L’AfD d’extrême droite fait des gains dans les élections régionales en Allemagne

Par Ulrich Rippert
4 septembre 2019

Les partis qui forment la grande coalition allemande au pouvoir, vivement détestés pour leurs politiques antisociales de droite, ont subi un revers électoral majeur lors des élections de dimanche en Saxe et dans le Brandebourg. Mais le principal bénéficiaire en a été l'Alternative pour l'Allemagne (AfD) fasciste, qui a fait l'objet d'une couverture médiatique de bout en bout qui a tenté de présenter ce parti comme la voix de l'opposition au gouvernement.

En Saxe, gouvernée par l'Union chrétienne-démocrate (CDU) depuis la chute du mur de Berlin il y a 30 ans, la CDU a perdu 6,6% et a ainsi connu son pire résultat dans ce Land (32,8%), selon des sondages à la sortie des urnes. Ses partenaires de coalition, les sociaux-démocrates (SPD), sont tombés à un plancher historique de 7,6%. Le résultat déjà misérable du SPD il y a cinq ans a encore une fois chuté de 5% et se situe juste au-dessus de la barre des 5% nécessaires pour une représentation parlementaire.

Le Parti de gauche, qui a dirigé l'opposition en Saxe jusqu'à présent, n'a pas pu profiter du déclin des partis au pouvoir, mais a été le principal perdant des élections régionales. Il est passé d'un peu moins de 19% à 10,2%, soit une baisse de 8,7%. Le principal vainqueur en Saxe a été l'AfD, qui a gagné 18 points de pourcentage, avec une part de vote de 27,8%.

Les résultats des élections dans le Brandebourg sont très similaires, où le SPD a occupé le poste de premier ministre du Land depuis la chute du mur de Berlin pendant dix ans dans le cadre d'une alliance avec le Parti de gauche.

Le SPD a perdu 5,9% au Brandebourg et a glissé à 26%. Le Parti de gauche est passé de 18,6 % il y a cinq ans à 10,8%; avec des pertes de 7,8% au Brandebourg, il a été le plus grand perdant. L'opposition CDU a perdu 7,3% et avec 15,7% a obtenu son pire résultat dans ce Land. Le vote de l'AfD a augmenté de 11,3% pour atteindre 23,5%.

Les Verts ont obtenu leur meilleur résultat dans les deux Länder, mais bien en deçà de ce qui avait été prévu. En Saxe, ils ont gagné 8,2% (+2,5) et dans le Brandebourg 10,7% (+4,5).

Dans les deux États, l'AfD est devenue le deuxième parti le plus fort et le parti le plus fort dans certains districts. Surtout, les gains du parti d'extrême droite sont le résultat d'une indignation et d'une colère croissantes contre les gouvernements des États respectifs – qu'ils soient dirigés par des sociaux-démocrates ou par des conservateurs – qui ont adopté les mêmes politiques antisociales et réactionnaires. Les deux gouvernements des États ont approuvé le plafond de la dette au cours de la législature précédente, ce qui a considérablement réduit les emprunts municipaux, et ont convenu de réduire les budgets l'un après l'autre.

Le résultat est toujours le même. Une grande partie de la population vit dans la pauvreté. Les coupures sociales permanentes ont des effets catastrophiques. Les zones rurales sont déjà complètement désertées. Les établissements scolaires, sportifs, de loisirs et culturels sont fermés les uns après les autres.

Comme il n'y avait pas de parti aux élections pour s’opposer à cette dévastation sociale, l'AfD a pu canaliser une partie de l'opposition populaire croissante à son profit. Il est frappant de constater qu'en plus de son agitation raciste, l'AfD a également consacré une partie de sa campagne à certains problèmes sociaux dans les deux États. Elle s'est aussi délibérément présentée comme un parti «de l’Est» et a adopté des slogans qui rappelaient les événements d'il y a 30 ans, tel que «Nous sommes le peuple!

Les premières analyses électorales ont montré qu'une grande partie du vote de l'AfD était une condamnation politique de tous les autres partis.

En outre, l'AfD est systématiquement construite et promue «d'en haut». Ses dirigeants sont issus de la droite des partis démocrates-chrétiens. Nombre de ses membres et de ses fonctionnaires siègent dans l'appareil d'État et exercent des fonctions au sein de l'administration de l'État. Le nombre de membres et de partisans de l'AfD dans l'appareil de sécurité est particulièrement élevé, y compris dans la police, l'armée et, bien sûr, les services secrets.

L'ancien chef des services secrets Hans-Georg Maassen a été très actif dans les deux campagnes électorales. En collaboration avec la CDU conservatrice de droite, il a organisé des réunions électorales au cours desquelles il y avait souvent plus de partisans de l'AfD que d'électeurs de la CDU. Il a donné d'innombrables interviews dans lesquelles il a appelé à un changement conservateur de droite dans la politique allemande. De nombreux médias ont fait l'éloge de l'AfD et se sont félicités de la montée du parti de droite au motif qu'il allait enfin reprendre le débat politique.

Il est à noter que le Parti de gauche a été massivement puni par les électeurs des deux États fédéraux. Son prédécesseur, le Parti du socialisme démocratique (PDS), avait joué un rôle clé dans les années 1990 dans les pays de l'Est pour introduire le capitalisme. Pendant des années, il avait prétendu que le capitalisme pouvait être «socialisé» et «humanisé», mais partout où il avait une influence politique, il soutenait les coupes sociales et les programmes d'austérité. Aujourd'hui, la plupart des électeurs le méprisent et le rejettent, à juste titre.

La prostitution politique et la dégénérescence de ce parti n'ont pas de limites. Lors de la campagne électorale en Saxe, il s'est servi du nombre élevé de voix de l'AfD pour se rapprocher de la CDU et a exigé une «alliance de tous les démocrates». Dans plusieurs interviews dans les journaux, Antje Feiks, chef du Parti de gauche, et Rico Gebhardt, son principal candidat, ont proposé de «tolérer» un gouvernement minoritaire de la CDU. Auparavant, Gebhardt avait accepté le plafond de la dette au parlement saxon, sachant l'impact qu'il aurait.

Dans le Brandebourg, le Parti de gauche a fait partie du gouvernement du Land pendant dix ans. Au fur et à mesure que la résistance à la catastrophe sociale causée par ses politiques s'est accrue, elle a soutenu la loi antidémocratique sur la police qui a jeté les bases d'un État policier.

(Article paru en anglais le 3 septembre 2019)