«L'alphabétisation est une fenêtre propre sur le monde ...»

100 ans depuis la formation de la Commission soviétique extraordinaire de liquidation de l'analphabétisme

Par Patrick O’Connor
13 juillet 2020

Le 19 juin 1920, le gouvernement soviétique dirigé par Vladimir Lénine et Léon Trotsky fonde la Commission extraordinaire panrusse pour la liquidation de l'analphabétisme (Cheka Likbez).

L'organisation a joué un rôle important en menant la campagne pour éliminer l'analphabétisme au sein de l'Union soviétique, éliminant l'un des héritages les plus néfastes du retard et de la pauvreté tsaristes. La campagne d'alphabétisation soviétique reste la plus vaste et la plus réussie de l'histoire mondiale. L'historien Ben Eklof a noté: «Il y a de bonnes raisons de conclure qu'en 22 ans (1917-1939), l'Union soviétique avait accompli ce qu'il avait fallu à la Grande-Bretagne, à la France et à l'Allemagne au moins cent ans.» [1]

La campagne d'alphabétisation soviétique sert de démonstration durable des possibilités extraordinaires de réorganisation de la société dans l'intérêt de la classe ouvrière sur une base socialiste planifiée.

«Un analphabète est comme un aveugle. Accidents et malheurs le guettent partout»

Les réalisations de la campagne contrastent fortement avec l'analphabétisme mondial qui continue de tourmenter l'humanité sous le capitalisme au 21e siècle. Selon les statistiques de l'UNESCO, au moins 750 millions de personnes sont analphabètes, dont 100 millions âgées de 5 à 24 ans. La plupart se trouvent dans les anciennes régions coloniales de l'Afrique subsaharienne et de l'Asie du Sud. En outre, cependant, dans les pays capitalistes avancés, l'accès à des possibilités adéquates d'alphabétisation est menacé, car les mesures d'austérité et de privatisation restreignent l'accès à un enseignement public adéquatement financé. Aux États-Unis, de multiples actions en justice cherchent à établir le droit constitutionnel non encore reconnu à l'alphabétisation.

En 1917, lorsque le Parti bolchevik a renversé le gouvernement provisoire bourgeois et créé le premier État ouvrier du monde, le gouvernement révolutionnaire a été confronté à l'analphabétisme de masse dans l'ancien empire tsariste. Un recensement de 1897 a rapporté que seulement 21% des adultes pouvaient lire, bien que ce soit presque certainement un chiffre exagéré étant donné que toute personne qui pouvait signer son nom et qui prétendait être capable de lire était considérée comme alphabétisée. [2] Au cours des deux dernières décennies du régime tsariste, le taux d'alphabétisation a quelque peu augmenté, parallèlement à l'augmentation de la population urbaine, mais en 1917, une grande majorité des 150 millions d'habitants du pays ne savaient toujours pas lire.

Les autorités tsaristes considéraient la croissance de l'alphabétisation avec suspicion et peur. Au début du XIXe siècle, le ministre de l'Instruction du tsar Alexandre Ier déclarait: «La connaissance n'est utile que lorsqu'elle est, comme le sel, utilisée et offerte en petites quantités selon la situation des gens et leurs besoins. Enseigner à la masse des gens, ou même à la majorité d'entre eux, comment lire apportera plus de mal que de bien.» [3]

C’est exactement la conception opposée qui a été avancée par le gouvernement révolutionnaire dirigé par le Parti bolchevik.

Vladimir Lénine

L'élimination de l'analphabétisme était considérée comme la condition préalable essentielle à l'assimilation de la culture et des connaissances requises par la classe ouvrière pour commencer à construire une société socialiste. Lénine, dans son ouvrage classique écrit à la veille de l'insurrection d’octobre, «l'État et la révolution», a expliqué que la grande majorité des fonctions administratives de l'État pouvaient être exercées par «toute personne alphabétisée» (emphase de l’auteur), l'alphabétisation universelle étant donc une condition de base pour un État ouvrier dans lequel «la porte sera grande ouverte pour la transition de la première phase de la société communiste à sa phase supérieure, et avec elle au dépérissement complet de l'État» [4].

Après la révolution d'octobre, Lénine a souligné: «La personne analphabète se tient en dehors de la politique. Il faut d'abord lui apprendre l'alphabet. Sans cela, il n'y a que des rumeurs, des contes de fées et des préjugés, mais pas de politique.»

L'acquisition rapide de l'alphabétisation universelle était une priorité éducative immédiate pour le gouvernement soviétique. À peine trois jours après la fin de l'insurrection dirigée par les bolcheviks, le 29 octobre 1917 (le 11 novembre selon le nouveau calendrier), le nouveau commissaire à l'éducation, Anatoly Lunacharsky, a publié un «Message aux citoyens de Russie» qui expliquait:

«Toute autorité véritablement démocratique dans le domaine éducatif d'un pays où l'analphabétisme et l'ignorance sont omniprésents doit faire de sa tâche première celle de combattre cette atmosphère de morosité. Elle doit, dans les plus brefs délais, tenter de parvenir à une alphabétisation universelle en organisant un réseau d'écoles répondant aux exigences de l'éducation contemporaine et en introduisant une éducation universelle, obligatoire et gratuite. La lutte contre l'analphabétisme et l'ignorance ne peut se limiter à l'organisation d'un enseignement scolaire approprié pour les enfants, les adolescents et les jeunes. Les adultes aussi voudront être sauvés de l'humiliation de ne pas pouvoir lire ou écrire. Les écoles pour adultes doivent occuper une place de choix dans le plan général de l'éducation.» [5]

En décembre 1919, Lénine a signé un décret en neuf points intitulé «L'élimination de l'analphabétisme parmi la population de la République soviétique de Russie».

Des centaines de milliers d'exemplaires du décret ont été distribués à travers le pays. Il a expliqué que, «dans le but de donner à l'ensemble de la population de la République la possibilité de participer consciemment à la vie politique du pays», le gouvernement soviétique obligeait toutes les personnes de 8 à 50 ans à apprendre à lire et à écrire en russe ou dans leur langue maternelle, selon leur choix.

Le Commissariat à l'éducation a reçu le pouvoir de «recruter, pour l'enseignement des analphabètes, toute la population alphabétisée du pays qui n'a pas été appelée à la guerre, en tant que responsabilité du travail». Il est devenu une infraction pénale pour un alphabétisé de ne pas enseigner la lecture à au moins un analphabète (bien que personne n'ait jamais été poursuivi pour cela). Les travailleurs analphabètes avaient droit à deux heures de congé par jour, à plein salaire, pour étudier.

La formation en juin 1920 de la Commission extraordinaire de liquidation de l'analphabétisme visait à faire avancer la mise en œuvre pratique du décret de 1919.

Un historien a résumé son rôle comme suit: «Il s'agissait d'un mécanisme organisationnel pour gérer la coordination et la collaboration avec tous les autres organes du gouvernement et du Parti [communiste], ainsi qu'avec les organisations publiques et les associations bénévoles. La Commission comprenait des représentants de divers organismes publics et étatiques et avait de vastes pouvoirs et fonctions; ceux-ci comprenaient un travail de motivation parmi les masses, l'enregistrement des analphabètes, l'élaboration de méthodes d'enseignement et la production de manuels et d'autres ouvrages, et le recrutement d'enseignants et de superviseurs pour mettre en œuvre le programme.» [6]

Les décisions de l'organisation étaient contraignantes pour toutes les institutions gouvernementales et les fonctionnaires. Il était connu sous la forme abrégée de Cheka Likbez, soulignant son importance pour la révolution à travers l'écho du nom de la Commission extraordinaire de lutte contre la contre-révolution et le sabotage, ou Cheka, l'agence de sécurité organisée pour vaincre les efforts contre-révolutionnaires de renversement du gouvernement soviétique.

La Commission extraordinaire de liquidation de l'analphabétisme a été organisée sous la direction de l'administration principale du Commissariat à l'éducation (Glavpolitprosvet), dirigée par Nadezhda Krupskaya. Parfois présentée par les historiens bourgeois comme n’étant que l'épouse de Lénine, Krupskaya était en fait une révolutionnaire importante à part entière. Avant la révolution, elle avait passé du temps à travailler comme enseignante et avait fait une étude approfondie des théoriciens de l'éducation. Ses écrits éducatifs comprennent plusieurs volumes, dont une petite fraction seulement a été traduite en anglais.

En collaboration étroite avec Lénine et Lunacharsky, Krupskaya a développé dans les années 1920 de nombreuses initiatives extraordinaires en matière de scolarisation et d'éducation des adultes qui sont devenues célèbres parmi les éducateurs à l'échelle internationale.

Les campagnes d'alphabétisation de l'Armée rouge

La Commission extraordinaire pour la liquidation de l'analphabétisme n'a pas commencé ses travaux à partir de zéro en 1920. Les bolcheviks avaient déjà commencé à enrayer l’analphabétisme dans les conditions de guerre civile, alors que les forces contre-révolutionnaires, appuyées par les États impérialistes européens et américains, attaquaient le gouvernement soviétique. La campagne était centrée sur l'Armée rouge, qui sous la direction de Trotsky a mobilisé des millions d'ouvriers et de paysans entre 1918 et 1921 pour défendre la révolution.

Leon Trotsky

«L'alphabétisation est loin d'être tout, l'alphabétisation n'est qu'une fenêtre propre sur le monde, la possibilité de voir, de comprendre, de savoir», a expliqué Trotsky dans un discours de 1922 au soviet de Moscou. «Nous devons offrir cette possibilité [aux soldats de l'Armée rouge], et cela avant tout le reste.»

Il a poursuivi: «Notre préparation est, avant tout, la préparation, chez le soldat, du citoyen révolutionnaire. Nous devons élever nos jeunes hommes dans l'armée à un niveau supérieur et, d'abord et avant tout, les débarrasser décisivement et définitivement de la tache honteuse de l'analphabétisme. [...] Vous, le soviet de Moscou, vous, les brigades de district et les écoles – l'Armée rouge vous demande, l'Armée rouge attend de vous, que vous ne laissiez personne rester analphabète parmi vos «fils» dans la grande famille que vous avez adoptée. Vous leur donnerez des professeurs, vous les aiderez à maîtriser les moyens techniques élémentaires par lesquels un homme peut devenir un citoyen conscient.» [7]

Peu de détails de la campagne d'alphabétisation au sein de l'Armée rouge échappèrent à l'examen de Trotsky. Au début de 1919, par exemple, au milieu de certaines des campagnes les plus féroces de la guerre civile, il a pris le temps d'écrire une critique cinglante d'une compilation de littérature et de matériel politique. «La section d'éducation générale rattachée au département militaire du Comité exécutif central a publié un livre de première lecture à l'usage des soldats», écrit-il. «Je ne sais pas qui a compilé ce livre, mais je peux clairement voir que c'était quelqu'un qui, en premier lieu, ne connaissait pas les gens pour qui il le compilait; qui, d'autre part, avait une mauvaise compréhension des sujets sur lesquels il écrivait; et qui, troisièmement, ne connaissait pas bien la langue russe. Et ces qualités ne sont pas suffisantes pour la compilation d'un livre de première lecture pour nos soldats.» [8]

L'enseignement obligatoire a été introduit pour tous les grades en avril 1918. [9] Les enseignants qui se sont portés volontaires pour la campagne d'alphabétisation sur le front ont rapidement découvert qu'ils devaient abandonner les méthodes d'enseignement prérévolutionnaires. Krupskaya a écrit sur l'expérience d'une enseignante, Dora El'kina, une ancienne révolutionnaire socialiste qui a rejoint les bolcheviks après la révolution: «El'kina a commencé à leur enseigner, comme c'était la coutume, à partir de manuels écrits sur la base de la méthode analytique-synthétique [phonique]: «Masha a mangé du kasha. Masha a lavé la fenêtre. «Comment nous enseignez-vous? protestèrent les hommes de l'Armée rouge «Qu'est-ce que tout cela sur le kasha? Qui est ce Masha? Nous ne voulons pas lire cela.» [10]

El'kina a d'abord tenté de continuer en discutant pourquoi les soldats ne pouvaient pas être avec leurs Masha et pourquoi il y avait une pénurie de kasha. Mais elle a ensuite écrit sa propre phrase, qui a ensuite été publiée comme la première ligne d'un nouveau livre d'alphabétisation, devenu célèbre en Russie soviétique comme les premiers mots lus par des millions de travailleurs et de paysans nouvellement alphabétisés: «Nous ne sommes pas des esclaves; esclaves nous ne sommes pas.»

El'kina et les coauteurs de son livre, intitulé À bas l’analphabétisme, ont expliqué dans leur préface le lien entre l'acquisition de la capacité de lire et le développement de la conscience socialiste: «Nous savons que le travail politique ne se limite pas à clarifier les slogans, tout comme l'enseignement ne se limite pas à l'enseignement de la lecture et de l'écriture. Mais ce livre nous permet d’exposer l'étudiant aux deux. Nous considérons que l'acquisition de connaissances politiques et l'apprentissage de la lecture sont des objectifs étroitement liés. Les étudiants ne devraient pas seulement acquérir des compétences pédagogiques, mais nous devrions également susciter leur intérêt pour la vie publique. Les étudiants devraient non seulement assumer leur place dans la société en tant que personnes éduquées, mais ils devraient également rejoindre les rangs des combattants et des constructeurs de la Russie soviétique.» [11]

D'autres initiatives initiales d'alphabétisation ont inclus le recrutement d'artistes et d'écrivains, dont Vladimir Mayakovsky, pour développer des livres d'alphabet simples et attrayants.

Dans le but de développer les nouvelles capacités d'alphabétisation de millions de combattants de l'Armée rouge, le gouvernement soviétique a consacré des ressources substantielles, y compris de précieuses réserves de devises étrangères, à la fourniture de matériel de lecture, malgré les difficultés chroniques d'approvisionnement en papier, en encre et en moyens de publication. Selon une enquête sur le travail de l'Armée rouge, en 1920, les soldats avaient reçu 20 millions de brochures, dépliants et affiches, 5,6 millions de livres et 300.000 à 400.000 exemplaires de journaux par jour [12].

Éliminer l'analphabétisme au sein de la classe ouvrière et la paysannerie

La Commission extraordinaire pour la liquidation de l'analphabétisme a développé une série d'initiatives dans les usines et sur les lieux de travail pour s'assurer que tous les travailleurs, y compris ceux qui venaient d'arriver des campagnes, puissent lire.

Des centres ou des écoles d'alphabétisation (likpunkty, «points de liquidation») ont été créés dans toute l'Union soviétique dans les années 1920. Les grandes usines et les lieux de travail avaient leurs propres centres d'alphabétisation et bibliothèques. Dès novembre 1920, la Commission extraordinaire avait créé 12.067 centres d'alphabétisation, formant 278.637 élèves [13]. Entre 1920 et 1928, 8,2 millions de personnes au total ont fréquenté des écoles d'alphabétisation [14].

Conformément à la directive du décret de Lénine de 1919, les travailleurs incapables de lire et d'écrire bénéficiaient d'un horaire réduit avec plein salaire pour les études quotidiennes. Les travailleurs ont également été encouragés à assister à des cours dispensés par des bénévoles le dimanche. Les cours d'alphabétisation ont souvent abouti à des célébrations publiques programmées pour coïncider avec des anniversaires révolutionnaires – certains cours ouvriers se sont achevés le premier semestre le 21 janvier (date de la mort de Lénine en 1924) et le deuxième semestre le 1er mai (Journée des travailleurs). [15]

«Des livres dans toutes les branches du savoir, s’il-vous plait!», affiche pour les éditeurs d'État (Alexander Rodchenko, 1924)

Les cours d'alphabétisation attendaient beaucoup des travailleurs inscrits. Loin de l'ancienne norme tsariste selon laquelle une personne alphabétisée pouvait signer son nom, la Commission extraordinaire pour la liquidation de l'analphabétisme a expliqué qu'un cours de 3 à 4 mois dans un centre d'alphabétisation ne fournissait qu'une «clé» d'alphabétisation, et un travailleur qui participait dans un tel cours pendant deux heures chaque jour ouvrable était considéré comme seulement «semi-alphabétisé». Un cours plus long de 6 à 8 mois comprenant au moins 6 à 8 heures d'étude chaque semaine était nécessaire comme condition préalable à une véritable alphabétisation [16].

En 1923, le travail de la Commission extraordinaire a été élargi grâce à la formation de la société À bas l’analphabétisme, une organisation de masse dirigée par le Parti communiste. En octobre 1924, 1,6 million de citoyens soviétiques y avaient adhéré. [17] La société a créé des professeurs d'alphabétisation bénévoles, distribué des affiches de campagne contre l'analphabétisme et collecté des fonds pour la publication et la distribution de brochures et de livres. Elle organisait aussi régulièrement des festivals et des campagnes d'alphabétisation. Une campagne de trois jours, commençant le 1er mai 1925, comprenait l'organisation de pièces de théâtre, de films et d'autres arts publics, des remises de diplômes en masse des cours du centre d'alphabétisation et l'organisation de «tramways agitateurs», la distribution de brochures et la vulgarisation de slogans de Lénine («Nous avons trois tâches: premièrement, étudier, deuxièmement, étudier et troisièmement, étudier») et de Trotsky («Nous créerons un dense réseau d’écoles partout sur la terre russe. Il ne devrait pas y avoir d’illettrés. Il ne devrait pas y avoir de travailleurs ignorants»). [18]

Les résultats ont varié dans différentes industries au cours des années 1920. L'analphabétisme persiste dans les lieux de travail qui absorbent les anciens paysans qui ont déménagé dans les villes, en particulier les femmes, comme l'industrie textile. Dans d'autres secteurs, elle a été anéantie, notamment chez les métallurgistes, les imprimeurs et les cheminots. À la fin de 1924, les taux d'alphabétisation des cheminots auraient atteint 99%, tous les analphabètes restants étant inscrits dans des cours d'alphabétisation. En 1928, le syndicat des cheminots a élaboré des plans pour éliminer l'analphabétisme chez les quelque 93.000 conjoints et membres de la famille de leurs membres travailleurs [19].

Au sein de la paysannerie, la campagne pour l'alphabétisation universelle a été plus longue et difficile. Le servage n'a été aboli en Russie que 56 ans avant la révolution d'octobre et la superstition religieuse et différents types d'arriération affligent encore la paysannerie. Les femmes étaient particulièrement touchées, et étaient beaucoup plus analphabètes que les hommes dans l'ancien Empire tsariste. Dans les villages, les garçons étaient généralement éduqués avant les filles. «Nous avons ici la pleine égalité des hommes et des femmes», a noté Trotsky en 1924. «Mais pour qu'une femme ait les réelles opportunités qu'un homme, même maintenant dans notre pauvreté, les femmes doivent égaler les hommes en matière d'alphabétisation. Le «problème féminin» signifie donc avant tout la lutte contre l'analphabétisme chez les femmes.» [20]

Un coup de pouce initial à la campagne est venu avec la démobilisation de l'Armée rouge à la fin de la guerre civile, alors que le nombre de soldats est passé de 5,5 millions à 800.000. Des millions de paysans nouvellement alphabétisés sont retournés dans leurs villages et ont appris à lire aux membres de leur famille [21].

«Que l’obscurité disparaisse, vive le soleil!

Dans la vaste campagne russe des années 1920, le gouvernement soviétique a créé un réseau de salles de lecture villageoises (izba-chital'nia, littéralement «cabane de lecture»). Pendant la guerre civile, plus de 20.000 salles de lecture ont été créées, soit environ une pour cinq villages. Le nombre a d'abord baissé lorsque la nouvelle politique économique a contraint à des coupes dans les dépenses publiques. Des ressources limitées ont affecté tous les aspects de la lutte contre l'analphabétisme. Une salle de lecture établie dans le comté de Tambov en 1923, par exemple, contenait du matériel de lecture composé uniquement du journal régional, d'une brochure sur l'économie politique et de l'ABC du communisme de Nikolai Boukharine et Yevgeni Preobrazhensky [22]. Il y avait également bien des difficultés à recruter des travailleurs suffisamment scolarisés pour diriger les salles de lecture.

«Le but des salles de lecture est de faire de la lecture du journal un besoin très ressenti pour chaque paysan pauvre et moyen», a expliqué Krupskaya. «Ils doivent être attirés par le journal comme l'ivrogne par le vin. Si la salle de lecture peut accomplir cela, elle aura fait une grande chose.» [23]

Les salles ont cependant fait plus que simplement rendre des journaux disponibles. Elles se sont développées comme véhicules d'alphabétisation et de culture, brisant l'isolement et le retard de la vie paysanne traditionnelle. Une enquête de décembre 1925 a rapporté 6392 «cercles sociopolitiques» réunis dans des salles de lecture, avec 123.000 membres. Les «cercles agroéconomiques» (7000 cercles avec 136.000 membres) et les «cercles de théâtre / art dramatique» (9400 cercles avec 185.000 membres) étaient encore plus nombreux. [24]

De nouvelles technologies ont été utilisées pour promouvoir la valeur d'apprendre à lire et à écrire. Là où des radios pouvaient être achetées pour la salle de lecture du village, la fréquentation a fortement augmenté et, dans certaines régions, a dû être limitée à différents groupes de personnes à des jours différents. [25] De plus, en avril 1926, 976 groupes de films itinérants visitaient chacun 20 villages par mois. Un historien a expliqué: «Les paysans alphabétisés ont présenté les films et les ont utilisés comme stimulants pour créer une demande d'informations supplémentaires par le biais de livres.» [26]

L’alphabétisation des enfants

La campagne d'alphabétisation soviétique a toujours été affectée par des ressources financières limitées. Les bolcheviks avaient établi un gouvernement ouvrier en octobre 1917 avec la perspective que ce serait la première étincelle dans la révolution mondiale. La propagation de la révolution aux pays capitalistes avancés, à commencer par l'Allemagne et d'autres centres européens, était très attendue, notamment en raison de la perspective de réduire le retard économique de la Russie grâce au partage des ressources financières et de la technique industrielle. En Allemagne, cependant, en 1918-1919 et de nouveau en 1923, les bouleversements révolutionnaires se sont terminés par une contre-révolution bourgeoise, tout comme les soulèvements de la classe ouvrière dans d'autres pays européens.

L'immense retard économique de la Russie a été aggravé par l'impact de la guerre civile et des assauts impérialistes. En 1921, la Commission extraordinaire pour la liquidation de l'analphabétisme a publié une brochure décrivant les cours d'alphabétisation à court terme, qui comprenait un chapitre intitulé «Comment se débrouiller sans papier, crayons ou stylos». [27]

Anatoly Lunacharsky

La pauvreté et les pénuries ont particulièrement affecté le développement du système scolaire soviétique pendant cette période. Un éducateur américain qui a visité l'URSS en 1925 a décrit la situation:

«Il serait difficile de trouver un équipement moins bon que celui de nombreuses institutions soviétiques. Les bâtiments sont vieux. Les bancs sont usés. Les tableaux noirs et les livres font défaut. Les enseignants et autres travailleurs de l'éducation sont mal payés – parfois, pendant des mois, sans rémunération. Seule environ la moitié des enfants d'âge scolaire en Union soviétique peut être hébergée dans les écoles. Lunacharsky, commissaire du peuple à l'éducation, estime que l'Union manque désormais de 25.000 enseignants. Même s'ils avaient ces professeurs, ils n'auraient pas de salles où les mettre. Il n'y a probablement pas de grand pays en Europe où les conditions d'éducation sont physiquement pires qu'en Union soviétique.» [28]

Malgré ces immenses défis, l’Union soviétique des débuts a développé les approches les plus innovantes et les plus progressistes du monde en matière d'enseignement et d'apprentissage.

La loi sur l'éducation d'octobre 1918 a aboli l'ancien système administratif d'éducation dominé par l'Église qui était destiné à l'élite tsariste et a avancé le principe d'une éducation laïque librement accessible du primaire au supérieur, développée comme une «école du travail unie». Un historien a expliqué que cette loi reflétait un consensus au sein du Commissariat à l'éducation pour «un système scolaire présentant les caractéristiques suivantes: un seul type d'école, l’école du travail unie, dispensant neuf ans d'enseignement polytechnique ainsi que des chaussures, des vêtements, des vêtements chauds, procurant petits déjeuners, soins médicaux et matériel scolaire gratuits pour tous les enfants, sans distinction de sexe ou d'origine sociale; peu ou pas de devoirs; pas de manuels standard, d'examens de promotion ou d'obtention du diplôme ou de notes; exercices socialement utiles dans le cadre du programme scolaire standard (entretien des parcs publics, campagnes contre divers maux de l'analphabétisme, à la religion et à l'alcool); l'étude et la pratique du travail par la modélisation dans les années antérieures au travail dans un magasin scolaire ou dans un champ dans les années ultérieures, peut-être même un stage dans une usine pour les élèves du deuxième cycle; et l'autonomie gouvernementale pour enseigner à l'école dans laquelle le public, les parents et les élèves joueraient un rôle vital.» [29]

Si tous ces engagements n'ont pas été immédiatement respectés, compte tenu des pénuries matérielles, l'Union soviétique est néanmoins devenue un laboratoire d'expérimentation pédagogique.

«Notre pays socialiste s'efforce de réconcilier le travail physique et mental, qui est la seule chose qui puisse conduire au développement harmonieux de l'homme», a expliqué Trotsky dans un discours de 1924, «Quelques mots sur la manière d'élever un être humain». Il a poursuivi: «Tel est notre programme. Le programme ne donne que des indications générales pour cela: il pointe du doigt, en disant "Voici la direction générale de votre chemin!" Mais le programme ne dit pas comment atteindre cette union dans la pratique. … Dans ce domaine, comme dans beaucoup d'autres, nous irons et allons déjà par l'expérience, la recherche et l’expérimentation, ne connaissant que la direction générale de la route vers le but: une combinaison de travail physique et mental aussi correcte que possible.» [30]

L'alphabétisation des enfants a considérablement changé dans de nombreuses écoles après la révolution. Le système tsariste, pour la minorité d'enfants en mesure d'y accéder, comportait des méthodes autoritaires d'apprentissage par cœur, la grammaire et d'autres aspects des processus de lecture et d'écriture étant enseignés sans aucun lien avec d'autres aspects du programme, sans parler des intérêts de l'enfant et de son environnement.

Les écoles soviétiques, d'autre part, ont été encouragées à adopter un programme d'études intégré et à enseigner la lecture et l'écriture en s'engageant et en explorant la société et le monde naturel. Krupskaya a incorporé les approches développées par les éducateurs américains progressistes à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle, en les développant sur la base d'une compréhension marxiste de la société humaine et du processus productif. C'est ce que l'on a appelé la «méthode complexe», les enseignants planifiant l'apprentissage de la littératie et de la numératie des enfants dans le cadre de trois «complexes»: la nature, le travail et la société. Les liens les plus étroits ont été encouragés entre les écoles et leurs communautés, avec des excursions fréquentes et des projets de recherche dans les usines ou fermes voisines.

Krupskaya a expliqué: «La première étape [de l'école] vise à donner aux enfants les compétences et les connaissances les plus nécessaires pour l'activité professionnelle et la vie culturelle et pour éveiller leur intérêt pour leur environnement. … Il ne faut pas oublier que la langue et les mathématiques doivent jouer un rôle purement fonctionnel dans la première étape. Leur étude en tant que branches distinctes de la connaissance dans la première étape est prématurée. L'étude de leur langue maternelle et des mathématiques doit donc avoir un caractère moderne, étroitement lié aux observations et aux activités de l'enfant.» [31]

Nadezhda Krupskaya (images de la police tsariste, 1896)

Écrivant sur le développement de l'éducation soviétique dans les années 1920, le journaliste américain William Henry Chamberlin a rapporté:

«Les expériences éducatives les plus frappantes et les plus originales se trouvent dans les écoles soviétiques inférieures et moyennes. … Les méthodes d'enseignement à l'ancienne, chaque sujet étant placé dans un compartiment étanche et enseigné séparément, ont été complètement abandonnées. … J'ai été témoin d'une application pratique de cette méthode [complexe] dans une école de Moscou, du nom du président Kalinin. Le thème donné était «La ville de Moscou». La leçon d'histoire était basée sur les événements passés de la vie de la ville. Certaines idées géographiques ont été transmises en emmenant les enfants sur la rivière Moscou et en leur montrant ce que sont les îles, les rives et les péninsules, etc. concernant sa relation avec la ville dans son ensemble. … De temps en temps, ils visitaient des usines, des musées, et monuments historiques. La méthode purement scolastique est un anathème dans la pédagogie soviétique. Tous les efforts sont faits pour donner aux élèves une représentation concrète et visible des choses qu'ils étudient.» [32]

Les années 30 et l’impact du stalinisme

L'isolement de l'État soviétique, conséquence des défaites subies par la classe ouvrière en Europe occidentale et centrale dans les années qui ont suivi la Première Guerre mondiale, ainsi que l'énorme pauvreté et les inégalités sociales du pays, a donné naissance à une nouvelle caste bureaucratique. Au début des années 1920, cette couche sociale privilégiée est devenue de plus en plus satisfaite et conservatrice et s'est alignée derrière Joseph Staline après qu’il a dévoilé en 1924 la perspective nationaliste du «socialisme dans un seul pays».

Cela visait directement la théorie de la révolution permanente, développée par Trotsky au milieu des bouleversements révolutionnaires de 1905 en Russie et sur la base de laquelle le parti bolchevik avait pris le pouvoir en 1917. Trotsky a analysé que les tâches de la révolution démocratique en Russie – y compris l'élimination du tsarisme et de tous les vestiges de l'arriération féodale – ne pouvaient être menées que par l'avancée de la révolution socialiste, dirigée par la classe ouvrière. Les ouvriers mèneraient la révolution et, une fois au pouvoir, comme Trotsky l’avait correctement anticipé, seraient obligés de prendre dans la propriété publique les hauteurs dominantes de l'économie et d'instituer des mesures socialistes, y compris la planification étatique. Cependant, étant donné l'immense retard économique de la Russie, la victoire de la révolution dépend finalement de son développement international, par-dessus tout dans celui des pays capitalistes avancés.

La bureaucratie en est venue à identifier la théorie de la révolution permanente et la lutte pour la révolution socialiste mondiale comme une menace pour ses intérêts. Trotsky a rappelé dans son autobiographie: «Le sentiment du ''Pas tout pour la révolution, mais quelque chose pour soi aussi'', a été traduit par ''À bas la révolution permanente''. La révolte contre les exigences théoriques exigeantes du marxisme et les exigences politiques exigeantes de la révolution a progressivement pris, aux yeux du peuple, la forme d'une lutte contre le ''trotskysme''.» [33]

Trotsky et l'Opposition de gauche ont mené une campagne déterminée et fondée sur des principes pour défendre la révolution et sa perspective internationaliste. La bureaucratie stalinienne a répondu par une féroce campagne de calomnies, de falsifications historiques, de manœuvres entre factions et de répression étatique violente. Krupskaya, qui a brièvement rejoint l'opposition avant de capituler devant Staline, a noté en 1926 que si Lénine avait alors été vivant, il aurait été emprisonné par le nouveau régime. Après que l'Opposition de gauche eut organisé des manifestations au sein des rassemblements officiels en 1927 pour le 10e anniversaire de la révolution d'octobre à Moscou et à Leningrad, déployant des banderoles pour défendre la démocratie soviétique et l'internationalisme, les staliniens expulsèrent Trotsky et d'autres opposants du Parti communiste et les envoyèrent en exil intérieur. Trotsky a été expulsé de l'URSS en 1929, et assassiné alors qu’il était exilé à Mexico en 1940, deux ans après qu’il ait fondé la Quatrième Internationale.

La contre-révolution stalinienne a eu un impact dévastateur sur l'éducation et la pédagogie, comme elle l'a fait dans tous les autres domaines de la culture.

Lunacharsky a été contraint de quitter le Commissariat à l'éducation en 1929. L'Institut Marx-Engels de pédagogie marxiste a été dissout en 1932. Cette même année, Stanislav Shatsky a été démis de ses fonctions de chef de la «Première station expérimentale», un réseau de centres éducatifs progressistes pour enfants et adultes qui avaient également servi de centre de formation des enseignants. Shatsky avait collaboré étroitement avec Krupskaya dans les années 1920, et son réseau scolaire avait été visité par de nombreux éducateurs occidentaux reconnaissants, y compris le philosophe et pédagogue américain John Dewey. Le régime stalinien des années 1930 a élevé en tant qu'éducateur en chef national Anton Makarenko, un administrateur jusque-là inconnu des «colonies» gérées par la police secrète de la GPU pour les enfants orphelins et sans-abri. Celles-ci étaient gérées comme des camps d'entraînement de style militaire où les enfants passaient autant de temps sur les chaines de production, à concevoir des perceuses et des caméras, qu’à apprendre dans les salles de cours.

Au début des années 1930, une série de résolutions du Comité central et des décrets du gouvernement condamnaient l'«expérimentation» éducative, interdisaient la méthode complexe, mettaient en échec tout engagement envers le polytechnisme, abolissaient la démocratie étudiante au profit du directeur et des enseignants, imposaient des uniformes scolaires obligatoires et brimaient l'autonomie de l'école en faveur d'un contrôle centralisé de l'État. [34] Les enseignants ont été récompensés pour avoir augmenté les résultats des tests individuels de leurs élèves, tandis que des examens ont été introduits pour les élèves chaque début d’année scolaire. L'autoritarisme a saturé tous les aspects du système éducatif. Des «règles de conduite» ont été émises pour chaque école primaire et secondaire: elles comprenaient des ordres pour que les élèves «obéissent aux instructions du directeur de l'école et des enseignants sans poser de questions», «se lèvent lorsque l'enseignant ou le directeur entre ou sort de la salle,» et de «se tenir au garde-à-vous en répondant à l'enseignant; s'asseoir uniquement avec la permission de l'enseignant; de lever la main s'il souhaite répondre à une question.»

Dans son chef-d'œuvre analytique, La Révolution trahie, Trotsky, en 1937, a noté que la nouvelle génération en Union soviétique émergeait «sous une oppression intolérable et en constante augmentation». Il a ajouté: «Dans l'usine, la ferme collective, la caserne, l'université, la salle de classe, même au jardin d'enfants, sinon dans la crèche, la gloire principale de l'homme est déclarée: fidélité personnelle au chef et obéissance inconditionnelle. Beaucoup d'aphorismes pédagogiques et de maximes de ces derniers temps pourraient sembler avoir été copiés de Goebbels, s'il ne les avait lui-même copiés en grande partie des collaborateurs de Staline.» [35]

La campagne pour l'alphabétisation universelle a inévitablement été perturbée par la contre-révolution stalinienne.

Au moment même où l'Union soviétique était sur le point d'éliminer l'analphabétisme, le régime stalinien a propagé sans relâche des mensonges et des falsifications historiques. Le «grand mensonge» du stalinisme – selon lequel Staline représentait la continuité de la direction de Lénine du parti bolchevik, et que Trotsky et la théorie de la révolution permanente étaient des ennemis de la classe ouvrière – a pris des proportions monstrueuses lors des purges et des faux procès de 1936-1938. Presque tous les camarades de Lénine et Trotsky autres que Staline ont été accusés d'être espions, fascistes ou provocateurs. La falsification historique a été institutionnalisée dans les écoles, les universités et les établissements d'enseignement du parti, et tout enseignant ou étudiant qui s'opposait aux mensonges grossiers du régime était passible d'emprisonnement ou d'exécution.

Dans de telles conditions, le développement d'une véritable alphabétisation – comprise comme plus que la simple capacité de lire des mots sur une page, impliquant au contraire un engagement critique avec les textes – était presque impossible.

Bottom of Form

Un historien a noté que les campagnes des années 1930 «ont produit une forte augmentation du taux d'alphabétisation national, mais au détriment d'une véritable éducation telle que Lénine l'avait comprise. Le principal objectif était économique et non culturel: fournir une main-d'œuvre de masse à peine alphabétisée aussi rapidement que possible pour un emploi dans les plans quinquennaux.» [36]

Krupskaya, en dépit de son adaptation au régime stalinien, a reconnu que le travail de campagne d'alphabétisation à la fin des années 1920 et au début des années 1930 avait «aidé des millions de personnes à lire et à écrire, mais les connaissances acquises étaient de la nature la plus élémentaire». [37] Une enquête a révélé une diminution importante du temps que les travailleurs passaient à lire dans les années 1930. Entre 1923 et 1939, le temps moyen que les travailleurs de la ville consacraient chaque semaine à la lecture des journaux est passé de 2,3 à 1,8 heures, et le temps passé à lire des livres et des périodiques de 2,1 à 1,0 heure [38].

Le stalinisme a également affecté le travail de campagne d'alphabétisation parmi les nationalités non russes, qui représentaient environ la moitié de la population de l'Union soviétique. Certaines nationalités étaient des sociétés préalphabétisées au moment de la révolution d'octobre, et dans d'autres, les taux d'alphabétisation étaient très bas. Dans les années 1920, afin de permettre aux gens de savoir lire et écrire dans leur langue maternelle, les linguistes soviétiques, comme un compte-rendu le décrit, «alphabétisaient et codifiaient pour toute la gamme des peuples du Caucase du Nord, turciques et finno-ougriens». En outre: «Narkompros [le Commissariat à l’éducation] a réorganisé des dizaines d’instituts universitaires et en a créé de nouveaux (l’Institut central des langues vivantes de l’Est, l’Institut d’orientologie, l’Association pansoviétique d’Orientologie, l’Université communiste des travailleurs de l’Est) afin de préparer des études linguistiques, l’apprentissage de l’alphabet, la création de manuels scolaires, de dictionnaires et la formation de cadres en langue native pour travailler à l’est.» [39].

La promotion par Staline du chauvinisme grand-russe a entravé ces initiatives: dans les années 1930, des scripts cyrilliques ont été imposés aux nationalités qui avaient auparavant développé l'usage de l'alphabet latin. Certains travailleurs et paysans nouvellement alphabétisés ont dû réapprendre à lire leur propre langue en cyrillique. De plus, l'apprentissage du russe est devenu obligatoire à l'école à partir de 1938.

Malgré ces entraves staliniennes à la campagne d'alphabétisation, le nombre de personnes capables de lire et d'écrire a considérablement augmenté dans les années 1930. Comme Trotsky l'a analysé, la caste bureaucratique a usurpé le pouvoir politique de la classe ouvrière en Union soviétique, mais cette dernière a conservé le monopole d'État du commerce extérieur et de la propriété publique des moyens de production. L'URSS est restée un État ouvrier, bien que gravement dégénéré. À ce titre, l'État était capable de planifier et de distribuer de vastes ressources dans le cadre de la campagne d'alphabétisation.

Veiller à ce que beaucoup plus de travailleurs et de paysans puissent lire et écrire était une exigence essentielle de la campagne d'industrialisation. L'industrialisation et la collectivisation forcée de la paysannerie dirigées par Staline – vivement condamnée par Trotsky et l'Opposition de gauche pour son caractère inutilement violent et téméraire – ont vu une forte augmentation de la population urbaine de l'Union soviétique. La collectivisation forcée, tout en ayant un impact économique dévastateur, a permis l'alphabétisation au sein d'une population paysanne désormais plus concentrée. Le Komsomol, organisation de jeunesse communiste, a été mobilisé pour soutenir la campagne d'alphabétisation dans les campagnes. Entre 1931 et 1933, 50.000 membres du Komsomol ont enseigné dans les écoles, bien que la plupart d'entre eux et d'autres jeunes enseignants n'avaient aucune qualification formelle. [40]

Les inscriptions des travailleurs aux cours des centres d'alphabétisation ont augmenté. D'importantes ressources ont été consacrées dans les années 30 pour assurer la scolarisation universelle des enfants. Entre 1927 et 1932, le nombre d'enseignants a doublé, augmentant de 230.000. Le nombre d'élèves de la 1re à la 7e année est passé de 11 millions en 1927-1928 à 21 millions en 1932-1933, dont 8 millions de plus seulement dans les écoles rurales. Un historien a noté que cette «augmentation de 8 millions dans les écoles rurales dépassait la totalité des inscriptions à l'école primaire dans l'Empire russe en 1914». [41]

Conclusion

Un recensement de l'URSS de 1939 a montré que l'analphabétisme était alors en train de disparaître complètement, 22 ans seulement après la révolution d'octobre. Pour ceux âgés de 9 à 49 ans, 87,4% étaient alphabétisés. Le taux d'alphabétisation est resté plus élevé dans les villes qu'à la campagne et plus élevé chez les hommes que chez les femmes. Le taux d'alphabétisation des hommes en milieu urbain était de 97,1% et le taux des femmes en milieu urbain de 90,7%. [42] Certains des gains les plus extraordinaires en matière d'alphabétisation ont été enregistrés dans les républiques soviétiques non russes. Dans la région d'Asie centrale de la Turkménie, par exemple, les taux d'alphabétisation sont passés de moins de 8%, enregistrés lors du recensement de 1897, à 78% en 1939. [43]

«Si vous ne lisez pas de livres, vous oublierez bientôt comment lire et écrire»

La campagne d'alphabétisation a jeté les bases du caractère profondément cultivé de la société soviétique. Malgré la censure et la répression du régime stalinien, la population soviétique vénérait la littérature, la poésie et les arts. Plus immédiatement, la campagne d'alphabétisation a également sans aucun doute joué un rôle dans la campagne militaire contre l'Allemagne nazie entre 1941 et 1945, au cours de laquelle environ 27 millions de citoyens soviétiques ont perdu la vie. Les dizaines de millions d'hommes soviétiques enrôlés dans l'armée entre 1941 et 1945, et les hommes et les femmes qui occupaient les usines d'armement étaient capables de suivre et d'émettre des instructions écrites. La mobilisation de masse de toute la population pour la lutte contre le fascisme aurait probablement été encore plus coûteuse s'il n'y avait pas eu d'alphabétisation quasi universelle.

Du point de vue d'aujourd'hui, la campagne d'alphabétisation soviétique reste une réalisation extraordinaire. La crise mondiale du capitalisme entraîne une attaque accrue contre l'enseignement public et la capacité de la classe ouvrière à accéder à la culture. Aux États-Unis et dans d'autres pays, la pandémie de coronavirus est utilisée comme prétexte pour réduire les dépenses d'éducation publique. Les pénuries chroniques de ressources dans les écoles publiques du monde entier, y compris dans les pays capitalistes avancés – ainsi que les conditions de travail effroyables pour les enseignants et les méthodes pédagogiques régressives obligatoires – menacent de priver la jeune génération de son droit d'acquérir une véritable littératie critique. Il ne fait aucun doute que parmi les oligarques financiers et leurs mercenaires politiques, il y a une mentalité similaire à celle exprimée par le ministre de l'Instruction tsariste du XIXe siècle, pour laquelle l’alphabétisme et la connaissance pour les jeunes de la classe ouvrière sont considérés comme dangereux, et doivent donc être limités.

La défense d'une alphabétisation universelle et de haute qualité, comme la défense de tous les autres aspects de la culture humaine, incombe à nouveau au mouvement socialiste.

Références:

[1] Ben Eklof, “Russian Literacy Campaigns 1861-1939,” in R.F. Arnove and H.J. Graff (eds.) National Literacy Campaigns: Historical and Comparative Perspectives (p. 141). Springer, 1987.

[2] Roger Pethybridge, The Social Prelude to Stalinism. Palgrave Macmillan, 1974, p. 134.

[3] Cité dans Theresa Bach, Educational Changes in Russia. US Government Printing Office, 1919, p. 4.

[4] Vladimir Lénine, The State and Revolution: the Marxist Theory of the State and the Tasks of the Proletariat in the Revolution (p. 479), dans Collected Works (vol. 25). Progress Publishers, 1974.

[5] Cité dans K. Nozhko et al., Educational Planning in the USSR. UNESCO, 1968, p. 26.

[6] H.S. Bhola, Campaigning for Literacy: Eight National Experiences of the Twentieth Century. UNESCO, 1984, pp. 44-45.

[7] Leon Trotsky, “Listen and Get Ready, Red Army!,” in How the Revolution Armed: The Military Writings and Speeches of Leon Trotsky (vol. 5). New Park Publishers, 1979.

[8] Leon Trotsky, “First Reading Book—Is it Worth Reading?,” in How the Revolution Armed: The Military Writings and Speeches of Leon Trotsky (vol. 2). New Park Publishers, 1979.

[9] Pethybridge, The Social Prelude to Stalinism, op. cit., p. 110.

[10] Cité dans V. Protsenko, “Lenin’s Decrees on Public Education.” Soviet Education, vol. 3 no. 3, 1961, p. 59.

[11] Cité dans I.V. Glushchenko, “The Soviet Educational Project: The Eradication of Adult Illiteracy in the 1920s–1930s.” Russian Social Science Review, vol. 57 no. 5, September–October 2016, p. 389.

[12] Jeffrey Brooks, “Studies of the Reader in the 1920s.” Russian History, vol. 9 nos. 2/3, 1982, p. 189.

[13] Peter Kenez, The Birth of the Propaganda State: Soviet Methods of Mass Mobilisation, 1917-1929. Cambridge University Press, 1985, p. 82.

[14] Ibid., p. 157.

[15] Charles E. Clark, “Literacy and Labour: The Russian Literacy Campaign within the Trade Unions, 1923-27.” Europe-Asia Studies, vol. 47 no. 8, December 1995, p. 1,332.

[16] Ibid., p. 1,328.

[17] Kenez, The Birth of the Propaganda State, op. cit., p. 154.

[18] Ibid., p. 161.

[19] Clark, “Literacy and Labour,” op. cit., p. 1,330.

[20] Léon Trotsky, “Leninism and Library Work,” in Problems of Everyday Life. Pathfinder Press, 1973, p.153

[21] Eklof, “Russian Literacy Campaigns 1861-1939,” op. cit., p. 133.

[22] Alexandre Sumpf, “Confronting the Countryside: The Training of Political Educators in 1920s Russia.” History of Education, vol. 35 nos. 4-5, p. 479.

[23] Cité dans Bradley Owen Jordan, Subject(s) to Change: Revolution as Pedagogy, or Representations of Education and the Formation of the Russian Revolutionary. thèse de doctorat, University of Pennsylvania, 1993, p. 211.

[24] Charles E. Clark, “Uprooting Otherness—Bolshevik Attempts to Refashion Rural Russia via the Reading Rooms of the 1920s.” Canadian Slavonic Papers, vol. 38 nos. 3/4, September-December 1996, p. 328.

[25] Ibid., p. 324.

[26] Pethybridge, The Social Prelude to Stalinism, op. cit., p. 159.

[27] Eklof, “Russian Literacy Campaigns 1861-1939,” op. cit., p. 133.

[28] Scott Nearing, Education in Soviet Russia. International Publishers, 1926, p. 13.

[29] Larry E. Holmes, “Soviet Schools: Policy Pursues Practice, 1921-1928.” Slavic Review, vol. 48 no. 2, Summer 1989, p. 235.

[30] Léon Trotsky, “A Few Words on How to Raise a Human Being,” in Problems of Everyday Life. Pathfinder Press, 1973, pp. 136-137.

[31] Cité dans John T. Zepper, “N. K. Krupskaya on Complex Themes in Soviet Education.” Comparative Education Review, vol. 9 no. 1, February 1965, p. 34.

[32] William Henry Chamberlin, Soviet Russia: A Living Record and a History. 1930, disponible ici: https://www.marxists.org/archive/chamberlin-william/1929/soviet-russia/ch12.htm

[33] Leon Trotsky, My Life: An Attempt at an Autobiography. Charles Scribner’s Sons, 1931, p. 505.

[34] Jon Lauglo, “Soviet Education Policy 1917-1935: From Ideology to Bureaucratic Control.” Oxford Review of Education, vol. 14 no. 3, 1988, pp. 294-295.

[35] Léon Trotsky, The Revolution Betrayed: What is the Soviet Union and Where is it Going. Labor Publications, 1991, p. 137.

[36] Cited in Pethybridge, The Social Prelude to Stalinism, op. cit., p. 176.

[37] Ibid.

[38] Eklof, “Russian Literacy Campaigns 1861-1939,” op. cit., p. 143.

[39] Michael G. Smith, Language and Power in the Creation of the USSR, 1917-1953. Mouton de Gruyter, 1998, p. 71.

[40] Sheila Fitzpatrick, Education and Social Mobility in the Soviet Union 1921-1934. Cambridge University Press, 1979, p. 174.

[41] Eklof, “Russian Literacy Campaigns 1861-1939,” op. cit., p. 142.

[42] Ibid.

[43] John Dunstan, Soviet Schooling in the Second World War. Macmillan Press, 1997, p. 19.

(Article paru en anglais le 8 juillet 2020)

L'auteur recommande également:

Cent cinquante ans depuis la naissance de Lénine [23 avril 2020]

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.