La vie de Julian Assange est en danger!

Par James Cogan
8 octobre 2019

Dans un entretien accordé la semaine dernière au World Socialist Web Site, John Shipton, le père du fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a parlé de sa peur que son fils «puisse mourir» à cause des conditions dans lesquelles il est emprisonné à la prison de Belmarsh de Londres.

La déclaration de Shipton n'est pas une exagération. D'autres personnes qui ont pu lui rendre visite depuis qu'il fut envoyé à Belmarsh, notamment son frère Gabriel Shipton, le journaliste et cinéaste John Pilger, la styliste de mode Vivienne Westwood, l'actrice Pamela Anderson et le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture Nils Melzer, ont exprimé de sérieuses inquiétudes quant à la santé physique et mentale d'Assange.

La conclusion qui s'impose est que Julian Assange, citoyen australien, journaliste et éditeur responsable de la mise en lumière des crimes de guerre perpétrés par les États-Unis en Afghanistan et en Irak, des intrigues diplomatiques et de la corruption des gouvernements du monde entier et de l'ampleur des activités d'espionnage de la CIA et des opérations clandestines, est victime d'une tentative de meurtre à petit feu par les appareils d'état des forces réunies des États américain, la Grande-Bretagne et l'Australie.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, est transporté dans un véhicule de police pour une audience [Crédit: AP Photo/Matt Dunham]

Il y a de nombreuses raisons d'accuser Washington, Londres et Canberra de calculer que la mort d'Assange est préférable à une procédure d'extradition longue et politiquement risquée du Royaume-Uni vers les États-Unis pour un procès-spectacle pour espionnage.

Assange est maintenu à l'isolement jusqu'à 21 à 23 heures par jour. Il n'a pratiquement pas accès à des informations extérieures ou à des appels téléphoniques, à une bibliothèque et, surtout, à une interaction humaine en dehors des gardiens. Lorsqu'il quitte sa cellule, on l'empêche de parler avec les détenus et il passe un minimum de temps seul à l'extérieur. Il n'a droit qu'à deux visites personnelles d'une heure par mois, et même celles-ci ont fait l'objet d'ingérences provocatrices de la part des autorités pénitentiaires. Il a subi une perte de poids importante et, selon ses proches, des signes de désorientation mentale, malgré sa détermination à respecter ses principes et ses actions.

Ce traitement est infligé à un homme qui est persécuté pour le «crime» de dire la vérité. Il a défié le pouvoir oppressif de l’État américain et de ses alliés et a donc fait l'objet d'une campagne incessante de calomnies personnelles et de persécutions de l’État.

Les sévices qu'il a subis à Belmarsh contrastent fortement avec ceux du fasciste anglais Tommy Robinson, qui a publiquement remercié le gouverneur de la prison pour l'étendue des libertés, des visites et de l'attention personnelle dont il a bénéficié alors qu'il purgeait à peine 10 semaines d'une peine de 19 semaines de détention.

Assange a été conduit manu militari à la prison de haute sécurité le 11 avril, après que le gouvernement équatorien eut renié l'asile politique qu'il lui avait accordé dans son ambassade à Londres. Il a cherché refuge dans le petit bâtiment le 17 juin 2012 seulement après que, lors d'une procession de parodies judiciaires, les tribunaux britanniques eurent confirmé à plusieurs reprises un mandat d'extradition vers la Suède pour répondre à des questions - pas même des accusations - sur des allégations d'agression sexuelle fabriquées de toutes pièces.

Le seul motif de la poursuite d'Assange par la Suède était de l'extrader vers les États-Unis. Il est bien connu qu'un grand jury secret constitué en Virginie par l'administration Obama fin 2010 a inculpé Assange pour la publication par WikiLeaks des secrets militaires et diplomatiques américains divulgués par Chelsea Manning.

Pendant près de sept ans, Assange a subi ce que les Nations Unies ont officiellement qualifié de «détention arbitraire» et de «torture» aux mains du Royaume-Uni. Les autorités britanniques ont rejeté les demandes visant à lui permettre de quitter la petite ambassade pour recevoir la lumière du soleil ou pour recevoir des soins médicaux sans risquer d'être arrêté immédiatement. Les protestations de l'ONU ont été rejetées.

Même après l'abandon par la Suède de l'enquête frauduleuse contre Assange en 2017, le gouvernement britannique n'a pas cédé. Au contraire, il a collaboré alors que Washington faisait pression sur l'Équateur pour qu'il coupe toutes les communications d'Assange et, finalement, qu'il renonce à lui accorder l'asile. Pendant tout ce temps, les gouvernements australiens successifs, dans le cadre de leur alliance stratégique sordide avec les États-Unis, ont pleinement soutenu les violations flagrantes des droits et libertés de leurs propres citoyens et ont refusé de prononcer un mot pour sa défense.

La peine vindicative et rare qui a imposée la période de détention de 50 semaines à Assange pour violation des conditions de sa libération sous caution a pris fin le 22 septembre. Dans des circonstances normales, une personne aurait été libérée dans ce genre de cas. Mais dans le cas de Julian Assange, rien ne s'est passé de façon «normale». Les droits et précédents démocratiques et légaux fondamentaux et, dans certains cas, séculaires, ont été bafoués.

Le dernier exemple, et il y en a trop pour être énumérés dans un seul article, remonte au 13 septembre. La juge britannique Vanessa Baraitser a même devancé une demande de libération d'Assange et a ordonné qu'il reste incarcéré sous prétexte qu'il «s'enfuirait à nouveau» du procès pour extradition qui doit commencer le 25 février 2020.

Le jugement a effectivement condamné Assange à la détention à Belmarsh pendant des années. On s'attendrait à ce que son équipe juridique fasse appel jusqu'au plus haut tribunal pour empêcher son transfert aux États-Unis, où il risque une peine d'emprisonnement à perpétuité de 175 ans pour 17 chefs d'accusation d'espionnage dont un de complot.

Dans un acte de brutalité pure et simple, Chelsea Manning a été emprisonné de nouveau par les tribunaux américains pour avoir refusé de témoigner devant le grand jury constitué par l'administration Trump qui a inculpé Assange. Elle pourrait être détenue jusqu'à la fin de l'année 2020 si le grand jury purge la totalité de son mandat de 18 mois. De plus, elle se voit imposer une amende de 1000 dollars par jour, par pur esprit de vengeance, la menaçant d'une amende de près de 450.000 dollars et d'une faillite financière. L'État américain tente de l'obliger à retirer ses preuves répétées qu'Assange n'a joué aucun rôle dans l'obtention de l'information divulguée.

La classe ouvrière internationale est la seule force sociale capable d'obliger les gouvernements américain, britannique et australien à mettre fin à leur persécution collective de Julian Assange et Chelsea Manning. Il faut forger dans le monde entier un mouvement orienté vers la mobilisation indépendante des travailleurs et des jeunes dans des manifestations, des grèves et autres actions sociales politiques qui exigent que les gouvernements agissent pour les libérer.

Les appels à la conscience morale des gouvernements américain, britannique ou australien sont pires qu'inutiles. Ceux-ci défendent les intérêts de classe de l'élite dirigeante impérialiste et ils sont déterminés à détruire tous les médias indépendants qui dénoncent les mensonges qui soutiennent leurs guerres, intrigues et autres crimes.

WikiLeaks, Assange et Manning sont persécutés pour intimider et faire taire tous les lanceurs d'alerte potentiels, les journalistes de principe et ceux qui prônent le changement politique et social.

Le Parti démocrate américain, avec la complicité de Bernie Sanders et des soi-disant démocrates de «gauche», a été à l'avant-garde des demandes d'extradition d'Assange.

En Grande-Bretagne, aucune confiance ne peut être accordée au Parti travailliste ou à son chef Jeremy Corbyn, qui, par son silence, soutient pleinement la charade judiciaire en cours qui justifie le transfert illégal d'Assange aux États-Unis.

En Australie, aucun parti parlementaire n'exige que le gouvernement cesse de collaborer à la persécution d'un de ses citoyens par le Royaume-Uni et les États-Unis. Dans le cas des Verts australiens, ils sont tellement déterminés à éviter toute critique de la part de l'establishment politique et médiatique officiel qu'ils défient le sentiment de leur propre base.

Les milieux d'affaires tout à fait favorables aux grandes entreprises et les bureaucraties syndicales corrompues ont rejeté tous les appels qui leur ont été lancés pour s'opposer à l'attaque flagrante contre les droits démocratiques en cours.

Plus flagrant encore est le silence des organisations de pseudo-gauche au niveau international. Une série de formations de ce type, allant des Democratic Socialists of America au Socialist Workers Party et au Socialist Party au Royaume-Uni, en passant par la Socialist Alliance and Socialist Alternative en Australie, boycottent toute action entreprise pour défendre Assange afin de ne pas perturber leurs relations serviles avec les partis de l'establishment et les syndicats.

La campagne pour la libération d'Assange et de Manning est inséparable de la lutte pour une rébellion contre les appareils politiques et syndicaux, qui cherchent à maintenir la classe ouvrière liée au capitalisme. La campagne pour leur défense doit être menée sur les lieux de travail, dans les universités, dans les écoles et dans les banlieues populaires.

Telle est l'orientation du World Socialist Web Site et des Partis de l'égalité socialiste. Nous appelons à la collaboration la plus étroite avec tous ceux qui sont prêts à combattre l'emprise bureaucratique sur la classe ouvrière des organisations pro-impérialistes méprisées, afin que tout le poids des forces des travailleurs puisse être mobilisé pour empêcher la persécution par l’État et la menace de meurtre de Julian Assange.

(Article paru en anglais le 7 octobre 2019)

 

Commenting is enabled but will only be shown on the live site.