient donné en peu de temps, même en tenant compte de l'inflation». C'est à peine un pour cent des 600 milliards de dollars que les milliardaires américains ont gagné à eux seuls entre mai et juin de cette année. Ces milliardaires ont gagné plus d'un billion de dollars au cours de l'année entière.

La pandémie a accéléré les processus de monopolisation et de concentration des richesses déjà bien visibles avant l'apparition massive du virus en février. La réponse de l'État à la pandémie a forcé d'innombrables petites entreprises à fermer leurs portes et à licencier des travailleurs. Partout dans le monde, la croissance massive du chômage et le manque d'aide gouvernementale conduisent les travailleurs à rechercher des emplois mal rémunérés et pénibles pour survivre malgré le risque direct d'infection et de décès. Dans le cadre de cette tendance, Amazon a connu une croissance extrêmement rapide de sa main-d'œuvre, qui est passée de 798.000 personnes à la fin de 2019 à plus de 1,4 million aujourd'hui.

La demande accrue de livraison à domicile au milieu d'une catastrophe commerciale sans précédent pour ses concurrents dans le secteur de la vente traditionnelle a fait monter en flèche le cours des actions d'Amazon, et la valeur nette de Bezos a atteint environ 186,7 milliards de dollars.

Tout en refusant de prendre des mesures efficaces pour lutter contre la propagation du coronavirus et garantir les moyens de subsistance de la grande majorité, les gouvernements du monde entier ont mis de vastes ressources financières à la disposition des ultra-riches par le biais de plans de sauvetage financiers de plusieurs billions de dollars comme la loi CARES, ainsi que de plusieurs billions de dollars de renflouements monétaires par le biais des banques centrales. Pendant ce temps, les capitalistes ont refusé d'arrêter la production non essentielle, sacrifiant la santé et la vie des travailleurs à la recherche de profits et accélérant la propagation de la pandémie mortelle. C'est à partir de ces crimes sociaux que les milliardaires ont accumulé les fortunes dont ils dispensent maintenant leurs dons caritatifs.

L'ampleur de l'hypocrisie de la «charité» milliardaire pendant la pandémie rappelle ce que Frederich Engels a écrit sur la philanthropie capitaliste dans La situation de la classe laborieuse en Angleterre (1845) :

«Comment? Vous dites que les riches Anglais ne pensent pas aux pauvres, eux qui ont bâti des établissements de bienfaisance comme on n'en voit dans aucun autre pays? Oui, des établissements de bienfaisance! Comme si c'était rendre service au prolétaire que de commencer par l'exploiter jusqu'au sang pour pouvoir ensuite apaiser sur lui avec complaisance et pharisaïsme votre prurit de charité et pour vous présenter à la face du monde en grands bienfaiteurs de l'humanité, alors que vous rendez à ce malheureux que vous avez sucé jusqu'à la moelle, la centième partie de ce qui lui revient! Bienfaisance qui dégrade plus encore celui qui la pratique que celui qui la reçoit; bienfaisance qui enfonce encore davantage dans la poussière le malheureux qu'on a foulé aux pieds, qui implique que le paria déshumanisé, exclu de la société, renonce d'abord à la dernière chose qui lui reste, à son aspiration à la qualité d'homme, et mendie d'abord sa grâce auprès de la bourgeoisie, avant qu'elle lui fasse la grâce de lui imprimer sur le front, en lui faisant l'aumône, le sceau de la déshumanisation!»

Mais la «philanthropie pharisaïque» du capitalisme britannique à l'époque d'Engels, qui était dépeinte de façon cinglante dans Oliver Twist et d'autres œuvres de Charles Dickens, est bien pâle en comparaison de ce qui se passe aujourd'hui. Plus récemment, les activités philanthropiques et caritatives ont été transformées dans de nombreux cas pour ressembler à des opérations commerciales en elles-mêmes: adoption de structures organisationnelles ressemblant à celles des groupes de capital-risque, recrutement de directeurs d'entreprises à des postes de direction et séduction des investisseurs en capital-risque.

Dans de nombreux cas, ce qui est présenté comme des organisations «philanthropiques» ne fonctionnent que comme des véhicules annexes pour la poursuite des intérêts de leurs donateurs mégariches. C'est ce que l'on appelle dans le secteur à but non lucratif la «philanthropie à risque».

En 2007, le World Socialist Web Site a publié une étude du Los Angeles Times qui a révélé que la Fondation Bill et Melinda Gates, la plus grande organisation «caritative» au monde, avait investi 41% de ses avoirs dans des sociétés dont les politiques «allaient à l'encontre de ses objectifs caritatifs», ainsi que dans plus de 60 des sociétés les plus polluantes des États-Unis. Un rapport séparé mentionné dans l'article a révélé que le travail de la fondation dans le domaine de la santé pourrait avoir «détourné le personnel médical de la surveillance des naissances et de la lutte contre les maladies infantiles» en raison du salaire plus lucratif des initiatives de la fondation contre les maladies infectieuses.

Sous ses auspices caritatifs, cette fondation a mené une guerre implacable contre l'éducation publique aux États-Unis, en investissant des millions dans des écoles privées à charte et des lobbyistes pour ces écoles. La Fondation Clinton est un autre exemple tristement célèbre de philanthropie bourgeoise en pratique. Un mémo particulièrement dévastateur dans la série de courriels publiés par Wikileaks en 2016 «décrit un cercle d'enrichissement», selon le Washington Post, dans lequel un collaborateur de haut niveau «a collecté des fonds pour la Fondation Clinton auprès de sociétés de premier plan telles que Dow Chemical et Coca-Cola qui étaient des clients de sa firme ... tout en pressant nombre de ces mêmes donateurs de fournir un revenu personnel à l'ancien président».

En novembre, Bezos a annoncé le premier versement de ce fonds de 10 milliards de dollars: 791 millions de dollars sont allés à 16 groupes, les subventions les plus importantes allant aux organisations caritatives environnementales les plus «établies». Le Nature Conservancy, l’Environmental Defense Fund (EDF), le Natural Resources Defense Council (NRDC) et le World Wildlife Fund ont reçu chacun 100 millions de dollars, tandis que 11 autres groupes ont reçu des subventions allant de 5 à 50 millions de dollars chacun.

Selon les grandes organisations à but non lucratif qui reçoivent des subventions, les fonds alloués jusqu'à présent serviront à créer «le développement de la mangrove et des fermes d'algues», à lancer des satellites qui suivent les émissions de gaz à effet de serre, à réduire «l'empreinte carbone des pratiques agricoles dans le nord-ouest de l'Inde» et à financer les lobbyistes pour «susciter la volonté politique nécessaire aux politiques climatiques».

Si les fonds versés par les Bezos peuvent se retrouver entre les mains de scientifiques et de spécialistes qui les utiliseront au mieux de leurs capacités, le fait qu'une recherche scientifique aussi importante repose si fortement sur des oligarques milliardaires qui se séparent d’une petite partie de leur fortune n'est pas un phénomène social sain.

De plus, il est important de noter que l’EDF appelle à des solutions «basées sur le marché» pour lutter contre le changement climatique et utilisera l'argent de Bezos pour «renforcer la confiance dans les crédits carbone», qui sont des crédits permettant aux entreprises de polluer et de fonctionner davantage comme des actifs spéculatifs. La NRDC utilisera les 100 millions de dollars pour «renforcer la volonté politique en faveur des politiques climatiques» en finançant des lobbyistes et des militants pour faire avancer les réformes du marché.

Bezos a également fait don de 43 millions de dollars aux efforts de promotion de la politique identitaire sous la forme de financement du Projet Solutions, qui accorde des subventions pour financer «le travail de politique locale et d'État» par l'utilisation d'un «leadership de couleur en première ligne, avec au moins 80% allant à des organisations dirigées par des femmes». De cette manière, les dons de Bezos seront utilisés pour détourner l'attention du public vers les questions d'identité raciale et de genre et l'éloigner de la division fondamentale de la société en fonction des classes sociales, une diversion qui a longtemps été délibérément encouragée par les médias et le Parti démocrate dans l'intérêt d'oligarques comme Bezos.

Il convient de noter que Amazon est un important pollueur mondial. Son impact environnemental total a augmenté de plus de 15% entre 2018 et 2019 en raison de la hausse des ventes, selon ses propres rapports. Il s'agit d'une année record en termes de ventes pour la société, ce qui signifie que son impact sur la pollution a très probablement augmenté de manière significative.

Entre-temps, la fondation Thomas Reuters a récemment indiqué que les objectifs de réduction des émissions fixés par les gouvernements du monde entier dans les accords de Paris en 2015, basés en partie sur les crédits carbone, sont voués à l'échec. L'une des principales raisons de cet échec est que l'on a suggéré de réduire la production de ciment, d'acier et la production agricole, mais que pour des raisons de profit, la production a plutôt augmenté, ce qui a contribué à une augmentation des températures mondiales. Le rapport 2017 Carbon Majors a montré que 70% de tous les gaz à effet de serre émis entre 1988 et 2015 provenaient de 100 grandes entreprises seulement.

La charité et le mécénat philanthropique sont des formes aristocratiques. Ils sont le symptôme d'une société inégale dans laquelle les ressources ont été mises en commun de manière irrationnelle à un pôle de la société. C'est Andrew Carnegie, un représentant de la bourgeoisie américaine bien conscient des intérêts de sa classe, qui a souligné le rôle social de la charité dans le renforcement du pouvoir capitaliste dans The Gospel of Wealth (1889): «Nous acceptons et saluons donc... la grande inégalité de l'environnement, la concentration des affaires, industrielles et commerciales, dans les mains de quelques-uns, et la loi de la concurrence entre ceux-ci, comme étant non seulement bénéfiques, mais essentiels pour le progrès futur de la race.»

Il a posé la question suivante: «Quel est le mode approprié d'administration des richesses après que les lois sur lesquelles la civilisation est fondée les ont jetées dans les mains de quelques-uns?» La réponse: les «hommes de la richesse» ont le devoir de «devenir le simple agent et fiduciaire de ses frères pauvres, en mettant à leur service sa sagesse supérieure, son expérience et sa capacité à administrer, en faisant pour eux mieux qu'ils ne le feraient ou ne pourraient le faire pour eux-mêmes».

De la même manière, les dons de charité des Bezos sont destinés à promouvoir des illusions sur la «responsabilité sociale» des oligarques. Ces dons servent à apaiser l'hostilité à l'égard des activités rapaces de la classe capitaliste dans son ensemble, qui refuse de freiner sa recherche du profit alors même que ses activités mettent en péril la stabilité du climat de la planète et contribuent à la propagation d'une pandémie qui aurait pu être évitée.

Afin de lutter contre le changement climatique, de combattre les maladies infectieuses et de guérir d'autres maux sociaux, il est nécessaire de ne pas compter sur les restes relativement peu importants donnés par les oligarques, à utiliser comme ceux-ci le dictent selon leurs propres caprices et prérogatives individuels, mais sur l'expropriation de toutes les richesses mal acquises de la classe capitaliste par la classe ouvrière, richesses qui seront utilisées démocratiquement et scientifiquement pour répondre aux besoins sociaux dans le monde entier.

(Article paru an anglais le 30 décembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.