«Voir tant de dévastation si fréquemment nous affecte totalement»

Un pompier canadien s'exprime sur la crise des opioïdes

Par un pompier de Colombie-Britannique
4 août 2020

Le World Socialist Web Site a reçu la lettre suivante d'un pompier de Colombie-Britannique détaillant les conditions horribles produites par la crise actuelle des opioïdes.

Cette année, la Colombie-Britannique connaît plus de décès dus à des surdoses mortelles de drogues que jamais dans son histoire.

En tant que pompier, mon équipe est généralement la première à arriver sur les lieux de ces urgences. Les ambulanciers paramédicaux ne sont pas considérés comme un service essentiel en Colombie-Britannique, et par conséquent, ils reçoivent moins de fonds, manquent de personnel et ont peu d'ambulances capables de répondre aux appels. C'est particulièrement vrai dans les régions plus rurales, et la municipalité où je travaille englobe certainement des zones qui entrent dans cette catégorie. Les services d'incendie comme le mien sont les premiers sur place pour environ la moitié des appels médicaux auxquels nous sommes envoyés, et il faut parfois beaucoup de temps pour que les ambulanciers et le personnel de soins intensifs arrivent sur place.

Un employé du service d'ambulance de la Colombie-Britannique s'occupe d'une victime de la crise des opioïdes

Je travaille dans ce domaine depuis longtemps. Lorsque j'ai commencé ma carrière il y a près de trois décennies, mon travail de pompier m'a amené à éteindre des incendies de structure, à assister à des accidents de véhicules et à effectuer des sauvetages techniques. Aujourd'hui, la majorité des appels auxquels je réponds sont des overdoses – généralement mortelles – ou des suicides.

Depuis le début de l'année, notre province a perdu 728 personnes à cause d'overdoses de drogue. Ces personnes sont généralement jeunes, la majorité des overdoses auxquelles j'ai assisté étant le fait de personnes d'une trentaine d'années. Ils sont généralement seuls chez eux lorsqu'ils meurent.

En mai 2020, le nombre de décès a battu tous les records, et le mois de juin a vu 175 décès en un seul mois, le pire de l'histoire de la Colombie-Britannique. La majorité de ces décès est survenue à Vancouver, Surrey et Victoria. Le 26 juin, les ambulanciers ont répondu à un record quotidien de 131 appels signalant des cas possibles d'overdose.

La pandémie a aggravé toutes les circonstances déjà sombres. De nombreux services de soutien aux personnes qui consomment des drogues ont été supprimés à la suite de la COVID-19. Les frontières sont fermées et l'approvisionnement en drogue a été perturbé, de sorte que les fournisseurs locaux fabriquent leurs propres lots, des «concoctions de sous-sol» hautement toxiques, contenant des quantités létales de fentanyl et de carfentanil.

Le fentanyl est un opioïde synthétique qui peut être cent fois plus puissant que la morphine. Il procure un high très puissant et crée une incroyable dépendance. Solution bon marché, les producteurs de drogue le mélangent à la cocaïne, à l'héroïne, à la MDMA et à la méthamphétamine afin d'obtenir un high plus puissant avec moins de produits.

Le carfentanil est une substance poudreuse blanche, d'apparence similaire à la cocaïne ou à l'héroïne, qui est utilisée pour tranquilliser les éléphants et autres grands mammifères. Il est cent fois plus puissant que le fentanyl, et dix mille fois plus puissant que la morphine. Les fabricants de drogue la mélangent à l'héroïne pour rendre le produit plus puissant. Il est si puissant que même des doses multiples de naloxone (un vaporisateur nasal d'inversion de surdose d'opioïde utilisé par les secouristes et les premiers répondants) ne peuvent parfois pas en annuler les effets. Les premiers intervenants qui touchent le carfentanil par accident peuvent également être très affectés.

Même les utilisateurs dont la tolérance est supérieure à la moyenne succombent à ces opioïdes synthétiques mortels, sans parler des toxicomanes en rechute qui ont recommencé à consommer dans le sillage des facteurs de stress de la pandémie: isolement, peur, anxiété, chagrin, perte d'emploi, insécurité financière et alimentaire, perturbation de la routine, pour n'en citer que quelques-uns.

Malgré l'appel du médecin en chef de la Colombie-Britannique, le Dre Bonnie Henry, et de nombreux autres responsables de la santé, le gouvernement provincial ne décriminalisera pas la possession personnelle de drogues. Les gens ont donc peur de subir des conséquences juridiques s'ils nous appellent, et il y a peu d'espoir pour ceux qui font une overdose alors qu'ils consomment seuls dans un isolement imposé par la pandémie.

Il y avait une lueur d'espoir pour ceux d'entre nous qui ont été au cœur de cette crise en Colombie-Britannique au cours des cinq dernières années: le gouvernement a récemment déclaré qu'il s'attaquerait aux énormes lacunes du système qui laissent ceux qui ont besoin d'aide sans accès aux soins et à la merci de leurs propres maladies.

Pourtant, cette lueur d'espoir a été annulée, car le projet de loi 22 – la solution proposée, un amendement à notre loi sur la santé mentale – sert simplement à permettre aux autorités de détenir involontairement des jeunes dans des centres de traitement pour une durée maximale de sept jours, une proposition totalement insouciante et mal informée qu'ils appellent une forme de «soins sécurisés». Le projet de loi a récemment été présenté par le gouvernement provincial du Nouveau Parti démocratique sans consultation publique ni dialogue avec les familles concernées. Les deuxième et troisième lectures du projet de loi commencent la semaine prochaine, ce qui signifie qu'il pourrait bientôt être adopté en tant que loi.

La Colombie-Britannique ne garantit pas l'accès à un avocat aux personnes détenues involontairement comme le font les autres provinces, bien que le procureur général David Eby ait promis de mettre en œuvre ce droit l'année dernière. Les personnes à la merci des autorités auxquelles le projet de loi 22 accorde des pouvoirs supplémentaires seront soumises à une étonnante violation des droits de l'homme qui, selon moi, ne fera qu'éroder davantage la confiance déjà ébranlée des jeunes dans le système de santé. Placer les jeunes dans des établissements où ils sont obligés de s'abstenir de consommer de la drogue pendant sept jours et les libérer ensuite sans soutien continu est un moyen infaillible d'en voir des centaines d'autres mourir.

La province a récemment investi 900.000 dollars dans le financement de l'application Lifeguard, une application qui permet aux utilisateurs de démarrer une minuterie qui, lorsqu'elle n'est pas désactivée, appelle le 911. Mais jusqu'à présent, je n'ai pas répondu personnellement à ceux qui l'utilisent. De nombreuses personnes de ce groupe démographique n'ont pas accès à la technologie ou à une connexion Internet.

Il y a deux crises qui se produisent simultanément en ce moment. Ici, au Canada, les médias nous disent constamment que le pays a bien réussi à aplatir notre courbe COVID-19. Mais que se passe-t-il lorsque l'on tient compte des décès qui sont le sous-produit de la pandémie, comme ces surdoses? En juin, il y a eu quinze surdoses fatales en Colombie-Britannique pour chaque décès dû à la COVID-19.

Les pompiers de mon service, comme tant de premiers répondants et de travailleurs de la santé de première ligne dans le monde entier, ressentent l'impact émotionnel et mental de ces décès jour après jour. Voir une telle dévastation si fréquemment nous affecte totalement.

La crise des opioïdes n'est que l'un des nombreux signes d'une grave détresse sociale ici en Colombie-Britannique. Il y a aussi la toxicomanie, les accidents de voiture dus à l'abus d'alcool, la violence domestique et les suicides à répétition. Les campements de sans-abri se multiplient et se déplacent des villes vers des agglomérations moins urbanisées, poussant le long des autoroutes et dans des parcelles de forêt.

Les travailleurs pauvres sont souvent confrontés au coût de la vie astronomique de villes comme Vancouver et Victoria, la Colombie-Britannique affichant le taux de chômage le plus bas du Canada, mais aussi le taux de pauvreté le plus élevé du pays. Il n'est pas nécessaire d'aller plus loin que le Downtown Eastside de Vancouver pour s'en rendre compte.

Dans les petites communautés, la pauvreté et la détresse ne sont peut-être pas visibles de la même manière dans les rues, mais croyez-moi quand je vous dis qu'elles sont là. Elle est cachée dans les murs des maisons des gens, ou à l'intérieur d'un petit groupe de tentes nichées au bord de l'autoroute. Montez à bord de mon camion de pompiers à chaque quart de travail et je vous montrerai des horreurs, ici même, dans l'un des pays les plus riches du monde.

Il ne fait aucun doute que lorsque les versements de la PCU (Prestation canadienne d'urgence) cesseront, la crise sociale actuelle et tous ses effets secondaires s'intensifieront au maximum. Le gouvernement libéral a déjà menacé d'imposer des peines de prison et des amendes à toute personne qui, selon lui, aurait obtenu la PCU «frauduleusement», alors que tant de personnes répondant à ce critère se trouvent dans la pauvreté ou sont sans-abri.

Avec l'énorme pression de notre gouvernement pour un retour au travail et à l'école, ceux d'entre nous qui voient déjà les résultats directs et horribles de la réponse de notre pays à la pandémie redoutent de penser à ce qui nous attend dans un avenir proche. Il est clair que les profits des entreprises passent avant les vies humaines. Je dois demander: si les riches étaient ravagés par ce bilan, est-ce que le même aveuglement se produirait? Est-ce parce que ces morts ont lieu dans une partie de la société qui est si facilement et confortablement ignorée que cette catastrophe fait rage?

J'exprime ma gratitude à tous ceux qui rendent le WSWS possible, pour continuer à défendre et à documenter le sort de la classe ouvrière et de ceux qui sont le plus profondément touchés par cette crise mondiale. Je vous remercie de continuer à jeter la lumière sur les causes des injustices sociales que je vois chaque fois que je réponds à un appel.

Pompier SG, Colombie-Britannique

(Article paru en anglais le 30 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.