Les néo-démocrates canadiens et le coup d'État en Bolivie: Réponse à un lecteur

Par Roger Jordan
30 novembre 2019

Dans un article publié le 15 novembre, le WSWS a révélé le rôle joué par le gouvernement canadien dans la complicité du coup d'État parrainé par les États-Unis en Bolivie. Des éléments de droite au sein de l'armée ont forcé l'éviction du président du pays, Evo Morales, et, après sa fuite au Mexique, ont déclenché une vague de terreur contre ses partisans et les travailleurs boliviens.

Washington et Ottawa ont donné le feu vert au coup d'État par une série d'actions provocatrices. Il s'agissait notamment de répudier l'élection présidentielle du 20 octobre – avant même que l'enquête sur le vote menée par l'Organisation des États américains (OEA), sous contrôle de l’impérialisme nord-américain, ne soit terminée –, de ne plus reconnaître la légitimité du gouvernement Morales et de déclarer que de nouvelles élections devaient avoir lieu.

Notre analyse a fait ressortir le rôle crucial que le Nouveau Parti démocratique (NPD) social-démocrate a joué en fournissant au gouvernement libéral de Trudeau une couverture «progressiste» lorsqu'il est intervenu aux côtés des États-Unis dans un autre pays d'Amérique latine pour orchestrer un changement de régime. Nous écrivions: «Ce bilan réactionnaire tourne en dérision les affirmations de Trudeau et de (la ministre des Affaires étrangères Chrystia) Freeland qui prétendent défendre la «démocratie» et les «élections» en Bolivie. Dans la mesure où cette campagne de propagande grotesque conserve toute sa crédibilité, c'est grâce aux efforts du Nouveau Parti démocratique et des syndicats, qui ne se lassent jamais de proclamer que les libéraux de Trudeau sont une alternative «progressiste» aux conservateurs de droite. Le chef du NPD, Jagmeet Singh, qui a rencontré Trudeau hier pour discuter des conditions du NPD pour soutenir un gouvernement libéral minoritaire, n'a pas dit un mot sur l'appui d'Ottawa au coup d'État en Bolivie. C'est un cas où le silence dénote le consentement.»

C'était apparemment trop pour un lecteur des WSWS. Saisissant le fait qu'un tweet tardif sur la Bolivie publié par le chef du NPD Jagmeet Singh au moment où le WSWS allait mettre sous presse n'était pas mentionné dans l'article, «noahbody» a écrit: «Le NPD a publié hier soir une déclaration condamnant le coup d'État bolivien et disant que le gouvernement canadien ne devrait pas le soutenir. S'il vous plaît, modifiez votre histoire pour refléter cela, sinon les progressistes et les gens de gauche canadiens vont se demander si quelque chose d'autre dans l'article est faux et si ce site n’est que des fausses nouvelles. Et montrer cet article aux libéraux qui sont indécis se retournerait contre nous. C'est déjà assez difficile d'expliquer la politique étrangère canadienne à ces gens.»

Laissant de côté pour le moment la description d'un tweet personnel publié par Singh cinq jours après l'événement comme une «déclaration du NPD ... condamnant le coup d'État bolivien», on pourrait pardonner à un lecteur non initié de conclure sur la base du commentaire de «noahbody» que le WSWS a délibérément supprimé le tweet de Singh pour dissimuler l'opposition de son parti aux interventions impérialistes canadiennes en Amérique latine.

En réalité, c'est le contraire qui est vrai. Dans son tweet, Singh écrit: «La situation en Bolivie est alarmante. Au lieu d'appuyer le président autoproclamé par intérim qui s'en prend aux peuples autochtones, le Canada doit condamner les actions antidémocratiques qui ont mené à ce coup d'État et qui s'aggravent encore. Le gouvernement canadien doit appuyer une nouvelle élection qui inclut tous les partis. Les progrès réalisés par la Bolivie sous le gouvernement Morales en matière de droits des peuples autochtones, de santé et de développement ne doivent pas être perdus et la sécurité de Morales et de ses collègues doit être assurée.»

C'est un cas classique de double comptabilité. Bien que Singh veuille que le gouvernement libéral de Trudeau «condamne les actions antidémocratiques qui ont mené à ce coup d'État», il demande dans un même souffle qu'Ottawa intervienne pour déclencher «une nouvelle élection qui inclut tous les partis», c'est-à-dire les mêmes exigences américaines et canadiennes qui ont servi de déclencheur pour le coup d’État de droite.

De plus, en louant sans réserve le gouvernement nationaliste bourgeois Morales, Singh oublie de mentionner que son accueil favorable à l'enquête de l'OEA et sa résignation face aux putschistes de droite ont facilité le coup d'État militaire et ont laissé les travailleurs et les paysans à la merci de l'armée bolivienne et des voyous fascistes.

Singh et le NPD acceptent pleinement la prérogative du département d'État américain et du ministère canadien des Affaires étrangères – dont le personnel intimide et menace chaque jour les gouvernements et les mouvements de gauche – d'intervenir en Bolivie, à condition de se limiter aux tâches «démocratiques» de surveillance des élections et de rendre un verdict sur elles. Ce n'est que lorsque l'intervention des puissances impérialistes passera à la vitesse supérieure, aidant à porter au pouvoir et appuyant un gouvernement soutenu par les militaires qui attaque les travailleurs et les pauvres autochtones dans la rue, que les sociaux-démocrates du Canada vont devenir sensibles.

Y a-t-il un exemple plus clair de la fonction politique du NPD, que nous avons justement décrite dans notre article initial en soutenant la «propagande absurde» des libéraux sur leur préoccupation pour la «démocratie en Bolivie» et en les présentant comme «une alternative progressive aux conservateurs» ?

La réalité est que le NPD est un parti pro-impérialiste. Il promeut le mensonge selon lequel l'État canadien est une force pour la «paix» et la «démocratie» dans le monde ou, à tout le moins, une force sur laquelle on peut faire pression pour qu'elle agisse de façon altruiste – pas l'instrument d'une bourgeoisie canadienne qui a des intérêts mondiaux prédateurs, et qui les défend par des intrigues, l'agression et la guerre.

Les longs antécédents du NPD en matière de couverture politique «humanitaire» et «bienveillante» des actions agressives de l'impérialisme canadien sont trop longs pour être catalogués ici. Mais il faut au moins se rappeler que les néo-démocrates étaient manifestement silencieux lorsque le gouvernement libéral Martin a déployé des troupes canadiennes en Haïti en 2004 pour aider à renverser le président démocratiquement élu du pays, Jean-Bertrand Aristide, en collaboration avec Washington et les forces d'extrême droite. Plus tôt cette année, le NPD a présenté Juan Guaido, le chef appuyé par les États-Unis d'une tentative de coup d'État au Venezuela, comme le président légitime du pays, tout en exhortant le gouvernement libéral du Canada, qui a aidé à organiser la campagne de changement de régime orchestrée par les États-Unis, à intervenir et à aider «à trouver une solution démocratique et pacifique».

Le NPD a perfectionné ce type de politique trompeuse au cours des deux dernières décennies, tout en appuyant la participation du Canada à presque toutes les grandes interventions militaires américaines dans le monde. Après que les Forces armées canadiennes ont pris la direction des opérations «anti-insurrectionnelles» dans le sud de l'Afghanistan en 2006, Jack Layton, alors chef du NPD, a fait grand cas de l'opposition de son parti à la guerre en Afghanistan. Deux ans plus tard, Layton a conclu une entente de coalition avec les libéraux qui engageait un gouvernement libéral-néo-démocrate à faire la guerre en Afghanistan jusqu'en 2011. En 2011, derrière des revendications incessantes sur la «responsabilité de protéger» les «droits de la personne» de la population libyenne, le NPD a voté à deux reprises pour appuyer la participation du Canada au bombardement par l'OTAN de ce pays nord-africain riche en pétrole. La guerre a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes, a entraîné l'assassinat de Mouamar Kadhafi et plongé la Libye dans une guerre civile qui se poursuit encore aujourd'hui.

Maintenant, après une élection au cours de laquelle le NPD est resté totalement silencieux sur les plans des libéraux visant à augmenter les dépenses militaires de plus de 70 pour cent, Singh et ses collègues sociaux-démocrates sont plus que désireux d'offrir leur soutien pour maintenir un gouvernement libéral minoritaire au pouvoir. Tandis que les syndicats et le NPD chantent les louanges du gouvernement libéral «progressiste», Trudeau, comme il l'a fait pendant son premier mandat, approfondira l'intégration de l'impérialisme canadien à l'agression impérialiste américaine dans le monde, notamment contre la Russie et la Chine.

Si les «progressistes canadiens» et les «libéraux indécis» ont de la difficulté à comprendre le caractère prédateur et agressif de la politique étrangère de l'impérialisme canadien à la lumière de ce bilan et du rôle crucial du NPD pour lui fournir une couverture «démocratique», nous pouvons poliment dire que le problème vient de leur politique et non de la nôtre. Quoi qu'il en soit, nous demeurons convaincus que les lecteurs du WSWS et les travailleurs conscients de leur classe n'ont aucune difficulté à comprendre la politique du NPD, une politique fourbe et pro-impérialiste. Un véritable mouvement contre l'intervention impérialiste canadienne et américaine en Bolivie et dans le monde entier ne pourra se construire que dans une lutte inconciliable contre ce parti.

(Article paru en anglais le 25 novembre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.