Les travailleurs de l'automobile déterminés à se battre à l'approche de l'échéance du contrat de l’UAW

Par Tom Hall
22 août 2019

L’échéance du contrat le 14 septembre approche à grands pas pour plus de 150.000 travailleurs dans les usines de Ford, GM et Chrysler aux États-Unis.

Le syndicat United Auto Workers (UAW) est actuellement impliqué dans une enquête pour corruption, qui a débouché la semaine dernière sur une accusation contre Michael Grimes, ancien assistant administratif des vice-présidents du syndicat, Joe Ashton et Cindy Estrada. Grimes est accusé d'avoir extorqué près de 2 millions de dollars de pots-de-vin pour des contrats de vêtements aux couleurs du syndicat achetés par le centre de ressources humaines UAW-GM. Selon des sources internes, Ashtonest le dénommé «responsable syndical 1» de l'acte d'accusation qui a collaboré avec Grimes à plusieurs de ces stratagèmes.

Fiat-Chrysler workers in suburban Detroit

Pour prendre de l’avance sur la colère croissante des travailleurs, l’UAW appelle à des votes d’autorisation de grève dans tout le pays. Les travailleurs de Fiat Chrysler à l’assemblée de Sterling Heights dans les banlieues de Detroit, Belvidere, Illinois et dans d’autres emplacements de Fiat Chrysler Automobiles (FCA) doivent se prononcer jeudi et vendredi, les votes des travailleurs de GM et de Ford étant prévus la semaine prochaine.

Une humeur combative prend rapidement racine parmi les travailleurs de l'automobile. L’UAW, qui a imposé des contrats de concessions successifs pendant trois décennies, s’oppose à la mobilisation des travailleurs dans une véritable lutte contre les concessions. En cas de grève, le syndicat fera tout ce qui est en son pouvoir pour la limiter à des «grèves hollywoodiennes» sans dents qui durent quelques jours, voire quelques heures dans une ou deux usines. Des publications de l'industrie comme Automotive News ont lancé l'idée d'une grève limitée pour permettre aux travailleurs de se défouler avant une autre trahison.

Plusieurs travailleurs ayant écrit au Bulletin d’information des travailleurs de l’automobile du WSWS l’ont fait à propos du scandale de la corruption à l’UAW. «Nous devrions repartir à zéro, car nous avons été totalement vendus», a déclaré un travailleur au bulletin. «S'il reste quelqu'un qui fait confiance à l'UAW, il doit être idiot. Ce qui nous arrive n’est rien d’autre que de l’extorsion légalisée, puisque rien ne nous est redonné. C'est une gifle absolue au visage.»

«J'espère que l’UAW Ford fera l'objet d'une enquête [ensuite]», a ajouté un ancien ouvrier qualifié.

Un travailleur canadien travaillant dans le secteur de l'automobile a écrit: «Dans le secteur automobile, Unifor au Canada a le même type d'accord que les États-Unis. Je me demande si Unifor au Canada connaît le même scandale que celui aux États-Unis.»

Le syndicat, la direction de l'entreprise et les médias ont érigé un mur de silence autour des «négociations» en cours en vue d'une nouvelle convention collective. La raison en est que les paramètres de l'accord ont déjà été atteints et les seuls problèmes qui restent sont de savoir comment faire passer un autre accord pro-entreprise à un effectif rebelle. Les travailleurs sont déterminés à récupérer leurs années de salaire perdues et à renverser le système de rémunération à deux vitesses qui leur est imposé, qui oblige les travailleurs à travailler huit ans avant d’atteindre le salaire le plus élevé.

Depuis la restructuration de GM et Chrysler par le président Obama en 2009, qui comprenait une réduction de moitié des salaires des nouveaux employés et d'autres concessions spectaculaires, les constructeurs automobiles ont réalisé une décennie de bénéfices records. Bien que disposant de vastes sommes d’argent liquide, les entreprises et les investisseurs de Wall Street derrière eux sont déterminés à forcer les travailleurs à payer pour la chute des ventes, la menace d’une nouvelle récession économique mondiale et le coût des nouvelles technologies telles que les véhicules électriques et autonomes. Parmi leurs revendications figurent une nouvelle expansion des travailleurs temporaires et contractuels faiblement rémunérés et la suppression des prestations de soins de santé des travailleurs.

Un ouvrier qualifié de Fiat Chrysler de quatrième génération travaillant à la Warren Truck Assembly Factory a déclaré au WSWS: «Ils font partir toutes les personnes les mieux rémunérées et recrutent des travailleurs temporaires à temps partiel (TTP). La jeune génération ne bénéficiera jamais des mêmes avantages que la génération précédente». Parmi les travailleurs à temps plein, les travailleurs de second rang les moins bien rémunérés sont désormais plus nombreux que les travailleurs de premier niveau de son usine, a-t-il déclaré.

Exprimant son mépris pour les officiels de l'UAW, il a déclaré: «Les élections syndicales sont un concours de popularité, non fondé sur la compétence. Lorsqu'un responsable syndical me demande de voter, j'essaie de lui poser des questions sur son programme. Il s'éloigne alors et serre la main de quelqu'un d'autre. Ils ne travaillent pas et ont les mains dans les poches de chacun. Je n'ai jamais vu un délégué syndical faire son travail dans toute ma carrière».

Il a poursuivi: «La compagnie achète même les délégués et les membres du comité. Ils vendraient leur mère. À [Warren Truck], la ligne avait été ralentie, elle est maintenant accélérée et va trop vite. C'est comme un hachoir à viande… L'équipe d'ergonomie est inexistante et les possibilités de blessures sont nombreuses. La sécurité est dégradée».

Lors de la restructuration de 2009, le président Obama a fait une apparition à l'usine. «C'était une arnaque», a-t-il déclaré. «Les entreprises leur ont donné une liste d'épicerie indiquant ce qu'elles souhaitaient voir devenir plus rentable, et les employés n'ont jamais rien vu revenir quand ils ont retrouvé la rentabilité».

«Mon père et mon grand-père, lorsqu'ils se sont mis en grève, le bien commun l'emportait sur la perte monétaire... J'ai appris à mes enfants que la personne qui change les poubelles est aussi importante qu'un médecin», a conclu le travailleur.

Ed, un ouvrier de Fiat Chrysler qui travaille depuis huit ans à l’usine de Kokomo Transmission, a déclaré au Bulletin: «Nous devons mettre fin aux salaires à deux vitesses et récupérer nos ajustements du coût de la vie. Nous allons devoir paralyser le Big Three pour l'obtenir. Il est ridicule qu'il faille huit ans pour atteindre le salaire le plus élevé lorsque les entreprises réalisent des bénéfices records.»

Évoquant le scandale de la corruption qui a secoué l’UAW, Ed a déclaré: «Ce n’est que la partie visible de l’iceberg. Cela va de l'international au niveau local. À l'heure actuelle, la direction se rend dans toute l'usine et suspend ses employés au moindre prétexte, comme ne pas porter de lunettes de sécurité ou de bouchons d'oreilles. Ils sont suspendus pendant 30 jours. Cela fait vraiment mal, mais l'UAW ne fera rien à ce sujet. Cela se produit avant chaque contrat pour intimider les travailleurs».

S'il doit y avoir une lutte, les employés de la base devront l'initier. La chose la plus dangereuse serait d'avoir une attitude attentiste envers l'UAW. Les travailleurs devraient plutôt mettre en place des comités d'usine de la base pour faire valoir leurs revendications et préparer une grève nationale. Cependant, il n’est pas possible de mener un combat réussi s’il est limité aux trois constructeurs automobiles de Detroit aux États-Unis. Les sociétés transnationales ont pour stratégie globale de dresser les travailleurs les uns contre les autres et de déplacer la production dans les secteurs où les coûts sont les plus bas. C'est pourquoi les travailleurs ont besoin d'une stratégie internationale pour coordonner leurs luttes en Amérique du Nord et du Sud, en Europe, en Asie et en Afrique.

Au cours des 18 derniers mois, il y a eu une vague de grèves de travailleurs de l'automobile et des pièces détachées automobiles, de Roumanie et de République tchèque en Allemagne, en Turquie et au Royaume-Uni, et la révolte des travailleurs de maquiladoras à Matamoros, au Mexique. La lutte pour l'unité de la classe ouvrière exige un rejet conscient du nationalisme économique prôné par l'UAW, l'administration Trump et les démocrates, ainsi que leurs homologues du monde entier, qui cherchent à diviser et à affaiblir la classe ouvrière et à forcer les travailleurs à accepter leur guerre commerciale et leurs politiques militaristes.

Après avoir discuté de la vague croissante de luttes parmi les travailleurs de l'automobile et des pièces détachées, du Mexique à l'Inde et à la Chine, le travailleur de Kokomo en Indiana a déclaré qu'il était d'accord avec l'unification internationale des travailleurs et la coordination des luttes des travailleurs du monde entier contre les sociétés transnationales. «Il faudra traverser toutes les frontières pour fermer ces entreprises et gagner ce dont nous avons besoin», a-t-il conclu.

(Article paru en anglais le 21 août 2019)