Le WSWS et la révélation des crimes de l'impérialisme américain

Par Bill Van Auken
3 novembre 2020

Les transformations, vitales politiquement, apportées au World Socialist Web Site reposent sur les puissantes bases posées au cours des 22 dernières années de publication quotidienne continue du WSWS. Tout au long de cette période, le World Socialist Web a établi un bilan inégalé dans son analyse et sa mise à nu des crimes de l'impérialisme américain et dans la lutte pour construire un mouvement mondial antiguerre basé sur la classe ouvrière.

Ce bilan et les précieuses leçons politiques de notre réponse à trois décennies de guerre impérialiste sont maintenant rendus beaucoup plus accessibles à un public international de travailleurs et de jeunes sur le site relancé du WSWS. J'invite tous les auditeurs à examiner ce bilan à travers les sections fascinantes et complètes du nouveau WSWS présentées sous les thèmes «Guerre et militarisme» et «Anti-impérialisme».

Bill van Auken

Dans cette lutte, nous nous sommes appuyés sur les grands marxistes du XXe siècle, en premier lieu Lénine et Trotsky, qui ont établi que la guerre et la révolution étaient les résultats inévitables, selon les termes de Trotsky, d'une «révolte des forces de production contre la forme politique de la nation et de l'État.» Cette conception marxiste fondamentale a été développée par le Comité international de la Quatrième Internationale en réponse à la mondialisation capitaliste, à l'intégration sans précédent de la production internationale et à l'immense intensification des antagonismes entre les grandes puissances impérialistes.

Le World Socialist Web Site a été lancé en février 1998 au lendemain de la dissolution de l'Union soviétique et au milieu des proclamations triomphalistes de la fin de l'histoire, d’un autre siècle américain et d’un «moment unipolaire» concrétisé dans la première guerre unilatérale d'agression américaine contre l'Irak.

Le WSWS a commencé à être publié en ligne au moment où l'impérialisme américain se préparait à une nouvelle guerre d'agression, cette fois dans les Balkans avec le bombardement de la Serbie par l'OTAN en 1999, sous la direction des États-Unis.

La guerre contre la Serbie a été lancée sous la bannière d'une intervention humanitaire en réponse supposée aux allégations très exagérées de «nettoyage ethnique» au Kosovo par le régime du diabolisé Slobodan Milosevic.

La WSWS a cependant révélé les sources objectives bien plus profondes de cette guerre. Son analyse a été résumée dans l'essai écrit par David North, «Après le massacre: les leçons politiques de la guerre des Balkans».

Il y était déclaré: «Loin de représenter une rupture avec un passé humaniste, la guerre des Balkans de 1999 annonce la résurgence virulente des caractéristiques des plus malignes de l'époque impérialiste: la légitimation de l'usage brutal d'une puissance militaire écrasante contre de petits États afin de poursuivre les intérêts stratégiques des «grandes puissances», la violation cynique du principe de la souveraineté nationale, le rétablissement de facto des formes colonialistes d'assujettissement, et la résurrection des antagonismes interimpérialistes porteurs des germes d'une nouvelle guerre mondiale.» Cette analyse presciente a résisté à l'épreuve du temps.

Au cours de l'intervention américaine dans les Balkans, le World Socialist Web Site a identifié de nouveaux appuis pour l'impérialisme parmi les couches de la classe moyenne supérieure, dont la richesse avait augmenté avec le boom financier. Il s'agissait notamment d'éléments qui avaient participé au mouvement de protestation contre la guerre du Vietnam et qui se ralliaient désormais à la sale bannière de l'interventionnisme humanitaire. Leurs intérêts trouveront une expression politique pendant toute la période qui suivra dans des tendances de pseudo-gauche qui soutiennent l'impérialisme, s'opposent au socialisme et sont hostiles aux luttes de la classe ouvrière. La WSWS a mené une lutte acharnée contre cette couche sociopolitique internationale et son soutien aux guerres impérialistes américaines, de la Serbie à la Syrie.

Le World Socialist Web Site a un bilan sans pareil d'articles et de commentaires sur les attaques terroristes du 11 septembre 2001, leurs origines et leurs conséquences politiques. Depuis près de deux décennies, la perspective avancée par la WSWS depuis le jour même des attentats a été entièrement confirmée: une justification de la puissance de l'analyse marxiste et de la politique basée sur des principes.

Au lendemain des attentats du 11 septembre, le World Socialist Web Site a lancé un avertissement: «C'est la politique menée par les États-Unis, motivée par les intérêts stratégiques et financiers de l'élite dirigeante, qui a jeté les bases du cauchemar qui s'est déroulé mardi. Les actions envisagées actuellement par l'administration Bush ... ne feront que préparer le terrain pour de nouvelles catastrophes.» Il a également expliqué que «du point de vue du gouvernement américain, la croisade contre le terrorisme a été bien plus une campagne de propagande pour justifier la violence militaire américaine dans le monde qu'un effort consciencieux pour protéger le peuple américain.»

Les événements ultérieurs ont confirmé cette analyse. La «guerre contre le terrorisme» est devenue le prétexte d'un renouveau du néocolonialisme impérialiste à grande échelle, avec notamment le lancement de l'invasion de l'Afghanistan en 2001 et de l'invasion de l'Irak en 2003.

Elles ont été suivies par des guerres pour le changement de régime en Libye et en Syrie, dans lesquelles Washington, sous l'administration démocrate de Barack Obama, a utilisé comme mandataires les mêmes forces d'Al-Qaïda qu'il était censé combattre. Des opérations clandestines de meurtre et de torture ont été menées par les États-Unis dans des dizaines de pays à travers le monde, tandis que la prétendue menace de «terreur» a servi de prétexte à des attaques massives contre les droits démocratiques et à l'espionnage du peuple américain et de la planète entière.

Le WSWS travaille sans relâche pour dénoncer les crimes de l'impérialisme américain, qui a tué et mutilé des millions de personnes et détruit des sociétés entières, de l'Afghanistan et de l'Irak à la Libye, la Syrie, le Yémen et au-delà, dans sa quête de domination mondiale.

Il lutte également de manière intransigeante pour le programme antiguerre du Comité international de la Quatrième Internationale, élaboré dans sa déclaration de 2016 «Le socialisme et la lutte contre la guerre.» Le CIQI a avancé les principes indispensables à la construction d'un véritable mouvement antiguerre, en insistant sur le fait qu'il doit être fondé sur la lutte politiquement indépendante de la classe ouvrière, unifiée au-delà des frontières nationales dans une lutte internationale pour l'abolition du système capitaliste d'États-nations et la création d'une fédération socialiste mondiale. «La guerre permanente de la bourgeoisie doit trouver une réponse dans la perspective d'une révolution permanente de la classe ouvrière», déclarait-elle.

Nous organisons ce rassemblement dans un contexte de menaces croissantes de guerre mondiale. L'appareil militaire américain a annoncé que la «guerre contre le terrorisme» a été supplantée par des conflits entre «grandes puissances», et il se prépare en conséquence. Au cours de la semaine dernière, les États-Unis et leurs alliés de l'OTAN ont organisé des répétitions générales pour le bombardement nucléaire de la Russie ainsi que pour la guerre dans le Pacifique avec la Chine.

En même temps, il y a une puissante résurgence des luttes de la classe ouvrière internationale, dans les protestations de masse du Nigeria au Chili et à la Thaïlande, à la résistance des enseignants, des travailleurs de la santé et autres à travers les Amériques et l'Europe et au-delà, à la réponse meurtrière de la bourgeoisie à la pandémie de COVID-19.

J'invite tous les partisans du WSWS à utiliser cette ressource inestimable pour vous éduquer en tant que marxistes et à rejoindre le Parti de l’égalité socialiste, ou à créer de nouvelles sections du Comité international de la Quatrième Internationale dans les pays où de tels partis n'existent pas encore.

Dans les prochains jours, la relance du World Socialist Web Site fera ses preuves en tant qu'arme la plus puissante dans la guerre révolutionnaire contre la guerre que doit mener la classe ouvrière internationale pour sa propre survie.

(Article paru en anglais le 30 octobre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.