Les travailleurs de la santé de l'Alberta organisent une grève sauvage contre les suppressions d'emplois et les privatisations

Par Roger Jordan
29 octobre 2020

Des milliers de travailleurs des hôpitaux et d'autres établissements de santé de l'Alberta ont débrayé lundi matin pour protester contre les projets du gouvernement de droite du Parti conservateur uni (UCP) d'éliminer jusqu'à 11.000 emplois dans le secteur de la santé par l'externalisation et les suppressions d'emplois.

La grève a été rapidement sabotée par le syndicat des travailleurs, l'Alberta Union of Provincial Employees (AUPE), qui a refusé de défendre les travailleurs contre un ordre de retour au travail draconien émis par la commission provinciale des relations de travail lundi soir. Néanmoins, le débrayage a permis d’exposer la colère de classe bouillonnante en Alberta et dans tout le Canada face à la gestion désastreuse de la pandémie de COVID-19 par l'élite dirigeante.

«Nous sommes épuisés, nous sommes vraiment épuisés», a déclaré à CBC Dina Moreira, une porteuse en grève à Edmonton. «Nous travaillons à court tous les jours… Nous sommes des services essentiels et nos emplois sont très importants. [Pourtant, le premier ministre Jason Kenney veut] faire reculer et supprimer nos emplois. Ce n'est pas juste. La majorité d'entre nous vit déjà chèque de paie en chèque de paie, à peine de quoi joindre les deux bouts.»

Le président de l'AUPE, Guy Smith, entouré de grévistes, s'adressant aux médias à l'extérieur de l'hôpital Royal Alexandra d'Edmonton (Source: The Progress Report)

La grève a commencé lorsque 175 travailleurs, y compris le personnel de soutien général, les nettoyeurs, les porteurs, les employés de la restauration et les employés de bureau – tous travaillant sans contrat – ont refusé de commencer leur quart de travail à 7 h à l'hôpital Royal Alexandra d'Edmonton. L'action s'est rapidement étendue à l'hôpital de l'Université de l'Alberta, à l'hôpital Glenrose et à l'hôpital de l'Alberta à Edmonton; l'hôpital Foothills, le South Health Campus et le Peter Lougheed Centre à Calgary; l’Hôpital régional de Red Deer; et à d'autres installations à Athabasca, Westlock, Lethbridge, Whitecourt, Cold Lake, Peace River, Leduc, Westview et Fort Saskatchewan.

Le gouvernement UCP de Kenney est en train de détruire les services publics et de licencier des milliers de travailleurs dans ce qui est le fer de lance de l'assaut pancanadien que l'élite dirigeante mène contre les travailleurs pour leur faire payer le renflouement massif des banques et des grandes entreprises par l'État au début de la pandémie, et plus généralement de la crise capitaliste mondiale.

Le gouvernement UCP a répondu à la grève en demandant au conseil des relations de travail pro-employeur une injonction contre l'action sur le milieu de travail. Comme on pouvait s'y attendre, cette agence de l'État capitaliste, dont les homologues sont régulièrement déployés à travers le Canada pour criminaliser les grèves et les manifestations ouvrières et appliquer les attaques brutales de la classe dirigeante, a interdit la grève quelques heures après son début. La décision «de cesser et de s'abstenir» stipulait que la décision serait déposée auprès de la Cour du Banc de la Reine, ce qui signifie que toute personne qui la violerait peut être poursuivie au criminel.

Le ministre des Finances, Travis Toews, s'est réjoui du résultat. Avec un cynisme inégalé, Toews, dont le gouvernement a mis en danger la vie de milliers de personnes en imposant la réouverture imprudente de l'économie et des écoles pendant la pandémie, et a considérablement réduit les dépenses de santé et d'éducation, a déclaré avec arrogance: «Les Albertains devraient pouvoir compter sur leur système de soins avec des services fournis sans interruption, peu importe les circonstances… Pour l'avenir, nous nous attendons à ce que tous les syndicats respectent le processus de négociation et cessent de mettre en danger la sécurité des Albertains. Nous ne tolérerons pas les grèves illégales.»

Les travailleurs ont fait grève pour s'opposer à l'annonce faite plus tôt ce mois-ci par le ministre de la Santé, Tyler Shandro, selon laquelle 11.000 emplois dans le secteur public de la santé seront supprimés au milieu d'une pandémie qui fait rage. Le gouvernement prévoit d'externaliser 9700 de ces postes à des entrepreneurs privés, qui paieront des salaires encore inférieurs à ceux que reçoivent actuellement les travailleurs et ne leur offriront pratiquement aucun droit ni aucune sécurité d'emploi. 800 emplois seront supprimés définitivement. Shandro se vante que la décision permettra au gouvernement d'économiser quelque 600 millions de dollars.

Cependant, ce n'est que la pointe de l'iceberg. Le gouvernement UCP a déjà licencié 20.000 membres du personnel de l'éducation, y compris des assistants d'enseignement, des agents d'entretien des écoles, des nettoyeurs et des employés de bureau. Il a également imposé unilatéralement une nouvelle structure d'honoraires aux médecins, obligeant à réduire les services et même à fermer de nombreuses cliniques rurales qui ne pouvaient plus fonctionner en raison de la baisse de 20 à 30% des revenus.

Tout en détruisant les services publics essentiels, le premier ministre de l'UCP, Jason Kenney, a canalisé des milliards de dollars en dons à l'élite des entreprises. L'UCP a réduit le taux d'imposition provincial des sociétés de 12 à 8 pour cent en juillet, accélérant son plan initial de mise en œuvre de la réduction d'impôt sur une période de quatre ans. Toews calcule que la réduction des impôts réduira les recettes publiques de 200 à 300 millions de dollars cette année seulement.

On ne sait toujours pas si une section de l'appareil du Syndicat des employés provinciaux de l'Alberta a été impliquée dans le déclenchement du débrayage sauvage, ou si le syndicat a simplement offert rapidement son «soutien» après son éruption pour éviter que l'action échappe à son contrôle. Ce qui est clair, cependant, c'est que le syndicat n'a jamais eu l'intention de mener une véritable lutte. Il a proclamé publiquement qu'il n'avait pas participé à l'organisation du débrayage et a abandonné les travailleurs dès que la commission des relations de travail a rendu sa décision. Le président de l'AUPE, Guy Smith, a explicitement déclaré lundi que la principale préoccupation de son syndicat était d'assurer la coopération avec le gouvernement UCP ultraconservateur, et non de protéger les emplois des travailleurs.

Exhortant Kenney à rétablir la relation de coopération que les syndicats entretenaient avec les premiers ministres précédents, y compris les chefs des gouvernements conservateurs qui ont gouverné la province pendant des décennies, Smith a déclaré: «Le fait que nous n'ayons pas été en mesure d'avoir cela, de bâtir cette relation avec ce gouvernement, signifie qu'il pourrait être plus difficile d'arriver à ces points de discussion. Nous savons que nous allons être en désaccord, mais nous sommes actuellement à un point critique et nous sommes prêts à aider à résoudre ce problème si le gouvernement l'est.»

Conformément à ce programme corporatiste anti-ouvrier, l'AUPE a pris la tâche de ramener les travailleurs dans les hôpitaux dès la publication de la décision de rupture de grève. Indiquant clairement que les dirigeants syndicaux considéraient la grève comme rien de plus qu'un coup d'éclat, un communiqué publié sur le site Web de l'AUPE a déclaré: «Après avoir attiré l'attention nationale sur la privatisation des soins de santé en Alberta, le personnel de santé représenté par l'Alberta Union of Provincial Employees retourne au travail mardi ... suite à une ordonnance de l'Alberta Labour Relations Board de cesser et de renoncer à leur grève sauvage. L'AUPE notifie à tous ses membres l'obligation d'obéir à l'ordre de l'ALRB en reprenant le travail comme prévu.»

Cette misérable capitulation face aux diktats du gouvernement et de ses institutions étatiques est conforme au rôle joué par la bureaucratie syndicale partout au Canada. Depuis le début de la pandémie de COVID-19, les syndicats ont approfondi leur collaboration avec les grandes entreprises et le gouvernement fédéral en réprimant toute opposition de la classe ouvrière aux conditions de travail dangereuses et à la réouverture imprudente de l'économie et des écoles. Unifor et le Congrès du travail du Canada ont concentré leurs énergies sur l'établissement de partenariats avec les groupes de pression du patronat et les libéraux de Trudeau pour s'assurer, selon une déclaration commune, que les affaires «reviennent en force».

Les travailleurs qui ont cherché à s'opposer à la politique homicide «d'immunité collective» de la classe dirigeante ont été sacrifiés par les syndicats. En Ontario, les enseignants hostiles à la réouverture dangereuse des écoles ont été exhortés par les quatre syndicats de l'éducation de la province à faire confiance au conseil des relations de travail de la province, qui a rapidement rejeté la cause des syndicats sur un point technique. Depuis que cette décision a été prise, les syndicats n'ont absolument rien fait pour protéger le bien-être des enseignants et des étudiants, dont des dizaines sont quotidiennement infectés par le virus potentiellement mortel.

À la suite d'une épidémie massive de COVID-19 à l'usine d'emballage de viande Cargill à High River, en Alberta, qui a été liée à au moins trois décès, le syndicat des Travailleurs unis de l'alimentation et du commerce a exclu toute grève des travailleurs pour empêcher la réouverture de l'usine, déclarant qu'une telle action professionnelle serait «illégale».

La leçon essentielle à tirer des travailleurs de la santé est que la défense de leur emploi et des services publics est avant tout une lutte politique. On ne peut pas avancer d'un pas en faisant appel à la bonne volonté du gouvernement Kenney, ou de tout autre gouvernement capitaliste d'ailleurs, parce qu'ils font tous respecter les exigences des grandes entreprises. Les travailleurs ne peuvent pas non plus l'emporter s'ils cherchent à mener leur juste lutte à travers les syndicats corporatistes. Leur priorité est de maintenir le système de négociation collective propatronale sur lequel sont basés les privilèges des bureaucrates syndicaux, plutôt que de se battre pour les travailleurs qu'ils prétendent représenter.

La lutte politique que doivent engager les travailleurs les oppose non seulement à Kenney, mais aussi au NPD dans l'opposition, dont les quatre années d'austérité au gouvernement entre 2015 et 2019 ont ouvert la voie au retour au pouvoir des conservateurs, aux libéraux fédéraux et à tout l’appareil d'État capitaliste. Leur lutte pour des emplois décents et sûrs et des soins de santé bien financés représente un défi direct à la réponse de l'élite dirigeante à la pandémie, qui a été basée sur le fait de prodiguer des centaines de milliards de dollars aux super-riches tout en imposant une austérité sauvage aux travailleurs et dans les services publics. Alors que les grévistes se battent pour défendre les services publics essentiels qui sont primordiaux pour contenir la pandémie et sauver des vies, l'élite capitaliste et ses employés au gouvernement sont déterminés à abolir tous les gains sociaux réalisés par les travailleurs,

Ce dont les travailleurs ont besoin avant tout, c'est de leur propre programme politique et parti basé sur la lutte pour un gouvernement ouvrier engagé dans des politiques socialistes. Pour entreprendre cette lutte, les travailleurs de la santé de l'Alberta devraient créer des comités de la base indépendants de l'AUPE et de l'ensemble de la bureaucratie syndicale, et en opposition à eux. Ils devraient faire appel aux médecins et aux infirmières, aux enseignants et aux autres membres du personnel de l'éducation, ainsi qu'aux travailleurs de tous les secteurs de la vie économique au Canada et à l'étranger pour qu'ils se joignent à eux dans la lutte contre l'austérité capitaliste, la privatisation et la réouverture imprudente des écoles et des entreprises en pleine pandémie.

(Article paru en anglais le 28 octobre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.