La Commission judiciaire de la Chambre des représentants a voté pour approuver les articles de destitution contre Trump

Par Barry Grey
16 décembre 2019

La commission judiciaire de la Chambre a voté vendredi matin pour approuver deux articles de destitution contre le président Donald Trump jeudi. Il se rapproche ainsi de devenir le quatrième président américain à être mis en accusation par la Chambre des représentants.

Les articles de l'acte d'accusation, accusant Trump d’abus de pouvoir et d’obstruction au Congrès, devraient faire l’objet d’un vote à la Chambre la semaine prochaine. Alors que des articles de presse inquiets paraissent au sujet de défections Démocrates probables, on s’attend à ce que les Démocrates aient suffisamment de voix pour résister à un solide «non» des Républicains de la Chambre.

La question sera ensuite soumise au Sénat sous contrôle républicain, qui devrait organiser un procès sur les accusations de la procédure de destitution le mois prochain. Une défection majeure de la part des républicains du Sénat est nécessaire pour obtenir les deux tiers des voix requises pour condamner et destituer Trump.

Le vote de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants a fait suite à deux jours de débats acrimonieux à la commission. Les principaux réseaux d’information par câble ont retransmis les débats à la télévision. Le vote a donné 23 voix pour et 17 contre. Cela a reflété strictement leur appartenance aux partis. Tous les républicains de la commission ont voté contre, et tous les démocrates l’ont soutenu.

Jerrold Nadler, président de la Commission judiciaire de la Chambre des représentants (en haut au centre) pendant que Doug Collins (à droite) fait sa déclaration d’ouverture lors d’un balisage des articles de destitution du président Donald Trump au Capitole à Washington [Photo: AP Photo/J. Scott Applewhite].

Le débat a mis en évidence la base de droite de la campagne de destitution des démocrates. Mercredi, le président démocrate de la commission judiciaire, Jerrold Nadler, a donné le ton aux démocrates dans son discours d’ouverture du débat. Il a commencé par citer l’appel téléphonique du 25 juillet de Trump avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky. Au cours du discussion, Trump a laissé entendre que Zelensky devrait annoncer une enquête pour corruption contre Hunter Biden. Ce dernier est le fils de Joe Biden, adversaire potentiel de Trump lors des élections de 2020, en échange de l'autorisation d'une aide militaire.

Le plus jeune Biden a obtenu un poste lucratif au conseil d’administration d’une compagnie gazière ukrainienne une fois son père élu vice-président de l’Administration Obama et était en charge de l’Ukraine dans ce conseil d'administration.

«Le 25 juillet dernier, lorsqu’il s’est entretenu par téléphone avec le président ukrainien Zelensky», a dit Nadler, «le président Trump a eu le dessus, La Russie avait envahi l’Ukraine. Zelensky venait d’être élu. Il avait vraiment besoin de notre aide. Il en avait besoin sous la forme d’une aide militaire déjà appropriée par le Congrès en raison de nos intérêts en matière de sécurité nationale en Ukraine. Et il avait besoin d’aide avec une réunion de bureau ovale pour montrer au monde que les États-Unis sont avec lui contre l’agression russe.»

Il a poursuivi en affirmant que Trump devait être démis de ses fonctions avant les élections de l’année prochaine. Sinon, Trump, en collusion avec la Russie et/ou d’autres puissances étrangères, truquerait les élections, comme il l’aurait déjà fait avec l’aide du président russe Poutine en 2016.

«Pourquoi est-ce nécessaire maintenant? Pourquoi devons-nous destituer le président? Pourquoi ne pas laisser les prochaines élections s’en occuper?» Nadler a demandé.

«Nous ne pouvons pas compter sur une élection pour résoudre nos problèmes lorsque le président menace l’intégrité même de cette élection. Nous ne pouvons pas non plus rester les bras croisés pendant que le président sape notre sécurité nationale et qu’il laisse progresser ses intérêts personnels et ceux de notre adversaire, la Russie.

Cette ligne d’hystérie antirusse s’est fait reprendre par pratiquement tous les autres Démocrates dans le débat. En réalité, c’est une continuation et une escalade de la campagne anti-Russie des Démocrates qui avait produit l’enquête avortée du Conseiller spécial Robert Mueller.

Par exemple, Madeleine Dean, de Pennsylvanie, et Hakeem Jeffries, de New York, ont loué les faucons de droite anti-Russie qui ont témoigné publiquement lors des audiences de la commission du renseignement à la chambre des représentants qui ont précédé les audiences de la commission judiciaire. Dean a cité le témoignage «puissant et extraordinaire» de Fiona Hill, la meilleure collaboratrice de l’ancien conseiller à la sécurité nationale et tristement célèbre faucon de guerre John Bolton. Jeffries a nommé Hill, le lieutenant-colonel Alexander Vindman de l’armée et d’autres personnes qui ont témoigné contre la façon dont Trump avait traité l’Ukraine, en disant: «Ces témoins étaient des patriotes».

Ted Deutch de Floride a dit de Trump: «Il dégrade les diplomates et s’en prend aux forces de l’ordre, remet en question le patriotisme de ceux qui ont saigné sur le champ de bataille. Il s’interroge sur la position des États-Unis dans le monde et croit que la Russie l’emporte sur notre communauté du renseignement, sur nos alliés et sur l’Ukraine.»

Contrairement à la procédure de destitution engagée contre Richard Nixon en réponse à de graves violations des droits démocratiques liées à des efforts illégaux pour réprimer l’opposition à la guerre du Vietnam, les Démocrates mènent cette destitution au motif que Trump, en retenant temporairement 391 millions de dollars d’aide militaire au gouvernement de droite antirusse en Ukraine, avait compromis la sécurité nationale américaine — un mot code pour les intérêts impérialistes mondiaux de Washington.

Les forces motrices derrière la destitution sont la CIA et des sections du FBI et d'autres services de renseignement et de police, dont les démocrates défendent les intérêts, qui considèrent que Trump n'est pas suffisamment agressif dans la poursuite de la confrontation de Washington avec la Russie. Dans cette campagne diplomatique, économique et militaire, le régime ukrainien, installé dans un coup d'État soutenu par les États-Unis et dirigé par les fascistes en 2014, est considéré comme occupant une place critique.

Cette toute première mise en cause de la «sécurité nationale» marque une escalade majeure de l’intervention de l’appareil militaire/du renseignement dans la politique intérieure américaine. C’est l’expression de la décadence de la démocratie américaine et de la crise croissante du capitalisme américain, intensifiée par une recrudescence internationale de la lutte des classes.

Il s’agit d’un conflit amer entre deux factions réactionnaires de la classe dirigeante, dans lequel aucun contenu démocratique ou progressiste n’existe d’une part ou de l’autre. Le résultat, quel que soit le camp qui l’emportera, sera un nouveau virage vers la droite et une attaque accrue contre les droits démocratiques.

Les démocrates ne cherchent pas à éliminer le fasciste milliardaire de la Maison-Blanche pour avoir incarcéré des enfants immigrés dans des camps de concentration, coupé des bons d'alimentation et des médicaments tout en accordant des milliards de dollars en réductions d'impôts aux entreprises, ou pour avoir poursuivi des guerres meurtrières au Moyen-Orient, subverti des gouvernements en Amérique latine et menacé la destruction nucléaire en Iran et en Corée du Nord.

Au contraire, au milieu du spectacle de la destitution, les démocrates ont signé le pacte commercial anti-Chine de Trump avec le Mexique et le Canada. Ils ont voté à une large majorité en faveur de son budget de guerre record de 738 milliards de dollars. De surcroît, on a gommé une disposition antérieure qui interdisait à Trump de détourner des fonds du Pentagone pour construire son mur frontalier. Il sanctionne la militarisation de l’espace sous la forme d’une nouvelle branche militaire appelée «Force spatiale».

Les Démocrates faisaient pression pour que Trump soit démis de ses fonctions en invoquant le spectre des attaques étrangères contre la démocratie américaine et les élections de 2020. Toutefois, l’inspecteur général du ministère de la Justice, Michael Horowitz, a publié un rapport de 400 pages sur l’intervention massive, secrète et antidémocratique du FBI aux élections de 2016. Ceci indique clairement que la principale menace aux droits démocratiques ne provient pas de l’étranger, mais de l’État capitaliste.

L’enquête du FBI a débuté sur l’ingérence supposée de la Russie dans les élections présidentielles de 2016 et la collusion de la campagne Trump. Elle s’est transformée par la suite en une enquête de contre-espionnage sur le président Trump et l’enquête Muller. Dans son rapport, Horowitz a déclaré n’avoir trouvé aucune preuve de partialité politique du FBI. Cette conclusion a été présentée par les démocrates et la plupart des médias bourgeois comme une réfutation définitive des affirmations de la Maison-Blanche selon lesquelles Trump était la cible d’une conspiration «de l’État profond» contre lui.

Plus important encore, cependant, Horowitz a documenté la piètre base sur laquelle l’enquête de Trump a été lancée. En outre, il y avait de multiples omissions, distorsions et mensonges contenus dans une série de demandes présentées à la Cour de surveillance du renseignement étranger (FISC). Ceci avec le but d’obtenir des mandats pour mettre sur écoute Carter Page, ancien assistant de campagne Trump.

Page est resté sous surveillance électronique pendant près d'un an, surtout pendant que Trump était président en exercice. Parmi les 17 «inexactitudes» et «erreurs» dans les demandes de mandat de la FISC contre Page énumérées dans le rapport de l'inspecteur général figurait l'omission du fait que le prétendu «dossier Steele», qui a été cité comme base principale pour un mandat d'écoute électronique, avait été payé par le Comité national démocrate.

Un autre était le fait que le prétendu espion russe Page travaillait pour la CIA. Des réunions qu'il a tenues avec des responsables russes et qui ont été présentées comme potentiellement incriminantes ont eu lieu alors qu'il était un agent de la CIA.

Entre autres choses, le rapport d’Horowitz a montré la facilité avec laquelle le FBI peut ouvrir une enquête contre n’importe quel individu avec seulement la moindre «base factuelle énoncée».

Une audition de la Commission judiciaire du Sénat sur le rapport de l’inspecteur général, s’est tenue mercredi. Cette audition avait lieu parallèlement à l’ouverture du débat de la Commission judiciaire sur les articles de destitution. Le président républicain, Lindsey Graham, belliciste de droite, a présenté un aperçu détaillé et accablant des conclusions de Horowitz, concluant que l’enquête du FBI était un «complot criminel».

La démocrate de haut rang, Dianne Feinstein, a pratiquement ignoré ces questions et a répété que le rapport de l’inspecteur général démystifiait les attaques Républicaines contre le traitement de l’affaire par le FBI. «L’état profond n’existe pas», a-t-elle déclaré. Ce camouflage Démocrate des opérations de police du FBI et de la CIA permet à Trump et à ses alliés d’extrême droite et fascistes de se poser en défenseurs des droits démocratiques.

Même le New York Times, qui a été le fer de lance de la campagne anti-Russie et de la campagne de destitution contre Trump, s'est senti obligé de publier un article en première page critiquant les violations des droits démocratiques par le FBI dans son enquête sur Trump.

Le Times a écrit: «L’inspecteur général du ministère de la justice, indépendant, Michael E. Horowitz, et son équipe ont découvert un processus incroyablement dysfonctionnel et truffé d’erreurs. Il s’agit de la façon dont le FBI a obtenu et renouvelé l’autorisation du tribunal, en vertu de la Foreign Intelligence Surveillance Act, ou FISA [loi sur l'espionnage étranger], de mettre Carter Page, un ancien conseiller en campagne Trump.»

L’article a poursuivi en citant Hina Shamsi de l’«American Civil Liberties Union». Elle a dit: «La litanie de problèmes avec les applications de surveillance de Carter Page démontre comment le secret qui entoure le processus d’approbation unilatéral de la FISA par le gouvernement engendre des abus.»

L’article a noté qu’en 2018, selon les documents officiels, sur les 1080 demandes de mandat présentées par le gouvernement, le tribunal de la FISA n’en a entièrement rejeté qu’une seule.

Cela n’a pas empêché le Times — qui n’a rien dit sur les implications de l’abus du FBI pour la légitimité de la campagne de destitution des démocrates — de publier le même jour un éditorial («Le président ukrainien se tient seul contre la Russie»). Là-dedans, il a cité l’entretien personnel de Zelensky lundi avec Poutine et a dénoncé Trump pour avoir abandonné Kiev et aidé Moscou.

Le Times a condamné mardi la rencontre de Trump avec le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov.

(Article paru d’abord en anglais le 13 décembre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.