Lettre ouverte de David North, président du WSWS, à Sundar Pichai, directeur général d'Alphabet

1 août 2020

Sundar Pichai

Chief Executive Officer

Alphabet

1600 Amphitheatre Parkway

Mountain View, CA 94043

Cher M. Pichai,

Je vous écris en réponse à votre témoignage du mercredi 29 juillet devant la commission parlementaire du pouvoir judiciaire, lors de son audition sur les «Plates-formes en ligne et pouvoir de marché, partie 6: examen de la domination d’Amazon, Apple, Facebook et Google».

En réponse à une affirmation du membre du Congrès, Greg Steube (Républicain de Floride), selon laquelle les algorithmes en ligne de Google censurent exclusivement les opinions politiques conservatrices, vous avez déclaré ce qui suit: «Nous recevons des plaintes de l’autre côté de l’allée. Par exemple, la "Revue socialiste mondiale" s’est plainte en janvier de cette année que son site n’apparaissait pas dans les résultats de recherche de Google. Nous recevons donc des plaintes, nous les examinons, mais nous abordons notre travail de manière non partisane, et cela fait partie de notre motivation à long terme pour servir les utilisateurs dans tout le pays».

Bien que vous ne soyez pas entré dans les détails, votre déclaration était manifestement une référence à un article publié le 20 janvier de cette année par le World Socialist Web Site, sous le titre: «Google supprime le contenu du World Socialist Web Site dans ses résultats de recherche pour le projet 1619 du New York Times». C’est évident que vous avez discuté de l’allégation du WSWS au plus haut niveau de votre entreprise.

L’article du 20 janvier indiquait que Google supprimait dans ses résultats de recherche les articles très populaires publiés par le World Socialist Web Site sur la falsification raciste de l’histoire américaine par le New York Times Magazine, appelée «Le projet 1619», qui a fait l’objet d’une grande publicité.

Nous avons souligné que la série d’articles, d’analyses et d’entretiens publiée par le WSWS sur le Projet 1619, une série originale et faisant autorité, était lue par des centaines de milliers de personnes dans le monde entier. Il y avait également un nombre croissant de liens de retour vers ces matériaux qui provenaient des médias sociaux et des principales publications en ligne tels que le Wall Street Journal, l’Atlantic, la National Review et le Daily Signal. Cependant, lors des recherches pour le «Projet 1619», Google a poussé ce contenu loin vers la fin de ses résultats.

Ce n’est pas le premier rapport de censure en ligne par Google du World Socialist Web Site. Le 25 août 2017, j’ai envoyé une lettre ouverte à la direction d’Alphabet et de Google à l’époque – vous-même, Lawrence Page, Sergei Brin et Eric Schmidt – pour demander la fin de l’exclusion du World Socialist Web Site dans les résultats de recherche de Google.

Depuis, le World Socialist Web Site a publié de nombreux articles sur l’expansion de la censure sur Internet, notamment la suppression des idées progressistes et socialistes sur les plateformes de médias sociaux, et les demandes croissantes des démocrates et des républicains pour un contrôle gouvernemental des informations en ligne au nom de la lutte contre les «fausses nouvelles» et les allégations non fondées d’«ingérence étrangère».

Le fait que vous ayez spécifiquement fait référence à la plainte du WSWS dans votre témoignage au Congrès montre le sérieux avec lequel l’affaire a été prise en considération. Vous, le PDG de la société mère Alphabet de Google, aviez été informé de la plainte. Six mois après sa publication, l’article est resté gravé dans votre mémoire.

Votre témoignage n’a pas démenti l’accusation que nous avons faite, à savoir que Google supprime les articles et les analyses du World Socialist Web Site dans les résultats de recherche. Dans le contexte de l’audition, on peut interpréter votre référence cryptique à Google travaillant «de manière non partisane» comme une tentative de justifier les pratiques de censure de votre entreprise en prétendant qu’elles sont appliquées à l’encontre des publications de gauche et de droite sur le web.

De plus, vous avez déclaré sous serment à la commission parlementaire que lorsque Google reçoit une plainte de censure, vous «examinez la question».

Si c’est en fait la politique de l’entreprise, pourquoi n'a-t-on jamais informé le World Socialist Web Site que son accusation de censure faisait l'objet de discussions au sein de la direction d’Alphabet/Google, ou qu’une enquête était en cours sur notre plainte?

C’est pourquoi je demande des réponses aux questions suivantes:

* Quand l’enquête sur la plainte de censure de WSWS a-t-elle commencé?

* Qui a autorisé et qui a participé à l’enquête de l’entreprise?

* Quels départements de l’entreprise ont-ils fait l’objet de l’enquête?

* Ben Gomes, le vice-président de l’entreprise responsable des opérations de recherche de Google, a-t-il été interrogé dans le cadre de l’enquête?

* Quand l’enquête a-t-elle été conclue?

* Quelles ont été les conclusions de cette enquête en matière de preuve?

J'attends votre réponse.

Sincèrement,

David North

Président du comité international de rédaction

World Socialist Web Site

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.