La mise à jour budgétaire du gouvernement canadien intensifie la politique criminelle visant à garder l'économie «ouverte» alors que la pandémie fait rage

Par Roger Jordan
5 décembre 2020

Alors que le Canada est aux prises avec une «deuxième vague» de la pandémie de COVID-19 bien plus importante que la première, le gouvernement libéral de Justin Trudeau a présenté lundi au Parlement sa mise à jour financière pour l'automne 2020. Cette mise à jour visait à rassurer les sociétés canadiennes sur deux points: le gouvernement fédéral est déterminé à maintenir l'économie «ouverte» afin de garantir que l’accumulation de profits se poursuive sans entrave et il leur fournira des dizaines de milliards de fonds publics en 2021 et 2022 pour stimuler la «compétitivité» mondiale du capitalisme canadien.

Canadian Prime Minister Justin Trudeau, on screen, participates in a video linked media conference after an EU-Canada summit via video conference at the European Council building in Brussels, Thursday, Oct. 29, 2020. (Olivier Hoslet, Pool via AP)

Au cours d'une journée qui a vu plus de 6100 nouvelles infections au Canada et 98 autres décès, pas une seule mesure n'a été prise pour freiner la propagation de ce virus mortel. Alors même que les ministres du gouvernement et les hommes politiques de l'opposition s'enthousiasmaient à l'annonce de la distribution massive de vaccins dans quelques mois seulement, la ministre des Finances Chrystia Freeland a insisté sur le fait que tout devait être fait pour éviter le confinement, quel que soit le coût en vies humaines.

Reconnaissant implicitement que l'élite au pouvoir a pleinement adhéré à la politique homicide consistant à laisser le virus se propager sans contrôle dans la population, Freeland a déclaré au Parlement: «Nous savons comment faire fonctionner en toute sécurité la majeure partie de notre économie – de l'industrie manufacturière à l'exploitation minière, en passant par les emplois qui peuvent être effectués à distance, même si le virus circule encore dans nos communautés. Nous avons appris comment maintenir un grand nombre de nos enfants à l'école».

Il n'y a rien de «sûr» dans la façon dont «fonctionne» l'économie canadienne. Alors que les 20 milliardaires les plus riches du pays ont augmenté leurs niveaux de richesse obscènes de plus de 37 milliards de dollars depuis le début de la pandémie, les infections et les décès parmi les travailleurs continuent de croître à un rythme rapide. Pas plus tard que la semaine dernière, un reportage a révélé que plus de 26.000 travailleurs ont déposé des demandes d'indemnisation parce qu'ils avaient été infectés par la COVID-19 au travail.

Le mantra de Freeland, partagé par toute la classe dirigeante, qui consiste à maintenir l'économie «en sécurité» pendant que le virus sévit, a entraîné des infections et des décès en masse. Au Québec, plus de la moitié des nouvelles infections sont liées au travail, selon l'autorité de santé publique de la province. En Ontario, dans la région de Peel, qui est dominée par des villes majoritairement ouvrières comme Brampton, le taux d'infection a atteint le chiffre stupéfiant de 1200 pour 100.000 habitants au cours des sept derniers jours. Il y a eu 116 foyers sur le lieu de travail dans la région de Peel, qui se situe directement à l'ouest et au nord-ouest de la région métropolitaine de Toronto, principalement parmi les travailleurs à bas salaire des grands entrepôts et des centres de distribution.

Les écoles sont également devenues des vecteurs importants de la propagation du virus. Il y a deux semaines, les conditions dangereuses créées par la réouverture des écoles ont entraîné la mort d'un travailleur de soutien aux enfants et aux jeunes de 67 ans dans une école de la région de Toronto. Néanmoins, les gouvernements à tous les niveaux insistent pour que les écoles restent ouvertes afin que les parents soient disponibles pour aller travailler et générer des profits pour les grandes entreprises.

Alors que les unités de soins intensifs de tout le pays approchent de leur pleine capacité, le gouvernement Trudeau n'a pas l'intention de changer de cap. Répondant aux appels à un financement supplémentaire pour les soins de santé, Freeland a annoncé qu'il n'y aurait pas d'augmentation des transferts fédéraux de santé aux provinces, qui ont été considérablement réduits en termes réels depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement Trudeau en 2015, et qui ont diminué en proportion des dépenses totales de santé de l'État depuis des décennies.

Au lieu de cela, le gouvernement Trudeau, pour reprendre les termes de Freeland, se concentre sur la manière de «relancer notre économie, une fois cette pandémie vaincue». La pièce maîtresse de ce programme est un programme de relance de 70 à 100 milliards de dollars qui, selon le gouvernement, permettra de mettre en place une «économie plus verte, plus inclusive, plus innovante et plus compétitive».

Ce que Trudeau et Freeland prévoient, c'est de fournir des subventions massives à l'oligarchie patronale, tout en s'appuyant sur leurs liens étroits avec la bureaucratie syndicale pour restructurer les relations de classe au détriment des travailleurs. Les récentes négociations entre Unifor, le plus grand syndicat industriel du pays, et les Trois Grands constructeurs automobiles de Detroit ont donné un avant-goût de leurs intentions. Après des mois de discussions en coulisses impliquant les constructeurs automobiles, Unifor, des représentants du gouvernement et d'autres sociétés, les gouvernements fédéral libéral et conservateur de l'Ontario ont accepté de donner à Ford et Fiat-Chrysler près d'un milliard de dollars de subventions pour convertir certaines de leurs installations à la production de véhicules électriques. Afin de consolider le «dossier commercial» des constructeurs pour la conversion, c'est-à-dire de garantir qu'elle se traduira par des bénéfices exceptionnels et des versements généreux aux actionnaires, Unifor a accepté de saccager les règles de travail et de permettre aux constructeurs automobiles d'inonder leurs usines de travailleurs temporaires de second niveau moins bien payés.

Des plans similaires pour d'autres secteurs de l'économie sont sans doute déjà en cours de négociation en coulisses, dans le prolongement de l'étroite collaboration tripartite que le gouvernement Trudeau a établie avec les groupes de pression du patronat et la bureaucratie syndicale au début de la pandémie.

Les syndicats ont soutenu le sauvetage des banques, des grandes entreprises et de l'oligarchie financière par le gouvernement Trudeau à hauteur de 650 milliards de dollars, ainsi que son aide de rationnement pour les personnes incapables de travailler pendant la pandémie. Puis, au début du mois d'avril, ils ont commencé à conspirer avec Ottawa et l'élite patronale pour obliger les travailleurs à reprendre le travail en pleine pandémie. En mai, le président du Congrès du travail du Canada (CTC), Hassan Yussuff, et le chef de la Chambre de commerce du Canada, Perrin Beatty, ont lancé un appel commun en faveur de la création d'un groupe de travail économique national chargé de discuter de la manière de faire face aux «changements transformationnels», notamment les niveaux élevés de la dette publique et le recul de la mondialisation économique, et d'«éviter que les parties prenantes ne prennent des directions différentes», c'est-à-dire d'arrêter l'émergence d'une opposition de la classe ouvrière.

Depuis lors, les syndicats collaborent avec les sociétés et les gouvernements de toutes tendances politiques pour rouvrir l'économie et les écoles, et réprimer toute opposition de la classe ouvrière. Cette campagne criminelle de retour au travail a également été soutenue par les alliés des syndicats au sein du Nouveau Parti démocratique. Le NPD a soutenu à plusieurs reprises le gouvernement minoritaire libéral au Parlement, notamment en votant pour son discours du trône de septembre. Pour sa part, le gouvernement néo-démocrate de Colombie-Britannique a supervisé l'une des campagnes de réouverture les plus complètes, créant ainsi les conditions d'une résurgence spectaculaire de la pandémie. Au cours des six semaines qui se sont écoulées depuis le 20 octobre, la moyenne mobile sur sept jours des nouveaux cas quotidiens en Colombie-Britannique est passée de 160 à 750, les hospitalisations ont quintuplé et les décès ont presque doublé.

Un élément essentiel du plan du gouvernement Trudeau pour «relancer» l'économie, et qui bénéficie du soutien total des organisations patronales et de la bureaucratie syndicale, est la mise en place de «garderies abordables» dans tout le pays. Cela n'a absolument rien à voir avec la garantie du bien-être social et pédagogique des jeunes enfants et de leurs familles, ce qui nécessiterait l'investissement de dizaines de milliards de dollars dans l'éducation publique et les services sociaux pour compenser des décennies d'austérité et l'impact dévastateur de la pandémie.

«Garde d'enfants abordable» est un euphémisme pour désigner la création de parcs d'attente à bas prix pour les enfants de parents de la classe ouvrière dont le personnel est composé de travailleurs précaires gagnant des salaires de misère. Son principal objectif, ouvertement admis par Freeland et les organisations patronales, est de forcer les parents qui travaillent à retrouver le plus rapidement possible leur emploi mal payé.

«Le Canada ne sera pas vraiment compétitif», a déclaré Freeland lundi, «tant que toutes les femmes canadiennes n'auront pas accès aux services abordables de garde d'enfants dont nous avons besoin pour soutenir notre participation à la population active de notre pays». Le Conseil canadien des entreprises a réagi avec enthousiasme à son annonce, notant qu'il préconise justement une telle politique «depuis de nombreux mois».

Les libéraux et leurs alliés syndicaux tentent d'habiller leur programme anti-travailleurs avec de la propagande sur une plus grande «inclusion» et «de nombreux engagements envers les travailleurs». Un exemple typique d'«inclusion» a été la création d'un programme de 93 millions de dollars pour l'entrepreneuriat noir afin de fournir un «accès équitable» aux programmes de marchés publics pour les «propriétaires d'entreprises noirs», une mesure qui sera sans aucun doute approuvée par les sections de la classe moyenne privilégiée obsédées par la politique de l'identité.

Le CTC, dont le site web porte l'inscription «Au Canada, nous avons surmonté la pandémie en nous serrant les coudes et en nous soutenant les uns les autres», a tenu des propos élogieux sur la façon dont la mise à jour financière des libéraux a donné aux travailleurs «l'assurance que leur gouvernement les aidera à joindre les deux bouts et à préserver leur santé et leur bien-être».

Dans la mesure où il y a eu des critiques au sein de l'establishment politique sur le programme pro-entreprises des libéraux, elles sont venues de la droite. Les conservateurs et le Conseil canadien des entreprises se sont plaints que trop de dépenses publiques sont prévues et ont déclaré qu'un «ancrage fiscal» est nécessaire pour imposer des réductions de dépenses à long terme. Soulignant que le désaccord porte uniquement sur le calendrier des mesures d'austérité, les libéraux ont souligné en réponse que dès que les niveaux d'emploi rebondiront, le Canada reviendra à la «responsabilité fiscale».

(Article paru en anglais le 2 décembre 2020)

Les travailleurs doivent se battre pour l’arrêt de la production non essentielle et la fermeture des écoles

21 novembre

Qui porte la responsabilité de la gestion catastrophique de la pandémie de COVID-19 par l'élite dirigeante canadienne?

3 novembre

Le syndicat canadien des travailleurs de l'automobile «rame dans la même direction» que Ford et l'establishment politique

12 octobre

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.