Trump rencontre les républicains du Michigan à la Maison-Blanche pour tenter de renverser la victoire de Biden

Par Barry Grey
26 novembre 2020

Plus de deux semaines après l’élection du 3 novembre, le président Donald Trump et le parti républicain continuent de refuser d’accepter les résultats du scrutin présidentiel. On ne peut pas non plus supposer qu’ils le feront à la fin de la séquence électorale.

Au lieu de cela, Trump intensifie ses efforts pour annuler l’élection et établir une dictature présidentielle.

The White House (Credit: Wikimedia Commons)

Sa campagne continue à intenter des procès sans fondement qui visent à annuler les victoires incontestables du démocrate Joe Biden. Il s’agit des États clés du Michigan, de la Pennsylvanie, du Wisconsin, de la Géorgie, de l’Arizona et du Nevada. Cela, malgré le fait que les tribunaux ont rejeté la quasi-totalité des deux douzaines de recours précédemment déposés.

Mais son objectif est désormais d’intervenir directement auprès des responsables électoraux républicains et des législateurs des différents États pour bloquer la certification des décomptes des votes. Aucun précédent n’existe d’une telle tentative, clairement anticonstitutionnelle, d’un président en exercice pour renverser les résultats d’une élection et rester au pouvoir.

L’intention est de prolonger le processus au-delà de la date du 8 décembre. C’est la date de la « sphère de sécurité », après laquelle aucune contestation juridique des décomptes officiels des votes des différents États ne pourrait se faire. Mais les législateurs des États dirigés par les républicains peuvent tenter d’annuler le vote populaire et choisir leurs propres listes des grands électeurs favorables à Trump. En vertu de la loi, le 14 décembre, les grands électeurs sont tenus de se réunir dans la capitale de chaque État et de voter officiellement pour le candidat gagnant.

Si les listes de grands électeurs étaient contestées, l’élection pourrait être confiée à la Chambre des représentants ou à la Cour suprême des États-Unis. Si la Chambre devait se prononcer, les républicains auraient l’avantage, puisque chaque délégation d’État obtient une voix et que les républicains contrôlent plus de délégations que les démocrates. Quant à la Cour suprême, avec l’ajout de Amy Coney Barrett, nommée par le Trump et clairement d'extrême droite, elle est composée de six républicains de droite et de trois démocrates.

Cependant, la grande masse du peuple américain n’acceptera pas l’annulation flagrante d’une élection et l’annulation de dizaines de millions de votes. La logique de la crise politique conduit inévitablement à la guerre civile. Même si une résolution de la crise immédiate devait être trouvée, elle ne ferait qu’établir les conditions de la prochaine étape de l’effondrement de la démocratie américaine.

Vendredi, la Géorgie a certifié la victoire de Biden dans cet État, avec ses 16 voix électorales. Cela suit un recomptage manuel qui n’a que légèrement réduit la marge de victoire de Biden, lui laissant une avance de près de 12 300 voix. Le gouverneur républicain Brian Kemp a jusqu’à 17 heures, heure normale de l’Est, samedi, pour signer les documents qui finalisent la certification.

Le Michigan (16 grands électeurs) devant certifier ses résultats lundi, Trump est intervenu pour bloquer la certification. Dans cet État, les 83 comtés ont tous certifié l’élection, que Biden a remportée par plus de 154 000 voix.

Le Bureau de démarchage de l’État, composé de deux républicains et de deux démocrates, doit se réunir dans la capitale de l’État, Lansing, et certifier officiellement le résultat. Toutefois, l’un des deux républicains du comité a indiqué qu’il pourrait s’abstenir de voter et demander un report en attendant une enquête plus approfondie sur les irrégularités présumées.

Vendredi, Trump a tenu une réunion extraordinaire à la Maison-Blanche avec les dirigeants républicains de l’Assemblée législative du Michigan contrôlée par le Parti républicain. La Maison-Blanche n’a donné aucune explication sur la nature de la réunion et n’a publié aucune déclaration après sa conclusion.

Le chef de la majorité au Sénat, Mike Shirkey, et le président de la Chambre, Lee Chatfield, ont dirigé la délégation républicaine. Elle comprenait également les représentants Jason Wentworth et Jim Lilly et les sénateurs Tom Barrett, Dan Lauwers et Aric Nesbitt. Wentworth sera le président de la Chambre en 2021 lorsque Chatfield quittera la présidence en raison de la limitation de son mandat.

Après la réunion, Shirkey et Chatfield ont publié une déclaration. Elle disait: « Nous n’avons encore eu connaissance d’aucune information susceptible de modifier le résultat des élections dans le Michigan. En tant que responsables législatifs, nous suivrons la loi et la procédure normale concernant les électeurs du Michigan, comme nous l’avons dit tout au long de cette élection. » Ils ont ajouté que les candidats « qui remporte le plus de voix gagne les élections et les votes électoraux du Michigan. »

La réunion de la Maison-Blanche a suivi l’intervention de Trump en début de semaine pour tenter de bloquer la certification du vote présidentiel dans le comté de Wayne, qui comprend Detroit. Mardi, les deux républicains du conseil des quatre solliciteurs du comté ont d’abord refusé de certifier les résultats de l’élection, ce qui a fortement favorisé Biden. Plus tard dans la soirée, ils ont fait marche arrière face à un déferlement de dénonciations furieuses de la part des électeurs de Detroit et ont accepté de certifier les résultats.

Trump a ensuite téléphoné au président républicain du conseil d’administration mercredi, après quoi, elle et ses collègues républicains ont déposé des déclarations sous serment qui déclaraient leur désir d’inverser leurs votes pour certifier, chose pour laquelle manifestement aucune sanction légale n’existe.

Le fait que Trump se concentre, du moins au début, sur le Michigan n’est pas accidentel. Le mois dernier, le FBI et les autorités du Michigan ont arrêté 13 hommes liés à un complot actif qui visait à kidnapper et à tuer le gouverneur démocrate, Gretchen Whitmer. Les personnes arrêtées étaient liées aux milices fascistes qui ont organisé des manifestations armées au printemps dernier à Lansing, la capitale de l’État, contre les ordres de confinement du gouverneur. Trump a salué ces manifestations à l’époque, en tweetant « Libérez le Michigan ! »

Au cours du week-end, le Dr Scott Atlas, conseiller de Trump pour le coronavirus, a dénoncé les nouvelles restrictions imposées par Whitmer, en tweetant que les habitants du Michigan devraient « se soulever » contre le gouverneur. Le leader de la majorité au Sénat, Shirkey, s’est associé aux manifestations antiblocage et a été photographié au printemps dernier en train de parler avec deux des miliciens qui ont ensuite été accusés du complot de meurtre de Whitmer, lors d’un rassemblement à Lansing.

Jeudi, une conférence de presse dirigée par l’avocat principal de Trump, Rudy Giuliani, a souligné le caractère fasciste de l’opération de coup d’État de Trump. Dans une tirade de 45 minutes, Giuliani a affirmé que Trump s’est fait voler l’élection suite à une conspiration nationale organisée de manière centralisée qui incluait le gouvernement vénézuélien, la Chine et George Soros. Giuliani a décrit le milliardaire juif comme « le plus grand donateur du Parti démocrate, le plus grand donateur à Antifa et le plus grand donateur à Black Lives Matter. »

Un autre avocat de Trump, Sidney Powell, a déclaré : « Ce dont il s’agit réellement ici et que nous découvrons chaque jour davantage. C’est l’influence massive de l’argent communiste au Venezuela, à Cuba et probablement en Chine dans l’interférence avec nos élections ici aux États-Unis. »

Après la conférence de presse de Giuliani, Steny Hoyer, chef de la majorité démocrate à la Chambre des représentants, a dénoncé les efforts de Trump pour faire pression sur les responsables électoraux et les législateurs républicains afin de bloquer la certification des résultats des votes dans les États du champ de bataille remportés par Biden, en déclarant : « Je pense que cela frise la trahison. »

Cette évaluation franche est cependant l’exception qui prouve la règle de la réponse démocrate. Le président élu Joe Biden a refusé de qualifier l’action de Trump comme une tentative de coup d’État, minimisant l’immense risque de dictature et cherchant plutôt à répandre la complaisance et la passivité. Lors de sa conférence de presse de jeudi, Biden il n'est pas allé plus loin que de qualifier les actions de Trump d’« irresponsables ».

Il a demandé à plusieurs reprises aux dirigeants républicains de cesser de soutenir la subversion de Trump et s’est engagé à travailler avec les républicains au sein d’un gouvernement Biden. En même temps, il a clairement exprimé son accord fondamental avec la politique d’«immunité collective» de Trump en ce qui concerne la pandémie de coronavirus. Jeudi, il a fait part de son soutien aux campagnes de retour au travail et à l’école qui infectent et tuent des milliers de travailleurs afin que les bénéfices continuent à revenir à l’élite patronale.

Face à l’explosion du nombre de cas et de décès dus au virus, qui se propage de manière incontrôlée, il a fait tout son possible pour rejeter la seule politique, assortie d’une aide massive aux chômeurs et de vastes ressources pour les soins de santé, qui puisse arrêter le massacre, contenir la pandémie et la maîtriser.

«Je ne vais pas fermer économie, point», a-t-il déclaré. «Et permettez-moi de le répéter. On n’aura aucun confinement national […] Il n'y a aucune circonstance que je puisse voir qui nécessiterait un confinement national total.»

Barack Obama, interviewé jeudi soir sur MSNBC au sujet des agissements de Trump a déclaré: «J’ai déjà entendu le mot “coup d’État” utilisé pour décrire ce genre d’efforts. Est-ce hyperbolique, ou notre démocratie est-elle menacée de façon réaliste ? »

Il a commencé sa réponse en assurant à tous que « Joe Biden sera le prochain président des États-Unis ». Il a ensuite parlé de « tentatives pour bloquer, nier, renverser, le vote du peuple alors qu’aucune preuve réelle n’existe que quelque chose d’illégal ou de frauduleux ait eu lieu. » Alors que Trump et les républicains poursuivent leurs efforts pour renverser l’élection, travaillant ainsi à construire un mouvement fasciste et à déstabiliser un gouvernement Biden, si jamais un tel gouvernement arrive au pouvoir, les démocrates minimisent la crise et travaillent à désarmer politiquement la classe ouvrière.

La principale leçon à tirer est la nécessité pour la classe ouvrière de se séparer du Parti démocrate. Elle doit mobiliser sa force indépendante pour bloquer la volonté d’une grande partie de l’oligarchie financière d’établir une dictature.

(Article paru d’abord en anglais le 21 novembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.