Montréal: une manifestation devant le consulat américain exige la libération de Julian Assange

Par nos reporters
27 février 2020

Les partisans de Julian Assange ont organisé une manifestation animée lundi dernier devant le consulat américain à Montréal pour demander la libération du journaliste et éditeur récipiendaire de nombreux prix, ainsi que la libération de la dénonciatrice Chelsea Manning. L'événement, qui était le premier du genre au Canada, a attiré une vingtaine de personnes. Il a été coorganisé, dans un délai très court, par la journaliste indépendante Elizabeth Leier et le Parti de l’égalité socialiste (Canada).

Les participants portaient des pancartes en français et en anglais avec des slogans tels que «Libérez Julian Assange!», «Défendez la liberté d'expression» et «Non à la guerre impérialiste».

Une section des manifestants devant le consulat américain à Montréal lors de la première journée du simulacre de procès d’Assange à Londres

Le bâtiment qui abrite le consulat américain est situé dans une rue très fréquentée du centre-ville. De nombreux passants ont pris des tracts distribués par les membres et les sympathisants du PES détaillant les questions juridiques et politiques de l'affaire Assange, ainsi que le mouvement mondial croissant réclamant sa liberté.

En ouvrant le rassemblement, Leier a déclaré qu'elle avait appelé la manifestation pour «montrer sa solidarité avec le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange». Elle a poursuivi: «Nous sommes réunis ici devant le consulat des États-Unis pour montrer et dénoncer la persécution injuste à laquelle il est maintenant confronté».

Leier a résumé le travail courageux d'Assange qui a révélé les crimes de guerre de l'impérialisme américain en Afghanistan et en Irak, et la torture pratiquée à Guantanamo Bay. Les communiqués de WikiLeaks sont d'une «importance collective indéniable», a-t-elle souligné.

«On reproche aujourd'hui à Julian Assange d'avoir révélé les crimes de l'empire. Il est poursuivi pour avoir eu l'intégrité journalistique et le courage de révéler la vérité sur la criminalité américaine dans le monde entier», a déclaré Leier. «Ce sont les criminels de guerre, ceux qui ont permis le meurtre de sang-froid de deux journalistes de Reuters comme on le voit dans la célèbre vidéo Collateral Murder, en plus des milliers de civils, ce sont eux qui méritent d'être en prison – et non l'homme qui a eu le courage de révéler ces crimes».

Si Assange est poursuivi, a commenté Leier, cela aura de graves implications pour la liberté d'expression et la liberté de la presse dans le monde entier.

Elle a également critiqué la cruelle persécution d'Assange, dénonçant la «décennie de détention arbitraire» à laquelle il a été soumis. Pendant les sept années où il a été enfermé à l'ambassade équatorienne, il n'a pas eu accès à la lumière du soleil ni à des soins médicaux appropriés, a ajouté l’intervenante.

En conclusion, Leier a souligné que le rassemblement était un premier pas important dans la construction d'un soutien à la liberté d'Assange. «Nous sommes peut-être un petit rassemblement aujourd'hui, mais nous faisons partie d'un grand mouvement en pleine expansion qui exige haut et fort que la persécution de Julian Assange cesse immédiatement et qu'on lui accorde ses droits et sa liberté», a-t-elle déclaré.

Richard Dufour, un dirigeant du PES (Canada), s'est également adressé aux manifestants. Il a commencé par souligner le fait que le piquet devant le consulat de Washington à Montréal faisait partie d'un mouvement mondial pour la liberté d'Assange et de Manning.

Dufour a dénoncé le simulacre de procès d'Assange à Londres comme une «parodie de justice» visant à «éviscérer les droits démocratiques fondamentaux», notamment la liberté d'expression et la liberté de la presse.

«Actuellement détenu en isolement dans une prison de haute sécurité en Grande-Bretagne, Assange risque d'être extradé vers les États-Unis et de faire l'objet d'un simulacre de procès pour espionnage, avec la perspective d'une condamnation à vie de 175 ans», a-t-il déclaré. «Assange a déjà subi ce que le fonctionnaire des Nations Unies Nils Melzer a qualifié de torture psychologique aux mains des gouvernements qui le poursuivent. Il risque maintenant d'être traité comme un terroriste dans les recoins les plus sombres d'une prison américaine pour le reste de sa vie».

Dufour a expliqué qu'Assange est persécuté parce qu'il a contribué à «informer le public sur les crimes de guerre et les intrigues diplomatiques de leurs gouvernements», surtout ceux commis par l'impérialisme américain dans ses guerres d'agression.

Il a également dénoncé la «complicité» de l'élite dirigeante du Canada dans la persécution du journaliste. Le premier ministre Justin Trudeau, et tous les partis qui se disent «progressistes», des néo-démocrates aux Verts, en passant par le Bloc Québécois et Québec Solidaire, ont «gardé un silence complice sur la poursuite et la persécution d'Assange».

«La raison de ce silence assourdissant n'est pas difficile à trouver» a poursuivi Dufour. «L'élite dirigeante canadienne, qui dépend plus que jamais de son partenariat militaro-stratégique avec l'impérialisme américain pour faire avancer ses propres intérêts prédateurs sur la scène mondiale, craint l'impact des révélations de WikiLeaks».

L’intervenant du SEP a souligné que la seule force sociale capable de libérer Assange et Manning, de défendre les droits démocratiques et d'arrêter la poussée vers l'autoritarisme dans le monde entier est la classe ouvrière internationale. Il a résumé la recrudescence croissante des grèves et des protestations des travailleurs dans le monde, de la grève nationale des travailleurs de l'automobile aux États-Unis, la première depuis quatre décennies, au mouvement des «gilets jaunes» en France, en passant par la grève d'un jour de vendredi dernier de 200.000 enseignants en Ontario contre les vastes coupes du gouvernement Ford dans l'éducation publique.

«C'est la tâche urgente des socialistes de doter ce mouvement d'une perspective socialiste révolutionnaire pour transformer le monde sur une base égalitaire, sans guerre ni dictature», a conclu Dufour. «Nous vous appelons à vous joindre à la lutte mondiale pour garantir la liberté d'Assange et de Manning, et à devenir un lecteur régulier du World Socialist Web Site».

L’auteur recommande aussi:

Les poursuites contre Julian Assange, la destruction du Droit et la montée de l’État national sécuritaire [11 février 2020]

La complicité du Canada dans la persécution de Julian Assange [28 janvier 2020]

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.