Canada: Cinq mille travailleurs du secteur public en grève en Saskatchewan

Par Carl Bronski
8 octobre 2019

Après une campagne de quatre jours, 5000 travailleurs de six sociétés d'État de la Saskatchewan et d'un organisme de la Couronne se sont mis en grève vendredi contre l'offre de contrat dérisoire du gouvernement provincial. L'accord quinquennal proposé entraînerait une réduction importante des salaires réels des travailleurs.

La grève est la plus importante jamais entreprise dans la province depuis des décennies. Elle regroupe des travailleurs représentés par Unifor à SaskPower, SaskTel, SaskWater, SaskEnergy, la Water Security Agency et deux filiales de SaskTel.

Les négociateurs provinciaux qui relèvent du gouvernement de droite du premier ministre du Parti saskatchewanais, Scott Moe, ont offert un contrat qui prévoit une augmentation salariale de zéro pour cent pour les deux premières années, de 1 pour cent la troisième année, de 2 pour cent la quatrième année et de 2 pour cent (pour certains) la cinquième année. Étant donné que le taux d'inflation de la province est actuellement de 2 pour cent et qu'il augmente, l'offre contractuelle du gouvernement entraînerait une réduction importante du pouvoir d'achat des travailleurs de la Couronne. La direction a également cherché à accroître la sous-traitance dans les diverses entreprises.

Depuis 2007, la direction des sociétés d'État de la Saskatchewan a bénéficié d'augmentations salariales plus de deux fois supérieures à celles de l'effectif.

Les négociateurs d’Unifor ont réagi en proposant de maigres augmentations de 2 p. 100 au cours de chacune des trois premières années, suivies de paiements forfaitaires correspondant à 2 p. 100 au cours des dernières années.

Une loi sur les services essentiels adoptée par le gouvernement du Parti saskatchewanais en 2015 exige qu'avant une grève, les employeurs et les syndicats du secteur public s'entendent sur le nombre d'employés «essentiels» qui sont tenus de se présenter au travail pendant un arrêt de travail. En conséquence, certains postes importants sont encore occupés par des membres d’Unifor qui travaillent aux côtés des cadres chargés du travail des grévistes.

La première version de la loi sur les services essentiels du gouvernement du Parti saskatchewanais, la Public Service Essential Services Act de 2008, visait à interdire en pratique les grèves en déclarant «essentielle» une grande partie des effectifs du secteur public. Cette mesure législative était si scandaleuse qu'elle a été renversée par la Cour suprême, puis modifiée par le gouvernement avec sa loi de 2015.

La province a signalé que la grève pourrait être longue, en coupant toutes les communications avec l'équipe de négociation syndicale il y a une semaine. Avec les indemnités de grève d'Unifor à un maigre 300 $ par semaine, la direction mise sur des difficultés économiques croissantes pour briser la détermination des travailleurs. À SaskPower, la direction a affiché la semaine dernière un avis provocateur visant à encourager les briseurs de grève. «N'importe qui peut choisir légalement de franchir une ligne de piquetage et de se rendre au travail», dit le message. «S'ils choisissent de le faire, les employés du syndicat en grève peuvent continuer à travailler pendant la grève.»

Pendant des années, le gouvernement du Parti saskatchewanais a privé les sociétés d'État de leurs profits afin d'appuyer les déficits budgétaires créés par les réductions d'impôt qu'il avait accordées aux sociétés et aux riches. Le parti est arrivé au pouvoir en 2007 après une désaffection populaire massive à l'égard du Nouveau Parti démocratique qui, pendant 16 ans au pouvoir, avait fermé 52 établissements médicaux et plus de 100 écoles, et s'était heurté à un conflit amer avec les travailleurs du secteur public et les infirmières.

La tentative du premier ministre Moe d'imposer une entente assortie de concessions aux travailleurs des sociétés d'État est liée à la volonté de son gouvernement d'atteindre ses objectifs de déficit pour 2019 et 2020. Le gouvernement du Parti saskatchewanais, qui depuis des années nomme ses partisans aux conseils d'administration des sociétés d'État, a mis en œuvre des programmes de privatisation dans toute l'infrastructure provinciale. On estime qu'au cours de la dernière décennie, plus de 1,1 milliard de dollars en biens publics ont été éliminés et au moins 1200 emplois ont été octroyés à des sous-traitants. Moe préconise la poursuite du démantèlement du système de santé publique du Canada par la privatisation.

Depuis qu'il a succédé à Brad Wall comme premier ministre provincial en 2018, Moe a intensifié l'effort d'austérité du gouvernement afin de faire face à un déficit budgétaire croissant exacerbé par le repli de l'industrie pétrolière. D'autres suppressions d'emplois dans le secteur public ont suivi.

Les politiques anti-travailleurs de la Saskatchewan sont une partie intégrante de l'attaque croissante contre la classe ouvrière à l'échelle nationale et internationale. En Ontario, le régime très détesté du premier ministre Doug Ford a sabré dans les programmes sociaux, tout comme les nouveaux gouvernements provinciaux en Alberta et au Québec.

Il y a une résistance croissante à ces attaques. Lundi, 55.000 membres du personnel des écoles publiques et financées par l'État de l'Ontario étaient sur le point de déclencher une grève à l'échelle de la province, contestant les coupures et les plans sauvages du gouvernement en matière d'éducation, qui seront bientôt appuyés par une loi, pour limiter les augmentations de salaires et de prestations bien inférieures au taux d'inflation au cours des quatre prochaines années. (Voir: Les travailleurs de l'éducation de l'Ontario s'apprêtent à faire la grève contre les coupes brutales de Ford)

Près de 200.000 enseignantes et enseignants de l'Ontario sont également en conflit avec le gouvernement conservateur de Ford, qui cherche à réduire leurs salaires réels et à imposer des augmentations draconiennes des effectifs des classes. Les enseignants de la Colombie-Britannique sont également prêts à déclencher une grève. Plus tôt cette année, les travailleurs du secteur des pièces d'automobile ont déclenché des grèves sauvages contre les annonces de fermeture d'usines en Ontario, et aujourd'hui, des dizaines de milliers de travailleurs des secteurs canadiens de l'automobile et des pièces d'automobile suivent de près la grève actuelle de GM et le conflit global entre les trois constructeurs de Detroit et leurs 150.000 employés aux États-Unis.

Unifor, le plus grand syndicat industriel du Canada qui a plus de 300.000 membres, fait tout ce qui est en son pouvoir pour limiter et faire dérailler les tentatives des travailleurs de riposter contre l'austérité, les concessions et les réductions d'emplois. Cela va de pair avec son appui indéfectible au gouvernement libéral fédéral de Justin Tudeau. La direction d'Unifor a donné une place de choix à Trudeau et à sa ministre des Affaires étrangères, le faucon de guerre Chrystia Freeland, lors du congrès d'Unifor en août, et a gardé le silence sur la lutte qui s’annonçait entre les travailleurs américains de l'automobile et les grands constructeurs.

(Article paru en anglais le 7 octobre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.