Il y a 100 ans: les puissances impérialistes affirment leurs prétentions sur la Turquie

Par WSWS
19 février 2020

Le 17 février 1920, à la conférence de Londres, une suite de la conférence de Paris sur la paix, les représentants de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Italie, ont déclaré que les Dardanelles et le Bosphore, en tant que passages stratégiques entre la mer Égée et la Mer noire, devaient devenir des territoires «internationaux».

Cette conférence restreignait également la résidence du Sultan turc à Constantinople, dressait des plans pour un état arménien et envisageait de donner raison aux vues de la Grèce sur les zones ayant une importante population d'origine ethnique grecque, comme la ville de Smyrne (Izmir). Elle décidait de laisser Constantinople à la Turquie, tout en autorisant l'amiral britannique John de Robeck à mettre en garde les Turcs que toute attaque contre la population arménienne pourrait entraîner un changement de cette décision. Cette conférence et d'autres actions ont posé les bases du Traité de Sèvres signé en août de la même année.

La conférence de Londres, suivie par celle de San Remo en avril puis par le Traité de Sèvres furent les dernières phases du partage impérialiste de l'Empire ottoman. Les accords secrets Sykes-Picot de 1916 entre la France et la Grande-Bretagne (divulgués au monde entier par Trotsky et les Bolcheviques) avaient accordé la Syrie aux Français et la Mésopotamie ainsi que la Palestine aux Britanniques. Ces deux acquisitions ont été validées par des mandats de la Société des nations. Les Britanniques ont administrés la plus grande partie de la Mésopotamie en créant l’État irakien, et ont soutenus la colonisation sioniste de la Palestine par la déclaration Balfour en 1917.

The Sykes-Picot agreement of 1916 plotted the dismemberment of the Ottoman Empire

Les décisions impérialistes de 1920, cependant, ont déclenchées la Guerre d'indépendance turque du dirigeant nationaliste bourgeois Kemal Attaturk, qui s'est terminée par la signature du Traité de Lausanne révisant les accords de paix avec les alliés, et la déclaration de la République de Turquie en 1923.

(Article original paru en anglais le 17 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.