Jeff Riedel, photographe et militant pour le socialisme: 1968-2020

Par Fred Mazelis et Kevin Reed
30 novembre 2020

Jeff Riedel, un photographe professionnel exceptionnel et membre de longue date du Parti de l'égalité socialiste américain, est décédé samedi 14 novembre après une longue maladie. Il était âgé de 52 ans.

On se souviendra de lui pour son travail d'artiste et pour ses nombreuses et importantes contributions à la construction du mouvement trotskyste international. Il a notamment écrit, photographié et filmé pour le World Socialist Web Site.

Jeff est né à Morristown, dans le New Jersey, et a passé la plupart de ses années de formation dans cet État. Il a montré un intérêt particulier pour la musique pendant sa jeunesse, jouant la batterie pendant ses années d'école primaire et membre de divers groupes de rock pendant ses années de lycée.

Jeff Riedel at a Socialist Equality Party meeting on February 8, 2017

C'est au collège communautaire de Jersey City que Jeff a commencé à s'intéresser sérieusement à la photographie, et il a rapidement été transféré à la célèbre School of Visual Arts de New York. C'est à cette époque, fin 1987, que son frère aîné lui présente la Ligue des travailleurs, le prédécesseur du SEP, et il rejoint bientôt le mouvement trotskyste.

Le contexte social et politique était celui des années de réaction sous l'administration Reagan, de la répression massive des syndicats dans les années 1980 et du scandale Iran-Contra en 1986. Les événements allaient révéler pleinement le processus de transformation en cours, transformant toutes les anciennes organisations de travailleurs en agences de l'État capitaliste. Au même moment, la bureaucratie stalinienne de Moscou se préparait à dissoudre l'Union soviétique et à restaurer le capitalisme.

La formation marxiste précoce de Jeff lui a permis de saisir la signification de ces événements – qui ne signifiaient surtout pas la victoire du capitalisme ou la «fin de l'histoire». Il s'est plongé dans le travail politique et aussi dans la photographie, documentant une grève des mineurs de Virginie-Occidentale pendant cette période ainsi que d'autres aspects de la vie de la classe ouvrière et de la crise sociale.

Jeff a été inspiré par le lancement du World Socialist Web Site en 1998. Pendant la majeure partie des deux décennies suivantes, il a apporté d'importantes contributions au WSWS par l'écriture, le reportage, la photographie et la vidéo. Il a voyagé dans tous les États-Unis pour des missions politiques. Partout, il a immédiatement établi un rapport avec les travailleurs qui souffrent aux mains des politiques d'austérité, de guerre et de répression policière de la classe dirigeante.

A portrait by Jeff Riedel of Nancy, a homeless woman in the Bronx, New York City

Jeff était un brillant photographe professionnel. Il avait un don pour la composition et une profonde compréhension des aspects techniques du métier, en particulier de l'utilisation de la lumière, du contraste et de la couleur. Grâce à sa connaissance théorique du contexte social et politique, Jeff a utilisé ses compétences considérables pour révéler l'essentiel dans chaque image.

Les talents de Jeff étaient largement reconnus, et il était un photographe recherché pour des projets dans le monde entier. Son travail de portrait de célébrités, en particulier, était très demandé et son catalogue comprend des clichés remarquables de Glenn Close, Kobe Bryant, Anderson Cooper, Jimmy Fallon, Uma Thurman et Cedric the Entertainer, parmi beaucoup d'autres. Bien qu'il reconnaisse le caractère superficiel de la culture des célébrités dans laquelle vivent nombre de ses sujets, Jeff cherche à révéler quelque chose d'authentique de l'individu que cache l'image publique.

Jeff a également tourné les images promotionnelles de séries télévisées, notamment «Boardwalk Empire» (HBO), «Ray Donovan» (Showtime) et «Shades of Blue» (NBC).

L'amour de Jeff pour la musique – en particulier pour les grands genres américains comme la country et le western, le blues et le R&B – est resté une constante dans sa vie. Il a réalisé des centaines de portraits d'artistes, dont Bill Withers, Lou Reed, Elvis Costello, George Jones, Jay Z, Etta James, Missy Elliot, Porter Wagoner, Tony Bennett et Johnny Cash, pour n'en citer que quelques-uns.

A portrait of Damien Echols, one of the West Memphis Three, and wife Lori, New York City

Parmi ses photos les plus intéressantes, on trouve une collection de clichés Polaroid sur Instagram qui montre l'extraordinaire polyvalence artistique et la sensibilité de Jeff dans diverses circonstances. Il est évident ici que Jeff avait une capacité exceptionnelle à s'engager avec des gens de tous horizons et à les laisser raconter leur histoire par le biais de la photographie.

Malgré la pression implacable de sa carrière professionnelle, Jeff a pris le temps de réaliser des reportages, des vidéos et des essais photographiques pour le WSWS.

En 2004, il a interviewé des vétérans américains de la guerre en Irak qui se sont exprimés avec force contre l'agression impérialiste. Au début de l'année suivante, il a réalisé une longue et émouvante interview de Jorge Medina, un immigrant mexicain dont le fils avait été tué quelque 16 mois plus tôt en Irak, et qui était depuis devenu un militant actif contre la guerre.

Parmi les autres contributions de Jeff figuraient des reportages et des essais photographiques sur les réductions des bons d'alimentation et d'autres aspects de la crise sociale capitaliste, ainsi que des critiques de films et de musique, notamment la critique d'un film sur les bombardements atomiques effectués en 1945 sur les villes japonaises d'Hiroshima et de Nagasaki.

En 2007, en utilisant alors le nom de plume de C.W. Rogers, Jeff a couvert les conséquences d'un horrible incendie de maison dans le Bronx occidental qui a tué dix immigrants, dont neuf enfants. Le long du pâté de maisons, une file de travailleurs venus de toute la ville apportait des vêtements et de la nourriture aux membres survivants de la famille – «les pauvres aidant les pauvres», comme l'a expliqué une femme.

Jeff montait et descendait la file, parlant facilement aux gens, prenant parfois leurs photos. Il a rapidement trouvé des travailleurs désireux et impatients de s'engager dans des discussions politiques. Certains avaient des fils ou des frères dans l'armée en Irak, et ils lui ont dit à quel point ils détestaient la guerre. Lorsqu'on a interrogé un homme sur l'inégalité sociale en Amérique, il a dit à Jeff: «C'est comme si le diable dirigeait le pays». En 2008, lors du congrès fondateur du Parti de l'égalité socialiste, Jeff a réalisé un vaste reportage photographique des débats.

En 2010, Jeff s'est rendu en Louisiane pour documenter et rendre compte des conséquences de la marée noire de BP dans le golfe du Mexique. Deux ans plus tard, il s'est rendu en Floride pour interviewer les parents de Trayvon Martin, le jeune qui a été tué par le justicier raciste George Zimmerman. En 2016, il s'est entretenu avec des habitants de Flint, dans le Michigan, en proie à un empoisonnement de leurs réserves d'eau par les deux partis politiques de l'État.

Parmi les autres contributions de Jeff figuraient des articles plus longs sur le sujet de son propre domaine de photographie. Début 2016, il a rédigé un compte-rendu percutant d'une importante exposition à New York sur les débuts de la photographie et du cinéma soviétiques. Plus tard dans la même année, il a fait la critique de Don't Blink-Robert Frank, le documentaire sur le photographe suisse qui est décédé l'année dernière à l'âge de 94 ans.

Jeff avait été atteint de diverses maladies chroniques tout au long de sa vie. Un accident de travail lui a causé de graves douleurs dorsales que la chirurgie n'a pas réussi à soulager. Les médecins lui ont prescrit des médicaments opioïdes qui ont miné sa santé et provoqué des troubles de dépendance qui ont contribué à sa mort prématurée. Ses parents, son fils et ses deux frères lui survivent.

Bien que Jeff Riedel soit mort beaucoup trop tôt, sa vie était pleine de sens et d’importance et aura un impact durable.

Une vaste collection de photographies prises par Jeff Riedel peut être consultée à www.jeffriedel.com.

(Article paru en anglais le 24 novembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.