Des milliers de membres du personnel universitaire britannique entament une grève de huit jours avec l'appui des étudiants

Par Robert Stevens
27 novembre 2019

Plus de 40.000 travailleurs universitaires ont entamé lundi une grève de huit jours pour s'opposer aux attaques contre leurs salaires, leurs conditions de travail et leurs retraites. L'action comprend des enseignants, des membres du personnel des services d'aide aux étudiants, des tuteurs d'admission, des bibliothécaires, des techniciens et des administrateurs.

Des centaines de grévistes ont formé des piquets de grève sur les campus universitaires de 63 institutions du Royaume-Uni. L'University and College Union (UCU – syndicat de l'enseignement supérieur) a déclaré que 43 600 membres ont été impliqués dans l'arrêt après avoir voté lors de deux scrutins distincts pour s'opposer aux plans de Universities UK (UUK).

Piquet du personnel universitaire et des étudiants à l'UCL

Le débrayage comprend des travailleurs de près de la moitié des universités britanniques, y compris University College London, Goldsmiths College, Queen Mary University of London, le Courtauld Institute of Art, l'Open University, l'University of Manchester, l'University of Leeds, ,lUniversity of Sheffield, l'University of Bristol et l'University of Glasgow.

La direction des universités a tout fait pour intimider les grévistes. Selon le Financial Times, "Birmingham a dit que les piquets de grève sur les terrains universitaires seraient considérés comme une intrusion." Certaines universités ont dit que le personnel en grève perdrait non seulement leur salaire et mais aussi leurs cotisations de retraite. Les universités de Lancaster et de Stirling ont dit au personnel, y compris à ceux qui n'étaient pas membres de l'UCU, que leur salaire serait déduit s'ils ne franchissaient pas les lignes de piquetage.

Des étudiants et des professeurs marchent en solidarité à Manchester

Bien que les piquets dans de nombreuses villes soient encore plus grandes que lors de la grève de l'an dernier contre les réductions des pensions, Universities UK a affirmé que moins de 10 pour cent du personnel était en grève. Des rassemblements ont eu lieu, notamment à Manchester, Bristol et Newcastle, auxquels ont participé des centaines de grévistes.

Environ un million d'étudiants sont touchés par la grève, et bon nombre d'entre eux manifestent leur appui au personnel sur les piquets et lors des rassemblements.

Dans les jours qui ont précédé les grèves, un certain nombre d'universités ont menacé les étudiants de mesures disciplinaires s'ils refusaient de franchir les piquets de leurs tuteurs et d'autres membres du personnel universitaire. L'Université de Liverpool a averti les étudiants internationaux que ceux qui ne franchissaient pas les piquets risquaient de compromettre leur visa pour étudier au Royaume-Uni.

Les étudiants ont refusé de se laisser intimider, refusant non seulement de franchir les lignes de piquetage dans de nombreux cas, mais aussi ont participé à des marches organisées pendant la journée et ont envoyé des délégations aux rassemblements organisés par les grévistes.

En réponse aux menaces à Liverpool, sept examinateurs externes de l'école de droit et de justice sociale de l'université ont démissionné. Ils ont déclaré que les menaces équivalaient à une «militarisation du système d'immigration du Royaume-Uni» et ont insisté sur le fait que les étudiants soutenant un piquet étaient «entièrement légaux».

A la veille de la grève, le Bureau des étudiants - l'organisme de surveillance de l'enseignement supérieur - a déclaré que les étudiants avaient le droit, en tant que «consommateurs», de voir leur éducation protégée. Essayant d'encourager un mouvement de droite contre leurs tuteurs, y compris en intentant des poursuites judiciaires contre eux, c'est dire que les étudiants ont conclu des «arrangements contractuels» avec leur université. S'il y a manquement à ces règles, les étudiants pourraient «explorer des options juridiques».

Au cours de la dernière décennie, l'UCU a longtemps refusé de combattre l'assaut de la direction des universités et des collèges d'enseignement supérieur, ce qui n'a fait qu'encourager la direction à aller plus loin dans l'offensive.

Suite à la grève nationale des retraites de l'année dernière dans 64 institutions par 50.000 professeurs et autres membres du personnel universitaire - qui a pris fin après que l'UCU eut d'abord tenté d'imposer un accord pourri - puis accepté les promesses symboliques de la direction de revoir l'ensemble du système de retraite, les universités exigent que les salariés paient des dizaines de milliers de livres supplémentaires pour financer leurs propres pensions.

Un membre type du Régime de pension de retraite des universités (USS) est sur le point de perdre jusqu'à 240.000 livres (280.391 euros) en retraite, soit environ 200 000 livres (233.654 euros) de moins qu'il y a un an.

L'UCU a capitulé de nouveau le premier jour de la grève, car elle a accepté que la direction déduise les salaires des grévistes. Plutôt que de s'opposer à de telles mesures draconiennes, l'UCU a proposé que toute rémunération déduite soit étalée sur plus d'un mois.

Opposé à la mobilisation de la force collective de ses membres dans l'enseignement supérieur et universitaire - qui s'élève encore à plus de 120.000 travailleurs - l'UCU fait des pieds et des mains pour mettre fin au conflit et reprendre les pourparlers avec le UUK. L'UCU a appelé les employeurs à lancer un nouveau cycle de négociations et à se retirer des tactiques «musclées». Le syndicat a publié lundi une déclaration dans laquelle il déclarait: «Nous sommes d'accord avec Angela Rayner, secrétaire à l'éducation du Parti travailliste, que les universités devraient accorder la priorité aux étudiants et nous faire une meilleure proposition pour essayer d'éviter d'autres perturbations.»

Le Parti travailliste prétend s'opposer au «système marchand» dans l'éducation, ce qui a entraîné les conditions intolérables que de nombreux membres du personnel universitaire subissent aujourd'hui, bien que le parti de Jeremy Corbyn ait joué un rôle central dans ce développement. La marchandisation de l'enseignement supérieur a commencé avec l'introduction puis le triplement des frais de scolarité par le Parti travailliste en 1998 et 2004.

Le dirigeant travailliste Jeremy Corbyn et le chancelier fantôme John McDonnell n'ont envoyé que des tweets symboliques de solidarité aux grévistes. Frances O'Grady, dirigeante du Congrès des syndicats (TUC), a également envoyé un tweet pour soutenir le personnel universitaire qui «se bat pour défendre les salaires, les retraites et les conditions de travail décents. Tout notre mouvement est à vos côtés.»

S'exprimant lors du rassemblement des grévistes à Manchester, Kate Green, la députée sortante et candidate travailliste de la circonscription de Stretford et d'Urmston, dans le Grand Manchester, a exposé l'hyperbole de Rayner, Corbyn et McDonnell, en soulignant que les syndicats acceptent le fait que les universités sont contraintes de se mesurer aux autres institutions mondiales.

Décrivant l'Université de Manchester comme un «succès de calibre mondial», M. Green a déclaré: «Tout le monde sait que notre secteur universitaire fait face à une concurrence internationale féroce et que des universités comme Manchester, les joyaux de notre secteur universitaire, doivent être protégées, doivent être développées pour garantir notre place parmi les premières destinations mondiales pour les étudiants et universitaires à venir.»

Thomas Scripps et Dennis Leech, candidats aux élections législatives du Parti socialiste de l'égalité socialiste, se sont entretenus avec des grévistes et des étudiants à Londres et à Manchester.

Dennis Leech à l'Université de Manchester alors que les grévistes et les étudiants se préparent à marcher sur Oxford Road pour un rassemblement

S'exprimant à l'Université de Manchester, Leech a expliqué: «Le Parti de l'égalité socialiste est là aujourd'hui pour soutenir des milliers de grévistes qui agissent à travers la Grande-Bretagne contre les réductions de salaires, leurs conditions de travail et les attaques contre les retraites. L'année dernière, les membres de UCU à travers le Royaume-Uni ont voté contre un accord pourri à rabais qui fut imposé par la direction du syndicat. Ce rejet a bénéficié d'un soutien massif de la part des membres du syndicat lors de réunions de masse à travers le Royaume-Uni.»

A l'University College London, Scripps a déclaré: «C'est une grève extrêmement importante. Les grévistes s'opposent à la marchandisation de l'enseignement supérieur, qui a transformé ce secteur d'un service public en un secteur d'étudiants à prix élevé et à la spéculation immobilière fondée sur une main-d'œuvre précaire, sous-payée et sans protection.

Thomas Scripps au University College de Londres

«La question principale dans cette lutte est le rôle des syndicats de l'enseignement supérieur. L'UCU a supprimé des grèves en 2011, 2015 et 2018 pour ouvrir la voie à des attaques contre les retraites, à une augmentation des cotisations des membres et au relèvement de l'âge de la retraite.

«La question cruciale pour les travailleurs est maintenant la formation de comités indépendants dans leurs universités. Ces comités devraient décider de leurs besoins en termes de conditions, de rémunération et de retraites, des besoins du personnel de l'enseignement supérieur en matière de sécurité d'emploi et de la vie familiale. Ces comités d'action devraient coordonner les grèves afin de gagner ces revendications et s'adresser à l'ensemble des salariés pour obtenir leur soutien dans la lutte.»

(Article paru en anglais le 26 novembre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.