«Defender 2020»: les puissances de l'OTAN menacent de faire la guerre à la Russie

Par Gregor Link
9 octobre 2019

Au cours de l'année prochaine, les forces armées de 17 États membres de l'OTAN, dont les États-Unis et l'Allemagne, effectueront les manœuvres «Defender 2020». Avec le déploiement militaire le plus important en Europe depuis 25 ans, l'alliance militaire occidentale se prépare à une guerre contre la Russie dotée d’armes nucléaires, qui mène à son tour ses propres manœuvres militaires massives.

Comme le ministère allemand de la défense l'a déclaré au comité parlementaire de la défense la semaine dernière, l'armée américaine transférera une division à part entière vers la région de la Pologne et de la Baltique entre avril et mai de l'année prochaine. Au total, 37.000 soldats participeront, dont 20.000 environ seront amenés des États-Unis avec des chars et du matériel militaire.

Le but de cet «exercice» est de répéter un «déploiement rapide d'unités plus grandes outre-Atlantique et à travers l'Europe» afin de «s'assurer que les procédures appropriées fonctionnent dans une situation de crise». «L’élément central» de la mobilisation des forces armées américaines sera l’Allemagne et son armée, la Bundeswehr.

Comme le journal Die Welt l’indique, se référant à la lettre du ministère de la défense, l'Allemagne a un «intérêt essentiel» à «prouver» son «rôle central» dans l'alliance militaire transatlantique. L'armée allemande, selon le journal, participera aux manœuvres dans les domaines du «combat» et du «soutien au combat» et jouera un rôle clé dans la «direction» des troupes américaines. Dans le cadre de son rôle de «plaque-tournante» logistique et de pays de transit de l'OTAN, l'Allemagne établira trois «centres de soutien de convoi» pour les colonnes en marche, ainsi qu'un centre de chars sur le terrain d'entraînement militaire de Bergen, dans la lande de Lunebourg.

Les responsables militaires américains, qui dans leurs publications ont allègrement comparé les manœuvres à l’invasion du jour J de l’Europe, la considèrent comme une étape pratique importante dans le renforcement de leur coopération militaire et stratégique avec la Pologne.

Dès juin de cette année, un accord de défense entre le président Donald Trump et le président polonais Andrzej Duda avait créé les conditions logistiques nécessaires à un déploiement aussi massif de troupes. Celles-ci comprennent un quartier général de division «en première ligne», une base aérienne, un centre d’entraînement au combat et d’autres infrastructures connexes. L'accord prévoyait également le renforcement des troupes américaines en Pologne à près de 6000 soldats et le déploiement d'un escadron de drones «Reaper» MQ-9.

Malgré la multiplication des conflits transatlantiques, le gouvernement allemand ouvre la voie dans la guerre contre la Russie. L'impérialisme allemand poursuit ses propres intérêts militaires. Berlin voit dans l'exercice une occasion de garantir la capacité opérationnelle du commandement de soutien interarmées (JSEC) allemand à Ulm, se rapprochant ainsi de sa prétention d'être la première puissance militaire d'Europe.

Selon le ministère allemand de la défense, le poste de commandement de l'OTAN établi l'année dernière aurait notamment pour tâches de coordonner les mouvements de troupes et les transports de matériel européens en cas de «développement critique vers un affrontement imminent avec un adversaire égal», c'est-à-dire une autre grande guerre en Europe.

Afin de pouvoir «exécuter» de manière optimale un tel «niveau d'effort maximal», écrit le JSEC dans sa description de tâche, «les tâches doivent déjà être accomplies en temps de paix». Dans la revue InfoBrief Heer publiée par le Förderkreis Deutsches Heer (FKH), un groupe de réflexion défendant les intérêts de l'armée allemande, il est écrit que «l'implication de la JSEC [ ...] dans l'exercice américain Defender» sert à la «préparation» du commandement en vue d'une «opération opérationnelle complète».

Selon la FKH, «l’intention à long terme» est la «création d’un réseau de forces armées multinationales» sous la direction de la JSEC en tant que «noyau d’une intégration militaire encore plus étroite en Europe». Ainsi, l’Allemagne «respecterait les aspirations politiques énoncées dans le Livre blanc de 2016 d'assumer sa responsabilité de direction».

La «nouvelle doctrine politique de la Bundeswehr», publiée en août 2018, déclare ouvertement que l'armée allemande, malgré ses crimes de deux guerres mondiales, doit à nouveau se préparer à de «très grandes opérations de grande intensité». «À cause de sa situation géographique» l'Allemagne est à la fois une «plaque tournante stratégique au centre de l'Europe et un élément européen essentiel de la défense collective», a-t-il déclaré. La «capacité d'agir» de l'OTAN et de l'UE repose «sur l'accomplissement de la tâche de l'Allemagne en tant que pays hôte, en tant que pays de transit pour le transfert de forces aux frontières du territoire de l'Alliance et dans la zone d'opération arrière».

En plus des manœuvres du Défenseur 2020 l'année prochaine, l'exercice de l'OTAN «Steadfast Defender» et l'exercice de déploiement multinational «Joint Derby 2020» serviront également à préparer ces objectifs belliqueux. Au total, l'OTAN prévoit 24 exercices préparatoires supplémentaires en Europe dans la perspective du Defender 2020, ainsi que des tests mensuels de cyber-combat du Commandement aérien de l'OTAN à Ramstein.

Au cœur des exercices se trouvent la disponibilité constante de toutes les unités, en particulier des forces spéciales, des «équipes d'intervention rapide» et de la force opérationnelle interarmées à très haut niveau de préparation (VJTF). Le «Fer de lance» de l’OTAN), fondée en 2014, est sous le commandement de la Bundeswehr depuis janvier jusqu’à la fin de l'année et vise directement la Russie. D'autres «exercices clés» servent à tester les unités de combat sous-marines, les systèmes de combat aérien et les tactiques logistiques militaires.

Les «exercices» complétés au cours des derniers mois se sont déroulés sous l’enseigne de la préparation à la guerre contre la Russie. Ceux-ci comprenaient la lutte contre les mines sous-marines dans la Mer noire sous la direction de la Roumanie en mars, le renforcement de la formation des forces armées géorgiennes, ainsi qu'une démonstration à grande échelle des forces de défense estoniennes et de la présence avancée renforcée (EFP) de l'OTAN en mai dernier.

Les forces estoniennes jouent également un rôle clé dans les vastes exercices de cyberguerre menés par l'OTAN, par exemple lors de la prochaine «cyber coalition» en novembre, qui se présente comme «l'un des plus grands exercices de cyberdéfense au monde».

L’exercice naval BALTOPS en mer Baltique, également ouvertement dirigé contre la Russie, a été dirigé cette année pour la première fois par la deuxième flotte américaine, tristement célèbre à l’époque de la guerre froide et qui a été rétablie l’année dernière. En juin, deux sous-marins et le porte-avions espagnol «Juan Carlos I» ont pris part à l'activité militaire annuelle.

Le même mois, 2500 soldats de l'OTAN ont répété la défense avec de l'artillerie et d’avions en Lettonie. Au début du mois d’août, la marine russe a répondu par un exercice et un défilé naval à Saint-Pétersbourg, rassemblant 10.000 soldats et un sous-marin à armement nucléaire.

Le mois dernier, 50 navires de l'OTAN et 3000 marines de 18 pays sous le commandement de la Bundeswehr ont pris part aux manœuvres sur la côte nord de la mer Baltique occidentale. Il s’agissait du «premier essai» de l’état-major de la marine allemande DEUMARFOR, créé en janvier. Le scénario était un «État fictif de la mer Baltique» - c'est-à-dire la Russie - revendiquant l'île danoise de Bornholm. Des chasseurs de mines allemands, une frégate «saxonne» moderne pour la défense aérienne, ainsi qu'un sous-marin de la Bundeswehr ont été utilisés.

Les gigantesques manœuvres de l'OTAN en Europe montrent à quel point les préparatifs de guerre de la classe dirigeante sont déjà avancés. Quatre-vingt ans après le début de la Seconde Guerre mondiale et la guerre d’extermination de la Wehrmacht (armée) hitlérienne à l’Est, les armées des puissances impérialistes défilent à nouveau en Europe de l’Est. Afin d'éviter le danger d'une troisième guerre mondiale, la classe ouvrière doit s'unir internationalement sur la base d'un programme socialiste. Ce n'est qu'ainsi qu'un désastre peut être évité.

(Article paru en anglais le 8 octobre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.