Des enseignants d’une école de Toronto débrayent après une éclosion de COVID-19

Par Roger Jordan
5 novembre 2020

Les enseignants et le personnel de soutien de la Glamorgan Junior Public School, dans l'arrondissement de Scarborough, à Toronto, ont débrayé lundi pour protester contre la décision des autorités scolaires de garder l'école ouverte malgré une éclosion majeure de COVID-19. L'éclosion a été déclarée vendredi dernier après que neuf enseignants et deux étudiants ont été déclarés positifs pour le virus potentiellement mortel. Cinquante-huit étudiants ont été mis en quarantaine.

L'arrêt de travail s'est poursuivi mardi alors que des reportages révélaient qu'un autre étudiant était positif. Le Toronto District School Board (TDSB) a catégoriquement refusé de fermer l'école, invoquant une inspection effectuée la semaine dernière par le ministère du Travail de l'Ontario et l'opinion de la Toronto Public Health selon laquelle le bâtiment est sûr. Les autorités ont cherché à justifier cela en affirmant que les infections à coronavirus étaient circonscrites à une aile de l'école.

Ces affirmations ne sont rien de plus que des justifications égoïstes de la politique meurtrière d'«immunité collective» menée par le gouvernement ultraconservateur dirigé par Doug Ford. Ford, le gouvernement libéral fédéral du premier ministre Justin Trudeau et toute l'élite dirigeante sont déterminés à garder les écoles ouvertes afin que les parents puissent être forcés de retourner au travail pour produire des profits pour les grandes entreprises.

Les syndicats d'enseignants de l'Ontario ont utilisé la pandémie comme prétexte pour saborder un mouvement croissant contre les coupes dans l'éducation du gouvernement Ford et imposer des reculs. Ci-dessus, une partie des dizaines de milliers d'enseignants qui ont défilé devant l'Assemblée législative de l'Ontario lors d'une grève d'une journée dans toute la province le 21 février dernier.

Depuis la réouverture des écoles en Ontario en septembre, plus de 2300 infections ont été enregistrées parmi les enseignants, les élèves et le personnel de soutien scolaire. Au Québec, il y a eu 422 nouveaux cas de COVID-19 parmi les élèves et le personnel des écoles primaires et secondaires le 2 novembre seulement, ce qui porte le total à 7444.

Dans une déclaration anonyme envoyée lundi par les enseignants protestataires de Glamorgan JPS à la chaîne d'information locale CP 24, les éducateurs ont rejeté les affirmations de la commission scolaire. Ils ont noté que les membres du personnel de l'aile du bâtiment où les infections se sont produites entrent et se déplacent régulièrement dans d'autres parties de l'école, ce qui signifie que tout le monde risque l'infection. Le communiqué a également noté que les enseignants avaient demandé la fermeture de l'école ou des protocoles de sécurité supplémentaires, mais le directeur et le TDSB ont refusé de prendre des mesures.

L'action professionnelle à Glamorgan JPS est suivie de près par les enseignants de partout au Canada, dont beaucoup reconnaissent que les conditions de travail épouvantables sont reproduites dans les établissements d'enseignement à travers le pays.

Dans des commentaires sur le World Socialist Web Site, un enseignant du secondaire de Hamilton a exprimé son soutien au moyen de pression des enseignants. «Cette nouvelle est très déconcertante. J'enseigne depuis plus de 20 ans et je n'ai jamais rien vu de tel», a-t-il déclaré, faisant référence à la propagation du virus. «Je soutiens de tout cœur les moyens de pression entrepris par ces courageux éducateurs et membres du personnel de soutien de la Glamorgan Junior Public School. Malheureusement, je ne crois pas qu'ils seront appuyés par la Commission des relations de travail de l'Ontario, qui se prononce très rarement en faveur de l'employé, mais plutôt pour l'employeur. Mes collègues et moi suivons de très près l'évolution de la situation et nous nous demandons ce qui va suivre. Dans le même temps, notre syndicat reste très calme. C'est comme si les commissions scolaires et notre syndicat nous gardent dans l’ignorance.»

Craignant que le débrayage à Glamorgan JPS puisse donner l'exemple aux enseignants d'autres écoles, le gouvernement a rapidement envoyé des fonctionnaires du ministère du Travail à l'école lundi. Ils mèneraient une enquête pour déterminer si le refus de travailler était justifié en vertu du droit du travail de l'Ontario, qui reconnaît formellement le droit des travailleurs de refuser un travail dangereux. Le fait que cette enquête ignorera les justes préoccupations des travailleurs, cependant, est presque une conclusion d'avance. Depuis le début de la pandémie, le ministère a rejeté la quasi-totalité des plusieurs milliers de plaintes concernant le COVID-19 en milieu de travail.

Les syndicats de l'éducation ont répondu à la grève de Glamorgan JPS en se précipitant pour en prendre la direction. Ils ont affirmé soutenir les travailleurs qui exercent leur droit de refuser un travail dangereux, mais ont exhorté les enseignants et le personnel de soutien à faire confiance au ministère du Travail anti-travailleurs du gouvernement Ford.

La principale préoccupation des quatre syndicats d'enseignants de l'Ontario et du Syndicat canadien de la fonction publique (SCFP), qui représente le personnel de soutien, est d'éviter que le débrayage des enseignants ne devienne le catalyseur d'une lutte beaucoup plus large contre la politique homicide de la réouverture de toutes les écoles pour l'apprentissage en personne en pleine pandémie. Comme l'a dit Don MacMillan, porte-parole des Travailleurs de l'éducation de Toronto (section locale 4400 du SCFP): «Nous recherchons tous un terrain d'entente ici, afin de pouvoir réintégrer le personnel dans les écoles.»

La présidente de l’Elementary Teachers of Toronto, Jennifer Brown, a cherché à minimiser l'importance de l'action professionnelle, déclarant: «Parce qu'il s'agit d'un refus individuel de travailler, ce que font les enseignants dépendra de ce qu'ils entendront comme réponse du ministère du Travail à leurs préoccupations directes.»

Ces déclarations soulignent l'indifférence des autorités syndicales à l'égard de la santé et de la sécurité des enseignants et du personnel éducatif qu'elles prétendent représenter. Les syndicats ont travaillé main dans la main avec le gouvernement Ford pour faire en sorte que les écoles soient rouvertes pour l'enseignement en classe en septembre dans des conditions totalement dangereuses et face aux préoccupations généralisées des enseignants, des parents et des élèves.

Même maintenant, lorsque les enseignants ont été contraints de quitter leur lieu de travail en raison d'une menace immédiate pour leur bien-être posée par une éclosion de COVID-19, les principales préoccupations des syndicats sont que la manifestation soit menée à son terme le plus rapidement possible afin de ne pas servir d'exemple aux autres travailleurs et qu'il reste confiné au système de relations de travail pro-employeur et réglementé par l'État.

Il faut dire sans ambages que si la lutte contre les écoles dangereuses ne s'étend pas au-delà des «refus individuels de travailler», elle échouera. Le fait que les enseignants et le personnel de soutien se retrouvent dans cette position est le résultat de la répression répétée par les syndicats de l'opposition des enseignants aux attaques du gouvernement Ford contre l'éducation et à son retour au travail imprudent et à la rentrée scolaire. Au début de septembre, le président de la Fédération des enseignants des écoles secondaires de l'Ontario (FEESO), Harvey Bischof, s'est catégoriquement opposé à ce que les enseignants fassent grève pour s'opposer à des conditions de travail dangereuses et protéger leur santé et celle de leurs élèves et de leur famille, déclarant une telle action «illégale».

Au lieu de cela, à la tête de l'opposition croissante à la reprise de l'apprentissage en personne, la FEESO de Bischof, en collaboration avec la Fédération des enseignants de l'élémentaire de l'Ontario (FEÉO), l'Ontario English Catholic Teachers Association et l'Association des enseignants ontariens, ont déposé une plainte auprès de la Commission des relations de travail de l'Ontario (CRTO) pro-employeur sur la réouverture prévue des écoles. Lorsque la CRTO a rejeté l'affaire quatre semaines plus tard sur un point technique et sans même prendre la peine d'en examiner le bien-fondé, les syndicats d'enseignants ont proclamé d'une seule voix que rien de plus ne pouvait être fait, et que les enseignants devraient déposer un dossier de plainte «individuel», une classe à la fois, comme l'a stipulé la CRTO, lorsque les circonstances l'exigent.

L'expérience des enseignants de l'Ontario est la même que celle des enseignants du Québec, de la Colombie-Britannique, des États-Unis et d'Europe. Dans tous les pays, les gouvernements capitalistes, quelle que soit leur allégeance politique, ont rouvert des écoles avec insouciance, au mépris total de la vie des enseignants, des élèves et de leurs familles. Au Canada, le gouvernement libéral fédéral dirigé par Trudeau a appuyé le populiste de droite conservateur Doug Ford, le premier ministre ultraconservateur de la Coalition Avenir Québec, François Legault et le néo-démocrate John Horgan pour qu’ils obligent les élèves et les enseignants à retourner dans des salles de classe surpeuplées. Les syndicats sont partout complices de cette politique, ayant coopéré avec les autorités gouvernementales pour élaborer des plans de rentrée scolaire et bloqué les efforts des enseignants et des parents pour s'y opposer.

La seule façon pour les enseignants et le personnel de soutien à l'éducation de la Glamorgan Junior Public School de protéger leur santé et leur vie est de faire appel au soutien des enseignants de tout l'Ontario et du Canada pour qu'ils s'engagent dans une lutte politique contre la priorité donnée par l'élite dirigeante aux bénéfices des entreprises au mépris de la vie des enseignants, des élèves et de leurs familles.

Pour mener cette lutte, les enseignants et le personnel de soutien doivent créer des comités de sécurité de la base indépendamment des syndicats procapitalistes, et en opposition à eux, dans chaque école et quartier. Ces comités devraient préparer une grève générale pour mettre fin à l'apprentissage en personne jusqu'à ce que la pandémie soit maîtrisée, exiger des milliards pour renforcer le système éducatif et fournir un apprentissage en ligne de haute qualité, et lutter pour une compensation salariale complète pour tous les parents qui doivent rester à la maison pour s'occuper de leurs enfants.

(Article paru en anglais le 4 novembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.