M. López Obrador se rend à Washington

Le président mexicain se prosterne devant son «ami» Donald Trump

Par Eric London
10 juillet 2020

La présence d’Obrador aux côtés de Trump mercredi restera dans l’histoire comme l’une des visites les plus humiliantes et les plus serviles de tous les chefs d’État latino-américain à Washington.

López Obrador, connu au Mexique sous le nom d’AMLO, a remporté une élection écrasante en 2018 en promettant qu’il pourrait unir les travailleurs et les paysans mexicains et les sections «progressistes» de la classe capitaliste pour mettre fin à l’austérité et résister à des décennies d’exploitation par les entreprises américaines. La visite d’AMLO à Washington confirme que toutes ces promesses sont frauduleuses, car les intérêts de toutes les sections de la classe dirigeante mexicaine sont totalement antagonistes à ceux des masses ouvrières du pays.

Lors de sa visite, AMLO a permis à son gouvernement de servir d’accessoire à Trump pour qu’il détourne la population américaine de la gestion désastreuse de la pandémie de coronavirus par son gouvernement. Le but de la classe dirigeante mexicaine et de ses manipulateurs américains est de protéger les profits des entreprises américaines et mexicaines, assurer un retour au travail rapide et mortel, et contrecarrer l’influence croissante de la Chine en Amérique latine.

Le président américain Donald Trump rencontre le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador le mercredi 8 juillet 2020 (Photo officielle de la Maison-Blanche par Shealah Craighead)

Lors d’une conférence de presse commune à la Maison-Blanche, AMLO a déclaré qu’il voulait «remercier personnellement Trump d’être plus respectueux envers le peuple mexicain». Regardant avec appréciation son homologue américain, AMLO a déclaré: «Vous n’avez jamais tenté de nous imposer quoi que ce soit qui violerait notre souveraineté. Vous ne nous avez pas traités comme une colonie, mais au contraire, vous nous avez honorés en tant que pays indépendant».

AMLO a terminé son panégyrique à Trump en criant «Viva Mexico! Viva Mexico! Viva Mexico!», et Trump ajouta: «Bravo, merci.»

Cet échange montre pourquoi la visite du président mexicain est si impopulaire au Mexique. Les chiffres du sondage AMLO s’effondrent alors que le Mexique grimpe dans le classement mondial des décès dus aux coronavirus.

«Vous nous avez traités comme nous sommes, un pays et un peuple dignes, libres, démocratiques et souverains», a déclaré AMLO. Cela, à l’homme qui a qualifié les Mexicains de «violeurs» et de «criminels»; a déployé des milliers de soldats à la frontière entre les États-Unis et le Mexique; et a menacé d’imposer des droits de douane massifs sur les importations en provenance du Mexique afin d’obtenir des concessions dans les négociations commerciales. Et les services d’immigration qui sont sous le pouvoir de cet homme terrorisent quotidiennement les immigrants – dont des millions de Mexicains – dans tous les États-Unis.

Lors de ses remarques, AMLO a justifié sa relation avec son «ami» Trump en faisant référence à Benito Juárez. Juárez, président du Mexique de 1858 à 1872, a mené la guerre du Mexique contre l’occupation Franco-Habsbourg du Mexique et a collaboré avec le président américain, Abraham Lincoln, pour s’opposer à l’intervention de la France sur le continent.

L’analogie d’AMLO est une insulte à l’héritage de Juárez et de Lincoln. Alors que Juárez a pris les armes contre les Français, AMLO a pris par le bras une délégation de milliardaires et de millionnaires mexicains pour dîner avec le fasciste Trump. Lors d’un dîner patronal mercredi soir, Carlos Slim et divers banquiers ont représenté le Mexique. CNBC a rapporté que parmi les participants américains figuraient «Fred Smith, PDG de FedEx, David Abney, président exécutif d’UPS, Bob Swan, PDG d’Intel et James Taiclet, PDG de Lockheed Martin, selon une liste partielle obtenue par CNBC». La chaîne câblée commerciale a ajouté que des cadres de Sempra, Shell, Ford, Nucor et d’autres sociétés devaient également y assister.

La rencontre entre Trump et AMLO était d’un caractère purement cérémoniel. L’accord qu’ils ont célébré – l’accord commercial USMCA entre le Canada, les États-Unis et le Mexique – est officiellement entré en vigueur le 1er juillet. Le premier ministre canadien Justin Trudeau a refusé d’assister à la réunion au motif que Trump cherchait à l’utiliser à des fins politiques. Les démocrates du Congrès ont demandé à AMLO de ne pas y assister, en invoquant des raisons similaires.

Lors de la réunion des deux dirigeants, Trump a déclaré que les États-Unis et le Mexique «collaboraient étroitement dans la lutte contre le coronavirus, sauvant ainsi des millions de vies».

Ni Trump ni AMLO n’ont porté de masque de protection lors de la cérémonie de la Maison-Blanche et les deux gouvernements ont joué un rôle criminel en minimisant le virus, Trump le qualifiant de «canular» inventé par les démocrates. AMLO a dit que le virus pouvait être évité en tenant la Bible. Les États-Unis sont le pays qui a connu le plus de décès – plus de 130.000 – tandis que le nombre officiel de 30.000 au Mexique, probablement une vaste sous-estimation, est le cinquième plus élevé au monde.

Les entreprises américaines ont sommé AMLO de venir à Washington pour qu’il promette que les travailleurs mexicains seront obligés de maintenir les chaînes d’approvisionnement en marche, quel que soit le nombre de morts, rendant ainsi possible la «réouverture» complète des États-Unis. Dans les villes du nord du Mexique se trouvent de nombreuses maquiladoras qui produisent des pièces pour l’exportation vers les États-Unis. Les médecins et les responsables de la santé de cette région ont averti que les morgues se remplissent des cadavres des travailleurs tués après avoir contracté le virus sur le lieu de travail.

Au-delà de la pandémie, l’objectif général de l’USMCA est d’intégrer les chaînes d’approvisionnement dans toute l’Amérique du Nord aux dépens de la Chine. Dans un article du Wall Street Journal publié le 6 juillet, l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, H. R. McMaster, a fait l’éloge d’AMLO et de Trump. Il a noté que «la réduction des barrières commerciales entre les parties de l’USMCA renforcera les chaînes d’approvisionnement américaines, mexicaines et canadiennes, en ramenant les emplois manufacturiers de Chine en Amérique du Nord».

McMaster a ajouté: «Lorsque le président Trump recevra López Obrador à la Maison-Blanche cette semaine, les deux dirigeants devraient discuter de la mise en œuvre de l’USMCA de manière à accélérer la reprise économique et la modification les chaînes essentielles d’approvisionnement, protégeant ainsi le commerce des caprices d’un Parti communiste chinois de plus en plus agressif».

AMLO a fait référence à ces intérêts géostratégiques lorsqu’il a déclaré que le but de l’USMCA était de rechercher «une meilleure intégration de nos économies et un meilleur fonctionnement des canaux de production, pour récupérer la présence économique que l’Amérique du Nord a perdue au cours des cinq dernières décennies».

Hormis le Comité international de la Quatrième Internationale (ICFI) et le «World Socialist Web Site», toutes les tendances politiques de la planète qui se disent de gauche ont encouragé les illusions en AMLO, présentant son gouvernement comme celui qui céderait aux pressions de la gauche. C’est le cas notamment des publications morénistes Voix de gauche et Izquierda Diario.

Plus que toute autre tendance, les DSA (Democratic Socialists of America, Socialistes démocrates d’amérique) se prosternent devant AMLO comme AMLO se prosterne devant Trump.

Il y a tout juste quatre jours, la publication Jacobin, liée aux DSA, a publié un article intitulé «C’est le moment opportun pour le Mexique de taxer les riches». Le commentaire, de Kurt Hackbarth, proclamait qu’AMLO avait donné l’exemple de «gouverneurs éclairés qui vivent selon leurs moyens et donnent l’exemple». Il poursuit: «Dans un pays opprimé pendant des siècles par des administrations centralisées et lourdes, des vice-présidents de la Nouvelle Espagne aux présidences “pharaoniques” de ces derniers temps, le message d’AMLO est puissant».

La présidence d’AMLO, affirme Jacobin, est basée sur un concept d’option préférentielle pour les pauvres, inspiré de la théologie de la libération. AMLO «parle avec une urgence morale simple et claire, qui dépasse la tête de la classe moyenne volage pour s’adresser directement à la moitié de la nation qui vit dans la pauvreté». Là où la gauche dans d’autres pays a cédé le concept de moralité à l’hypocrisie et aux flatteries fondamentalistes de la droite, AMLO l’a fait sien». Jacobin est un organe du Parti démocrate. Il fait l’éloge d’AMLO non pas malgré sa soumission à l’impérialisme américain, mais à cause d’elle.

La tâche des travailleurs aux États-Unis et au Mexique est de forger une alliance entre eux et avec leurs alliés de classe à travers l’Amérique du Nord, centrale, et du Sud dans une lutte commune contre l’impérialisme américain et ses alliés de tous les gouvernements capitalistes pour établir les États socialistes des Amériques.

(Article paru en anglais le 9 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.