75 000 articles publiés sur le World Socialist Web Site en anglais

Par Patrick Martin
4 septembre 2019

La semaine dernière, le World Socialist Web Site afranchi une étape importante ayant publié 75 000 articles dans ses pages en anglais depuis le lancement du WSWS par le Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI) le 14 février 1998. En ajoutant des milliers d'articles publiés dans 21 autres langues, dont l’allemand, le français, l’italien, le cinghalais, le tamoul, le norvégien, le mandarin, le turc, le grec, l’arabe, le russe et le portugais, la quantité totale de matériel publié sur le WSWS a déjà dépassé 100 000 articles.

Ces chiffres donnent une indication du travail sans précédent d'analyse politique et de présentation du système capitaliste mené pendant plus de 21 ans de publication continue, impliquant des centaines d'auteurs. Le WSWS a commencé à publier des articles cinq jours par semaine en 1998. En avril 1999, le WSWS a augmenté son rythme pour afficher des articles six jours par semaine.

Le World Socialist Web Site n’a pas manqué une seule journée de publication qui était programmée, s’appuyant sur la collaboration 24 heures sur 24 des comités de rédaction socialistes opérant en Amérique du Nord, en Europe, en Asie et en Australie. Cette étroite collaboration politique quotidienne au-delà des frontières nationales représente une concrétisation de la perspective sur laquelle le WSWS a été fondé: unir la classe ouvrière internationale sur la base des principes marxistes révolutionnaires.

Le WSWS est une réalisation extraordinaire dans l'histoire du mouvement marxiste. C’est la première et reste la seule publication socialiste internationale quotidienne. Le WSWS a toujours défendu les principes du trotskisme, le marxisme révolutionnaire d’aujourd’hui, et s’est battu pour défendre les intérêts de la classe ouvrière internationale.

Comme nous l’avons expliqué dans la déclaration publiée à l'occasion du 20e anniversaire du WSWS:

Le caractère unique du WSWS tient de sa perspective, consciemment fondée sur la théorie marxiste et l’assimilation et le remaniement constant des expériences stratégiques essentielles de la lutte de classe internationale, sur l’ensemble du XXe siècle. Contrairement à l’impressionnisme pragmatique qui prévaut dans les médias bourgeois – et, sous une forme encore plus vulgaire, sur les sites Web gauchistes et pseudo-gauchistes petit-bourgeois – le WSWS met les événements quotidiens dans leur contexte historique.

Le lancement du WSWS en février 1998 a été le résultat du développement du CIQI après la scission de 1985-1986 avec le Workers Revolutionary Party (Parti ouvrier révolutionnaire britannique), en un parti mondial politiquement unifié, consciemment fondé sur l'expérience historique antérieure du mouvement marxiste.

Dès 1988, le CIQI avait attiré l’attention sur l’importance de la mondialisation de la production capitaliste et des changements révolutionnaires dans les télécommunications qui l’accompagnaient. En conséquence, le CIQI était très sensible quant au potentiel d’Internet, avant même que sa signification ne soit largement comprise par la classe dirigeante. Il cherchait activement les moyens de diffuser les idées révolutionnaires et de développer un niveau d'intégration et de coordination internationale du mouvement ouvrier auparavant inimaginable.

De plus, le CIQI a compris que la dissolution de l'Union soviétique en 1991 ne marquait pas la «fin de l'histoire», comme le proclamaient les idéologues de la classe dirigeante. Au contraire, la fin de l'URSS a confirmé l'exactitude de la description donnée par Trotsky du stalinisme comme un instrument de l'impérialisme au sein du premier État ouvrier et un opposant implacable de la révolution socialiste mondiale. La dissolution de l'URSS était elle-même une manifestation de la crise du capitalisme mondial provoquée par le développement d'une production mondialisée, qui minait gravement tous les programmes nationaux, y compris la perspective stalinienne du «socialisme dans un seul pays».

Dans sa déclaration initiale de 1998, annonçant la nouvelle publication, le WSWS a écrit qu'il «s'efforcerait d'obtenir une étendue encyclopédique de connaissances historiques, de critiques culturelles, de connaissances scientifiques et de stratégies révolutionnaires. Son objectif est d'élever le niveau du discours politique et culturel, indispensable pour la renaissance d'un mouvement ouvrier socialiste moderne.»

L’influence croissante du WSWS sur plus de deux décennies de sa publication et la croissance conséquente des Partis de l’égalité socialiste, sections du Comité international, ont rendu possible une augmentation constante du nombre de documents publiés, allant de 1500 articles en anglais dans la première année de publication en 1998, à près de 3000 articles en 2008, année du krach financier mondial, pour atteindre le rythme actuel de plus de 5000 articles par an à partir de 2014.

Il y a eu plus de 22.000 articles traitant de la politique, de la crise sociale et des luttes de la classe ouvrière aux États-Unis et au Canada. Quelque 15 000 articles ont analysé les développements politiques et sociaux en Europe, de la Grande-Bretagne à la France en passant par l'Allemagne la Grèce et la Russie. Il y a eu 6000 articles sur l'Australie, la Nouvelle-Zélande et le Pacifique, 7500 articles sur l'Asie et le sous-continent indien et 6500 articles sur le Moyen-Orient, y compris les guerres provoquées par les États-Unis en Afghanistan, en Irak, en Syrie et au Yémen. Des milliers d'articles ont été écrits sur l'Amérique latine et l'Afrique.

Le WSWS a publié plus de 4000 articles sur l'art, la culture et la science, dont plus de 2000 sur le cinéma, mais dans un éventail beaucoup plus large: expositions d'art et musées, photographie, critiques de télévision et de théâtre, architecture et danse et la musique déclinée sous toutes ses formes, de l'opéra classique au rap. 1500 autres articles ont été consacrés à des sujets historiques, essentiels pour l'éducation politique tant des travailleurs que des intellectuels et animés par une hostilité intransigeante à l'égard de la position anti-scientifique réactionnaire du postmodernisme.

Il n’y a pas eu d’événement politique majeur mondiale ou de lutte significative de la classe ouvrière internationale qui n’ait fait l’objet d’une analyse marxiste sur le WSWS, qui a servi de base à l’intervention politique des sections du Comité international, y compris les construction de nouvelles sections du CIQI.

La publication quotidienne du WSWS a commencé au début de la crise politique aux États-Unis qui a conduit à la destitution du président Bill Clinton. Au cours de l'année, le WSWS a publié plus de 100 articles et commentaires analysant et s'opposant à la campagne d'extrême droite visant à révoquer un président élu deux fois. Nous avons expliqué la menace que cela représentait pour les droits démocratiques de la classe ouvrière, tout en maintenant une opposition intransigeante aux actions de Clinton en tant que commandant en chef de l'impérialisme américain alors qu’il ordonnait le bombardement de l'Irak et le tirs de missiles contre le Soudan et l'Afghanistan.

Cette expérience a démontré la capacité du mouvement trotskyste à développer une ligne politique indépendante pour la classe ouvrière internationale, contre toutes les factions de l'élite dirigeante capitaliste et leurs instruments au sein des syndicats, des partis travaillistes et sociaux-démocrates, ainsi que contre les organisations de la pseudo-gauche.

Au cours des 21 années qui ont suivi, le WSWS a été le fer de lance de l'opposition des couches les plus conscientes de la classe ouvrière internationale aux crimes de l'impérialisme mondial. Nous avons combattu le bombardement de la Serbie et de la Libye par l'OTAN et les Etats-Unis, l'invasion de l'Afghanistan et de l'Irak par les États-Unis, le renouveau de l'impérialisme français en Afrique de l'Ouest et la résurgence de l'impérialisme allemand, le plus puissant et le plus réactionnaire d'Europe. Par le biais du WSWS, le Comité international a lancé une campagne visant à créer un mouvement international anti-guerre, qui prend désormais la forme de la lutte pour défendre Julian Assange, qui risque d’être condamné à la prison à vie pour la révélation par Wikileaks des crimes de guerre américains.

Dans chaque pays où le WSWS a des lecteurs et des sympathisants, nous avons cherché à défendre et à étendre les luttes des travailleurs, à démontrer leur caractère intrinsèquement international et à développer la conscience politique de la classe ouvrière. Nous avons lutté de manière intransigeante contre les anciennes organisations en faillite qui ont depuis longtemps abandonné toute lutte pour les intérêts des travailleurs et nous avons posé la tâche vitale à laquelle la classe ouvrière est confrontée à cette époque historique: la construction de nouvelles organisations de masse fondées sur la perspective de la révolution socialiste mondiale.

Dix ans après le krach de Wall Street en 2008, la classe ouvrière est réapparue comme une force sociale et politique majeure, initialement observée l'année dernière lors de grèves majeures de professeurs d'écoles publiques américaines, du mouvement des Gilets jaunes en France et d'autres grèves puissantes. Ce mouvement a connu une croissance exponentielle cette année, avec des luttes de masse de Porto Rico à Hong Kong, des bouleversements sociaux secouant les dictatures enracinées en Algérie et au Soudan et une courbe de grève montante dans les pays industrialisés avancés.

L’expression la plus consciente de cette réémergence de la classe ouvrière est l’augmentation du nombre de lecteurs du World Socialist Web Site, qui joue un rôle de plus en plus direct dans l’éducation et l’organisation de la classe ouvrière à l’échelle mondiale.

Malgré les efforts visant à limiter l'accès au WSWS suite aux actions de Google, Facebook et d'autres géants des médias sociaux initiés en 2017, le nombre de lecteurs du WSWS a dépassé le million, et a atteint 1,58 million en août, soit près du triple du niveau atteint en février.

Il convient de noter en particulier la large diffusion sur les réseaux sociaux d'articles sur les conditions de vie et les luttes des travailleurs cols bleus, signe que le bataillon le plus puissant et le plus décisif de la classe ouvrière mondiale recherche une nouvelle direction.

Afin de répondre aux exigences engendrées par le nombre croissant de lecteurs, nous élargissons continuellement les bases techniques du site et utilisons la vidéo, la diffusion en direct et d’autres formes de multimédia.

Nous encourageons vivement tous nos lecteurs à se battre pour le World Socialist Web Site. Aidez-nous à rompre la censure sur Internet en partageant les articles du WSWS, en les imprimant et en les distribuant à vos amis, camarades de classe et collègues. Devenez un correspondant du WSWS en envoyant des reportages sur votre lieu de travail et votre région.

Et en donnant une contribution financière régulière au WSWS, vous rendez possible l’extension de son travail vital de préparation politique et d’organisation des luttes de la classe ouvrière mondiale.

(Article paru en anglais le 3 septembre 2019)