Signes croissants d’une récession mondiale profonde et prolongée

Par Nick Beams
22 juillet 2020

Le directeur général de PNB Paribas Asset Management, l'une des plus grandes sociétés d'investissement européennes, a déclaré que l'économie mondiale est confrontée à la «pire des récessions jamais vues» alors que l'impact de la pandémie de COVID-19 se propage dans le monde entier.

Le Financial Times a rapporté que le PDG Frédéric Janbon avait «douché l’espoir d'une reprise rapide de la pandémie», en soulignant ce qu'il a appelé «une baisse très, très importante des activités dans presque toutes les économies du monde».

Janbon a déclaré qu'une reprise en forme de V était peu probable et a prédit une longue récession avant toute reprise de l'activité économique, ajoutant que l'escalade des marchés boursiers depuis la mi-mars ne reflétait pas les conditions économiques mondiales sous-jacentes.

«L'énorme reprise que nous avons observée au cours des quelques mois qui ont suivi le creux de mars est probablement un peu rapide et ne tient probablement pas compte du risque d'une deuxième vague», a-t-il déclaré, soulignant la hausse des infections virales dans le monde.

La référence à une «deuxième vague» est quelque peu erronée. Aux États-Unis, en Amérique latine et dans de nombreuses autres régions du monde, la première vague continue de se développer. En outre, même si le virus était maîtrisé, son impact sur l'économie sera durable. Des millions d'emplois ont été détruits et ne reviendront pas.

Le Wall Street Journal a rapporté ce week-end que de nombreuses grandes entreprises américaines ont déterminé que les mesures prises en mars et avril ne seront pas suffisantes. L'augmentation des cas de COVID-19 et les fermetures qui en découlent ont anéanti les espoirs d'une reprise rapide.

En conséquence, les entreprises, des compagnies aériennes aux chaînes de restaurants, modifient leurs stratégies «en transformant les permissions de travail en licenciements permanents, en réduisant leurs activités principales et en réduisant la production indéfiniment».

Dans les réductions d'emplois massives dans l'industrie aérienne, American Airlines a déclaré que 25.000 emplois sont en danger et United cherche à supprimer 36.000 emplois. Delta a déclaré qu'il avait mis en suspens ses plans d'ajouter des vols supplémentaires au cours de l'été et ne s'attendait pas à ce que les vols d'affaires reviennent à leur niveau d'avant la pandémie.

L'article cite les propos du directeur général de «Pret A Manger», Pano Christou, sur l'annonce par la chaîne de sandwichs d'une baisse de 87% de ses ventes aux États-Unis et de la fermeture de 20 magasins. «Nous ne pouvons pas défier la gravité et continuer avec le modèle commercial que nous avions avant la pandémie», a-t-il déclaré.

L'article résume la situation générale: «Les cadres qui se préparaient à une perturbation de plusieurs mois pensent maintenant en termes d'années. Leur travail a changé: ils doivent se réinventer plutôt que de simplement survivre à la crise. Les rôles que l'on pensait autrefois essentiels sont maintenant une extravagance. Les stratégies établies au printemps sont obsolètes».

Autrement dit, les processus déjà en cours, aux États-Unis et dans le monde entier, avant que la pandémie ne frappe, sont maintenant accélérés par celle-ci. Des industries entières sont en train d'entreprendre une restructuration majeure qui détruira des millions d'emplois. Ceux qui restent seront contraints d'accepter des salaires et des conditions de travail moins élevés sous la menace du chômage, car les gouvernements commencent à retirer les mesures de soutien limitées mises en place en mars.

Les effets de la crise s'étendent à l'ensemble de l'économie. Bloomberg a indiqué lundi que les investissements immobiliers mondiaux ont chuté de 33% au cours du premier semestre. Jusqu'à présent, la région Asie-Pacifique a été la plus touchée, avec une baisse des investissements de 45% par rapport à l'année précédente.

Le tourisme international étant pratiquement au point mort, les investissements hôteliers ont chuté de 59% au cours du premier semestre de l'année. Les investissements dans les commerces de détail ont chuté de 41%.

Le déclin du commerce porte des coups dévastateurs aux économies dépendantes des exportations, qui s'expriment le plus clairement dans la contraction massive de l'économie de Singapour, qui se trouve au centre des voies commerciales de la région de l'Asie du Sud-Est.

Selon les données publiées par le ministère du Commerce et de l'Industrie de l'État insulaire la semaine dernière, le produit intérieur brut (PIB) du deuxième trimestre a diminué de 41,2% par rapport aux trois mois précédents.

Le Japon, troisième économie mondiale après les États-Unis et la Chine, devrait annoncer une contraction de 20% de son PIB en rythme annuel au deuxième trimestre par rapport aux trois mois précédents.

Le Fonds monétaire international a déclaré qu'il s'attendait à ce que le produit intérieur brut mondial se contracte de 4,9 % cette année, la perte totale de production pour 2020 et 2021 atteignant 12.500 milliards de dollars.

La Chine a enregistré une augmentation de 3,2% du PIB au deuxième trimestre, après une contraction de 6,8% au premier. Cette hausse est en grande partie due aux décisions du gouvernement central d'augmenter le montant des emprunts des autorités locales pour les projets d'infrastructure, ce qui a entraîné une augmentation de la production d'acier. Cependant, les ventes au détail ont chuté de 3,9%.

Liu Aihua, porte-parole du Bureau national des statistiques, a déclaré que les chiffres montraient une «reprise progressive», mais a souligné «l'augmentation des risques et des défis externes» en raison de la propagation continue du coronavirus.

Malgré des signes de reprise, l'économie chinoise ne pourra pas jouer le même rôle qu'après la crise financière de 2008, lorsqu'un plan de relance massif, fruit des dépenses publiques et de l'augmentation de la dette, a donné un coup de fouet aux économies exportatrices de matières premières dans le monde entier.

En Europe, la Banque centrale européenne (BCE) a prévu une contraction de près de 13% au deuxième trimestre, avec un rebond au troisième. Mais suite à une réunion de son conseil des gouverneurs la semaine dernière, la présidente de la BCE, Christine Lagarde, a averti que la perte de revenus et d'emplois ainsi qu'une «incertitude exceptionnellement élevée» pèseraient sur le sentiment des consommateurs et les investissements des entreprises.

Laissant la politique monétaire de la BCE en suspens, tout en annonçant qu'elle poursuivrait son programme d'achat d'actifs de 1305 milliards d'euros jusqu'en juin prochain, Lagarde a exhorté les dirigeants de l'Union européenne à se mettre d'accord rapidement sur un fonds de relance de 750 euros pour les pays touchés par la pandémie.

Les dirigeants européens ont ensuite tenu leur deuxième plus longue réunion de l'histoire. La réunion, qui a débuté le vendredi et s'est poursuivie jusqu'aux premières heures du mardi matin, a parfois été marquée par des échanges amers, avant que l'on apprenne que les dirigeants étaient sur le point de conclure un accord.

Le principal conflit était avec les «quatre frugaux» – Pays-Bas, Autriche, Danemark et Suède – qui exigeaient une réduction significative de l'allocation des subventions aux pays économiquement affaiblis par rapport aux 500 milliards d'euros proposés dans le plan franco-allemand initial.

L'intensité des conflits a conduit le premier ministre italien Giuseppe Conte à déclarer à un moment donné que l'absence d'accord pourrait entraîner la «destruction du marché unique européen». La brèche a peut-être été comblée pour l'instant, mais il est certain que des divisions vont réapparaître dans des conditions de récession de plus en plus graves.

(Article paru en anglais le 21 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.