«Le système étrangle la classe ouvrière»

Des travailleurs de l'automobile dénoncent le meurtre de George Floyd par la police et expriment leur soutien aux manifestants

Par nos correspondants
2 juin 2020

Les travailleurs de l'automobile de Detroit au Michigan et Kokomo en Indiana ont dénoncé le meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis et ont exprimé leur soutien aux dizaines de milliers de jeunes de toutes ethnies qui manifestaient contre la violence policière à travers le pays. Les travailleurs ont rejeté les efforts visant à qualifier les manifestants de «violents» et ont déclaré que la véritable violence était perpétrée par les policiers et les soldats de la Garde nationale dépêchés par des représentants de l'État et des autorités locales et encouragés par le président Trump.

«C'est très bouleversant pour moi que les médias grand public se concentrent sur la couleur, alors qu'il est très clair que les manifestants sont noirs, blancs, multiraciaux», a déclaré un travailleur de l'usine d'assemblage Sterling Heights de Fiat Chrysler (SHAP) dans la banlieue de Detroit. «J'ai été ému de voir la vidéo du peuple amish manifestant contre le meurtre de George Floyd. Les médias se concentrent également sur la violence, dont une grande partie est provoquée par des provocateurs infiltrés de la police. Bien sûr, il y a aussi certaines personnes ordinaires qui pillent, mais il y a beaucoup de colère», a-t-il déclaré.

«Voir un homme étouffé en plein jour et savoir que la vidéo que vous regardez a été prise par une jeune fille de 17 ans en dit long sur l'Amérique», a-t-il poursuivi. «Pour donner une vue globale de la situation, en tant que travailleur de l’automobile, j'ai l'impression que nous avons tous un genou sur le cou parce que nous sommes obligés de retourner au travail en pleine pandémie. Je travaille 10 heures par jour, portant un masque qui me donne le vertige. Je suis obligé de choisir entre ma santé et mon salaire. Nous sommes traités comme du bétail. Je me sens paranoïaque. Qui pourrait avoir le virus? La climatisation fait-elle circuler le virus? Il y avait trois autres cas confirmés de COVID à l'usine avant notre reprise. Au moins quatre travailleurs du SHAP sont déjà morts. »

Le meurtre de Floyd par la police, a déclaré le travailleur, faisait partie d'une série de mesures prises par le gouvernement Trump et sa campagne de priver les travailleurs de leurs droits fondamentaux, y compris le droit de vivre. «Le gouvernement et les sociétés ignorent la sécurité et la vie des travailleurs. L'ordre de retour au travail pour les profits prime sur la vie. Quand je vois ce qui est arrivé aux travailleurs des usines de conditionnement de viande, c'est pour moi la même chose qu'un flic appuyant son genou sur George Floyd. Le système étrangle la classe ouvrière.

«Je ressens la même chose quand je vois des enfants retirés de leur famille. Il y a des immigrants dans les centres de détention et des enfants recouverts de couvertures en aluminium. La façon dont toute la pandémie est gérée est également criminelle», a-t-il déclaré.

«C'est comme si nous étions dans un pays du tiers monde. Et que disent les Oprah Winfrey et Tyler Perry? Ils sont très riches et ils disent: «Calmez-vous». Ce n'est pas une question de race, c'est de classe. Je peux voir pourquoi la classe dirigeante voit une menace si la classe ouvrière dans son ensemble, à l'échelle mondiale, est unie. La classe dirigeante ne veut pas l’unification de la classe ouvrière.»

Un travailleur de l'automobile de l'usine de transmission de Fiat Chrysler à Kokomo s'est également prononcé en faveur des manifestations et de la nécessité pour les travailleurs d'organiser une lutte pour des conditions de travail sûres. «Je crois que le meurtre de George Floyd a déclenché quelque chose. Les manifestations se déroulent partout dans le monde maintenant. Son nom restera dans l'histoire. Assez, c'est assez. Je ne peux pas imaginer ce que ressent sa famille. La police fait ça aux gens de toutes les couleurs de peau. Maintenant, c'est en vidéo, et nous pouvons le voir. Dans toutes les situations, la police dégénère en violence, et il n’arrive jamais quoi que ce soit à ces flics. Les gens en ont vraiment marre des mensonges du gouvernement.

«Les politiciens partagent de fausses informations sur le coronavirus afin de rouvrir les États. Les gens ne sont pas des idiots, comme le gouvernement semble le croire.

«Nous devons nous battre pour montrer au public les conditions dans ces usines. Aucune des usines où je travaillais n'avait d'eau chaude, et nous n'avions plus de gants. Ils nous ont fait utiliser des gants recyclés, qui ont été envoyés quelque part pour le nettoyage, mais revenaient en mauvais état. Une travailleuse s’est coupée à cause du métal dans un gant. Il est tout à fait impossible de rester à deux mètres de distance entre collègues sur une chaîne de montage. Vous pouvez sans problème toucher quelqu’un à côté.

«Quand quelqu'un entre dans les usines alors que le virus se propage, cette personne pourrait le ramener à la maison. Chrysler a une abondance de transmissions dans ses entrepôts, donc je ne comprends pas l'intérêt de mettre des gens dans les usines où ils risquent leur vie et celle de leur famille. Ils ont suffisamment de stocks pour se passer de notre travail pendant au moins trois mois.»

Sur la question des politiciens démocrates et républicains à travers les États-Unis déployant la Garde nationale contre les manifestants, elle a répondu: «Pourquoi ces gouverneurs n'ont-ils pas appelé la Garde nationale lorsque des suprémacistes blancs armés ont manifesté dans les capitales des États? Pourquoi ont-ils été autorisés à agir avec violence et malveillance, mais ils vont envoyer la Garde nationale pour tirer sur les manifestants qui sont contre la violence? S'ils envoient des soldats, ils vont leur tirer dessus. La violence n'est-elle pas la seule chose que le gouvernement américain a montrée au monde? Je suis fatigué des démocrates et des républicains.»

Elle a poursuivi: «Ce que fait le syndicat UAW est criminel. Il divise les travailleurs dans les usines. Ils nous prennent de l'argent, ils ne font rien d'autre que de l'empocher. Pourquoi les représentants syndicaux d’hygiène ne rendent-ils pas des comptes? Ils dépensent des milliers de dollars pour les envoyer en stages sur l’hygiène et la sécurité. Et le service médical de Chrysler est risible. C'est une clinique de pansements, juste de quoi empêcher que l’inspection du travail (OSHA) ne débarque.»

Le travailleur a répondu à l'appel aux travailleurs de créer des comités de base pour superviser la sécurité et la santé dans les usines et pour que la classe ouvrière amène sa propre réponse aux inégalités sociales, à la violence policière et à d'autres atteintes aux droits démocratiques et sociaux. «Cela doit être fait. Nous devons nous organiser pour combattre et arrêter ce qui se passe. Les usines ont toujours été des endroits où les gens sont blessés et meurent. Les gens devraient pouvoir aller travailler et ne pas être harcelés pour avoir parlé quand ils voient que les choses ne sont pas sûres. L'économie va de deux manières: soit vous êtes riche, soit vous êtes pauvre. Les manifestants se battent pour l’humanité, pour survivre, pour qu’on soit uni, et pas catégorisé selon notre genre ou couleur.»

Un autre employé du SHAP a ajouté: «La police provoque, arrive en force, armée jusqu’aux dents et tire des gaz lacrymogènes sur les manifestants. Sur les réseaux sociaux, vous pouvez voir des provocateurs de la police briser des fenêtres et aggraver la situation. La police tire même des balles en caoutchouc sur des journalistes et toute une équipe de caméras a été arrêtée à Minneapolis.

«Je connais le fonctionnement de la police depuis l’affaire de Rodney King à Los Angeles. Ils font ce qu'ils veulent et savent qu'ils peuvent s'en tirer. Habituellement, après avoir battu ou tué quelqu'un, il est mis en congé administratif et se tire d’affaire. Mais ce que le flic a fait à Floyd a été filmé, et tout le monde se rassemble, noirs et blancs, pour demander justice.

«Les gens se réunissent, échangent des numéros, utilisent les médias sociaux et des groupes sont créés pour s'exprimer plus que jamais. Il y a eu des manifestations en Angleterre et même en Iran. C'est très vaste. Ce que la police fait maintenant, essayant de réprimer un grand nombre de personnes, est encore plus important qu'un simple meurtre. Cela met en lumière tout le déséquilibre de la société. La classe ouvrière doit se rassembler, ce serait le moyen le plus puissant de lutter contre les meurtres de policiers, le chômage et tous les problèmes auxquels les travailleurs sont confrontés.»

(Article paru en anglais le 1er juin 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.