Des questions entourent le rôle du conseiller présidentiel Stephen Moore

Trump qualifie Whitmer de «dictatrice» alors que la milice du Wisconsin se trouve impliquée dans le complot du Michigan

Par Eric London
17 octobre 2020

Le président Donald Trump a continué à dénoncer jeudi la gouverneure démocrate du Michigan, Gretchen Whitmer, en la qualifiant de «dictatrice» et en légitimant les actions des miliciens fascistes qui ont comploté pour la kidnapper et la tuer.

«Le Michigan, elle [Whitmer] doit l’ouvrir», a déclaré Trump sur la chaîne Fox Business. Whitmer «veut être une dictatrice dans le Michigan et les gens ne peuvent pas la supporter», a-t-il dit. Il a souligné que les gens «veulent retourner au travail… les écoles doivent ouvrir, les entreprises doivent s’ouvrir».

Men with assault rifles stand at the doors of the State Capitol during a rally against Michigan’s coronavirus stay-at-home order in Lansing, May 14, 2020. (AP Photo/Paul Sancya)

Cette quasi-approbation du complot contre Whitmer confirme que Trump se prépare toujours à violer les résultats des élections du 3 novembre et à utiliser des forces d’extrême droite pour rester au pouvoir.

Ses menaces à peine voilées soulignent également le rôle essentiel joué par les milices d’extrême droite en tant que fer de lance de la politique d’«immunité collective» de la classe dirigeante. Les fascistes sont mobilisés pour menacer de violence les responsables chargés de mettre en œuvre les mesures de confinement les plus légères afin de forcer le pays tout entier à reprendre le travail.

Les déclarations de Trump sont intervenues au moment où le procureur général du Michigan, Dana Nessel, a annoncé qu’une quatorzième personne a été arrêtée et inculpée pour participation à une vaste conspiration contre Whitmer. Il s’agit de Brian Higgins, un homme de 51 ans du Wisconsin.

Nessel a déclaré à CBS: «Je ne sais pas s’ils seront nécessairement associés à ce groupe particulier. Mais certainement, dois-je m’attendre à d’autres accusations liées à cette série de groupes qui semblent opérer ensemble non seulement dans l’État du Michigan, mais aussi dans plusieurs États de nombreuses juridictions? Oui, je m’y attends».

Une transcription de l'audience préliminaire tenue mardi dans le cadre de la poursuite fédérale contre les conspirateurs Adam Fox, Ty Garbin, Kaleb Franks, Daniel Harris et Brandon Caserta montre clairement que seule une fraction des détails du complot a été dévoilée.

Le témoignage de l’agent spécial du FBI Richard Trask révèle que les conspirateurs n’étaient qu’une partie d’une conspiration beaucoup plus vaste qui implique de nombreuses milices de plusieurs États.

Le témoignage de Trask révèle que la réunion du 6 juin qui a eu lieu à Dublin, dans l’Ohio, n’était pas un rassemblement informel, mais ressemblait davantage à un congrès de conspirateurs. Trask a déclaré: «C’était une réunion d’individus de plusieurs États pour discuter des orientations possibles pour l’avenir et des scénarios possibles à planifier. Tous étaient des milices multiples de différents États et étaient aussi initialement liés à ce plan».

Trask a déclaré que différentes milices de différents États ont envoyé des «représentants» à la réunion, et «au moins quatre à cinq» États se trouvaient représentés à la réunion. Trask a spécifiquement mentionné le Wisconsin comme l’un de ces États.

L’agent du FBI a en outre témoigné que les diverses sessions d’entraînement organisées par les comploteurs ont impliqué des dizaines de personnes, ce qui indique que le groupe a levé une petite armée. L’échange suivant a eu lieu entre un avocat de la défense et Trask concernant la session d’entraînement militaire des «Wolverine Watchmen» du 28 juin à Munith au Michigan:

Q: Beaucoup de gens y ont assisté, est-ce exact?

R: C’est exact.

Q: Une estimation? Quarante, cinquante personnes?

R: Je n'ai pas ce nombre.

Q: Vous avez vu quelques vidéos de l'événement; est-ce exact?

R: Oui.

Q: Et il y a beaucoup, beaucoup de personnes en plus des personnes que vous avez identifiées dans cette plainte; est-ce exact?

R: C’est exact.

Un autre échange a eu lieu concernant une autre session d’entraînement militaire à Cambria, au Wisconsin, du 10 au 12 juillet.

Q: Encore une fois, il y a plusieurs personnes, plus de 50 personnes, à ces événements?

R: Je ne sais pas s'il y avait plus de 50 personnes, mais, oui, il y avait plusieurs personnes.

Q: Il y avait beaucoup plus de personnes que celles qui sont nommées ici; est-ce exact?

R: C'est exact.

Le rôle de plus en plus central joué par les groupes du Wisconsin dans le complot du Michigan et les accusations portées jeudi contre le résident du Wisconsin, Higgins, soulèvent d’autres questions quant aux liens éventuels des comploteurs avec le gouvernement Trump.

Outre la séance d’entraînement à Cambria, c’est dans le Wisconsin que les conspirateurs avaient prévu d’emmener Whitmer pour son procès et son exécution. Le groupe a acheté un silencieux pour l’amener dans le Wisconsin. Au moins un résident du Wisconsin s’est rendu dans le Michigan pour aider à espionner la maison de vacances de Whitmer, mais n’a pas été inculpé. Le nom de l’État apparaît pas moins de 19 fois dans la transcription du témoignage de Trask.

Le Wisconsin est un État contesté avec un contrôle partagé: les républicains contrôlent le corps législatif, mais le gouverneur est démocrate. Les autres États contestés avec un contrôle partagé sont le Michigan, la Pennsylvanie et la Caroline du Nord. C’est dans ces États que Trump a concentré ses plans pour utiliser l’extrême droite afin de nommer des listes alternatives de grands électeurs pour voler l’élection présidentielle.

Les liens possibles entre les milices d’extrême droite du Wisconsin et le gouvernement Trump découlent d’un «rassemblement pour la liberté» qui s’est tenu le 24 avril dans la capitale de l’État, Madison, contre les mesures de confinement mises en œuvre par le gouverneur démocrate de l’État, Tony Evers.

De nombreux membres armés de la milice fasciste du Wisconsin ont participé à ce rassemblement, qui a eu lieu quelques jours seulement après la première descente de la milice sur le Capitole de l’État à Lansing, dans le Michigan. Parmi ceux qui ont participé à la promotion du rassemblement du Wisconsin, il y avait la milice des «Trois pour cent» (Three Percent), les «Gardiens du serment» (Oath Keepers) et le groupe fasciste «Équipe tactique de défense du Midwest» (Midwest Defense Tactical Team). Thomas Leager, un blogueur fasciste ayant des liens avec diverses milices de l’État, a été l’un des principaux organisateurs du rassemblement anti-confinement, selon un rapport contemporain du Milwaukee Journal-Sentinel.

Le 14 avril, Steven Moore, conseiller économique de Trump et membre du groupe de travail sur la réouverture de la crise du coronavirus, a participé à une interview sur une chaîne de droite de YouTube. Bien que la vidéo ait reçu peu d’attention, la révélation d’une partie du complot du Michigan la met désormais en pleine lumière.

Pendant la vidéo, Moore admet avoir aidé subrepticement à planifier le rassemblement du 24 avril. «Je travaille avec un groupe du Wisconsin», dit-il, «qui va fermer la capitale. Chut! Ne le dites à personne!»

«C’est génial», a ajouté Moore. «Nous avons un gros donateur dans le Wisconsin. Je ne vais pas mentionner son nom. Je lui en ai parlé et il m’a dit: “Steve, je promets de payer la caution et les frais de justice pour toute personne qui sera arrêtée”. C’est le moment idéal pour la désobéissance civile».

Cela soulève des questions de grande importance. Moore est une figure majeure du gouvernement Trump. En 2019, Trump a nommé Moore pour occuper un siège à la Réserve fédérale, bien que Moore ait ensuite retiré sa nomination. Il a été membre du comité de rédaction du Wall Street Journal et co-fondateur et président du Club pour la croissance (Club for Growth).

Le conseiller principal de Trump, Moore, a-t-il eu des contacts personnels avec des fascistes ou des miliciens du Wisconsin ? A-t-il coordonné le rassemblement du 24 avril avec eux par un intermédiaire ? Qui est le «grand donateur du Wisconsin» avec lequel Moore était en contact ? Quel était son lien avec les milices ? Qu'est-ce que les grands comploteurs du Wisconsin ont prévu pour le jour des élections ?

Tout cela soulève une autre question: pourquoi les responsables fédéraux n’ont-ils inculpé qu’une seule personne du Wisconsin dans la conspiration? Alors que l’agent du FBI chargé de l’enquête admet que le complot impliquait des dizaines de résidents du Wisconsin et que l’État est celui où le crime ultime – l’exécution de Whitmer – devait avoir lieu.

L’implication de Moore dans la planification du rassemblement du 24 avril à Madison est essentielle, car le témoignage de l’agent du FBI Trask montre clairement que les manifestations n’étaient pas des protestations, en soi. Les comploteurs ont plutôt utilisé ces réunions pour se rencontrer et planifier les prochaines étapes de leur conspiration meurtrière.

Faisant référence à l’un de ces rassemblements au tribunal mardi, le procureur fédéral a demandé à Trask: «Je veux revenir au 18 juin, qui est juste une semaine et demie après cette réunion de Dublin, en Ohio» à laquelle les milices d’au moins quatre ou cinq États, dont le Michigan et le Wisconsin, étaient présentes. «Il y a eu un rassemblement sur le Deuxième Amendement [de la Constitution] au Capitole de l’Etat, exact?» Trask a répondu: «Oui.»

Q: Et c’était une autre de ces occasions où des groupes se sont rassemblés avec des armes d’assaut au Capitole de l’État?

R: C’est exact.

Q: Est-ce que [le chef de la conspiration, Adam] Fox a rencontré certains des dirigeants des Wolverine Watchmen lors de ce rassemblement?

R: Oui, il l’a fait.

Trask a répondu par l’affirmative lorsqu’on lui a demandé si les conspirateurs du Michigan avaient discuté «d’une invitation qu’ils avaient reçue pour participer à une autre de ces manifestations publiques au Capitole» à l’approche du jour des élections. Adam Fox a déclaré aux autres conspirateurs que la proposition était de «se retrouver au Capitole ce dimanche, avec tout le matériel nécessaire, à 15 heures, pour une réunion». Les comploteurs ont décidé de ne pas assister à cette réunion pour ne pas attirer l’attention du public.

D’autres questions se posent également concernant le propriétaire de la propriété à Cambria, au Wisconsin, où la séance d’entraînement du 10 au 12 juillet a eu lieu. La propriété appartient à Michael H. Jung, qui se décrit lui-même comme le «commandant adjoint» de la cellule à Wisconsin du groupe fasciste «Trois pour cent» (Three Percenters). Son profil Twitter se lit comme suit: «Appartiens à la fois aux Gardiens du serment (Oath Keepers) et aux Trois pour cent. Nous sommes ici pour honorer la Constitution de notre pays et faire en sorte qu’elle reste la loi de notre pays. Et vous? Patriote pour Trump.»

Jung a été interviewé par 58 News, filiale de CBS au Milwaukee, et il a reconnu que la séance d’entraînement avait eu lieu dans sa propriété. Lorsqu’un journaliste lui a demandé «le FBI est-il venu vous parler?» Jung a répondu: «Personne ne m’a parlé.»

Ce qui émerge est une conspiration nationale étroitement liée non seulement à la stratégie électorale de Trump, mais aussi à la politique de la classe dirigeante qui consiste à forcer les travailleurs à retourner au travail, quels que soient les risques pour la santé, au nom de Wall Street. Ce n’est pas un hasard si le Wisconsin est désormais le point chaud national en matière de nouveaux cas de coronavirus. Ce complot doit être démasqué et les travailleurs du monde entier doivent s’y opposer.

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.