Les étudiants diplômés de l'université du Michigan votent pour prolonger la grève alors que l'opposition éclate sur les campus à travers les États-Unis

Par Genevieve Leigh
15 septembre 2020

Les enseignants diplômés de l'Université du Michigan ont voté dimanche pour prolonger leur grève contre la politique de réouverture de l'université pour la semaine à venir.

Les étudiants de l'organisation des employés diplômés de l'UM (GEO) ont conclu leur grève initiale de quatre jours vendredi. Lors d'une réunion tenue tard vendredi soir, la GEO a annoncé que son comité directeur recommandait la prolongation de la grève d'une semaine supplémentaire car les demandes des enseignants n'avaient pas été satisfaites par l'université.

Les membres ont eu le week-end pour voter en faveur de la prolongation de la grève. Les résultats ont été publiés tard dimanche soir, montrant un soutien écrasant, avec 80 % des votes en faveur de la prolongation.

La grève a recueilli un immense soutien de la part des étudiants de premier cycle, des conseillers en résidence, des professeurs, du personnel universitaire, des travailleurs et des lycéens de la région, ainsi que des étudiants et des travailleurs des campus de tout le pays.

Cette vague de soutien est une indication de l'immense opposition qui existe au sein de la classe ouvrière face à la volonté téméraire de rouvrir les écoles et les lieux de travail alors que la pandémie de COVID-19 continue de balayer le pays.

Un reportage publié vendredi matin par USA Today donne des preuves indiscutables que la réouverture des collèges et des universités entraîne une augmentation des infections dans toute la communauté. Le reportage montre que 19 des 25 plus grandes épidémies aux États-Unis se produisent dans des communautés dont les universités ont rouvert leurs portes pour l'apprentissage en personne.

Chaque étudiant et travailleur sur le campus universitaire et dans la communauté environnante a un intérêt dans l'issue de cette lutte.

Pour poursuivre et étendre la grève, les travailleurs et les étudiants de toute l'université devraient établir un comité de grève à l'échelle du campus pour lutter pour la fermeture du campus pour l'apprentissage en personne, s'opposer aux représailles et à la victimisation par l'université, et relier la lutte avec les étudiants et les travailleurs dans tout le pays contre la politique plus large de la classe dirigeante.

Dimanche, la nouvelle de l'apparition du virus à l'Université d'État du Michigan (MSU), à une heure de distance de l'Université du Michigan, Ann Arbor, a été annoncée.

Une opposition se prépare parmi les étudiants et le personnel de la MSU sur les mêmes questions au centre de la grève à l'UM, et la fermeture de ces deux campus sauverait d'innombrables vies dans toute la région.

Les étudiants et les professeurs de l'Université d'État de l'Iowa et de l'Université de l'Iowa, situés à seulement deux heures de route, organisent une grève commune à partir de ce mercredi. À l'université d'État de San Diego (SDSU), l'indignation grandit à propos des politiques de réouverture qui ont conduit à plus de 500 cas. Des centaines d'étudiants et de professeurs ont signé une lettre pour s'opposer à la réouverture de l'Université de Californie à San Diego à la fin du mois.

Les étudiants de l'université du Wisconsin-Madison ont protesté samedi contre l'apprentissage en personne en installant des pierres tombales devant le réfectoire que les étudiants en quarantaine doivent utiliser. Vendredi, plus de 1800 étudiants avaient été testés positifs à l'université. L'université du Wisconsin-La Crosse a émis une ordonnance de «confinement sur place» qui inclut toutes les résidences du campus en raison du nombre croissant de cas.

Le résultat de la réouverture des campus pour l'apprentissage en personne, comme cela a été largement prédit, est en train de produire une catastrophe. Dimanche, l'État du Wisconsin a annoncé un nouveau record de 1582 cas, en grande partie dû à la réouverture des écoles et à son impact plus large.

La campagne de réouverture des écoles et des universités fait partie de la politique d'«immunité collective» de la classe dirigeante: c'est-à-dire de permettre au virus de se propager sans retenue. Cette politique, menée par Trump mais mise en œuvre par les démocrates et les républicains dans tous les États du pays, a déjà fait près de 200.000 morts aux États-Unis. L'Université de Washington estime maintenant que le nombre de décès pourrait dépasser 400.000 d'ici la fin de l'année.

Depuis le début de la pandémie, les intérêts sociaux qui ont guidé la politique ont été ceux de Wall Street, des dirigeants d'entreprises et de la classe capitaliste dans son ensemble. Alors que les victimes de l'épidémie de COVID-19 s'accumulaient par milliers aux États-Unis, les politiciens démocrates et républicains étaient occupés à préparer un sauvetage des riches à une échelle sans précédent dans l'histoire du monde. La loi dite CARES, adoptée à la quasi-unanimité fin mars, a sanctionné l'injection de plus de 3000 milliards de dollars à Wall Street.

Une fois leur richesse assurée, la classe dirigeante a immédiatement entamé sa campagne de retour au travail, puis, à l'approche du semestre d'automne, sa campagne de rentrée scolaire.

Les démocrates et les républicains sont unis dans leur volonté de rouvrir les écoles. Si la tactique et la rhétorique de Biden sont différentes de celles de Trump, la conclusion fondamentale reste la même: les écoles doivent rouvrir. L'épouse de Biden est en pleine «tournée de rentrée des classes» de plusieurs semaines qui s'arrêtera dans dix grandes villes pour promouvoir la campagne de Biden en faveur de la «réouverture des écoles en toute sécurité».

La classe dirigeante a été aidée et encouragée dans cette campagne par les syndicats, qui n'ont rien fait pour s'opposer à la politique meurtrière de la classe dirigeante. En ce qui concerne la grève à l'Université du Michigan, la Fédération américaine des enseignants (AFT), l'organisation mère du GEO, a délibérément isolé la grève du GEO. Bien que la grève ait bénéficié d'un soutien public accru dans tout le pays, la présidente de l'AFT et responsable du Parti démocrate, Randi Weingarten, n'a même pas encore reconnu publiquement l'existence de la grève, sans parler de la soutenir ou de faire appel à d'autres syndicats de l'AFT.

Les enseignants, le personnel et les élèves ont commencé à former un réseau de comités de sécurité des enseignants, coordonnés au niveau national, indépendants des syndicats propatronaux et des deux partis des grandes entreprises, afin d'empêcher la réouverture des écoles.

Les étudiants de l'université du Michigan ont pris une position importante pour défendre la santé contre le profit. Cependant, cette lutte doit être développée en une lutte plus large de toute la classe ouvrière contre un système social et économique, le capitalisme, qui subordonne les besoins de la société à l'accumulation de profits par les riches.

Les Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale (IYSSE) aux États-Unis organisent une réunion nationale en ligne jeudi, à 20h heure de l'Est, afin d'organiser les étudiants contre la réouverture imprudente des écoles. Nous invitons les étudiants et les jeunes à s'inscrire à cet événement dès aujourd'hui.

(Article paru en anglais le 14 septembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.