La pandémie de coronavirus menace la vie d'au moins un million de personnes exposées au sida, à la tuberculose et au paludisme

Par Bryan Dyne
8 juillet 2020

Selon les estimations des Nations unies, de la Société internationale du sida, du partenariat Halte à la tuberculose et de l'Imperial College de Londres, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement causées par la pandémie de coronavirus pourraient entraîner au moins un million de décès supplémentaires dus au sida, à la tuberculose et au paludisme, car les ressources traditionnellement utilisées pour lutter contre ces maladies sont détournées pour combattre les épidémies de COVID-19.

La majorité de ces décès sont susceptibles de se produire en Afrique, où l'on a recensé plus de 481.000 cas et au moins 11.400 décès causés par le coronavirus. Des pays comme l'Afrique du Sud, l'Égypte, le Nigeria, le Ghana et l'Algérie ont été particulièrement touchés. Bien que le nombre total de cas et de décès soit actuellement inférieur à celui d'autres régions du monde, notamment les États-Unis, l'Inde et le Brésil, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a mis en garde à plusieurs reprises contre les dangers de la pandémie en Afrique, qui possède des infrastructures de soins de santé parmi les moins développées au monde.

Dans le même temps, le virus fait des victimes parmi les infirmières, les médecins et les autres travailleurs médicaux qui tentent de combattre et de contenir la pandémie. Cette situation a également eu pour conséquence que des institutions telles que Médecins sans Frontières, qui ont par le passé fourni des ressources pour lutter contre le VIH/SIDA, ont été contraintes de se concentrer sur le traitement des patients atteints de COVID-19.

[image]Un homme tient sa fillette de 10 mois qui est atteinte de polio (Pakistan), 6 mai 2020 (Source: AP Photo/Muhammad Sajjad) - https://www.wsws.org/asset/6baa9aca-59ff-4414-b1fb-daef34f5183P/image.jpg?rendition=image480[/image]

La crise imminente a été soulignée par le Dr Anton Pozniak, président de la Société internationale du sida. Il a déclaré à CNN: «Les efforts de distanciation sociale et les mesures de confinement visant à contrôler la propagation [du coronavirus] ont perturbé les programmes de prévention et de traitement du VIH et ont mis en suspens des recherches vitales sur le VIH».

Ses commentaires ont été soulignés par la publication du rapport des Nations unies intitulé «Global AIDS Update 2020», qui dresse un tableau désastreux des progrès réalisés depuis des années dans l'élimination de la pandémie de VIH/sida. Ses modèles montrent que, si les fournitures médicales pour le sida sont interrompues pendant six mois, il y aura entre 471.000 et 673.000 décès supplémentaires liés au sida dans la seule Afrique subsaharienne d'ici la fin 2021.

Le rapport résume également l'état de la lutte contre cette pandémie au cours des dix dernières années. Il y a actuellement 38 millions de personnes vivant avec le VIH dans le monde, mais seulement 25,4 millions bénéficient actuellement d'une forme de traitement, soit un déficit de 12,6 millions d'êtres humains. Dans le même temps, on a constaté une réduction de 23% des nouvelles infections par le VIH entre 2010 et 2019, principalement en Afrique orientale et australe. Dans le même temps, on a constaté une augmentation des infections ailleurs dans le monde, notamment une augmentation de 72% en Europe orientale et en Asie centrale, une augmentation de 22% au Moyen-Orient et en Afrique du Nord et une augmentation de 21% en Amérique latine.

Au total, il y a eu 690.000 décès liés au sida en 2019, ainsi que 1,7 million de nouvelles infections dans le monde. Les modèles des Nations unies avaient estimé que 2020 aurait été la première année où le nombre de décès liés au sida serait passé sous la barre des 500.000, à 470.000. Au lieu de cela, la pandémie de coronavirus, qui monte en flèche, menace de faire reculer d'au moins 12 ans le contrôle du VIH.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré lundi lors de l'ouverture de la 23e conférence internationale sur le sida qu'«une nouvelle enquête de l'OMS a montré que l'accès aux médicaments contre le VIH a été considérablement réduit en raison de la pandémie. Soixante-treize pays ont indiqué qu'ils risquaient de manquer de médicaments antirétroviraux (ARV)». Les ARV sont l'un des principaux moyens de traitement du VIH. Ils doivent être pris régulièrement pour maintenir les patients en bonne santé et prévenir la transmission du virus.

«Les résultats de cette enquête sont très préoccupants», a conclu le Dr Tedros.

Un rapport similaire de l'Imperial College de Londres montre que les épidémies de malaria dans la même région, l'Afrique subsaharienne, pourraient se propager sans contrôle à la suite de la pandémie de coronavirus, causant au moins 380.000 décès de plus que prévu.

Le paludisme est causé par un parasite principalement transmis par les piqûres de moustiques, qui introduit la maladie de la salive du moustique dans le sang de la victime. Ses symptômes sont la fièvre, la fatigue, les vomissements, les maux de tête, les convulsions, le coma et la mort. En 2018, 228 millions d'infections ont été signalées dans le monde, entraînant 405.000 décès. La maladie est plus fréquente en Afrique, en Asie et en Amérique centrale et du Sud.

Bien qu'elle soit mortelle, la manière la plus efficace de contrôler la propagation du paludisme est de distribuer des moustiquaires imprégnées d'insecticide. Elles coûtent environ 2 dollars chacune, durent jusqu'à quatre ans et protègent en moyenne deux personnes chacune. Toutefois, comme la pandémie continue de croître de manière exponentielle dans les régions déjà durement touchées par le paludisme, les chaînes d'approvisionnement en nouvelles moustiquaires risquent fort de s'effondrer. Cela risque de doubler le nombre de décès prévus dus au paludisme.

Il convient également de noter que l'article de l'Imperial College prévoit que dans un scénario où le coronavirus n'est pas contenu ou que les mesures d’éradication sont levées – situation actuelle aux États-Unis, au Brésil, en Inde, en Afrique du Sud et dans d'autres pays – le bilan final de la pandémie elle-même sera de l'ordre de 3,3 millions de morts.

La pandémie de coronavirus a également exacerbé le risque de contracter la tuberculose et d'en mourir. Le partenariat Halte à la tuberculose a récemment publié des conclusions montrant que, même s'il existe une forme de confinement et de rétablissement pour stopper le coronavirus, il pourrait y avoir encore 6,3 millions d'infections et 1,4 million de décès supplémentaires dus à la tuberculose. Pour citer le rapport, «l'incidence mondiale de la tuberculose et le nombre de décès en 2021 augmenteraient pour atteindre les derniers niveaux observés respectivement entre 2013 et 2016 – ce qui implique un recul d'au moins 5 à 8 ans dans la lutte contre la tuberculose, en raison de la pandémie de COVID-19».

La tuberculose est actuellement la première cause de mortalité due à une maladie infectieuse sur la planète et est l'une des bactéries les plus mortelles de l'histoire. On comptait environ 10 millions de cas actifs dans le monde en 2018, et près d'une personne sur quatre est soupçonnée d'avoir une infection tuberculeuse latente. Bien qu'elle soit gérable par les antibiotiques, on estime qu'elle tue encore 1,5 million de personnes chaque année. L'agent pathogène est également l'un des plus résistants aux traitements médicamenteux.

Avoir la tuberculose augmente également le risque de mourir de la COVID-19. En Inde, qui compte actuellement 720.000 cas de coronavirus et plus de 20.000 décès confirmés, on dénombre chaque jour environ 7.370 nouveaux cas de tuberculose et 1.230 nouveaux décès causés par la maladie. Cela représente environ 2,7 millions de nouveaux cas de tuberculose et un peu moins de 450.000 nouveaux décès chaque année. La combinaison de ces deux maladies pourrait provoquer une catastrophe sanitaire de proportions épiques dans le pays et la région.

Ces dangers existent également dans de grandes parties de l'Afrique. Le Nigeria et l'Afrique du Sud ont respectivement les deuxième et quatrième plus hauts taux de mortalité de la tuberculose dans le monde, et les quatrième et deuxième plus hauts taux de mortalité de COVID-19 en Afrique. L'Indonésie, qui a le troisième taux de mortalité le plus élevé au monde pour la tuberculose, est l'un des pays les plus touchés par la pandémie en Asie du Sud-Est, avec 65.000 cas et un nombre croissant de cas.

(Article paru en anglais le 7 juillet 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.