Les marchés montent en flèche alors que les entreprises annoncent des licenciements massifs

Par Nick Beams
24 février 2020

Alors que les marchés boursiers de la planète, Wall Street en tête, atteignent des sommets records, augmentant la richesse des ultra-riches de milliards de dollars chaque jour, la croissance de l'économie mondiale tombe à ses plus bas niveaux depuis la crise financière mondiale de 2008. Une fois de plus, la classe ouvrière doit payer, avec l'annonce d'importantes suppressions d'emplois.

Les données économiques des grandes économies capitalistes indiquent une accélération du ralentissement. Aux États-Unis, la plus grande économie du monde, la croissance ne dépasse guère 2 %. C'est le taux le plus bas de toute «reprise» de l'après-guerre, malgré les affirmations du président Donald Trump selon lesquelles il s'agirait du plus grand boom de l'histoire.

L'usine fermée du groupe Bayou Steel à LaPlace, en octobre 2019. L'aciérie de Louisiane a licencié 376 employés de façon inattendue et annonce que l'usine fermera en novembre [Source: AP Photo/Gerald Herbert]

La Chine, deuxième économie mondiale, a connu en 2019 son taux de croissance le plus faible depuis 30 ans. De larges pans de l'économie sont toujours bloqués en raison de l'épidémie de coronavirus, et les estimations de croissance pour le premier trimestre ont été revues à la baisse, et sont même nulles dans certains cas.

Le Japon, troisième économie mondiale, a été secoué par l'annonce d'une contraction annuelle de 6,3 % au quatrième trimestre de 2019. Bien que cette contraction soit principalement due à une augmentation des taxes de vente, le choc a été bien plus important que prévu et le ralentissement devrait se poursuivre, en raison des effets du coronavirus.

La croissance en Allemagne, la quatrième économie mondiale, stagne, les prévisions annonçant qu'elle pourrait entrer en récession, entraînant vers le bas le reste de la zone euro, qui a affiché une croissance de seulement 0,1 % au quatrième trimestre de l'année dernière.

En Corée du Sud, l'un des principaux centres manufacturiers du monde, le gouvernement a demandé des mesures «d'urgence» en raison du ralentissement en Chine et au Japon. L'Australie, la 12e économie mondiale, semble prête à mettre un terme à ses 28 années consécutives sans récession.

La logique de classe du processus en cours se démarque nettement. Alors que la richesse des élites financières est stimulée par la hausse des marchés boursiers, alimentée par l'apport de billions de dollars des banques centrales du monde, et la promesse d'encore plus à venir, la classe ouvrière est amenée à porter le fardeau.

Les suppressions d'emplois se généralisent dans l'industrie manufacturière, en particulier dans la production automobile. Chaque semaine apporte de nouvelles annonces. Plus tôt ce mois-ci, le constructeur automobile français Renault a dévoilé un programme de réduction des coûts de 2,2 milliards de dollars qui comprend des suppressions d'emplois. Le mois dernier, Volkswagen s'est engagé à abattre les «vaches sacrées» en annonçant 20.000 suppressions d'emplois rien qu'en Allemagne.

Selon les dernières estimations, environ 100.000 emplois seront supprimés dans l'industrie automobile mondiale en 2020. Cela s'ajoute aux plus de 500.000 suppressions d'emplois dans les industries liées à l'automobile dans le monde entier l'année dernière. En Inde, certains avertissements indiquent que jusqu'à un million des cinq millions d'emplois de l'industrie des pièces automobiles du pays pourraient être menacés.

Ce massacre mondial de l'emploi s'explique par deux processus: la chute du marché de l'automobile, due à une croissance plus faible et à une baisse de la demande, notamment en raison de la stagnation des salaires dans le monde et des changements technologiques radicaux. Les entreprises préparent l'avenir des voitures électriques et des véhicules autonomes en réduisant les coûts afin d'essayer de rester compétitives dans les nouvelles conditions.

Karl Marx a exposé la logique essentielle de ce processus il y a plus de 170 ans. La guerre industrielle des capitalistes, écrivait-il, «a la particularité que ses batailles se gagnent moins par le recrutement que par le renvoi de l'armée de travailleurs», car les généraux «se font concurrence pour savoir qui peut renvoyer la plupart des soldats du travail».

Ce processus ne se limite pas à la production automobile, mais s'étend à tous les secteurs de l'économie.

La semaine dernière, la Hong Kong Shanghai Banking Corporation (HSBC), basée à Londres, a déclaré qu'elle réduirait ses effectifs de 35.000 personnes au cours de la période à venir, dans le cadre de ce que son directeur général, Noel Quinn, a appelé l'une des «restructurations les plus profondes» de l'histoire de la banque mondiale en 155 ans, que son équipe de direction s'est «engagée à exécuter avec diligence».

L'annonce de HSBC fait suite à la décision prise l'année dernière par la Deutsche Bank allemande de supprimer 18.000 emplois dans le cadre d'un processus de restructuration.

Le secteur de la vente au détail est également dévasté. Des dizaines de milliers de magasins ayant «pignon sur rue» aux États-Unis et dans le monde entier ont été fermés, et d'autres suppressions d'emplois sont à venir.

La semaine dernière, le Washington Post a rapporté que le géant américain de la vente au détail Walmart prévoit de supprimer des emplois dans le cadre d'une restructuration visant à développer les ventes en ligne pour concurrencer Amazon. Dans le langage brutal du monde de l'entreprise, il a déclaré que les directeurs de magasin devraient suivre «les procédures de licenciement standard» pour tout «associé actif qui n'a pas été sélectionné pour un autre poste dans l'entreprise». Ce décret touchera potentiellement des milliers de travailleurs, qui ont parfois des dizaines d'années de service.

Le contraste entre la situation à laquelle est confrontée la classe ouvrière et l'accumulation de richesses aux sommets de la société est illustré par l'enrichissement vertigineux d'Elon Musk, le propriétaire de l'entreprise de voitures électriques Tesla.

En raison d'une hausse spectaculaire du cours de l'action de Tesla ce mois-ci, la valeur nette de Musk a augmenté de 4,5 milliards de dollars en un seul jour, ce qui fait de lui le milliardaire mondial dont la croissance est la plus rapide. En six semaines seulement, sa fortune a augmenté de 13,9 milliards de dollars, soit 316 millions de dollars par jour depuis le début de l'année. On prévoit même que Musk pourrait dépasser le milliardaire Jeff Bezos d'Amazon en tant qu'homme le plus riche du monde.

La dévastation des emplois et des conditions de travail de la classe ouvrière n'est pas une conséquence malheureuse ou accidentelle de l'accumulation de richesses dans les mains d'une oligarchie financière rapace. Il existe un lien de cause à effet.

Le cours des actions des grandes entreprises, dont les élites tirent leur fortune, dépend de la mesure dans laquelle les marchés financiers jugent qu'elles parviennent à réduire les coûts en réduisant leur main-d'œuvre et en intensifiant l'exploitation des travailleurs restants. La bourse et l'ensemble du système financier fonctionnent comme un mécanisme institutionnalisé de siphonnage des richesses.

De vastes développements technologiques, associés aux progrès de l'intelligence artificielle et à son utilisation via Internet, augmentent la productivité et ont la capacité d'améliorer les conditions sociales et économiques de la masse de la population. Au lieu de cela, par le biais des opérations du système de profit capitaliste, ils sont utilisés pour concentrer la richesse produite socialement dans les mains d'une minuscule minorité.

On ne peut guérir cette maladie sociale qui ne cesse de s'aggraver par des réformes disparates ou des pansements. Il faut l'attaquer à la source et le surmonter par la lutte unifiée de la classe ouvrière internationale pour établir un système socio-économique supérieur et nécessaire. Il s'agit du socialisme international, dans lequel les forces productives, créées par le travail des producteurs du monde, sont de propriété publique et utilisées au profit de tous.

(Article paru en anglais le 19 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.