The Invisible Man: Une femme frappée par une «main invisible»

Par Joanne Laurier
4 août 2020

The Invisible Man

The Invisible Man, réalisé par le cinéaste australien Leigh Whannell, est un thriller psychologique de science-fiction très librement inspiré du roman de H.G. Wells de 1897. Le livre a été adapté à de nombreuses reprises pour le cinéma et la télévision, la version la plus célèbre étant l'élégant film de James Whale de 1933, avec Claude Rains.

Le récent film a connu un certain succès, en partie parce que la pandémie a empêché l'ouverture de plusieurs superproductions. Sur un budget de 7 millions de dollars, le film a rapporté 131 millions de dollars dans le monde entier et est actuellement l'un des films les plus populaires de 2020.

Ses qualités de suspense contribuent à expliquer son attrait plus large, tandis que le fait qu'il se nourrisse du climat #MeToo, devenant la dernière entrée dans ce qu'un critique appelle «la période de boom des récits de vengeance féministes», contribue à expliquer son succès dans certains milieux plus restreints.

Elisabeth Moss dans The Invisible Man

Au début du film, Cecilia (Elisabeth Moss) est allongée dans son lit au milieu de la nuit. Elle retire de sa hanche une main masculine manifestement dégoûtante et dominatrice. Dès la première minute environ, le public a déjà été averti de la teneur générale du film.

Apparemment terrifiée, Cecilia se faufile dans l'immense labyrinthe d'une maison, désactive l'alarme et escalade un haut mur de béton, tout cela pour échapper à son petit ami abusif, Adrian Griffin (Oliver Jackson-Cohen – «Griffin» était le nom du personnage original de Wells), un ingénieur en optique. La prison de verre high-tech de Griffin, qui surplombe la côte nord de la Californie – un quasi-Alcatraz – témoigne de son extrême richesse. Avec l'aide de sa soeur Emily (Harriet Dyer), notre héroïne s'échappe pour trouver refuge auprès de son ami proche James (Aldis Hodge), un inspecteur de police et sa fille adolescente, Sydney (Storm Reid).

Souffrant d'une panique aiguë, Cecilia se fige à l'idée de mettre les pieds devant la maison de James jusqu'à ce qu'Emily arrive avec la nouvelle qu'Adrian s'est suicidé. La femme assiégée apprend également, grâce à un rendez-vous avec Tom (Michael Dorman), le frère de l'avocat d'Adrian, dans le bureau duquel se trouve une urne avec les cendres d'Adrian, qu'elle est la bénéficiaire de 5 millions de dollars.

Les festivités qui s'ensuivent consistent à sabler le champagne et à ouvrir un compte bancaire pour le fonds d’études universitaires de Sydney.

Cependant, à la grande surprise du public, des événements troublants commencent à se produire. Cecilia, une architecte de Bay Area, découvre que son portfolio a été vidé lorsqu'elle arrive pour un entretien d'embauche. Elle s'évanouit, mais apprend qu'elle est droguée... et enceinte. Lorsque les couvertures de lit sont mystérieusement enlevées, que de faux courriels sont envoyés, que des pas apparaissent dans le marc de café, elle réalise qu'Adrian a trouvé un moyen de continuer à la contrôler comme une force vengeresse invisible. Personne ne croit ses soupçons et lorsque les cadavres commencent à se multiplier, on accuse Cecilia.

Aldis Hodge, Elisabeth Moss et Storm Reid dans The Invisible Man (2020)

En fin de compte, il va sans dire que la méchanceté masculine débridée n'a rien à envier à la puissance, à la force et à la ruse féminines.

Comme nous l'avons dit, la popularité de The Invisible Man est principalement due à ses éléments accrocheurs. Moss porte bien le film, même si parfois elle surenchérit, peut-être pour se montrer à la hauteur de sa réputation d'offrir des performances ultra-émotionnelles.

Hodge, Reid et Dyer sont des complices compétents. Le film utilise les clichés d'horreur conventionnels, tandis que la musique de Benjamin Wallfisch frise parfois l'hystérie.

La réalité est que la relation de Cecilia avec Adrian n'est pas vraiment réaliste, mais qu'elle est surtout une construction politique qui n’existe que pour être dénoncée. Il ne semble pas que l'argent soit son motif, ou la faible estime de soi sa difficulté. Alors, que fait cette femme de classe moyenne apparemment stable et rationnelle avec une telle distillation de pure malice en premier lieu? On demande au public de prendre pour acquis quelque chose qui n'est ni prouvé ni convaincant.

Il est normal, en ces temps de «boom» pour les «récits féministes de vengeance» comme ceux-ci que le policier en soit le héros. Ces couches ne peuvent pas s'en empêcher. À ce sujet, The Invisible Man n'a rien de radical ou d'oppositionnel, même vaguement. Les policiers, comme le savent tous les membres de la classe ouvrière ou les légions de manifestants actuels, font partie des premiers rangs des «agresseurs» physiques brutaux de la société.

Elisabeth Moss dans The Invisible Man (2020)

L'intrigue est une interprétation fantastique de la lutte qui se déroule actuellement dans certaines parties de la petite bourgeoisie aisée entre les rivaux masculins et féminins. Cette lutte n'a rien à voir avec le progrès social, et le film ne tente pas non plus d’en avoir la prétention.

Variety l'a dit de cette façon: Cecilia est «toute femme qui a dû se battre pour être entendue parce que son calvaire n'était pas «visible»». De nombreux critiques vont dans le même sens. Le L.A. Times écrit qu'il s'agit «d'une histoire familière, habilement remaniée pour une ère de sociopathie techno-bro et d'indignation #MeToo...»

Un autre critique demande: «Qu'est-ce qui nous fait croire à l'histoire d'une femme? Si une femme est frappée par une main invisible, comme c'est le cas de Cecilia, est-ce vraiment arrivé? Où est la preuve?»

Dans une interview, Moss observe que «le sentiment de ne pas être cru, de ne pas être entendu ou d'être scruté pour croire quelque chose que vous savez au fond de vous comme étant vrai est quelque chose auquel nous pouvons tous nous identifier, à différents niveaux, je pense. Quand j'ai commencé à dire aux gens de quoi parlait ce film et comment il était utilisé comme une analogie pour l'ère post-vérité, j'ai été vraiment surpris par le nombre de personnes qui avaient ce regard. C'est un point commun qui, je pense, mérite d'être exploré».

Il ne viendrait probablement pas à l'esprit des personnes impliquées dans la production de The Invisible Man que le fait de se baser sur une circonstance qui ne pourrait pas se produire n'ajoute pas grand-chose à leur argument. Le fantastique sert ici un programme égoïste et rétrograde.

Les cinéastes ont autrefois adopté une attitude plus critique. Dans une interview de 1973, par exemple, le cinéaste allemand Rainer Werner Fassbinder a expliqué: «Je suis souvent irrité par tous ces discours sur la libération des femmes. Le monde n'est pas une affaire de femmes contre les hommes, mais de riches contre pauvres, réprimés contre répresseurs. Et il y a autant d'hommes réprimés que de femmes réprimées». Quel torrent d'agressivité pleuvrait sur lui aujourd'hui!

Vivarium

Vivarium est un film de science-fiction réalisé par Lorcan Finnegan, à partir d'une histoire de Finnegan et Garret Shanley. Il s'agit d'une coproduction internationale entre l'Irlande, le Danemark et la Belgique.

Le film s'ouvre sur des images de coucous et de leurs activités parasitaires. Il y a un point à souligner: les coucous communs trompent les autres oiseaux pour qu'ils élèvent leurs petits en glissant leurs œufs dans les nids des autres parents. Ils sont «essentiellement à la recherche de parents adoptifs», selon les termes d'un biologiste.

Vivarium

Gemma (Imogen Poots), institutrice de maternelle, et Tom (Jesse Eisenberg), gardien de l'école, sont un jeune couple à la recherche d'une maison. «Ne soyez pas laissés pour compte», prévient un ami, faisant écho à l'idée que la propriété d'une maison fait partie du rêve américain. Gemma et Tom ont rendez-vous avec un agent bizarre et soigneusement habillé, Martin (Jonathan Aris), qui les conduit dans un lotissement appelé Yonder, composé d'une infinité de rangées de maisons identiques au teint verdâtre.

Le couple apprend rapidement qu'il est impossible d'échapper à ce lotissement infernal. Ils finissent par être forcés d'élever un garçon extraterrestre effrayant (Senan Jennings), qui tourmente le duo jusqu'à ce que, en tant qu'adulte extraterrestre encore plus effrayant (Eanna Hardwicke), il remplace une hirondelle qui expire. Tom et Gemma, ayant été contraints à un fac-similé surnaturel de la parentalité, rencontrent un destin similaire à celui des substituts du coucou.

Mot latin signifiant «lieu de vie», un vivarium est également un espace clos dans lequel des animaux ou des plantes sont élevés à des fins d'observation et de recherche. En apparence, le film semble être une attaque en règle contre une banlieue sans âme qui draine la vie de ses habitants. Rien de nouveau ici.

La question se pose: l'idée maîtresse du film n'est-elle qu'une astuce inutile pour attirer l'attention? Probablement. Mais si l'on suivait la logique des prémisses du film, on en viendrait à la triste conclusion que la société officielle permet à des parents malhonnêtes, en l'occurrence semi-bohémiens, d'élever des enfants, avant de les arracher à un certain âge et d'en faire ce qu'ils veulent, c'est-à-dire des automates froids, sans cœur, de l'establishment. Mais de toute façon, il s'agit très probablement d'une astuce inutile.

(Article paru en anglais le 3 août 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.