Des lettres exigent du secrétaire à la Défense du Sri Lanka la fin du harcèlement des candidats du PES

Par nos correspondants
11 juillet 2020

Le Parti de l’égalité socialiste (PES) au Sri Lanka a reçu des copies de lettres envoyées au secrétaire à la Défense, le général de division à la retraite Kamal Gunaratne, exigeant la fin du harcèlement par l’armée des candidats du PES pour le district de Jaffna lors des élections générales du mois prochain.

Ces lettres proviennent de lecteurs du «World Socialist Web Site» au Sri Lanka et dans le monde entier, en réponse à l’appel lancé par le PES le 30 juin dernier, intitulé: «Ne touchez pas aux trotskystes sri-lankais, le PES exige que l’armée cesse de harceler ses candidats aux élections à Jaffna».

Les 28 mai, 16 et 23 juin, des agents des services de renseignements militaires se sont rendus au domicile des candidats du PES – Rasenthiram Sutharsan à Kayts, Paramuthirugnana Sampanthar à Karainagar et Rajaratnam Rajavel à Jaffna – et ont demandé des informations personnelles et familiales. Sampanthar est le chef de la liste électorale du PES pour le district de Jaffna. Lorsque les candidats ont souligné que cette activité était illégale, les officiers militaires ont déclaré qu’ils avaient été envoyés par des officiers supérieurs.

Rasenthiram Sutharshan qui s'adresse à une réunion du PES

Le 20 juin, le secrétaire général du PES, Wije Dias, a écrit au secrétaire à la Défense pour lui demander de mettre fin au harcèlement des candidats du parti. Il a souligné que ce harcèlement violait les droits démocratiques du parti et constituait une menace pour la sécurité des candidats du PES.

Le secrétaire à la Défense Gunaratne n’a pas répondu à la lettre de Dias, indiquant l’attitude méprisante du président Gotabhaya Rajapakse et de son gouvernement envers les droits démocratiques fondamentaux. Au lieu de cela, l’armée et la police ont intensifié leur harcèlement des candidats du PES.

Le 1er juillet à 18 h 30, deux officiers de renseignement de la police tamoule attachés au poste de police de Jeyapuram ont visité le domicile du candidat du PES Rajaratnam Thirugnanavel à Kiranchi, Poonakary (à 36 km de Jaffna). Ils ont exigé son numéro de carte d’identité d’État et son numéro de téléphone portable.

Il y a une semaine, des policiers se sont rendus dans la même maison, à la recherche de Rajaratnam Balagowri, candidat du PES, et ont exigé ses coordonnées. Thirugnanavel, son jeune frère, leur a dit qu’elle n’était pas chez elle. Ils lui ont laissé un message qui disait de venir au poste de police, mais elle a refusé d’y aller.

La police sri-lankaise travaille sous l’égide du ministère de la Défense, et les officiers de renseignement de l’armée et de la police partagent ses informations.

En réponse à la lettre de Dias au président de la commission électorale, deux fonctionnaires de son bureau de Jaffna se sont rendus au domicile de Sampanthar le 2 juillet. Ensuite, ils se sont rendus aux domiciles de Rajavel et Sutharsan le 3 juillet. Ils ont enregistré les déclarations des candidats du PES. Il n’est pas clair s’ils ont réellement interrogé les officiers militaires sur leur violation des droits démocratiques des candidats du PES.

Paramu Thirugnanasambanthar

Lundi, lors d’une réunion des principaux candidats aux élections convoquée par les responsables de la commission électorale du district de Jaffna, le candidat du PES, Sampanthar, a soulevé des questions sur les intimidations militaires en cours. Il a souligné que les fonctionnaires électoraux avaient pris les déclarations des candidats du PES et a demandé ce qu’ils allaient faire à ce sujet. Tout ce que les fonctionnaires ont dit, c’est qu’ils allaient envoyer un rapport au siège social à Colombo.

Les dirigeants de deux groupes indépendants qui contestent l’élection ont également déclaré avoir fait l’objet d’intimidations de la part de militaires pendant leur campagne. Ils ont expliqué que les militaires avaient vérifié leurs affaires et interrogé les gens sur ce qu’ils avaient dit pendant la campagne.

Les chefs de district des partis bourgeois établis – Podujana Peramuna, l’Alliance nationale tamoule, le Parti national uni, Janatha Vimukthi Peramuna et Jathika Samagi Balavegaya – n’ont pas dit un mot sur le harcèlement exercé par l’armée. Leur silence indique le mépris des droits démocratiques et le soutien au harcèlement militaire.

L’armée et la police sri-lankaises ont intensifié leur campagne contre les «menaces terroristes» en multipliant les patrouilles et les opérations de recherche dans le Nord. Sous prétexte de lutter contre le terrorisme, le gouvernement Rajapakse se prépare à utiliser la violence contre les opposants politiques et les électeurs dans le Nord et l’Est, occupés par l’armée.

Wije Dias qui s’exprime lors d’une conférence de presse à Colombo pour s’opposer au harcèlement

Face à l’accélération de la pandémie de COVID-19 et à l’opposition croissante des travailleurs et des pauvres, le gouvernement n’a que très peu d’options. Rajapakse se dirige maintenant vers une dictature présidentielle et veut profiter de l’élection pour modifier la constitution afin de renforcer ses pouvoirs.

Le PES est visé en raison de sa lutte intransigeante pour unir les travailleurs au-delà des clivages ethniques sur la base d'un programme socialiste. C'est le seul parti qui s'est constamment opposé à la guerre communautariste brutale, exigeant le retrait des forces militaires sri-lankaises du Nord et de l'Est, et qui continue à se battre pour une République socialiste du Sri Lanka et l'Eelam dans le cadre de la lutte pour le socialisme international.

Le 4 juillet, le Daily Mirror, basé à Colombo et de langue anglaise, a fait état du harcèlement militaire des candidats trotskystes. Intitulé «Trois candidats du PES à Jaffna menacés», le journal a cité les remarques du secrétaire général du PES, Dias. Les remarques citées concernant l’intimidation militaire venaient d’une conférence de presse organisée la veille à Colombo pour annoncer l’intervention du parti dans les élections générales. Les principaux journaux tamouls du Sri Lanka, dont Veerakesari et les sites web Thinakkural et Uthayan, basés à Jaffna, ainsi que le site web Tamilwin, ont également fait état du harcèlement des candidats du PES.

Un article du Daily Mirror rapportant le harcèlement des candidats du PES

Nous exhortons les travailleurs, les jeunes et tous ceux qui défendent les droits démocratiques à dénoncer les actions répressives de l’armée qui continuent d’être dirigées contre le PES. Nous vous demandons de soutenir la campagne de défense du parti, qui s’inscrit dans une lutte plus large contre la dictature et pour les droits démocratiques de tous les travailleurs.

Vos lettres de protestation doivent être envoyées au secrétaire du ministère de la Défense, avec copie au président de la commission électorale et au Parti de l’égalité socialiste.

Le secrétaire du ministère de la Défense

Courriel: secdefence@defence.lk Télécopie: +94 11 2541529

Président de la Commission électorale

Courriel: chairman@elections.gov.lk

Nous publions ci-dessous les lettres de protestation adressées au secrétaire du ministère de la Défense:

LG, un artiste visuel et de performance et traducteur du Sri Lanka:

Le Parti de l’égalité socialiste est un parti de longue date et légalement reconnu qui s’est activement engagé dans des activités politiques publiques dans le district de Jaffna et au Sri Lanka. Le parti s’est qualifié pour les prochaines élections parlementaires en soumettant sa liste de candidats conformément aux lois électorales. En outre, en raison de leur service politique de principe, ces candidats qui ont subi un interrogatoire sont des personnes très respectées, non seulement à Jaffna, mais aussi dans le reste du Sri Lanka et au-delà. Il ne peut y avoir aucune raison légale ou justifiable d’envoyer les militaires chez eux pour chercher des informations ou les photographier.

Tout cela constitue une violation flagrante des droits démocratiques, non seulement des membres du PES mais aussi des électeurs de Jaffna. Il est évident que cela sert à entraver les activités politiques des candidats et à intimider ceux qui sont témoins de cet acte, les habitants de Jaffna. Les Sri-Lankais et les habitants de Jaffna en particulier sont bien conscients de la menace que représentent les militaires lorsqu’ils rendent visite à quelqu’un et l’interrogent.

Je dénonce catégoriquement cet acte. J’exige également que ce harcèlement cesse immédiatement et que tous les candidats puissent mener leurs activités préélectorales sans entrave.

WR, un journaliste sri-lankais et auteur acclamé:

Les droits fondamentaux des candidats du Parti de l’égalité socialiste de Jaffna aux élections parlementaires de 2020 – Rasenthiram Sudarshan, Paramuthirugnana Sampanthar et Rajaratnam Rajavel – sont grossièrement violés par des officiers des services de renseignements militaires sri-lankais, qui se sont introduits chez eux et ont exigé des informations personnelles. Si la démocratie existe, tout citoyen a le droit d’être un électeur ou un candidat à une élection. Il s’agit d’un droit humain fondamental. Cette loi montre que l’actuel gouvernement Rajapakse se tourne rapidement vers la militarisation. J’exprime ma plus vive protestation contre ce processus.

DP, Philippines:

Messieurs, mesdames,

Je tiens à protester contre le harcèlement et l’intimidation par les services de renseignements militaires sri-lankais des dirigeants et des membres du Parti de l’égalité socialiste, en particulier, M. Rasenthiram Sutharsan, M. Paramuthirugnana Sampanthar et M. Rajaratnam Rajavel.

Les dirigeants et membres du PES exercent leurs droits démocratiques pour participer aux élections sri-lankaises. Ils proposent aux travailleurs cinghalais et tamouls un programme socialiste international qui vise à mettre fin à la crise politique et économique du capitalisme. Ce dernier n’a apporté que misère, exploitation brutale, violence communautaire et guerre à la classe ouvrière et aux masses pauvres du Sri Lanka.

Je dénonce la violation flagrante des droits démocratiques du PES par l’armée et j’exige qu’elle mette fin à son harcèlement des candidats du PES.

SL, États-Unis:

Je suis éducateur à New York. La nouvelle du harcèlement de trois candidats du Parti de l’égalité socialiste au Sri Lanka, par des visites d’officiers des services de renseignements militaires, est un affront aux droits démocratiques des travailleurs du monde entier. En effet, en premier lieu, le PES et ses membres sont connus internationalement parmi les socialistes pour leur intégrité et leur défense de l’unité de tous les travailleurs sri-lankais: cinghalais, tamouls et musulmans.

Deuxièmement, les manifestations de masse, multiethniques et multiraciales qui ont eu lieu contre les attaques racistes et policières contre la classe ouvrière dans le monde entier montrent que, maintenant, on admet, et on va agir sur cette question, que l’unité de la classe ouvrière au niveau international est essentielle pour défendre ses droits démocratiques.

La militarisation de la politique, qu’elle soit nationale ou internationale, est un signe clair que ceux qui sont au pouvoir n’ont pas de solution pour répondre aux besoins des travailleurs et s’orientent vers un gouvernement autoritaire ou vers la guerre, ou les deux.

Le PES offre un programme dans l’intérêt de la classe ouvrière. Il doit pouvoir exercer son droit démocratique d’offrir aux travailleurs et aux paysans le choix de voter pour lui sans aucune tentative d’intimidation ou de déni de ces droits. Tout harcèlement, y compris l’interrogatoire des candidats par les autorités, doit cesser.

D’autres lettres de travailleurs qui appuient le PES au niveau international seront publiées dans les jours qui suivent.

(Article paru en anglais le 9 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.