Il y a 100 ans: ouverture du deuxième congrès de l’International communiste

14 juillet 2020

 

«Festival du II Congrès du Komintern sur la place Uritsky» de Boris Kustodiyev, 1921

Le 19 juillet 1920, le deuxième congrès de l'Internationale communiste fut ouvert à Petrograd par Grigori Zinoviev, président du Comité exécutif de l'Internationale communiste.

Des délégués, accompagnés de milliers de travailleurs de Petrograd, étaient sortis de l'Institut Smolny et s'étaient rassemblés au théâtre Uritsky du palais Tauride. Les délégués ont observé un moment de silence à la mémoire des combattants de la classe ouvrière tombés au cours des dernières dix-huit mois depuis le premier congrès. Un hommage particulier fut rendu aux communistes emprisonnés par les régimes bourgeois, y compris aux travailleurs américains qui avaient été persécutés par la répression du gouvernement Wilson et du tout nouveau Bureau d'enquête [BOI, le futur FBI] du procureur général A. Mitchell Palmer.

Les délégués vinrent de 38 pays, y compris des membres de sections de l'Internationale communiste avec droit de vote, et d'autres membres de partis de gauche nationalistes ou sociaux-démocrates et de groupes syndicalistes venus en qualité d'observateurs. L'entrée en République soviétique était difficile en raison d'un blocus des alliés impérialistes et d'une guerre entre la Russie soviétique et la Pologne.

Le principal rapport politique de la séance d'ouverture fut donné par V.I. Lénine du Parti communiste russe et dirigeant, avec Léon Trotsky, de la révolution d'octobre 1917. Les délégués reçurent des rapports, des résolutions et deux livres récemment publiés: Le terrorisme et le communisme de Trotsky, et La maladie infantile du communisme (le gauchisme) de Lénine.

Le congrès, qui déménagea à Moscou trois jours après son ouverture, a débattu, au cours de plusieurs semaines, des questions centrales de la stratégie révolutionnaire de l'époque, y compris les questions liées à l'indépendance nationale et aux luttes anti-coloniales, les syndicats et conditions d'adhésion à l'Internationale communiste. Sur ce dernier point, le congrès a produit ses fameuses «21 conditions» pour entrer dans l'Internationale communiste.

Lors de sa dernière session le 7 août, Trotsky a exprimé les sentiments de la classe ouvrière soviétique à l'égard du congrès:

«Et quelle joie, quelle fierté pour nous, camarades, ouvriers de Moscou et de toute la Russie, d’avoir pu recevoir pour la seconde fois, chez nous, l’élite des militants de la classe ouvrière mondiale, d’avoir pu, forts de notre expérience, les aider à forger l’arme dont ils ont besoin pour combattre. Dans notre forge de Moscou, grâce à vous, par vos mains, camarades prolétaires, nous avons attisé le feu, nous avons chauffé à blanc l’acier prolétarien, nous l’avons forgé avec le marteau de notre révolution prolétarienne soviétique, nous l’avons trempé dans l’expérience de la guerre civile, et nous en avons fait une arme merveilleuse, incomparable, pour l’usage du prolétariat international. Cette arme, nous la prenons en mains et nous la remettons aux mains de nos frères. Nous vous déclarons, ouvriers du monde entier: dans notre forge de Moscou, sur notre feu moscovite, nous avons fabriqué une lame des plus solides, prenez-la et enfoncez-la dans le dos du capital mondial.» (Applaudissements.)

(Article paru en anglais le 13 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.