La dernière année de Trotsky

Cinquième partie

Par David North
12 septembre 2020

Ceci est la cinquième partie d’une série.[Première partie][Deuxième partie][Troisième partie][Quatrième partie]

Lors de ses discussions avec James P. Cannon et Farrell Dobbs lors de la visite de la délégation du Socialist Workers Party à Coyoacán en juin 1940, Trotsky avait exprimé son inquiétude quant à l'approche excessivement syndicaliste du SWP dans son travail au sein des syndicats. L'attention portée à la politique, c'est-à-dire à la stratégie socialiste révolutionnaire, était insuffisante. Cela s'était traduit par l'adaptation du SWP aux syndicalistes pro-Roosevelt, ce que Trotsky a décrit comme «un terrible danger.» Il a jugé nécessaire de rappeler aux dirigeants que «la politique bolchévique commence en dehors des syndicats.» [2]

Il est évident que Trotsky avait l'intention de poursuivre et d'approfondir la discussion sur les questions qui avaient été soulevées lors de la visite des dirigeants du SWP. Après leur départ du Mexique, Trotsky a commencé à travailler sur un article consacré à une analyse des syndicats. Le projet a été trouvé sur le bureau de Trotsky après son assassinat et a été publié à titre posthume dans le numéro de février 1941 de la revue théorique, Fourth International. Il s'intitulait Les syndicats à l'époque de la décadence impérialiste.

Léon Trotsky et sa femme, Natalia Sedova

Comme il est caractéristique des écrits de Trotsky, il a cherché à situer son analyse des syndicats dans le contexte historique et international approprié, et à identifier les processus essentiels qui déterminaient, outre les motivations personnelles et les rationalisations des dirigeants individuels, les politiques de ces organisations. C'est seulement sur cette base objective qu'il a été possible de développer une approche marxiste, c'est-à-dire véritablement révolutionnaire, du travail dans les syndicats. L'article de Trotsky commençait par une identification concise de la place des syndicats dans l'ordre capitaliste mondial:

«Le développement, ou plus exactement la dégénérescence, des organisations syndicales modernes dans le monde entier a un point commun: c'est leur rapprochement et leur développement commun avec le pouvoir étatique. Ce processus est tout aussi caractéristique des syndicats neutres, sociaux-démocrates, communistes et «anarchistes». Ce seul fait montre que la tendance à «grandir ensemble» n'est pas intrinsèque à telle ou telle doctrine, mais découle de conditions sociales communes à tous les syndicats.

Le capitalisme monopolistique ne repose pas sur la concurrence et la libre initiative privée, mais sur un commandement centralisé. Les cliques capitalistes à la tête de puissants trusts, regroupements, consortiums bancaires, etc., voient la vie économique du même œil que le pouvoir étatique; et elles ont besoin à chaque étape de la collaboration de ce dernier. À leur tour, les syndicats des principales branches de l'industrie se voient privés de la possibilité de tirer profit de la concurrence entre les différentes entreprises. Ils doivent faire face à un adversaire capitaliste centralisé, intimement lié au pouvoir étatique.» [3]

Partant de cette caractéristique universelle du développement capitaliste moderne, Trotsky a fait valoir que les syndicats – dans la mesure où ils acceptent le cadre capitaliste – ne pouvaient pas maintenir une position indépendante. Les dirigeants des syndicats – la bureaucratie – cherchaient à rallier l'État à leur cause, un objectif qui ne pouvait être atteint qu'en démontrant qu'ils n'avaient pas d'intérêts indépendants, et encore moins hostiles, à l'État capitaliste. Afin de préciser l'étendue et les implications de cette subordination, Trotsky a écrit: «En transformant les syndicats en organes de l'État, le fascisme n'invente rien de nouveau; il ne fait que tirer à leur fin les tendances inhérentes à l'impérialisme.» Trotsky a souligné que le développement de l'impérialisme moderne exigeait l'élimination de tout semblant de démocratie au sein des anciens syndicats. Au Mexique, a-t-il noté, les syndicats «ont, par la nature des choses, pris un caractère semi-totalitaire.» [5]

Trotsky a insisté sur le fait qu'il était nécessaire que les révolutionnaires continuent à travailler au sein des syndicats car les masses de travailleurs restaient organisées en leur sein. Pour cette même raison, et pour cette raison seulement, les révolutionnaires ne pouvaient pas, insistait Trotsky, «renoncer à la lutte au sein des organisations de travail obligatoire créées par le fascisme.» Il est clair que Trotsky ne croyait pas que les syndicats fascistes étaient des «organisations de travailleurs», dans le sens où ils représentaient les intérêts de la classe ouvrière. Le travail au sein des syndicats, une nécessité tactique, ne signifiait pas une réconciliation avec la bureaucratie, et encore moins un vote de confiance dans cette couche sociale réactionnaire. Le but des interventions des marxistes au sein des syndicats dans toutes les conditions était «de mobiliser les masses, non seulement contre la bourgeoisie, mais aussi contre le régime totalitaire au sein des syndicats eux-mêmes et contre les dirigeants qui appliquent ce régime.» [7]

Trotsky a proposé deux slogans sur lesquels la lutte contre les agents bureaucratiques de l'impérialisme devrait être basée. Le premier était «l'indépendance complète et inconditionnelle des syndicats par rapport à l'État capitaliste.» [Souligné dans l’original] Ce slogan impliquait «une lutte pour faire des syndicats les organes des larges masses exploitées et non les organes d'une aristocratie ouvrière.» Mais la réalisation de cet objectif était inséparablement liée à l'adhésion des masses ouvrières au parti révolutionnaire et au programme du socialisme.

Commentant la situation aux États-Unis, Trotsky a considéré l'émergence soudaine de syndicats industriels comme une évolution majeure. Le CIO [Congrès des organisations industrielles], écrit-il, «est la preuve irréfutable des tendances révolutionnaires au sein des masses ouvrières.» Mais la faiblesse des nouveaux syndicats était déjà évidente.

«Il est cependant révélateur et remarquable au plus haut point que la nouvelle organisation syndicale "de gauche", qui venait à peine d'être fondée, soit aussitôt tombée dans l’étreinte d’acier de l'État impérialiste. La lutte au sommet entre l'ancienne fédération et la nouvelle est en grande partie réductible à la lutte pour la sympathie et le soutien de Roosevelt et de son cabinet.» [10]

L'intensification de la crise mondiale du capitalisme et l'exacerbation extrême des tensions sociales ont produit au sein des syndicats, aux États-Unis et au niveau international, un brusque virage à droite, c'est-à-dire vers une suppression encore plus extrême par les syndicats de la résistance ouvrière au capitalisme. «Les dirigeants du mouvement syndical», a expliqué Trotsky, «ont senti ou compris, ou ont été amenés à comprendre, que ce n'était pas le moment de jouer le jeu de l'opposition.» Les responsables syndicaux n'étaient pas des spectateurs innocents dans la consolidation des formes les plus répressives du pouvoir bourgeois. «La caractéristique fondamentale, le basculement vers le régime totalitaire», a déclaré sans ambages Trotsky, «traverse le mouvement ouvrier du monde entier.» [11]

Dans la mesure où le Socialist Workers Party nourrissait la moindre illusion quant à la possibilité de relations amicales avec les dirigeants syndicalistes «progressistes», c’était parce qu’il ne reconnaissait pas le rôle historique des bureaucraties du travail à l'époque de l'impérialisme. Comme l'avait dit Trotsky à la très courageuse, mais étonnamment naïve camarade Antoinette Konikow de la délégation du SWP: «Lewis [le célèbre leader des United Mine Workers] nous tuerait très efficacement...» [12]

Le dernier paragraphe de son essai résume la situation historique à laquelle étaient confrontés les syndicats:

«Les syndicats démocratiques au sens ancien du terme, des organismes où, dans le cadre d'une même organisation de masse, différentes tendances luttaient plus ou moins librement, ne peuvent plus exister. Tout comme il est impossible de ramener l'État démocratique bourgeois, il est impossible de ramener la vieille démocratie ouvrière. Le sort de l'une reflète le sort de l'autre. En effet, l'indépendance des syndicats en termes de classe, dans leurs relations avec l'État bourgeois, ne peut, dans les conditions actuelles, être assurée que par une direction totalement révolutionnaire, c'est-à-dire la direction de la Quatrième Internationale. Cette direction, naturellement, doit et peut être rationnelle et assurer aux syndicats le maximum de démocratie concevable dans les conditions concrètes actuelles. Mais sans la direction politique de la Quatrième Internationale, l'indépendance des syndicats est impossible.» [13]

Ces mots ont été écrits il y a quatre-vingts ans. L'analyse que Trotsky a faite de la dégénérescence des syndicats – leur intégration au pouvoir de l'État et à la gestion des entreprises – était extraordinairement clairvoyante. La tendance au «rapprochement» des syndicats, de l'État et des entreprises capitalistes s'est poursuivie tout au long de la période de l'après-guerre. En outre, le processus d'intégration économique mondiale et de production transnationale a privé les syndicats d'un cadre national dans lequel ils pouvaient faire pression pour des réformes sociales limitées. Il n'y avait plus de place pour le recours, même le plus modéré, aux méthodes de la lutte des classes pour obtenir des gains minimes. Les syndicats, plutôt que d'obtenir des concessions des entreprises, se sont transformés en compléments de l'État et des entreprises qui servent à obtenir des concessions des travailleurs.

Par conséquent, il ne reste aucune trace de «démocratie ouvrière» dans les structures bureaucratiques et corporatistes que l'on appelle syndicats. L'ancienne terminologie survit. Les organisations corporatistes comme l'AFL-CIO et ses affiliés sont toujours appelées «syndicats». Mais la pratique actuelle de ces organisations n'a aucun rapport avec la fonction socio-économique traditionnellement associée au mot «syndicat». La pratique du parti révolutionnaire ne peut se fonder sur l'utilisation non critique d'une terminologie qui ne reflète pas l'évolution du phénomène qu'elle décrit apparemment. La dégénérescence des anciennes organisations ne peut pas être surmontée simplement en les appelant «syndicats». Comme Trotsky avait insisté en septembre 1939, au début de la lutte contre Shachtman et Burnham, «Nous devons prendre les faits tels qu'ils sont. Nous devons construire notre politique en prenant comme point de départ les relations et les contradictions réelles.» [14]

La lutte pour la démocratie ouvrière et l'indépendance totale des organisations de la classe ouvrière restent des éléments essentiels du programme révolutionnaire contemporain. Mais cette perspective ne sera pas réalisée par le renouvellement des anciennes organisations. Le processus de dégénérescence corporatiste sur une période de quatre-vingts ans empêche, sauf dans les circonstances les plus exceptionnelles, la réanimation des anciens syndicats. La voie stratégique alternative, soulevée par Trotsky dans Le Programme de transition en 1938, est la politique conforme aux conditions actuelles, c'est-à-dire «créer dans tous les cas possibles des organisations militantes indépendantes correspondant plus étroitement aux tâches de la lutte de masse contre la société bourgeoise, et, si nécessaire, ne pas flancher même face à une rupture directe avec l'appareil conservateur des syndicats.» [15]

*****

Le 7 août 1940, exactement deux semaines avant sa mort, Trotsky a participé à une discussion sur les «problèmes américains». En réponse à une question sur la mobilisation militaire, Trotsky a insisté sur le fait que les membres du parti ne devaient pas se soustraire à la conscription. Les maintenir hors de l'armée, dans des conditions où leur génération était mobilisée, serait une erreur. Le SWP ne pouvait pas éviter la réalité de la guerre:

«Nous devons comprendre que la vie de cette société, la politique, tout, sera basée sur la guerre, donc le programme révolutionnaire doit aussi être basé sur la guerre. Nous ne pouvons pas nous opposer au fait de la guerre par des voeux pieux, par un pacifisme pieux. Nous devons nous placer sur l'arène créée par cette société. L'arène est terrible – c'est la guerre – mais dans la mesure où nous sommes faibles et incapables de prendre en main le destin de la société; dans la mesure où la classe dominante est assez forte pour nous imposer cette guerre, nous sommes obligés d'accepter cette base pour notre activité.» [16]

Trotsky a reconnu qu'il existait une haine profonde et légitime d'Hitler et du nazisme parmi les masses d'ouvriers. Le parti a dû adapter son agitation et ses formulations politiques aux humeurs patriotiques politiquement confuses sans faire de concessions au chauvinisme national.

«Nous ne pouvons pas échapper à la militarisation, mais à l'intérieur de la machine, nous pouvons observer la ligne de classe. Les travailleurs américains ne veulent pas être conquis par Hitler, et à ceux qui disent: "Ayons un programme de paix", l'ouvrier répondra: "Mais Hitler ne veut pas d'un programme de paix". C'est pourquoi nous disons: Nous défendrons les États-Unis avec une armée ouvrière, avec des officiers ouvriers, avec un gouvernement ouvrier, etc. Si nous ne sommes pas des pacifistes, qui attendent un avenir meilleur, et si nous sommes des révolutionnaires actifs, notre travail consiste à pénétrer dans toute la machine militaire. …

Nous devons utiliser l'exemple de la France jusqu'au bout. Nous devons dire: "Je vous préviens, les travailleurs, qu'ils (la bourgeoisie) vous trahiront ! Regardez Pétain [le général français qui a dirigé le régime de Vichy et a gouverné le pays au nom d'Hitler], qui est un ami d'Hitler. Est-ce que la même chose va se produire dans ce pays? Nous devons créer notre propre machine, sous le contrôle des travailleurs." Nous devons faire attention à ne pas nous identifier aux chauvins, ni aux sentiments confus d'autopréservation, mais nous devons comprendre leurs sentiments et nous adapter à ces sentiments de façon critique, et préparer les masses à une meilleure compréhension de la situation, sinon nous resterons une secte, dont la variété pacifiste est la plus misérable.» [17]

On a demandé à Trotsky comment le retard politique de l'ouvrier américain affecterait sa capacité à résister à la propagation du fascisme. Sa réponse a mis en garde contre une évaluation simpliste et unilatérale de la classe ouvrière. «L'arriération de la classe ouvrière américaine n'est qu'un terme relatif. À de nombreux égards très importants, elle est la classe ouvrière la plus progressiste du monde: techniquement, et dans son niveau de vie.» En tout état de cause, des développements objectifs donneraient une puissante impulsion au développement de la conscience de classe. Trotsky a souligné les contradictions dans le développement de la classe ouvrière américaine:

«Le travailleur américain est très combatif, comme nous l'avons vu pendant les grèves. Ils ont eu les grèves les plus rebelles du monde. Ce qui manque à l'ouvrier américain, c'est un esprit de généralisation, ou d'analyse, de sa position de classe dans la société dans son ensemble. Cette absence de pensée sociale trouve son origine dans toute l'histoire du pays: le Far West avec la perspective de possibilités illimitées pour chacun de devenir riche, etc. Tout cela a disparu, mais l'esprit reste dans le passé. Les idéalistes pensent que la mentalité humaine est progressiste, mais en réalité c'est l'élément le plus conservateur de la société. Votre technique est progressiste, mais la mentalité du travailleur est loin derrière. Leur retard consiste en leur incapacité à généraliser leur problème; ils considèrent tout sur une base personnelle.» [19]

Néanmoins, malgré toutes les difficultés et problèmes objectifs dans le développement de la conscience de masse, Trotsky a rejeté l'idée que les États-Unis étaient au bord du fascisme. «Les prochaines vagues historiques aux États-Unis», a-t-il prédit, «seront des vagues de radicalisme des masses; pas de fascisme.» Une condition essentielle pour la victoire du fascisme était la démoralisation politique de la classe ouvrière. Cette condition n'existait pas aux États-Unis. Par conséquent, Trotsky a déclaré avec confiance aux interviewers: «Je suis sûr que vous aurez de nombreuses possibilités de gagner le pouvoir aux États-Unis avant que les fascistes puissent devenir une force dominante.» [20]

L'analyse de Trotsky sur le fascisme était dialectique et active, et non mécanique et passive. Le danger que représente le fascisme ne peut pas être déterminé uniquement sur la base de mesures quantitatives. La victoire du fascisme n'était pas seulement le résultat de la croissance numérique de ses adhérents, complétée par la sympathie et le soutien ouverts et cachés des élites capitalistes et de l'appareil d'État bourgeois. Après la discussion du 7 août, Trotsky dicta un autre article, publié à titre posthume, sous le titre «Bonapartism, Fascism, and War», dans le numéro d'octobre 1940 de Fourth International.

Dwight Macdonald

La motivation de cet article était non seulement de clarifier les questions qui avaient été soulevées lors de la discussion du 7 août, mais aussi de répondre à un essai de Dwight Macdonald, un partisan de la minorité Shachtman-Burnham. Publié dans le numéro de juillet-août 1940 de la revue de gauche Partisan Review, l'essai de Macdonald exprimait le scepticisme démoralisé des intellectuels petits-bourgeois qui rompaient avec le marxisme et se tournaient vers la droite. Impressionné par les succès militaires d'Hitler, Macdonald proclame que le régime nazi est «un nouveau type de société», dont Trotsky avait sous-estimé la durabilité. [21]

Le même impressionnisme superficiel qui avait motivé les improvisations théoriques de la minorité petite-bourgeoise par rapport à l'Union soviétique a été appliqué par Macdonald au Troisième Reich. Il déclarait sauvagement que l'économie allemande, sous Hitler, «en était venue à être organisée sur la base de la production plutôt que du profit», une phrase vide de sens qui n'expliquait rien. Macdonald a déclaré que «ces régimes totalitaires modernes ne sont pas des affaires temporaires: ils ont déjà changé la structure économique et sociale sous-jacente, non seulement en manipulant les anciennes formes, mais aussi en détruisant leur vitalité intérieure.» [23]

Macdonald a affirmé que «les nazis ont gagné parce qu'ils menaient un nouveau type de guerre qui, aussi clairement que les innovations militaires de Napoléon, exprimait un nouveau type de société», qui dépassait les anciens systèmes capitalistes de ses adversaires. L'idéalisation ignorante de Macdonald du système économique nazi n'avait pas grand-chose à voir avec la réalité. À la fin des années 1930, l'état de l'économie capitaliste allemande était au bord du désastre. Entre 1933 et 1939, la dette nationale avait triplé, et le régime avait du mal à faire face aux paiements d'intérêts. Il est largement reconnu que la décision d'Hitler de faire la guerre était dans une large mesure motivée par la crainte d'un effondrement économique. Comme l'a expliqué l'historien Tim Mason:

«La seule "solution" possible à ce régime de tensions et de crises structurelles produites par la dictature et le réarmement était plus de dictature et plus de réarmement, puis l'expansion, puis la guerre et la terreur, puis le pillage et l'esclavage. L'alternative la plus évidente et la plus fréquente était l'effondrement et le chaos, et toutes les solutions étaient donc temporaires, mouvementées, des affaires au jour le jour, des improvisations de plus en plus barbares autour d'un thème brutal. ... Une guerre pour le pillage de la main-d'oeuvre et des matériaux s'inscrivait dans la terrible logique du développement économique allemand sous le régime national-socialiste.» [25]

Trotsky a décrit l'article de Macdonald comme «très prétentieux, très confus et stupide». Il ne voyait pas la nécessité de consacrer du temps à réfuter l'analyse de Macdonald de la société nazie. Mais Trotsky a réagi à l'échec de Macdonald, typique des intellectuels démoralisés, à examiner la dynamique politique sous-jacente à l'avancée du fascisme. Sa victoire fut surtout le résultat d'un échec catastrophique de la direction des partis de masse et des organisations de la classe ouvrière. Le fascisme est la punition politique infligée à la classe ouvrière pour avoir gaspillé des occasions de renverser le système capitaliste. Pourquoi le fascisme a-t-il triomphé? Trotsky a expliqué:

«Tant l'analyse théorique que la riche expérience historique du dernier quart de siècle ont démontré avec une égale force que le fascisme est à chaque fois le dernier maillon d'un cycle politique spécifique composé des éléments suivants: la crise la plus grave de la société capitaliste; la croissance de la radicalisation de la classe ouvrière; la croissance de la sympathie envers la classe ouvrière et l'aspiration au changement de la petite bourgeoisie rurale et urbaine; l'extrême confusion de la grande bourgeoisie; ses manœuvres lâches et perfides visant à éviter l'apogée révolutionnaire; l'épuisement du prolétariat; la confusion et l'indifférence croissantes; l'aggravation de la crise sociale; le désespoir de la petite bourgeoisie, son aspiration au changement; la névrose collective de la petite bourgeoisie, sa disposition à croire aux miracles; sa disposition à des mesures violentes; la croissance de l'hostilité envers le prolétariat qui a trompé ses attentes. Ce sont là les prémisses d'une formation rapide d'un parti fasciste et de sa victoire.» [27]

Dans le cycle des développements américains, a soutenu Trotsky, la situation n'était pas encore propice aux fascistes. «Il est tout à fait évident que la radicalisation de la classe ouvrière aux États-Unis n'a fait que passer par ses phases initiales, presque exclusivement dans la sphère du mouvement syndical (le CIO).» Les fascistes avaient adopté une position défensive. Contre les doutes de tous ceux qui se demandaient, alors qu'ils jouaient le rôle de spectateurs, si la victoire était possible, Trotsky écrivait:

«Aucune occupation n'est plus complètement indigne que celle de spéculer sur le fait de savoir si nous réussirons ou non à créer un puissant parti dirigeant révolutionnaire. Une perspective favorable s'ouvre devant nous, offrant toute la justification de l'activisme révolutionnaire. Il est nécessaire d'utiliser les opportunités qui s'ouvrent et de construire le parti révolutionnaire. …

La réaction exerce aujourd'hui un pouvoir tel qu'il n'a peut-être jamais existé dans l'histoire moderne de l'humanité. Mais ce serait une erreur inexcusable de ne voir que de la réaction. Le processus historique est contradictoire. Sous le couvert de la réaction officielle, des processus profonds se déroulent parmi les masses qui accumulent de l'expérience et deviennent réceptives à de nouvelles perspectives politiques. La vieille tradition conservatrice de l'État démocratique qui était si puissante même à l'époque de la dernière guerre impérialiste n'existe aujourd'hui que comme une survie extrêmement instable. À la veille de la dernière guerre, les travailleurs européens avaient des partis numériquement puissants. Mais à l'ordre du jour se trouvaient les réformes, les conquêtes partielles, et pas du tout la conquête du pouvoir.

La classe ouvrière américaine n'a toujours pas de parti travailliste de masse, même aujourd'hui. Mais la situation objective et l'expérience accumulée par les travailleurs américains peuvent poser dans un laps de temps très court à l'ordre du jour la question de la conquête du pouvoir. Cette perspective doit être à la base de notre agitation. Il ne s'agit pas seulement de prendre position sur le militarisme capitaliste et de renoncer à la défense de l'État bourgeois, mais de préparer directement la conquête du pouvoir et la défense de la patrie prolétarienne.» [29]

Macdonald incarnait la couche croissante d'intellectuels petits-bourgeois démoralisés qui voyaient dans la victoire du fascisme la réfutation décisive du marxisme et de toute la perspective socialiste. La situation était, à toutes fins utiles, désespérée. Il a écrit:

«La classe ouvrière n'est-elle pas partout en plein retrait, là où elle a jusqu'à présent échappé au joug fasciste? Et même si les travailleurs montrent plus tard des signes de révolte, où trouveront-ils leur direction? Des Deuxième et Troisième Internationales corrompues et discréditées? Dans les petits groupes révolutionnaires isolés, divisés par des querelles sectaires? Et enfin, l'autorité du marxisme lui-même, la source même de toute science révolutionnaire, n'a-t-elle pas été ébranlée par l'incapacité de ses disciples à donner des réponses adéquates, en pratique et en compréhension théorique, aux développements historiques des deux dernières décennies?

Je dois admettre que ces questions sont pour le moins justifiées. Le type d'"optimisme révolutionnaire" privilégié dans certains milieux – un optimisme qui devient plus obstiné et irrationnel au fur et à mesure que les choses se détériorent – ne me semble pas rendre service à la cause du socialisme. Nous devons faire face au fait que le mouvement révolutionnaire a subi une série ininterrompue de catastrophes majeures au cours des vingt dernières années, et nous devons examiner à nouveau, avec un œil froid et sceptique, les prémisses les plus fondamentales du marxisme.» [30]

Macdonald a d'ailleurs intitulé son chant funèbre «The Case for Socialism.» C'était plutôt, comme sa propre évolution l'a vite prouvé, un plaidoyer pour la répudiation du socialisme.

Les sceptiques démoralisés, a observé Trotsky, ont proclamé l'échec du marxisme parce que «le fascisme est venu à la place du socialisme.» Mais les sceptiques ont révélé dans leur critique, outre la démoralisation personnelle, une conception mécanique et passive de l'histoire. Marx n'a pas promis la victoire du socialisme; il a seulement révélé les contradictions objectives de la société capitaliste qui ont rendu le socialisme possible. Mais il n'a jamais prétendu qu'il serait atteint automatiquement. En fait, Marx, Engels et Lénine ont mené une lutte acharnée contre toutes les tendances politiques, opportunistes et anarchistes, qui ont sapé la lutte pour le socialisme. Ils étaient conscients qu'une mauvaise direction qui succombait à l'influence de la classe dominante «pouvait entraver, ralentir, rendre plus difficile, retarder l'accomplissement de la tâche révolutionnaire du prolétariat.» [31]

La situation actuelle a été créée dans une large mesure par les échecs des dirigeants de la classe ouvrière.

«Le fascisme n'est pas du tout venu "à la place" du socialisme. Le fascisme est la continuation du capitalisme, une tentative de perpétuer son existence au moyen des mesures les plus bestiales et monstrueuses. Le capitalisme n'a eu l'occasion de recourir au fascisme que parce que le prolétariat n'a pas accompli la révolution socialiste à temps. Le prolétariat a été paralysé dans l'accomplissement de sa tâche par les partis opportunistes. La seule chose que l'on peut dire est qu'il s'est avéré qu'il y avait plus d'obstacles, plus de difficultés, plus d'étapes sur la voie du développement révolutionnaire du prolétariat que ce qui avait été prévu par les fondateurs du socialisme scientifique. Le fascisme et la série de guerres impérialistes constituent la terrible école dans laquelle le prolétariat doit se libérer des traditions et des superstitions petites-bourgeoises, se débarrasser des partis opportunistes, démocratiques et aventuristes, marteler et former l'avant-garde révolutionnaire, et ainsi se préparer à la résolution de la tâche en dehors de laquelle il n'y a pas et ne peut y avoir de salut pour le développement de l'humanité.» [32]

À suivre

[1] Writings of Leon Trotsky 1939-40 (New York: 1973), p. 273

[2] Ibid

[3] «Trade unions in the epoch of imperialist decay» dans Marxism and the Trade Unions (New York: 1973), pp. 9-10

[4] Ibid, p. 10

[5] Ibid, p. 11

[6] Ibid, p. 11

[7] Ibid, p. 12

[8] Ibid, p. 12

[9] Ibid, p. 16

[10] Ibid, p. 16

[11] Ibid, pp. 16-17

[12] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 267

[13] Marxism and the Trade Unions, p. 18

[14] «The USSR in War,» dans Defence of Marxism (London: 1971), p. 24

[15] «The Death Agony of Capitalism and the Tasks of the Fourth International,» (New York, 1981), P. 8

[16] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 331

[17] Ibid, p. 333-34

[18] Ibid, p. 335

[19] Ibid, pp. 335-37

[20] Ibid, p. 33-38

[21] «Socialism and National Defense,» Partisan Review (Juillet-août 1940), p. 252

[22] Ibid, p. 254

[23] Ibid, p. 256

[24] Ibid, p. 252

[25] Tim Mason, Nazism, Fascism, and the Working Class (Cambridge, 1995), p. 51

[26] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 410

[27] Ibid, p. 412

[28] Ibid, pp. 412-413

[29] Ibid, p. 413-14

[30] Partisan Review, op.cit., p. 266

[31] Writings of Leon Trotsky 1939-40, p. 416

[32] Ibid, pp. 416-17

(Article paru en anglais le 2 septembre 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.