Combien de personnes doivent mourir pour Wall Street?

Par Andre Damon
27 mars 2020

Le nombre de décès dus à la pandémie mondiale de coronavirus a dépassé les 21.000 mercredi, poursuivant une trajectoire exponentielle. Aux États-Unis, on a enregistré au moins 247 nouveaux décès, et le nombre de nouveaux cas a augmenté de plus de 13.000.

Chaque jour, plus de 2.000 personnes meurent dans le monde. «Cela a pris 67 jours à partir du premier cas signalé pour atteindre 100.000 cas; 11 jours pour le deuxième 100.000 cas; et seulement quatre jours pour le troisième 100.000 cas», a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé.

D’ici quelques jours, les États-Unis compteront plus de cas de COVID-19 que tout autre pays, y compris la Chine et l’Italie, les premiers épicentres de la maladie. À New York, des files de malades serpentent autour des pâtés de maisons, tandis qu’une morgue de fortune est en construction devant l’hôpital Bellevue de New York. Dans d’autres hôpitaux de la ville de New York, on utilise des camions réfrigérés pour stocker les corps, dans des conditions que les médecins qualifient d’«apocalyptiques».

Les experts ont averti à plusieurs reprises que les États-Unis n’en sont qu’au début de l’épidémie et que le nombre de cas continuera d’augmenter. Mais déjà, les hôpitaux du pays – y compris ceux qui sont éloignés des principaux centres d’infection, comme les systèmes de santé Beaumont et Henry Ford à Detroit – sont pleins.

Malgré les affirmations répandues selon lesquelles la pandémie ne touche que les personnes âgées, la maladie s’est avérée dangereuse pour de larges pans de la société: 38 pour cent des personnes hospitalisées aux États-Unis ont entre 20 et 54 ans.

Entre-temps, malgré les appels des experts de la santé, de nombreux lieux de travail restent ouverts dans tout le pays. Cela devient de plus en plus évident que la maladie se propage rapidement sur les lieux de travail américains, dont beaucoup ne disposent même pas des mesures de sécurité les plus élémentaires pour protéger les travailleurs.

Deux travailleurs de Fiat Chrysler sont morts après avoir été infectés par la COVID-19. Un se trouvait à l’usine d’assemblage de Sterling Heights au nord de Detroit et l’autre à l’usine de transmission de Kokomo dans l’Indiana.

Neuf travailleurs des entrepôts d’Amazonie ont été déclarés positifs pour le virus. Mais malgré l’augmentation du nombre de victimes, Amazon a clairement indiqué qu’elle ne fermerait pas les entrepôts et ne fournirait pas aux employés des entrepôts et aux livreurs les équipements de protection nécessaires.

Alors même que la pandémie se renforce, l’administration Trump intensifie sa campagne en faveur d’un retour rapide au travail. Trump, a ignoré les avertissements de ses propres experts en matière de santé, a demandé que l’Amérique soit «ouverte pour affaires» d’ici Pâques, exigeant de voir «des églises pleines à craquer dans tout le pays».

Dans l’expression peut-être la plus dérangée de la vision partagée par Trump, le magazine en ligne d’extrême droite Federalist, dont Trump a à plusieurs reprises promu le contenu sur Twitter, a publié un article exhortant ses lecteurs à s’infecter délibérément. En outre il demande à infecter les enfants avec le virus afin de générer une «immunité collective».

Mais la négation des dangers que représente la COVID-19 et l’envie de sacrifier des vies pour le bien de «l’économie» vont bien au-delà de Trump et de ses partisans aux États-Unis.

Jair Bolsonaro, son allié politique, idéologue d’extrême droite et président du Brésil, a repris les propos de Trump, déclarant: «Le peuple verra bientôt que ces gouverneurs et une grande partie des médias l’a dupé en ce qui concerne le coronavirus». Il a appelé la maladie la «petite grippe».

En Allemagne, le quotidien Handelsblatt a publié une interview de premier plan du gestionnaire de fonds spéculatifs Alexander Dibelius, qui a déclaré que «l’arrêt collectif de l’économie» est «plus effrayant que cette infection virale».

Ces exigences font écho à des déclarations similaires des oligarques américains, notamment des anciens dirigeants de Goldman Sachs, Lloyd Blankfein et Gary Cohn. Cohn a déclaré qu’il était temps «de commencer à discuter d’un échéancier pour la remise en marche de l’économie».

Le PDG de Wells Fargo, Dick Kovacevic, en parlant des «travailleurs en bonne santé de moins de 55 ans», a déclaré: «Nous allons progressivement ramener ces personnes et voir ce qui se passe. Certains d’entre eux tomberont malades, d’autres pourraient même mourir, je ne sais pas».

Le milliardaire Tom Golisano, «fumant un cigare Padron sur son patio en Floride», s’est plaint à Bloomberg News. «Garder l’économie arrêtée pourrait être pire que la mort de quelques personnes de plus».

«Il faut peser le pour et le contre», a-t-il dit.

Selon des chercheurs de l’Université Northwestern, les «inconvénients» de la réouverture des entreprises avant que la pandémie ne soit maitrisée pourraient être de 600.000 vies dans tout le pays.

Le nombre de cas dans une grande partie des États-Unis double chaque jour, et rien n’indique que la pandémie est maitrisée. Dans ces conditions, de telles propositions sont totalement insouciantes, faisant preuve à la fois d’ignorance et de mépris pour la vie humaine.

En effet, la «valeur» de la vie humaine est devenue un sujet de discussion majeur dans la presse américaine. Le New York Times a publié jeudi un article intitulé «L’arrêt de la production met en lumière le coût économique des vies sauvées». L’article cite l’ancien conseiller d’Obama, Cass Sunstein, qui a déclaré: «Un programme qui sauve les jeunes est meilleur, dans ce sens, qu’un programme identique qui sauve les personnes âgées».

Un autre conseiller d’Obama, Ezekiel Emanuel, est apparu à plusieurs reprises comme commentateur des médias pendant la pandémie. Bien qu’il ait soutenu en 2014, dans un effort pour justifier les coupes dans les soins de santé, que les gens ne devraient pas vivre au-delà de 75 ans parce que «la société et les familles – et vous – seront mieux loties si la nature suit son cours rapidement et sans délai».

La première et unique préoccupation de la société doit être de contenir la pandémie le plus rapidement possible. Les mesures de distanciation sociale, telles que la fermeture des écoles et des lieux de travail, sont un élément essentiel pour contenir la maladie. Cela permet la mise en place de mesures de dépistage et de recherche des contacts, et répartir les cas de manière à ne pas submerger les hôpitaux.

Les États-Unis et une grande partie de l’Europe occidentale n’appliquent cependant pas les pratiques recommandées par l’OMS. Dans l’ensemble des États-Unis, les hôpitaux refusent de tester tous les patients sauf les malades graves, ce qui rend impossible de retrouver la majorité des cas et d’informer les personnes qui ont été en contact avec eux.

Et comme les hôpitaux ont déjà atteint leur capacité dans une grande partie du pays, on n’hospitalise pas la plupart des cas, ce qui est encore contraire aux directives de l’OMS et expose les membres de la famille à l’infection.

En exigeant que les États lèvent les ordonnances de quarantaine obligatoire, Trump, qui parle au nom du capital financier, évoque la possibilité que l’on contraigne les employés de travailler par des menaces et des sanctions. Ceux qui refusent de travailler dans des conditions dangereuses risquent d’être licenciés, et donc de ne pas avoir droit aux allocations de chômage. Les travailleurs devront faire face au choix dévastateur de sacrifier la santé de leur propre famille ou faire face à la faim, à être expulsés et vivre dans la rue.

Même si les oligarques exigent que les gens travaillent dans des conditions dangereuses, les travailleurs commencent à se défendre. Une vague de débrayage a forcé la fermeture des constructeurs automobiles de Detroit plus tôt ce mois-ci. Les travailleurs de l’industrie de la logistique, y compris Amazon, ont exigé des conditions de travail plus sûres, et les postiers de Brooklyn auraient refusé de distribuer le courrier. Les mots-clés #notdyingforwallstreet et #generalstrike («je ne mourrai pas pour Wall Street», «grève générale») ont fait leur apparition sur Twitter.

On ne devrait faire aucune économie lorsqu’il s’agit de réduire le nombre d’infections et de sauver des vies. La classe ouvrière doit exiger que les gouvernements et les employeurs prennent des mesures d’urgence pour faire face à la crise:

• La fermeture des lieux de travail non essentiels! Tous les lieux de travail qui ne sont pas directement impliqués dans les soins médicaux et la fabrication de produits médicaux ou de produits de première nécessité doivent être fermés pendant toute la durée de la pandémie! Les travailleurs sans emploi doivent recevoir la totalité de leur revenu et toutes les ressources doivent être mises à la disposition des personnes touchées par la fermeture des écoles, y compris les congés payés et l’aide alimentaire.

• Des conditions de travail sûres! Tous les travailleurs doivent bénéficier d’un environnement de travail sûr et protégé contre la propagation du virus.

• Un dépistage accessible et universel! On ne doit épargner aucune dépense pour mettre à disposition des tests gratuits à tous ceux qui présentent des symptômes.

• Un traitement gratuit de qualité et l’égalité des soins! Les soins médicaux les plus avancés doivent être mis à la disposition de tous, quels que soient les revenus ou la couverture d’assurance.

• La protection des réfugiés, des prisonniers et des sans-abri! Chacun doit avoir accès à des conditions de vie de qualité et de propreté pour éviter la propagation de la maladie.

Les travailleurs doivent former des comités de base sur le lieu de travail et dans les quartiers pour coordonner leurs activités, mobiliser leur force collective, veiller à ce que les personnes malades bénéficient d’un soutien social et contrôler les conditions de travail pour faire respecter un environnement sûr.

La réponse à la maladie ne peut pas être laissée aux politiciens capitalistes, démocrates ou républicains. Leur principale préoccupation est de maintenir les profits de l’élite dirigeante par le biais de l’inflation du marché boursier.

Mercredi, le conseiller de la Maison-Blanche Larry Kudlow a clairement indiqué que le «projet de loi de relance» de deux mille milliards de dollars que le Congrès américain va adopter s’ajoute aux quelque quatre mille milliards de dollars d’achats d’actifs qui visent à augmenter la valeur des actifs financiers. Le projet de loi du Congrès, soutenu par les démocrates et les républicains, prévoit des dizaines de milliards de subventions directes aux grandes entreprises, et des centaines de milliards en prêts supplémentaires.

L’affirmation selon laquelle la société doit choisir entre laisser les travailleurs mourir et les soumettre à la misère économique est fausse. Elle suppose la permanence de la forme capitaliste actuelle d’organisation sociale. Dans le capitalisme, l’État donne des billions aux entreprises, mais ne peut pas assurer un revenu vivable aux travailleurs s’ils ne travaillent pas pendant une situation d’urgence.

Des millions de vies peuvent être sauvées si la société alloue les ressources sociales nécessaires à la lutte contre la pandémie de COVID-19. On doit s’assurer que tous les travailleurs bénéficient du soutien social dont ils ont besoin pour rester chez eux afin de préserver la sécurité de leurs familles et du public. Au lieu d’être renflouées avec des billions de dollars de fonds publics, les grandes banques et entreprises devraient être placées sous le contrôle démocratique de la population afin de garantir la santé et la sécurité de leur personnel et de l’humanité tout entière.

L’alternative au monde dystopique du capitalisme, dans lequel le «coût» des vies humaines se mesure à la recherche du profit, est le socialisme. Une telle société mondiale se base sur la réorganisation de l’économie mondiale pour répondre aux besoins sociaux.

(Article paru en anglais 26 mars 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.