Des dizaines de milliers de personnes manifestent dans toute l'Allemagne contre le terrorisme de droite

Par nos reporters
24 février 2020

Jeudi, des dizaines de milliers de personnes dans plus de 50 villes ont participé à des veillées spontanées et à des manifestations en mémoire des victimes de l'attaque de Hanau. Rien qu'à Hanau, des milliers de personnes se sont rassemblées pour exprimer leur horreur et leur colère face à la terreur de droite. Beaucoup ont déploré les liens étroits entre le terrorisme de droite et l'appareil d'État et ont souligné l'importance des politiques de droite et anti-réfugiés dans l'attaque.

Au Heumarkt du centre-ville de Hanau, où les quatre premières personnes ont été abattues mercredi soir, de nombreux groupes de personnes se sont rassemblés jusqu'à tard dans la soirée. C'est là que nous avons rencontré Sadveddin et sa famille.

«Cette attaque raciste affecte nos compatriotes et nous tous qui sommes nés et avons grandi ici en Allemagne», a déclaré Sadveddin. «Ce n'est pas la première attaque. Cela nous a immédiatement rappelé Enver Simsek, le fleuriste tué, et les autres victimes de la NSU [néo-nazie]. Maintenant, il est évident que rien n'a été fait depuis.»

Sadveddin travaille chez BASF à Ludwigshafen et s’est immédiatement rendu à Hanau avec toute sa famille pour exprimer sa solidarité. Il a indiqué que peu de temps auparavant, les « grands politiciens » comme le premier ministre du Land de Hesse, Bouffier, le président fédéral Steinmeier et le maire de Hanau Kaminsky étaient présents. «Ils ne nous ont pas dit un mot, ils ont juste déposé leurs fleurs devant la presse et sont repartis très vite.» Mais cela ne l'a pas surpris. Ce qu'il a trouvé terrible, c'est «que l'auteur [de l’attentat] ait annoncé pratiquement tout ses intentions sur Facebook à l'avance» sans que rien n’ait été fait pour empêcher cette attaque terroriste.

Sadveddin et ses enfants à Hanau

Des milliers de personnes se sont rassemblées sur le marché de Hanau. Le Premier ministre du Land de Hesse Volker Bouffier et le président fédéral Steinmeier ont prononcé de courts discours. Il y a eu des cris répétés de «Nazis dehors!» par la foule.

Beaucoup de gens venaient des environs de Hanau, comme Julia et Kevin, qui sont de Nidderau, «pour montrer que le racisme n'est pas une opinion majoritaire». «Le traitement politique indulgent réservé aux informateurs confidentiels à l'intérieur du NSU [National-socialist souterrain] était déjà une tragédie», a fait remarquer Kevin. « Depuis trop longtemps, cela a été passé sous silence. On ne peut plus tolérer ce silence.» Un garçon rapporte qu'il était sur les lieux du crime 10 minutes avant la tuerie. «Ça aurait pu être moi.»

«Nous sommes profondément tristes», a déclaré Zeynap, qui s’est rendu à la veillée avec son mari Suleyman depuis Rodgau. «L'attaque visait spécifiquement les musulmans. C'est la tactique de l’AfD [Alternative pour l'Allemagne]» a ajouté Suleyman. «Hitler a également joué cette combine. Premièrement, il a soulevé des questions sociales afin de gagner en popularité, et puis a associé cela avec la haine raciale.»

Suleyman et Zeynep à Hanau

Les deux ont critiqué le fait que le gouvernement fédéral n'avait rien appris. «Lorsque ce gouvernement est arrivé au pouvoir, il a même coupé les dépenses pour lutter contre l'extrémisme de droite. Nous sommes abandonnés par les politiciens», a-t-il ajouté. «Combien de temps devrions-nous attendre? Avant que le racisme ne se transforme en un monstre gigantesque?»

Ali Yaman vit à Hanau et a dit qu'il connaissait les victimes: «Je suis né à Hanau». Un ami qui l'accompagnait a ajouté: «Ce sont nos amis et parents qui ont été assassinés ici. Des jeunes innocents sont morts. Cela était tout à fait évitable.»

Ali Yaman à Hanau

«L'agresseur a pu tirer dans toutes les directions sans entrave pendant des heures», a déclaré Ali Yaman. «Il avait même un permis de port d'arme et a pu obtenir tout son équipement sur Internet. L'auteur était bien connu! Mais pourquoi n'était-il pas surveillé?» Les jeunes étaient encore stupéfaits que «ces meurtres auraient pu facilement être évités».

Lors de la veillée à Stuttgart, nombreux étaient ceux qui, parmi les centaines de participants, ont posé des questions critiques sur les liens de l'agresseur avec l'appareil d'État et la responsabilité des partis de l'establishment.

Deux manifestations ont eu lieu à Berlin. Les partis de l'establishment avaient convoqué un rassemblement devant la porte de Brandebourg, tandis que diverses initiatives de la société civile organisaient un rassemblement sur Hermannplatz dans le quartier de Neukölln, beaucoup plus grand, avec des milliers de participants.

Les reporters du WSWS ont parlé à Mohammed et Fatid, qui ont tous deux fui la Syrie il y a environ cinq ans et ont récemment commencé à suivre des études d'économie à Francfort-sur -l'Oder. Ils avaient pris connaissance de la manifestation par hasard sur les réseaux sociaux et étaient agréablement surpris par la masse de gens qui ont répondu présents.

«Oui, la droite est minoritaire, mais cela suffit pour répandre une telle peur. Je suis en Allemagne depuis cinq bonnes années et ce n'est que récemment que je me sens vraiment comme un étranger», a déclaré Fatid lorsque nous l'avons abordé. «De telles attaques sont la réaction naturelle à [ce qui est diffusé par les] médias, qui ne font que répandre la haine. Surtout récemment, on a beaucoup parlé de l'islam.» Une situation comme celle qui s’est produite aujourd'hui n'aurait pas été possible sans les années de calomnies dans les médias, ont-ils expliqué.

Rike et Bobby étaient également indignés par le rôle des médias dans la montée de la droite en Allemagne. Tous deux étudient les sciences humaines à l'Université technique de Berlin. «Les médias ne font qu'attiser les choses. Un attentat comme hier se produit et tout ce que vous entendez dire est «oui, mais qu’en est-il des extrémistes de gauche». «Cela rapporte de l’argent de dresser les uns contre les autres, tandis que les réseaux terroristes de droite et leurs crimes sont minimisés.»

«Les partis au Bundestag [parlement fédéral] sont également responsables de la montée de la droite», a-t-il dit. «Les partis établis ne font rien. Tous les partis ont viré vers la droite et contribuent à normaliser la politique de l'AfD.» Rike a souligné que si Hanau était la raison concrète de la manifestation aujourd'hui, le contexte réel était beaucoup plus large.

Des centaines de personnes ont pris part à la veillée à la porte de Brandebourg. Holger, un retraité venu spontanément après avoir entendu parler de l'attaque de Hanau. «Ce n'est tout simplement pas possible!» il a dit. «C'est principalement la faute de l'AfD». Ce parti a rendu cette agitation contre les étrangers à nouveau acceptable, il ne faut donc pas s'étonner que ces terribles attaques se produisent de plus en plus souvent, a-t-il déclaré.

Veillée de souvenir à la porte de Brandenbourg à Berlin

Interrogé sur les derniers événements en Thuringe, Holger a fait remarquer que les chrétiens-démocrates (CDU) et le Parti libérale démocrate (FDP) étaient également fautifs pour le fait que l'AfD augmentait de plus en plus son influence. «Il faut combattre l’extrême droite et ne pas accepter qu’elle vous prête leurs voix.»

À Munich, des centaines de personnes ont participé à une veillée sur l'Odeonsplatz.

À Duisburg, environ 200 personnes se sont spontanément rassemblées dans le centre-ville. L'alliance «Duisburg se dresse contre» avait appelé à un rassemblement contre la terreur fasciste.

Sebastian et Markus avaient prévu de se rencontrer lors de la manifestation. Sebastian soutient les mobilisations contre la droite là où il le peut, se disant choqué par l'élection du ministre-président Kemmerich en Thuringe avec la collaboration effective de la CDU et du FDP avec l'AfD. Il a critiqué les propositions du Parti de gauche faites à la CDU avant et après l'élection de Kemmerich. «Depuis que j'ai le droit de voter, j'ai voté pour le Parti de gauche; [je] lui faisant confiance pour élaborer des politiques appropriées.» Cette confiance est évidemment entamée. «Je peux comprendre que Ramelow [l'ancien ministre-président du Parti de gauche] et le Parti de gauche se déplacent vers la droite pour obtenir encore plus de suffrages. Mais il y a un danger à conclure des accords avec le diable.»

Markus et Sebastian (à gauche) à Duisburg

Kemal, qui a participé à la manifestation, a également estimé que tous les partis politiques à Berlin ont une part de responsabilité pour les agissements de la droite. «CDU, FDP et AfD étaient parvenus à un accord dans les semaines précédant la manifestation. Ils partagent la même politique.» Kemal était particulièrement scandalisé qu'une équivalence soit établie entre «les extrémistes de gauche et les extrémistes de droite ou la gauche et l'AfD. Les gauchistes et les extrémistes de gauche ne sont pas des misanthropes et des racistes.» L'ancien chef des services secrets, Maassen, a toujours utilisé cette amalgame pour travailler avec la droite et l'AfD, a-t-il déclaré.

Kemal pense qu'une grande partie de la population avait sous-estimé les extrémistes de droite ces dernières années. «Mais maintenant, cela devient ouvert et vraiment menaçant - pas seulement pour les musulmans et les personnes issues de l'immigration; aussi pour les dissidents allemands. » Il faut maintenant se dresser contre le danger de la droite.

Eva, une étudiante, avait entendu parler de la manifestation à Duisburg via Instagram et s’y est rendue spontanément. Elle était très bouleversée et inquiète des meurtres à Hanau, que les choses «pourraient devenir comme le temps de nos grands-parents en Allemagne».

Elle était également très en colère que ce que l'on appelle «l'extrémisme de gauche» ait été dénoncé en réaction aux événements de Hanau. «Non seulement de l'AfD, mais aussi de la CDU et d'autres partis modérés - et cela le jour où neuf personnes ont été tuées à Hanau. Je trouve ça tout simplement dégoûtant. » Lorsqu'elle a vu à la télévision comment Kemmerich avait serré la main du leader de l'AfD Björn Höcke au parlement de Thuringe, elle a «eu de la nausée».

A lire également:

Il faut sonner l’alarme! La conspiration politique et la résurgence du fascisme en Allemagne

Seventy years since the Nuremburg trials

Jörg Baberowski s’obstine à dire que Hitler « n’était pas cruel »

(Article paru en anglais le 22 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.