Lettre aux membres des Jeunes Socialistes démocrates d'Amérique (YDSA)

Par les Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale (États-Unis)
18 février 2020
La siguiente es una carta escrita por los Jóvenes y Estudiantes Internacionales por la Igualdad Social dirigida a los miembros de los Jóvenes Socialistas Democráticos de América que están celebrando su conferencia nacional este fin de semana en Chicago.

 

Voici une lettre écrite par les Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale (EJIES, IYSSE) adressée aux membres des Jeunes Socialistes démocrates d'Amérique (Young Democratic Socialists of America, YDSA) qui tenaient leur conférence nationale ce week-end à Chicago.

* * *

Chers membres des Jeunes Socialistes démocrates d'Amérique,

Nous vous écrivons au nom des Étudiants et jeunes internationalistes pour l’égalité sociale, le mouvement jeunesse du Parti de l'égalité socialiste. Le PES est la section américaine du Comité international de la Quatrième Internationale, qui publie le World Socialist Web Site.

Vous participez à cette conférence parce que vous voulez vous battre pour le socialisme. La question est la suivante: qu'est-ce que le socialisme et comment y parvenir?

Les dangers auxquels nous sommes confrontés sont énormes. La présidence de Trump est un régime autoritaire de droite, aux caractéristiques nettement fascistes. Le capitalisme des années 2020 signifie un avenir d'inégalités, de guerre mondiale, de fusillades de masse et de catastrophe climatique.

Les socialistes savent que la résolution de ces problèmes implique une refonte totale du système économique du capitalisme mondial. Cela impliquerait la confiscation de richesses à la classe dirigeante représentant des billions de dollars et la réorganisation de l'économie pour répondre aux besoins humains, et non au profit.

Bernie Sanders, Alexandria Ocasio-Cortez et les Socialistes démocrates d'Amérique affirment qu'il est possible de lutter pour le socialisme à travers le Parti démocrate. Un tel programme politique n'est pas du vrai socialisme et ne peut mener qu'au désastre.

Le Parti démocrate est le plus ancien parti politique capitaliste du monde. Fondé en 1828, il porte dans son ADN politique tous les grands crimes de la classe dirigeante américaine.

C'était le parti des propriétaires d'esclaves du Sud avant la guerre de Sécession, du déplacement forcé et du massacre des Amérindiens, de la ségrégation Jim Crow et des restrictions anti-chinoises et anti-japonaises de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. C'est le parti qui a emprisonné les socialistes et les immigrants pendant la Première Guerre mondiale et qui a largué la bombe atomique sur Hiroshima et Nagasaki à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Le Parti démocrate a lancé et soutenu la guerre de Corée et la guerre du Vietnam, a mis fin à l’«assistance sociale telle que nous la connaissons», a soutenu l'hypercriminalisation de l’utilisation non violente de drogues, a voté pour les guerres en Irak et en Afghanistan, a adopté la loi PATRIOT, a maintenu Guantanamo Bay ouvert et a renfloué les banques après le krach boursier de 2007-2008.

Bernie Sanders est loin d'être le premier à prétendre qu'il est possible de réformer ce parti, qui est contrôlé de haut en bas par le capital financier, l'armée et les agences de renseignement.

Tout au long de l'histoire des États-Unis, lorsque la colère des masses contre l'inégalité et la guerre a menacé d'exploser, les «réformateurs» se sont présentés pour mentir aux masses qui se déplaçaient vers la gauche, leur disant qu'elles ne devaient pas se tourner vers un socialisme indépendant et révolutionnaire, mais qu'elles devaient plutôt déployer toute leur énergie pour essayer de changer le Parti démocrate.

Chaque effort de réforme raté a ouvert la voie aux prochains crimes des démocrates. C'est pour cette raison que le parti s’est vu décerner la désignation de «cimetière des mouvements sociaux».

Le Parti démocrate actuel a facilité les politiques les plus réactionnaires de Donald Trump, en votant pour ses budgets militaires et en acceptant d'allouer des milliards de dollars pour financer son attaque contre les immigrants à la frontière entre les États-Unis et le Mexique.

L'effort de destitution des démocrates a donné le feu vert aux politiques fascistes de Trump tout en se concentrant entièrement sur l'affirmation que Trump n'est pas assez agressif envers la Russie.

Sanders a remporté le vote populaire dans l'Iowa et le New Hampshire (malgré l'interférence du DNC) en raison de l'opposition croissante à Trump et au Parti démocrate, de droite et pro-entreprises.

Cela a donné lieu à de nombreux articles dans les médias d'entreprise s’inquiétant de la popularité croissante du socialisme. Pour la classe dirigeante, Sanders est une entité connue. Il est au Congrès depuis 30 ans et a fait partie du caucus du Parti démocrate. Il a voté pour la guerre en Serbie, la guerre en Afghanistan et pour certaines des pires mesures anti-immigration des années 1990.

En 2016, Sanders a dit à ses partisans de voter pour Hillary Clinton, qui incarne Wall Street et le complexe militaro-industriel. Ces dernières semaines, il a de nouveau exhorté ses partisans à voter pour le démocrate qui remportera l'investiture, comme si une présidence Biden ou Bloomberg ferait avancer la cause du socialisme!

Ce que la classe dirigeante craint, cependant, c'est que l'opposition croissante au capitalisme se développe sur une base indépendante et révolutionnaire au sein de la classe ouvrière. Sanders sert à contenir cette opposition et, selon ses propres termes, à prendre les jeunes mécontents et à les «amener au sein du Parti démocrate.»

Les participants à la conférence des YDSA veulent agir dans la lutte pour le socialisme. Une action urgente est nécessaire pour sauver la planète de la barbarie capitaliste. Mais une action qui finit par renforcer le Parti démocrate est pire qu'inutile et ne fera qu'engendrer cynisme et désillusion.

Au lieu d'aider Sanders à sauver le Parti démocrate, l’EJIES et le PES vous appellent à agir en soutenant de véritables candidats socialistes aux élections de 2020, Joseph Kishore pour la présidence et Norissa Santa Cruz pour la vice-présidence.

Notre campagne reconnaît que la lutte pour le socialisme signifie s’orienter vers la classe ouvrière, la principale force sociale progressiste sous le capitalisme. Cette classe, composée de milliards de personnes à travers le monde, a le pouvoir de le transformer.

Pour réveiller l'immense énergie politique de cette force sociale, il faut éduquer les travailleurs et dissiper les mensonges des médias corporatifs. Lutter pour le socialisme signifie sensibiliser les travailleurs à leurs intérêts de classe communs, leur faire comprendre la nature de la société capitaliste et expliquer le rôle de l'État, de la police, des tribunaux et des partis politiques des différentes factions de la classe capitaliste.

Depuis 150 ans, le mouvement socialiste s'est battu pour introduire dans la classe ouvrière le plus haut niveau de compréhension de l'histoire et des leçons de la lutte des classes afin de développer une stratégie révolutionnaire et de lutter pour l'unification de la classe ouvrière sur cette base.

Léon Trotsky, le grand révolutionnaire qui a mené la révolution russe aux côtés de Vladimir Lénine et a ensuite mené la lutte contre la dégénérescence de l'Union soviétique sous Joseph Staline, a expliqué:

[blockquote]L'histoire n'est pas une mère indulgente et douce qui protégera la classe ouvrière: c'est une méchante belle-mère qui enseignera aux travailleurs, par une expérience sanglante, comment atteindre leurs objectifs... La classe ouvrière n'a pas besoin du pardon universel que Tolstoï a prêché, mais d'un dur tempérament, d'une intransigeance, d'une conviction profonde que sans lutte pour chaque pas, chaque centimètre du chemin menant à l'amélioration de sa vie, sans lutte constante, irréconciliable et dure, et sans organisation de cette lutte, il ne peut y avoir de salut et de libération.[/blockquote]

Membres des YDSA: Reprenez le combat au sein de votre organisation pour une politique socialiste véritablement révolutionnaire. Répudiez le soutien des DSA au Parti démocrate et rejetez les politiques de la campagne de Sanders. Reprenez l'étude du socialisme authentique et scientifique et de l'histoire de la lutte des classes. Rejoignez notre combat pour la révolution socialiste mondiale!

Lectures recommandées:

Le Projet 1619 du «New York Times»: une falsification de l’histoire américaine et mondiale basée sur la race

[blockquote]Malgré sa prétention à construire la «véritable» fondation des États-Unis, le Projet 1619 est en fait une falsification de l’histoire à motivation politique. Son but est de créer un récit historique qui légitime les efforts déployés par le Parti démocrate pour monter une coalition électorale basée sur la primauté de l’«identité» personnelle, c’est-à-dire le genre, la préférence sexuelle, l’ethnicité et, surtout, la race.[/blockquote]

Le Projet 1619 et la falsification de l'histoire: Une analyse de la réponse du New York Times à cinq historiens

[blockquote]Ce pamphlet présente une analyse marxiste de la réponse de Jake Silverstein, rédacteur en chef du New York Times Magazine, à cinq éminents historiens qui ont demandé au Times de corriger les falsifications historiques sur lesquelles le Projet 1619 du Times est basé.[/blockquote]

Les leçons politiques de la campagne de Bernie Sanders de 2016: Ce qu'a dit le WSWS (en anglais)

[blockquote]Comme le montrent les articles rassemblés dans le nouveau pamphlet, le WSWS a lancé l’avertissement que Sanders n'était pas la voix de l'opposition de la classe ouvrière, mais plutôt la réponse de forces au sein de la classe dirigeante à la croissance dangereuse de cette opposition. Cette analyse couvre la période allant de l'annonce officielle de Sanders au printemps 2015 à son soutien ignominieux à Hillary Clinton lors de la Convention nationale démocrate.[/blockquote]

La Révolution russe et le XXe siècle inachevé (en anglais)

[blockquote]Plus de cent ans après le déclenchement de la Première Guerre mondiale et de la Révolution russe, aucun des problèmes du XXe siècle - guerres dévastatrices, crises économiques, inégalités sociales et menace de dictature - n'a été résolu. En fait, ils se posent avec encore plus d'acuité aujourd'hui.[/blockquote]

L'école de Francfort, le postmodernisme et la politique de la pseudo-gauche: une critique marxiste (en anglais)

[blockquote]Les essais polémiques de ce volume examinent l'interaction complexe entre l'histoire, la philosophie et la politique. L'auteur défend le matérialisme historique contre les tendances philosophiques antimarxistes contemporaines liées à l'école de Francfort et au postmodernisme.[blockquote]

(Article paru en anglais le 14 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.