Après le meurtre de Soleimani, le NPA part en guerre contre l’Iran

Par Alexandre Lantier
10 janvier 2020

La déclaration du Nouveau parti anticapitaliste (NPA) petit-bourgeois sur le meurtre par Washington du général iranien Qassem Soleimani masque à peine le soutien du NPA pour une guerre impérialiste contre l’Iran.

Le NPA avoue que ce meurtre de sang-froid, d’un personnage populaire et respecté vise à provoquer une guerre majeure. A travers l’Iran et l’Irak, des millions de personnes ont défilé à ses funérailles ou pour manifester contre cet assassinat terroriste revendiqué par Trump. «Une chose est certaine», déclare le NPA. «L’Iran répondra, directement ou via l’un des groupes armés qui lui sont liés, tant l’affront causé par la mort de Soleimani ne peut, aux yeux du régime et de la population, demeurer sans réaction.»

Néanmoins, le NPA insiste qu’il ne faut pas défendre l’Iran contre des attaques militaires ou terroristes de Washington ou de ses alliés européens. Faisant le silence sur le danger d’une guerre générale, le NPA fait sa propre propagande de guerre, colportant le mensonge que l’Iran, un pays ex-colonial, serait en fait une puissance impérialiste, et Soleimani un meurtrier de masse.

Il écrit, «L'anti-impérialisme ne peut s’abstraire des contradictions de la situation internationale et régionale et céder au raccourci d’une vision en noir et blanc des dynamiques sociales et politiques. L’agression perpétrée par les États-Unis ne peut en ce sens valoir absolution de l’Iran et de sa politique expansionniste et réactionnaire, à l’intérieur comme à l’extérieur de ses frontières, ni de sa politique d’alliance avec la Russie impérialiste de Poutine.»

Si le NPA redéfinit soudain l’Iran et le régime capitaliste post-soviétique en Russie en régimes «impérialistes», c’est à cause de la politique pro-guerre de ce parti de la petite bourgeoisie aisée. Le NPA peine à cacher sa colère face à l’éruption de l’opposition des travailleurs iraniens au meurtre de Soleimani, qui a dirigée des unités iraniennes contre la guerre menée par la CIA en Syrie, une guerre que le NPA a ardemment défendue.

Le NPA insiste qu’il faut éviter que Soleimani soit «érigé en martyr», avant d’ajouter que Soleimani est, «entre autres faits d’armes peu glorieux, celui qui a dirigé l’intervention iranienne en Syrie, destinée à détruire, au côté des forces russes, le soulèvement anti-Assad, avec pour résultat des centaines de milliers de mortEs et des millions de réfugiéEs et déplacéEs.»

Le NPA dit sans vergogne que «la nuance dans l’analyse ne signifie aucunement un affaiblissement de l’opposition absolue aux politiques impérialistes des États-Unis et de leurs alliés, bien au contraire.»

En fait, cette «analyse» n’est qu’un fatras de mensonges pour cacher le fait que le NPA est à 100 pour cent dans le camp de la CIA et des fractions alliées de l’élite dirigeante impérialiste en France.

La responsabilité pour les millions de morts et les dizaines de millions de réfugiés lors de 30 ans de guerre d’Irak et d’Afghanistan jusqu’en Syrie et en Libye incombe non à l’Iran, mais à ceux qui ont lancé ces guerres: Washington et ses alliés européens. Ils ont exploité la dissolution stalinienne de l’URSS en 1991, qui éliminait le principal contrepoids militaire et politique à l’impérialisme, pour piller cette région pétrolière stratégique. La colère des travailleurs face au meurtre de Soleimani reflète l’opposition des travailleurs à l’international à ces guerres réactionnaires.

Le soutien du NPA pour les opérations militaires américaines contre l’Iran provient, par contre, de l’évolution droitière des couches petite-bourgeoises postsoixantehuitardes dont est issu le NPA. Elles ont rejoint les appareils syndicaux et diverses fractions universitaires, qui sont achetées par des subventions patronales ou étatiques et des liens étroits avec l’armée et le renseignement. Quand Washington a lancé les guerres de Libye et de Syrie en 2011, notamment, ils ont déclaré leur soutien pour les guerres impérialistes.

Quand l’OTAN commençait à bombarder la Libye, Bertil Videt de l’Alliance rouge-verte danoise (liée au NPA) a dénoncé «les slogans tout-faits sur une opposition de principe aux agressions impérialistes». Il a avoué que «la France, le Royaume-Uni, et les USA n’agissent par soudain par bonté, mais par intérêt dans cette région riche en pétrole» et douté s’ils était «vraiment émus par la situation humanitaire en Libye». Toutefois, a-t-il conclu, «aucun de ces points suffit, en soi, pour s’opposer à la zone d’exclusion aérienne en Libye.»

Les bombardiers de l’OTAN et leurs milices islamistes alliées ont conquis en six mois la Libye, qui s’est enfoncée dans une guerre civile qui dure encore. Les promesses frauduleuses d’une révolution démocratiques du NPA ont fait place à la réalité d’un règne de terreur de diverses milices, alors que l’UE construisait des camps de concentration où les réfugiés sont violés, tués ou vendus en tant qu’esclaves. Mais le NPA vendait déjà la prochaine guerre de la CIA, en Syrie.

L’ex-candidat présidentiel du NPA, Olivier Besancenot, qui avait bruyamment exigé l’armement des milices libyennes, s’est fait le chantre de l’armement des milices pro-CIA en Syrie, au mépris de leurs liens avérés avec Al Qaïda. Washington, les monarchies du Golfe et les puissances de l’UE ont dépensé des milliards pour armer leurs milices mandataires. Besancenot a intensifié ses appels quand Téhéran, craignant que la dévastation de la Syrie pourrait faire chuter Assad, est intervenu militairement contre les forces liées à la CIA.

Besancenot exigeait en 2014 que Paris «donne gracieusement des armes aux révolutionnaires syriens.» Se moquant du caractère islamistes des milices qui recevaient ces armes, et qui allaient en 2015 organiser des attentats en France, il a dit: «Ceux qui disent 'il ne faut surtout pas donner d'armes parce que cela va finir chez les djihadistes', c'est déjà le cas. … C'est ma constance en tant qu'internationaliste de faire confiance aux peuples pour décider de leur propre destin.»

Mais les mandataires de la CIA et du NPA ont été battus, surtout parce qu’ils n’avaient aucune base populaire malgré les tentatives cyniques du NPA de les faire passer pour des «révolutionnaires». L’Iran et la Russie ont pu contrecarrer le soutien américain et turque pour les «rebelles», qui ont perdu le contrôle de toutes les régions en Syrie hormis quelques unes proches de la frontière turque.

La haine vénimeuse du NPA pour Soleimani reflète l’amère frustration de ses membres petit bourgeois pistonnés qui sont furieux de la défaite impérialiste en Syrie. Cette frustration est liée à leurs intérêts matériels de classe hostiles à ceux des travailleurs. Ils sont furibonds que leurs syndicats et universités recevront moins de subventions et de pots-de-vin de tous types de l’État et des sociétés pétrolières que ce qu’ils auraient reçu si Washington et ses alliés avaient pu conquérir la Syrie et le reste du Moyen Orient.

Les tentatives du NPA de faire passer sa déclaration actuelle pour une critique «anti-impérialiste» de la politique iranienne de Trump sont mensongères. Le NPA critique cyniquement l’appel téléphonique et les déclarations de soutien de Macron à Trump, en le traitant de «position de laquais de l’impérialisme US, avec, aux lendemains d’une agression caractérisée, une stigmatisation de l’État agressé et un soutien à l’État agresseur.»

Mais si c’est le NPA qui dénonce l’Iran et minimise les dangers d’un embrasement régional lancé par les USA au Moyen Orient, c’est parce que le NPA lui-même est un laquais de l’impérialisme.

Une radicalisation internationale des travailleurs avec une résurgence de la lutte des classes est en marche. Peu avant le meurtre de Soleimani, des manifestations de masse contre le régime néo-colonial établi par l’occupation américaine de l’Irak en 2003-2011 faisaient éruption dans ce pays, alors que des grèves contre l’austérité ébranlent Macron en France. Le NPA a réagi de manière totalement réactionnaire. Alors que tout dépend d’unifier les travailleurs à l’international contre l’impérialisme et le danger de guerre, il tente de les diviser avec de la propagande de guerre.

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.