Allemagne: l'IYSSE à nouveau représentée au Parlement étudiant de l'Université Humboldt de Berlin

Par Nos correspondants
6 février 2020

Le groupe universitaire de l'International Youth and Students for Social Equality (IYSSE - Etudiants et jeunes internationalistes pour légalité sociale) de l'Université Humboldt de Berlin est de nouveau représenté au sein du Parlement des étudiants (StuPa). Selon les résultats préliminaires, il a obtenu 3,7 % (90 voix) lors des élections de cette année, les 29 et 30 janvier, et sera représenté au nouveau parlement avec deux de ses trois candidats (Sven Wurm et Helmut Wolff).

L' IYSSE est l'organisation de jeunes et d'étudiants du Sozialistische Gleichheitspartei (SGP - Parti de l'égalité socialiste) et du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI).

L' IYSSE n'a qu'un siège de moins que les organisations de jeunesse du Parti de gauche (SDS, Die Linke HU Berlin) et du Parti libéral démocrate (FDP), qui, comme tous les partis du Bundestag (parlement fédéral), disposent de ressources considérablement plus importantes et ont pu présenter davantage de candidats. Le groupe étudiant des Verts (Grünboldt) a obtenu 204 voix (5 sièges), le RCDS chrétien-démocrate, 216 voix (5 sièges) et les Jusos, du Parti social-démocrate, 300 voix (7 sièges). La liste des étudiants indépendants (Lust) a obtenu 8 sièges, avec 305 voix (12,43 %); et la Liste de gauche (LiLi), 7 sièges, avec 278 voix (11,33 %).

Le porte-parole de l'IYSSE, Sven Wurm, qui a reçu le cinquième plus grand nombre de votes (58) sur un total de plus de 150 candidats, a déclaré que l'entrée renouvelée de l' IYSSE dans le StuPa était un succès. « Nous sommes maintenant représentés au parlement étudiant de façon continue depuis 2015 et nous nous sommes établis sur le campus comme la force qui lutte constamment contre le danger de guerre et de dictature et contre la transformation de notre université en un foyer d'idéologies de droite et militaristes. Il est internationalement connu que le professeur d'extrême droite Jörg Baberowski de l'université Humboldt minimise Hitler et le national-socialisme (nazisme) et est défendu par la direction de l'université.

« L'opposition au fascisme et à la guerre est énorme », a-t-il ajouté. « Nous avons discuté avec les étudiants du fait que la question de la perspective politique était cruciale. Seul un mouvement socialiste international de la classe ouvrière contre le capitalisme peut arrêter la montée des forces d'extrême droite et une nouvelle rechute dans la barbarie. Le fait que nous ayons reçu un grand soutien pour cette perspective est d'autant plus significatif que les forces de droite sur les campus ont systématiquement saboté notre campagne, arraché nos affiches électorales et attaqué nos candidats. Baberowski et ses défenseurs ont manifestement très peur et sont préoccupés par l'opposition croissante ».

IYSSE anti-war meeting at the beginning of the election campaign at Humboldt University

Pendant la campagne électorale, l'IYSSE a organisé trois meetings réussis, auxquels ont participé environ 200 étudiants et travailleurs. Le premier a eu lieu le 14 janvier avec Johannes Stern, rédacteur en chef du WSWS en Allemagne, sous le titre « Pas de guerre contre l'Iran! Pour un mouvement international contre le capitalisme et la guerre! Lors de la deuxième réunion, le 21 janvier, Christoph Vandreier, secrétaire adjoint du SGP et auteur du livre « Pourquoi sont-ils de retour? Falsification historique, conspiration politique et retour du fascisme en Allemagne », a abordé la question de la préparation idéologique de la guerre et du fascisme 75 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale.

L'événement de clôture de la campagne, (voir : Joseph Kishore, candidat du SEP à la présidence des États-Unis, intervient à une réunion électorale de l'IYSSE à l'université Humboldt de Berlin )

a été un moment fort. Alex Lantier, secrétaire national du Parti de l'égalité socialiste (PES), la section française du CIQI et Joseph Kishore, secrétaire national du Parti de l'égalité socialiste (SEP – Socialist Equality Party) aux États-Unis, sont intervenus en direct par vidéo.

Kishore, qui avait peu avant été désigné par le SEP comme son candidat à la présidence aux États-Unis, a résumé l'importance de la campagne électorale de l'IYSSE à l'université Humboldt. La question décisive, a-t-il dit, était la mise en place d'une direction politique indépendante. Les travailleurs et les jeunes ne doivent pas se laisser « prendre en otage derrière une faction ou une autre de l'élite dirigeante ». On ne pouvait trouver aucune tendance progressiste parmi les partis capitalistes, a-t-il dit.

La conclusion nécessaire, a-t-il insisté, n'était pas « de rafistoler le système, de faire des réformes futiles dans le cadre de la politique capitaliste. Nous vivons à une époque révolutionnaire, et la classe ouvrière a besoin d'une politique révolutionnaire. Il faut construire un mouvement politique qui soit profondément enraciné dans l'expérience historique et qui ait tiré les leçons critiques de cette expérience qui doivent guider la politique du présent. Nous n'avons pas besoin d'une politique des vœux pieux et des manœuvres pragmatiques, mais d'une politique fondée sur une perspective scientifique, sur l'analyse de classe, sur le marxisme ».

Dans une déclaration sur sa page Facebook officielle, le groupe de l' IYSSE de l'Université Humboldt remercie tous ses électeurs et ses partisans. « Nous utiliserons toutes les occasions qui se présentent au parlement étudiant, sur le campus et au-delà, pour lutter pour une perspective socialiste. Il n'y a pas de place pour l'extrémisme de droite, le militarisme et la falsification de l'histoire dans notre université », déclare-t-il.

Tout jeune qui n'est pas encore membre de l'IYSSE et qui souhaite devenir actif devrait s'inscrire ici et se joindre à la lutte pour un avenir socialiste.

(Article paru en anglais le 5 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.