Exercice Defender 2020 de l'OTAN: L'Allemagne sert de base militaire pour le renforcement contre la Russie

Par Martin Nowak !
5 février 2020

«Defender 2020», le plus grand exercice de l'OTAN en Europe depuis 25 ans, a débuté ces dernières semaines. Pour la première fois de son histoire, l'alliance s'exerce au déploiement d'une division entière, qui comprend 20.000 soldats et tout leur équipement, des États-Unis vers l'Europe de l'Est. Le déploiement devrait s'achever en mars, le voyage de retour devant commencer en juin.

Le site web de l'armée allemande a présenté l'exercice dans une vidéo. Une rapide série d'images accompagnées de musique héroïque sert de toile de fond à un certain nombre de faits concernant l'opération: 37.000 soldats et 20.000 pièces de fret doivent être transportés en tout sécurité le long d'un itinéraire de 4000 kilomètres à travers l'Europe. Ils doivent être «ravitaillés, approvisionnés, logés et avoir accès aux technologies de l'information».

En tant que «nation hôte», l'Allemagne est responsable du soutien logistique. Environ 4000 soldats de l'armée allemande sont déployés à cette fin. Le centre de commandement logistique de l'exercice est le «Commandement de soutien et d'habilitation conjoint» de l'OTAN, établi à Ulm en 2018, qui est dirigé par la Base des forces armées allemandes, la branche organisationnelle de l'armée allemande (Bundeswehr). Le lieutenant général Martin Schelleis, inspecteur général de la Base des forces armées, a déclaré qu'ils attendaient avec impatience l'exercice car il leur permettra de mettre leurs compétences à l'épreuve.

La doctrine politique de l'armée allemande pour 2018 a souligné l'importance de l'Allemagne pour le renforcement militaire de l'OTAN contre la Russie. «En raison de sa situation géographique, l'Allemagne est une plaque tournante stratégique au cœur de l'Europe», indique le document. «La capacité d'action de l'alliance de l'OTAN et de l'UE» repose sur le fait que «l'Allemagne remplisse ses tâches en tant que pays hôte, en tant que pays de transit pour l'envoi de forces aux frontières du territoire de l'alliance et de la zone opérationnelle intérieure.»

As early as 2015, the German army concluded in a strategic assessment that Germany is a bottleneck for such manoeuvres. In a piece entitled “Herculean logistical task,” the Tageschau listed the areas requiring work: Are there sufficient train engines, freight carriages, and rest stations? Which routes can be used for transporters carrying loads of several hundred tons? Will the necessary authorisations be issued in time?

Dès 2015, l'armée allemande a conclu dans une évaluation stratégique que l'Allemagne est un goulot d'étranglement pour de telles manœuvres. Dans un article intitulé «Tâche logistique herculéenne», la Tageschau a dressé la liste des zones nécessitant des travaux: Y a-t-il suffisamment de locomotives, de wagons de marchandises et de stations de repos? Quels itinéraires peuvent être utilisés pour les transporteurs transportant des charges de plusieurs centaines de tonnes? Les autorisations nécessaires seront-elles délivrées à temps?»

Au début de l'année dernière, l'armée a conclu avec la Deutsche Bahn, l'opérateur ferroviaire allemand, un «accord-cadre sur le fret» pour le transport de matériel militaire, d'une valeur de quelque 100 millions d'euros.

Pourquoi des milliers de soldats sont-ils déployés à la frontière orientale de l'OTAN dans le cadre de «Defender 2020»? Officiellement, l'exercice n'est pas dirigé contre la Russie. Cependant, ce prétexte est démenti par les faits et les déclarations d'un certain nombre de hauts responsables de l'OTAN.

«Par l'annexion de la Crimée la Russie a montré qu'elle est prête à redessiner les frontières en Europe par la force militaire. Et cela a sonné l'alarme pour de nombreux membres de l'OTAN, en particulier nos voisins de l'Est», a déclaré le lieutenant général Schelleis lors d'une conférence de presse à Berlin organisée pour présenter l'exercice.

Le 21 janvier, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a désigné la Russie comme l'un des trois défis, avec la Chine et le terrorisme, que les membres de l'OTAN doivent relever. Interrogé sur la montée des conflits entre les États-Unis et l'Europe, il a souligné que les troupes américaines étaient moins nombreuses à être déployées en Europe depuis quelques années et a loué les efforts de réarmement des alliés des États-Unis. L'Europe et le Canada ont investi 130 milliards d'euros supplémentaires dans la défense au cours des quatre dernières années, a-t-il déclaré.

Un coup d'œil sur les exercices militaires de l'OTAN de ces dernières années montre pourquoi l'infrastructure logistique pour le transport militaire à travers l'Europe a atteint le point de rupture.

Depuis 2011, l'exercice annuel de l'OTAN «Sabre Strike» a lieu en Pologne et dans les pays baltes.

En outre, le grand exercice "Anaconda" a lieu en Pologne tous les deux ans et implique des dizaines de milliers de soldats de tous les États membres de l'OTAN. L'Armée polonaise pour la défense du territoire (VOT), fondée en 2016 et composée en grande majorité de forces paramilitaires d'extrême droite, y participe également. En 2018, des attaques contre l'enclave russe de Kaliningrad et la capitale biélorusse Minsk ont été explicitement simulées.

L'Ukraine, qui est engagée dans un conflit ouvert avec la Russie et n'est pas membre de l'OTAN, participe également régulièrement à des exercices de l'OTAN. La «brigade lituano-polono-ukrainienne», créée en 2015, a participé à plusieurs reprises à «Anaconda». Entre-temps, l'OTAN a effectué ses propres manœuvres militaires en Ukraine dans le cadre de «Trident rapide» depuis 2006.

Depuis la crise ukrainienne de 2014, qui a débuté par un coup d'État fasciste parrainé par les États-Unis et l'Allemagne, l'ampleur et la régularité des exercices de l'OTAN en Europe de l'Est ont augmenté de façon spectaculaire. Sous le slogan opérationnel «Atlantic Resolve», l'administration Obama a initié une expansion majeure de la présence militaire américaine. Les dépenses pour cette «initiative européenne de dissuasion» ont été multipliées par huit au cours des quatre dernières années, pour atteindre 6,5 milliards de dollars.

Dans le cadre de la «Présence avancée renforcée de l'OTAN», quatre bataillons prêts au combat de

1000 soldats chacun sont stationnés en Pologne, Estonie, Lettonie et Lituanie depuis 2017. Le «groupe de combat de l'OTAN» en Lituanie est dirigé par l'Allemagne, tandis que les trois autres sont dirigés par les forces américaines, britanniques et canadiennes. La «Présence avancée renforcée de l'OTAN» est soutenue par la «Présence avancée adaptée», un bataillon multinational sous commandement roumain. Le remplacement des unités du bataillon se fait selon un principe de rotation effectué dans le cadre de l'opération «Dragon Ride».

En outre, la création de la «Force opérationnelle conjointe à très haut niveau de préparation» a commencé en 2015. Cette brigade multinationale de 5000 soldats, qui est également commandée par l'Allemagne, est censée opérer en état d'alerte élevé permanent et peut être déployée sur une position de première ligne dans les 48 heures.

Le plus grand exercice de l'OTAN antérieur depuis la dissolution de l'Union soviétique a eu lieu en Norvège en 2018 et était intitulé «Trident Juncture». Cinquante mille soldats de 31 pays, dont

10.000 d'Allemagne, y ont participé. Ils se sont entraînés aux opérations en mer, sur terre et dans les airs. «Defender 2020» continue sur la même voie. Outre les membres de l'OTAN, la Finlande et la Géorgie y participent également.

La Géorgie, comme l'Ukraine, est une ancienne république soviétique qui est armée jusqu'aux dents par l'OTAN pour servir d'État de première ligne contre la Russie. En 2008, ce petit pays du Caucase était engagé dans une guerre ouverte avec la Russie, et depuis, il a un conflit frontalier non résolu avec son voisin. Néanmoins, l'OTAN a continué d'étendre sa coopération militaire avec la Géorgie, quelle que soit la faction de la kleptocratie de droite qui détient le pouvoir à Tbilissi.

Soixante-quinze ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne se trouve au centre d'un énorme dispositif militaire de l'OTAN contre la Russie. Le transport des troupes, des chars et des véhicules vers l'Estonie, qui se trouve à moins de 200 kilomètres de Saint-Pétersbourg, ainsi que vers la Bulgarie et la Géorgie, se fait par les aéroports et les ports allemands, et par les chemins de fer et les routes allemandes.

Les commandants militaires et les hommes politiques savent bien que les images de colonnes de chars et de transporteurs de troupes traversant des pays qui ont été au cœur des deux guerres mondiales suscitent l'incertitude, la peur, le dégoût, la colère et la rage. C'est pourquoi les mouvements de troupes s'effectuent en grande partie en petits convois et de nuit. En même temps, les démagogues d'extrême droite et les falsificateurs d'histoire sont encouragés politiquement dans le cadre des préparatifs de guerre.

En dépit des crimes commis par les troupes allemandes au cours des deux guerres mondiales, l'élite dirigeante de l'Allemagne est déterminée à étendre son «rôle de meneur» et sa capacité militaire.

La doctrine politique actuelle de l'armée allemande déclare que l'armée «doit disposer des forces et des moyens nécessaires pour se déployer après une brève mobilisation jusqu'aux frontières ou au-delà du territoire de l'alliance. La défense collective à l'intérieur du territoire de l'alliance peut aller d'une opération de petite envergure à un déploiement extrêmement exigeant dans le cadre d'une opération de très grande envergure à l'intérieur et à la périphérie du territoire de l'alliance.» Les forces armées allemandes doivent «être efficaces dans un conflit hybride qui se développe et s'intensifie dans toute la gamme de ses effets, dans toutes ses dimensions, dans une force armée interarmées et multinationale, et dans tous les types d'opérations.»

On s'attend donc à des pertes élevées. «Au début d'une opération de très grande envergure et de haute intensité, il est nécessaire de déployer massivement des forces et des équipements facilement disponibles. Des dispositions seront prises pour régénérer le personnel (c'est-à-dire remplacer les soldats morts et blessés) et le matériel», indique la doctrine.

C'est ce que l'armée allemande doit maintenant - selon les mots du général Schelleis - «prouver avec joie».

(Article paru en anglais le 4 février 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.