Trump à Tulsa: Délire fasciste et débâcle politique

Par Patrick Martin
23 juin 2020

La tentative du président Donald Trump de relancer sa campagne de réélection chancelante par un rassemblement de masse dans une ville conservatrice s’est transformée en débâcle politique samedi soir. Malgré les affirmations de sa campagne selon lesquelles plus d’un million de personnes s’étaient inscrites et que plus de 100.000 personnes se rendraient à Tulsa, dans l’Oklahoma, rendant nécessaire de combiner les rassemblements en salle et en plein air, la participation était tellement faible que la partie en plein air a été annulée.

Tous les supporters de Trump qui sont venus à Tulsa ont pu s’installer facilement à l’intérieur de l’aréna BOK et des milliers de sièges, dont la quasi-totalité des sections supérieures, apparaissaient vides. Le commissaire aux incendies de Tulsa a estimé que seulement 6.200 personnes étaient assises à l’intérieur de l’installation, qui a 19.200 places, bien que certains comptes-rendus de presse aient suggéré que l’amphithéâtre était à peu près à moitié plein.

Le directeur de campagne Brad Parscale et d’autres hauts fonctionnaires ont apparemment été trompés par une campagne anti-Trump menée sur les médias sociaux par des milliers de jeunes, dont beaucoup ont répondu à un appel vidéo d’une grand-mère de l’Iowa qui s’est propagé la semaine dernière, qui exhortait les gens à s’inscrire au rassemblement de Tulsa et à ne pas y assister, en signe d’opposition au gouvernement Trump.

Trump s’exprime lors d’un rassemblement de campagne au Centre BOK de Tulsa, Oklahoma, le 20 juin 2020 (AP Photo/Evan Vucci)

La campagne Trump a admis que des centaines de milliers d’inscriptions au rassemblement étaient dues à de faux comptes. Tout ce qu’ils ont pu faire c’était de vanter les mérites de la retransmission en direct du rassemblement en signe de soutien politique.

C’était le premier rassemblement organisé par la campagne républicaine en 110 jours. La pandémie de coronavirus et les protestations de masse contre la violence policière déclenchée par le meurtre de George Floyd à Minneapolis ont marqué cette période et ont considérablement sapé la position politique de Trump. Il a pris beaucoup de retard sur son adversaire présumé du Parti démocrate, l’ancien vice-président Joe Biden, tant dans les enquêtes nationales que dans les sondages effectués dans les principaux États du Midwest et du Sud, qui sont susceptibles de déterminer l’issue du Collège électoral si le résultat de l’élection présidentielle est proche.

La menace croissante qui pèse sur sa réélection a clairement préoccupé Trump au cours de son discours de 107 minutes à Tulsa, dans lequel il a erré encore plus que d’habitude. Il était manifestement beaucoup plus préoccupé par sa propre survie politique que par le sort de centaines de milliers d’Américains dont la vie se trouve menacée par la pire épidémie du siècle. Il n’a fait aucune mention du bilan humain de la pandémie, qui aurait dû forcer les autorités locales à interdire le rassemblement pour des raisons de santé publique. Il a quand même remarqué qu’il avait dit à ses collaborateurs de ralentir le rythme des tests de dépistage du coronavirus. Par la suite, les responsables de la Maison-Blanche ont dû prétendre que c’était une plaisanterie.

Trump a commencé son discours par une déclaration selon laquelle «la majorité silencieuse est plus forte que jamais». C’était une reprise d’une tournure de phrase comme l’ancien président Nixon: apparemment sans réfléchir au sort final de Nixon en tant que seul président à être contraint à démissionner. Puis suivirent les éloges habituels sur les performances de Wall Street («les 50 jours les plus forts de l’histoire de la bourse»), toujours au centre de l’attention de la Maison-Blanche.

Le président républicain s’est plaint que le Parti démocrate – l’autre moitié du système bipartite de droite contrôlé par l’aristocratie financière américaine – était sous l’emprise des «radicaux de gauche». Tout en concédant que Biden n’était pas un radical, il a affirmé que son adversaire était «un cheval de Troie volontaire pour les socialistes» et qu’il s’était «rendu à la foule de gauche». Il a poursuivi cette diatribe fasciste contre les libéraux comme les représentants Alexandria Ocasio-Cortez et Ilhan Omar.

Plus important encore, Trump n’a pas dit un mot sur les manifestants qui ont rempli les rues au cours du mois dernier pour dénoncer la brutalité policière et le racisme. Il n’a fait aucune mention de George Floyd, Breonna Taylor, Ahmaud Arbery ou Rayshard Brooks, tous victimes de meurtres racistes commis par des policiers blancs ou des justiciers liés à la police.

Au lieu de cela, il a déclaré: «En tant que président, je soutiendrai toujours les hommes et les femmes incroyables des forces de l’ordre». Il s’est réjoui de sa mobilisation des troupes de la Garde nationale à Washington, D.C. contre les manifestants qui s’y trouvaient. Et il a dénoncé les efforts pour enlever les statues des généraux confédérés, qu’il a décrits comme un effort pour «profaner nos monuments, nos beaux monuments», et comme une «cruelle campagne de censure».

Trump avait auparavant menacé les manifestants qui prévoyaient de se rendre en Oklahoma: «Comprenez bien que vous ne serez pas traités comme vous l’avez été à New York, Seattle ou Minneapolis». Ce sera une scène bien différente!» Au cours de son discours, il a suggéré de tirer sur les centaines de manifestants devant l’amphithéâtre BOK, en disant: «Quand on voit ces fous dans les rues, c’est sacrément bien d’avoir des armes».

Certains partisans de Trump ont montré des fusils de style militaire. Mais la police de Tulsa et des centaines de troupes de la Garde nationale, dont certaines armées, ont bloqué la route aux contre-manifestants. Donc, aucun affrontement n’a eu lieu.

Une enseignante d’art d’une école catholique, qui avait un billet pour l’événement, a été arrêtée sur ordre de la campagne Trump parce qu’elle portait un T-shirt sur lequel était inscrit «Je ne peux pas respirer». C’était les derniers mots de George Floyd, alors qu’un policier de Minneapolis lui enfonçait son genou dans le cou pendant près de neuf minutes. La crainte d’un adversaire aussi inoffensif ne fait que démontrer le caractère extrêmement assiégé de la campagne Trump et du Parti républicain dans son ensemble.

Trump a subi récemment une série de revers politiques devant les tribunaux qui laissent penser que des pans importants de l’élite dirigeante se sont fortement retournés contre lui. La semaine dernière, la Cour suprême des États-Unis a rendu des décisions surprenantes qui ont choqué la Maison-Blanche, tant par leur contenu que par le rapport de forces judiciaires que cela révélait.

Le 16 juin, une majorité de 6 contre 3 a jugé que la discrimination sur le lieu de travail à l’encontre des gays et des lesbiennes était illégale, citant la loi de 1964 sur les droits civils. Le juge Neil Gorsuch, qui a rédigé l’avis, était le premier candidat de Trump à la haute cour et ce jugement représente donc un affront direct contre les partisans fondamentalistes chrétiens de Trump qui font du fanatisme contre les gays et les lesbiennes une question politique clé. Le juge en chef John Roberts a également rejoint la majorité et a confié l’avis à Gorsuch.

Le 19 juin, une majorité de 5 contre 4 s’est prononcée contre l’annulation par le gouvernement Trump de l’action différée pour les arrivées d’enfants (DACA), le décret de 2012 du président Obama qui accordait une protection limitée contre la déportation à plus d’un million de personnes amenées aux États-Unis par leurs parents sans papiers alors qu’elles étaient enfants. Bien que la décision ait été prise pour des raisons de procédure plutôt que de fond, et que Trump puisse remédier aux erreurs techniques et renouveler l’attaque contre les bénéficiaires de la DACA, le jugement repousse toute expulsion massive de ce type jusqu’après l’élection de novembre.

Le 21 juin, un juge fédéral a refusé d’ordonner la suppression du livre de compte-rendu d’initié de la Maison-Blanche de Trump écrit par l’ancien conseiller à la sécurité nationale de Trump, John Bolton. Le livre «The Room Where It Happened» (la pièce où cela s’est passé), qui devrait paraître dans les librairies mardi, dépeint Trump comme un «commandant en chef» ignorant, tyrannique et complètement incapable, préoccupé par ses intérêts personnels et financiers.

Enfin, le procureur américain du district sud de New York, Geoffrey Berman, a défié pendant 24 heures le procureur général William Barr qui avait annoncé la «démission» de ce premier le 20 juin. Berman a déclaré qu’il n’avait pas démissionné et qu’il ne quitterait pas ses fonctions à moins d’être destitué directement par le président, ce qu’il a finalement fait le lendemain. Berman est devenu une cible en poursuivant agressivement le membre républicain du Congrès Chris Collins, partisan de Trump, pour fraude boursière, en le forçant à démissionner. Trump lui reprochait aussi d’avoir enquêté sur les affaires commerciales de son proche conseiller, l’ancien maire de New York Rudy Giuliani.

Le renvoi de Berman a créé une sorte de crise politique pour la Maison-Blanche. En effet, le président républicain de la commission judiciaire du Sénat, Lindsey Graham, a déclaré qu’il respecterait la règle traditionnelle du Sénat qui veut que tout candidat en remplacement de Berman doive être acceptable pour les deux sénateurs de l’État en question. En l’occurrence, il s’agit des sénateurs démocrates Charles Schumer, chef de la minorité au Sénat, et Kirsten Gillibrand.

(Article paru en anglais le 22 juin 2020)

La pandémie s’intensifie mais la Maison-Blanche poursuit sa campagne de retour au travail[15 juin 2020]

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.