La fin de la campagne de Sanders intensifie la crise des Socialistes démocrates d'Amérique

Par Eric London
21 avril 2020

Suite à l'abandon de la campagne du sénateur du Vermont Bernie Sanders, de nombreux membres et sympathisants des Socialistes démocrates d'Amérique (DSA) voient désormais clair dans le rôle cynique et hypocrite des DSA: servir de complice du Parti démocrate.

Pendant des années, même avant les élections de 2016, les DSA ont proclamé que Sanders était le leader intrépide d'une «révolution politique» qui transformerait le Parti démocrate en un instrument pour des changements sociaux de grande envergure.

Bernie Sanders [Credit: Gage Skidmore, Flickr.com]

Mais Sanders s'est retiré de la lutte pour la nomination d'une manière tout à fait méprisable. Il n'y avait là rien d’un dernier hourra d'un vieux combattant. Le vieux sénateur n'a même pas offert à ses partisans l’occasion de s’indigner. Il a plutôt accepté docilement le verdict de la machine du Parti démocrate et a chanté les louanges de son «vieil ami» Joe Biden. Ainsi, la révolution politique de Sanders ne s'est pas terminée par un dernier rugissement de contestation, mais par un gémissement de flatterie mielleuse.

Alors que la colère monte parmi un nombre important de membres des DSA, désillusionnés et dégoûtés par la perspective de soutenir la candidature de Biden, Jacobin, un journal affilié aux DSA, a tenu un forum en ligne mercredi dernier intitulé «Ce que Bernie a accompli et où aller ensuite». Parmi ceux qui ont participé, on retrouve le fondateur de Jacobin Bhaskar Sunkara, les collaborateurs Michael Brooks, Meagan Day et Matt Karp, ainsi que Amber Frost de Chapo Trap House.

Le but premier du forum était de répondre à la question «Où aller ensuite ?» par une réponse définitive: «Nulle part, restez dans le Parti démocrate». Aucun intervenant du forum de mercredi n'a contesté l'article publié dans Jacobin mercredi matin par Eric Blanc qui déclarait: «Nous ne sommes pas encore assez forts pour arrêter d'utiliser la voie électorale démocrate de sitôt».

Pendant le forum, Sunkara a affirmé: «Je ne parle pas d'un nouveau parti socialiste ou autre.»

Malgré l'opposition implacable du Parti démocrate à la candidature de Sanders, Jacobin s'appuie sur des arguments de plus en plus exagérés pour expliquer pourquoi ceux qui se considèrent socialistes devraient rester au sein de cette organisation réactionnaire.

«Nous ne devrions pas nous permettre de conclure trop simplement que l'institution du Parti démocrate était trop intelligente pour nous ou trop forte pour nous», a soutenu Day. À ceux qui sont contrariés par la défaite de Sanders, Day a suggéré de «travailler sur une campagne électorale ou quelque chose comme ça».

Amber Frost a exprimé son accord avec Day et a ajouté: «Il y a une certaine dose de chance, et il faut certainement analyser ses erreurs, mais... on ne peut pas vraiment surestimer la machine démocrate... De toute évidence, ils ne sont pas très confiants, ils ont eu un peu de chance et nous avons eu un peu de malchance.»

Ces déclarations sont des tentatives désespérées pour ressusciter l'illusion que le Parti démocrate peut encore être réformé de l'intérieur. Si Sanders a simplement souffert de «malchance» en 2016 et 2020, pourquoi ne pas réessayer en 2024 ? Et qu'en est-il du siècle dernier, où les efforts pour réformer le Parti démocrate ont échoué ? Selon les DSA, tout le monde, de William Jennings Bryan à Jesse Jackson, n'a apparemment souffert que d'un mauvais coup de dés.

Plus que tout autre événement passé, les efforts des DSA et de Jacobin pour justifier leur maintien au sein du Parti démocrate visaient à contrecarrer l'influence croissante du World Socialist Web Site et du Parti de l’égalité socialiste, dont les critiques et l'opposition à la campagne de Sanders sont bien connues des membres des DSA.

Day a noté avec inquiétude qu'«il y a beaucoup de bavardages en ligne en ce moment sur l'endroit où [les partisans mécontents de Sanders] iront. Les gens cherchent un endroit où aller ensuite». Plus tard dans le programme, elle a élaboré ceci: «Nous entendons beaucoup de grognements» de la part de ceux «qui nous disent que Bernie Sanders n'est pas socialiste et qu'ils voudraient nous détourner de cette notion. C'est un thème récurrent, et c'est évidemment un peu odieux, parce que, quoi qu'il y ait dans le cœur de Bernie, c'est évidemment la manière exacte dont un socialiste devrait se comporter en plein coeur du capitalisme mondial».

Day a appelé les «socialistes non sectaires» à s'unir, tandis que Sunkara a expliqué la futilité de rompre avec le Parti démocrate en opposition aux «bons sectaires» qui «savent qu'ils sont petits et marginaux». Frost a similairement fait part de son inquiétude face à «la jubilation des révolutionnaires de fauteuil».

Lorsque Sunkara et compagnie parlent de «sectaires», ils désignent des personnes qui ne sont pas des agents cyniques et opportunistes du Parti démocrate. Les DSA utilisent le terme «sectaire» comme une épithète contre les marxistes qui sont politiquement hostiles au Parti démocrate et indépendants de lui.

Léon Trotsky a écrit en 1935:

[blockquote]Les réformistes et les centristes saisissent volontiers toutes les occasions de pointer du doigt notre «sectarisme» et, la plupart du temps, ils ont à l'esprit non pas notre côté faible, mais notre côté fort: notre attitude sérieuse à l'égard de la théorie, notre effort pour examiner chaque situation politique à la loupe et pour faire avancer des slogans clairs, notre hostilité à l'égard des décisions «faciles» et «confortables» qui donnent des résultats aujourd'hui, mais préparent une catastrophe demain. Venant d'opportunistes, l'accusation de sectarisme est le plus souvent un compliment.[/blockquote]

Trotsky écrivait dans des conditions où l'Opposition de gauche faisait face à un lectorat relativement plus restreint que les partis sociaux-démocrates et staliniens. Cependant, ces derniers mois, le lectorat du World Socialist Web Site a augmenté pour dépasser de loin celui du Jacobin, à la fois dans le monde entier et aux États-Unis.

Malgré un soutien institutionnel important et une publicité gratuite dans la presse bourgeoise, Jacobin a subi une baisse substantielle de son lectorat, ce qui indique une répulsion croissante pour sa politique opportuniste parmi les éléments plus sains des partisans des DSA. Sunkara sait que son affirmation selon laquelle le WSWS est «petit et marginal» est fausse.

Jacobin et les DSA sont conscients du rôle essentiel qu'ils jouent en tant que facilitateurs des politiques du Parti démocrate.

Le Washington Post a récemment fait référence à Peter Welch, membre du Congrès démocrate du Vermont et confident de Sanders, déclarant que Welch «considère Sanders comme un élément central des chances de Biden d'obtenir le soutien d'une “gauche progressiste qui ne soutient pas particulièrement le Parti démocrate en tant qu'institution, mais que nous devons faire sortir pour voter”».

Le Post a également cité la députée démocrate de Washington Pramila Jayapal, notant que «la plus grande contribution de Sanders pourrait consister à démontrer l'importance de ce qu'elle appelle “la politique interne/externe”».

Le véritable socialisme est basé sur la lutte pour développer un mouvement de la classe ouvrière qui est indépendant de tous les partis politiques de la classe capitaliste et leur est consciemment hostile. Ce n'est que de cette manière que la classe ouvrière est capable de réaliser et de libérer son pouvoir social.

(Article paru en anglais le 11 avril)

L'auteur recommande également:

Le rédacteur en chef de Jacobin, Bhaskar Sunkara, se ridiculise [1 juin 2019]

Bernie Sanders met fin à sa campagne et appelle ses partisans à soutenir Biden [10 avril 2020]

Le New York Times falsifie l’histoire pour prétendre que Sanders «transforme» le Parti démocrate [18 février 2020]

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.