L’establishment du Parti démocrate mène une guerre contre Sanders

Par Patrick Martin
23 janvier 2020

De hauts responsables démocrates et des médias alignés sur les démocrates sont engagés dans une offensive coordonnée contre la campagne du sénateur du Vermont Bernie Sanders.

Dans une interview extraordinaire publiée mardi, la candidate démocrate à la présidentielle de 2016, Hillary Clinton, a dénoncé Sanders et a refusé de s'engager à soutenir Sanders s'il remporte la nomination présidentielle démocrate cette année.

Clinton était interviewé au sujet d'un prochain documentaire qui devrait être présenté en première au Festival de Sundance et diffusé à Hulu à partir du 6 mars. «Il était au Congrès pendant des années. Il n’avait qu’un sénateur pour le soutenir», explique Clinton. «Personne ne l'aime, personne ne veut travailler avec lui, il n'a rien fait. C'était un politicien de carrière. Ce n'est que du baratin et je me sens tellement mal que les gens aient été entrainés là-dedans.»

Hillary Clinton et Bernie Sanders débattent lors des élections de 2016 à Flint, Michigan [Source: AP Photo / Carlos Osorio]

Lorsqu'on lui a demandé si cette caractérisation était toujours valable, Clinton a répondu au Hollywood Reporter que c'était le cas. Lorsqu'on lui a demandé si elle soutiendrait Sanders s'il remportait la nomination démocrate cette année, Clinton a refusé de le dire, ajoutant: «Je ne vais pas encore me prononcer. Nous sommes encore dans une période de primaires très vigoureuse.»

Elle a ensuite dénoncé Sanders et ses principaux conseillers – dont sa femme Jane, l'ancienne sénatrice de l'État de l'Ohio Nina Turner et d'autres femmes – comme étant incorrigibles dans leur sexisme. «C'est son équipe de direction. Ce sont ses partisans éminents. Ce sont ses Bernie Bros en ligne et leurs attaques incessantes contre de nombreux concurrents, en particulier les femmes», a-t-elle déclaré, ajoutant que Sanders «semble vraiment appuyer cela».

Avec cette vile calomnie, Clinton rappelle au public pourquoi elle était tellement détestée en 2016. En tant qu'incarnation de l'establishment corrompu du Parti démocrate, elle a réussi à perdre l'élection présidentielle au profit de Donald Trump.

Son refus de dire qu'elle soutiendrait Sanders est remarquable. Dans les faits, Clinton suggère qu'elle pourrait se ranger du côté de Trump contre le candidat de son propre parti.

La déclaration de Clinton est l'aboutissement d'une semaine de provocations politiques et d'attaques personnelles. L'offensive a été déclenchée par la sale opération politique lancée avec l'aide de CNN par la sénatrice Elizabeth Warren, qui a affirmé que lors d'une réunion privée en 2018 – à laquelle seuls les deux sénateurs ont assisté, sans conseillers – Sanders lui a dit qu'une femme ne pouvait pas gagner la présidence en 2020.

Sanders a nié à plusieurs reprises cette affirmation et a souligné son absurdité, étant donné qu'Hillary Clinton a en fait remporté le vote populaire en 2016. Avant cette campagne, il avait rencontré Warren et lui a proposé de la soutenir dans une opposition à Clinton pour la nomination démocrate. Sanders ne s'est avancé dans la course que lorsque Warren lui a dit qu'elle ne le ferait pas.

Le chroniqueur du New York Times Paul Krugman, porte-parole de longue date des médias favorables à l'establishment démocrate, a fourni sa propre contribution mardi en dénonçant la campagne de Sanders pour avoir prétendument menti sur le soutien de l'ancien vice-président Biden aux coupes dans la sécurité sociale.

Krugman prend un incident mineur de campagne – un assistant de Sanders a posté un extrait vidéo hors contexte de Biden – comme s'il s'agissait d'un crime politique, le décrivant comme «mauvais… presque Trumpien». Il ajoute: «La dernière chose dont nous avons besoin est un autre président qui diabolise et ment à propos de quiconque n'est pas d'accord avec lui et ne peut jamais admettre qu'il se trompe.» En fait, Biden a déjà parlé de couper les augmentations de la sécurité sociale liées au coût de la vie.

Ces dénonciations coïncident avec la décision très médiatisée d’appuyer la candidature des sénatrices Warren et Amy Klobuchar par le comité de rédaction du New York Times, dans un communiqué publié dans son édition imprimée du lundi.

Même si l'éditorial n'était pas titré, «N'importe qui sauf Sanders», c'est l'essentiel que l’on retient. L'effort du Times pour stimuler Warren contre Sanders est jugé particulièrement urgent par l’establishment du parti, compte tenu de l'augmentation de son appui dans les sondages de l'Iowa et du New Hampshire, les deux premiers États où le vote aura lieu début février. Avec plus d'enthousiasme, le journal promeut également Klobuchar, plutôt que l'ancien vice-président Joe Biden ou l'ancien maire de South Bend Pete Buttigieg, comme le candidat de ce que le Times appelle l'aile «réaliste» du champ présidentiel démocrate.

L'approbation conjointe de deux candidatures féminines, une pour chaque «voie» du concours de nomination («radicale» et «réaliste» dans la phraséologie de l'éditorial) sert la campagne implacable du Times pour injecter la «race» et, dans ce cas, le genre, dans la politique américaine, tout en minimisant les inégalités de classe et économiques. Ainsi l'éditorial se termine par: «Que la meilleure femme gagne.»

Que craignent Clinton, Krugman et les éditeurs du Times? Le Parti démocrate a deux soutiens principaux: le capital financier et la CIA. Ces deux bases de soutien sont opposées à une nomination de Sanders. Ils ne veulent pas organiser une élection faisant appel à l'opposition à l'inégalité sociale ou à la guerre. Sanders est revenu sur ce dernier thème à la suite de l'assassinat par Trump du général iranien Soleimani.

Le ton agressif de la déclaration de Clinton est révélateur. Si Sanders devait devenir le chef de file de la nomination, l'establishment du parti et les médias chercheraient à faire échouer sa campagne. Si Sanders remportait l'investiture, ils essaieraient de le vaincre, en soutenant ouvertement Trump ou en se rangeant derrière un candidat tiers «indépendant» tel que le milliardaire Michael Bloomberg, qui a déjà participé au concours démocrate dans le but de bloquer Sanders. Si, malgré de tels efforts, Sanders devait remporter les élections générales, ils chercheraient à saboter son administration et à bloquer toute tentative de passer une législation soutenue par Sanders par le biais du Congrès.

Cela montre en quoi le rôle de Sanders lui-même est en faillite et essentiellement réactionnaire.

En 2016, lorsque la campagne du soi-disant «socialiste» a attiré le soutien de millions de personnes, stupéfiant l'establishment politique et le sénateur lui-même, Sanders a consciencieusement mis fin à son offre pour la nomination malgré la tricherie effrontée du Comité national démocrate, qui a été mise en lumière à travers des documents publiés par WikiLeaks et Julian Assange. Le sénateur, qui a obtenu un large soutien en dénonçant l'influence de la «classe milliardaire», a effectué un revirement spectaculaire et a appuyé et fait campagne pour le candidat choisi par Wall Street, Hillary Clinton.

Cette année, alors que Clinton ne s'engagera pas à soutenir Sanders, Sanders s'est déjà engagé à soutenir le candidat qui remporte la nomination démocrate. C'est dans des conditions où des millions de travailleurs et de jeunes ont déjà démontré par des grèves et des manifestations dans la rue qu'ils sont prêts à aller bien au-delà des limites politiques prescrites par les démocrates, le deuxième parti capitaliste le plus ancien du monde.

Sanders décrit le Parti démocrate, un défenseur impitoyable de Wall Street et de l'impérialisme américain, comme un véhicule politique potentiel de «révolution» contre l'élite des entreprises. Dans cet exercice de tromperie de masse, il a le concours d'un éventail d’organisations de pseudo-gauche, allant de la représentante Alexandria Ocasio-Cortez et des Democratic Socialists of America au magazine Jacobin et Socialist Alternative. Ils cherchent tous à s'assurer que la colère sociale grandissante en Amérique n'échappe pas à l’emprise du Parti démocrate.

Sanders n'est pas le porte-parole de la radicalisation politique des travailleurs et des jeunes et de l'opposition croissante au capitalisme. Au contraire, son rôle a toujours été de contenir cette opposition dans le cadre de la politique capitaliste. Sa «révolution politique» se résume à un effort pour convaincre ses partisans de soutenir le Parti démocrate.

Pour ces services, Sanders est attaqué, ce qui ne fait que démontrer la futilité de ce qu'il prétend être possible.

Pour défendre les emplois, le niveau de vie et les droits démocratiques et s'opposer à la menace croissante de la guerre impérialiste, les travailleurs et les jeunes doivent sortir de la camisole de force du Parti démocrate. Pas un seul pas en avant ne peut être fait dans la lutte contre le capitalisme et l'impérialisme sans établir l'indépendance politique de la classe ouvrière à l’égard de tous les partis contrôlés par les entreprises. C'est la perspective que défendra le Parti de l'égalité socialiste en 2020.

L’auteur recommande également:

Obama mène une campagne contre la nomination de Sanders comme candidat démocrate à la présidentielle [4 décembre 2019]

Non au fascisme américain! Développer un mouvement de masse pour faire tomber Trump! [14 octobre 2019]

(Article paru en anglais le 22 janvier 2020)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.