Un tribunal canadien décide que le procès d'extradition de la dirigeante de Huawei peut se poursuivre

Par Roger Jordan
30 mai 2020

Un tribunal canadien a décidé mercredi que le procès d'extradition de Meng Wanzhou, directrice financière de Huawei et fille du fondateur du géant technologique basé en Chine, peut se poursuivre.

Meng a été détenue il y a 18 mois à l'aéroport international de Vancouver sur ordre du gouvernement Trudeau, agissant à la demande de l'administration Trump. Washington a l'intention de la poursuivre sur la base de fausses accusations de violation des sanctions illégales imposées par les États-Unis à l'Iran.

Dans son jugement, la juge associée de la Cour suprême de Colombie-Britannique, Heather Holmes, a estimé que l'infraction dont Meng est accusé serait considérée comme un crime si elle était commise au Canada et, par conséquent, que la demande d'extradition américaine répond au critère de «double incrimination». Le concept juridique de la double incrimination exige que le prétendu crime qui fait l'objet d'une demande d'extradition soit également considéré comme une infraction dans le pays d'où l'accusé est extradé.

Les avocats de Meng avaient fait valoir que, le Canada ayant levé ses sanctions contre l'Iran en 2016, les actes que le gouvernement américain prétend qu'elle a commis, même s'ils étaient vrais, ne constitueraient pas un crime au regard du droit canadien.

Alors que le juge Holmes a tenté d'habiller sa décision dans un langage juridique restreint, il s'agissait d'un jugement manifestement politique, enraciné dans le partenariat stratégique étroit et, dans les conditions de crise capitaliste mondiale, toujours plus essentiel, avec Washington, de l'impérialisme canadien.

La décision de 23 pages de Holmes reprenait essentiellement l'argument que les avocats du gouvernement canadien avaient fait valoir devant elle: à savoir que le fait que le Canada n'imposait pas de sanctions à l'Iran à l'époque n'était pas pertinent car Meng est accusée de fraude.

«Le droit canadien en matière de fraude dépasse les frontières internationales pour englober tous les détails pertinents qui constituent la matrice des faits, y compris les lois étrangères qui peuvent donner un sens à certains des faits», a-t-elle écrit. Elle a ensuite ajouté que le ministre de la Justice devrait décider si l'extradition de Meng vers les États-Unis, où elle risque 30 ans de prison, serait «injuste ou oppressive». En d'autres termes, le sort de Meng est une affaire politique plutôt que juridique.

Meng a été arrêtée par les autorités canadiennes en décembre 2018 dans le cadre d'une provocation calculée. La détention s'est produite le jour même où le président américain d'extrême droite s'est assis avec le président chinois Xi Jinping en marge d'une réunion du G-20 en Argentine pour le contraindre à accepter un accord dans le cadre de la guerre commerciale avec Pékin déclenchée par les États-Unis.

L'Agence canadienne de sécurité des frontières, dont les agents ont initialement détenu Meng, lui a donné l'impression qu'ils voulaient simplement l'interroger. Ils ont pris ses affaires, y compris son téléphone, et les ont fournies à la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Ce n'est que quelques heures plus tard que Meng a appris qu'elle allait être détenue et qu'elle avait été amenée par ruse à remettre ses affaires. Son équipe de défense juridique a invoqué ces faits pour faire valoir que ses droits avaient été violés et qu'elle devait être libérée. Cette affaire sera traitée lors d'une audience distincte à une date ultérieure.

La persécution de Meng par les autorités américaines et canadiennes est un élément d'une campagne plus large menée par les États-Unis, soutenue par les démocrates et les républicains, pour contrecarrer l'émergence de la Chine en tant que rivale économique et géostratégique. Pékin est la principale cible du recentrage de la politique étrangère agressive de Washington pour lutter contre des «concurrents stratégiques» qui, selon lui, menacent sa position d'hégémonie économique et géopolitique mondiale. Huawei est sous le feu des critiques parce qu'elle est l'entreprise phare de la Chine dans le domaine des technologies modernes et des infrastructures de télécommunication, comme le montre sa position de leader dans le secteur du 5G.

L'administration Trump, dont le secrétaire d'État Mike Pompeo et le conseiller à la sécurité nationale Robert O'Brien, ont exigé des alliés des États-Unis qu'ils empêchent Huawei de participer à leurs réseaux 5G au motif que l'entreprise chinoise et sa technologie représentent un risque pour la sécurité.

Le gouvernement libéral Trudeau a intégré de plus en plus le Canada dans l'offensive économique, diplomatique et militaro-stratégique de Washington contre la Chine. En plus de s'emparer de Meng, le gouvernement libéral a augmenté le déploiement des forces militaires canadiennes dans la région Asie-Pacifique, notamment en envoyant des navires dans la mer de Chine méridionale, qui est contestée. Ottawa a également accepté une version actualisée de l'ALENA, l'accord États-Unis-Mexique-Canada, qui a consolidé un bloc commercial nord-américain dominé par les États-Unis dans le but de mener une guerre économique et de préparer un conflit militaire avec la Chine. En 2017, alors que le gouvernement Trudeau annonçait une nouvelle politique de défense qui prévoyant une augmentation des dépenses militaires de 70 % d'ici 2026, la ministre des Affaires étrangères de l'époque, Chrystia Freeland, décrivait l'essor économique de la Chine comme une «menace» stratégique clé pour le Canada.

Cependant, le gouvernement Trudeau s'est traîné les pieds pour prendre une décision finale sur la participation de Huawei au réseau 5G. Cette décision a été prise par une faction de l'élite dirigeante canadienne, dirigée par les conservateurs et les médias de droite, pour dénoncer Trudeau pour avoir adopté une attitude d’«apaisement» envers la Chine et exiger qu'une approche encore plus dure soit adoptée à l'égard de Pékin.

Dans les jours qui ont précédé la décision de mercredi sur le cas de Meng, cette campagne anti-Chine a atteint un crescendo. Le leader conservateur Andrew Scheer a profité de la proposition d'adoption par la Chine d'une loi sur la sécurité nationale visant à réprimer les protestations à Hong Kong pour exiger que le gouvernement Trudeau exploite la question des droits de l'homme de manière plus agressive afin d'accroître la pression sur Pékin.

Accusant Trudeau de mener une politique d'«apaisement», Scheer a appelé le Canada à prendre la tête d'une coalition internationale pour imposer des sanctions à la Chine au sujet de Hong Kong. De manière significative, il a comparé sa proposition au rôle de premier plan que l'ancien premier ministre conservateur Stephen Harper a joué dans la création d'une alliance anti-russe qui a imposé des sanctions à la Russie à la suite du coup d'État mené par des fascistes en Ukraine en 2014. Les forces pro-impérialistes qui ont renversé le président Viktor Ianoukovitch ont été financées à hauteur de milliards de dollars par le département d'État américain, le Canada et l'Allemagne, entre autres. Après que la Russie ait répondu en annexant la Crimée, les alliés de l'OTAN ont imposé des sanctions sévères à Moscou et ont commencé une série de déploiements militaires menaçants le long de la frontière occidentale de la Russie et dans la mer Noire, qui continuent à s'intensifier.

Les médias canadiens ont également fait grand cas d'un rapport publié la semaine dernière par le groupe de réflexion britannique néoconservateur, la Henry Jackson Society, qui exhortait l'alliance de sécurité Five Eyes, composée des États-Unis, de la Grande-Bretagne, du Canada, de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande, à intensifier les efforts de «découplage» de la Chine. Le Canada, affirme le rapport, dépend de la production chinoise pour 367 types de biens, dont 83 jugés importants pour les infrastructures nationales critiques.

Cette semaine, le gouvernement Trudeau a annoncé une étude de sécurité nationale sur le projet d'achat par la société chinoise Shandong Gold Mining Co. de TMAC Resources, une société d'extraction d'or basée dans l'Arctique. Un responsable du gouvernement a déclaré que les questions de «sécurité économique et nationale» jouaient un rôle dans cette opération. L'establishment de la sécurité nationale du Canada a longtemps prétendu que la Chine représentait une menace pour la «souveraineté» canadienne dans l'Arctique.

Trudeau a insisté, en réponse à ses détracteurs de droite, sur le fait que son gouvernement adopte une position dure à l'égard de Hong Kong. Il a exprimé sa «profonde inquiétude» concernant la loi sur la sécurité nationale et a affirmé que son gouvernement «se tient aux côtés du peuple de Hong Kong». Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne a cosigné avec ses homologues britannique et australien une déclaration dénonçant la loi proposée par Pékin et l'accusant de violer les termes du traité sino-britannique de 1984, qui garantissait l'autonomie de Hong Kong.

Comme toujours, ces revendications de «droits de l'homme» sont très sélectives et sont dictées par les intérêts prédateurs de la bourgeoisie canadienne. Sous Trudeau, le Canada a des liens étroits avec les régimes répressifs du monde entier, de celui dirigé par le général Sisi en Égypte et la monarchie saoudienne à l'Inde de Modi.

Mais en ce qui concerne une partie importante de l'élite dirigeante, l'approche de Trudeau est beaucoup trop conciliante. Fen Hampson, un expert en affaires internationales de l'université Carlton qui écrit régulièrement dans le Globe and Mail, le «journal officiel» de la bourgeoisie canadienne, a ridiculisé l'attitude du gouvernement à l'égard de la Chine en disant qu'il «parlait doucement et n'avait pas de bâton». L'ancien ministre libéral de la Justice, Irwin Cotler, a coécrit un article publié lundi dans Policy Options, sans doute à un moment qui coïncide avec la campagne des États-Unis et du Canada sur Hong Kong en matière de «droits de l'homme». Il demande à Ottawa de prendre des «mesures juridiques» pour tenir la Chine responsable de sa «suppression délibérée d'informations» sur la pandémie de coronavirus. Cotler a joué un rôle clé dans la mobilisation du soutien à une lettre ouverte publiée par le groupe de réflexion de l'Institut MacDonald Laurier en avril, qui blâmait la Chine pour la pandémie. Parmi ceux qui ont signé, on trouve Scheer et les deux principaux concurrents pour lui succéder à la tête du parti conservateur, Peter MacKay et Erin O'Toole.

Ces forces de droite seront certainement encouragées par l'arrêt de la Cour suprême de la Colombie-Britannique dans l'affaire Meng. Elles profiteront sans aucun doute de la condamnation prévisible du jugement contre Pékin pour dénoncer le mépris de la Chine pour les institutions «démocratiques» et «indépendantes» du Canada, et feront d'Ottawa un petit David qui affronte courageusement le Goliath chinois, tout en dissimulant le fait que le Canada est un partenaire de second rang dans la tentative imprudente de l'impérialisme américain de faire dérailler la «montée» de la Chine par tous les moyens, y compris la guerre totale.

(Article paru en anglais le 28 mai 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.