Les dirigeants de l'opposition soudanaise capitulent devant la junte militaire

Par Jean Shaoul
17 juin 2019

L'Alliance pour la liberté et le changement (AFC) a annulé sa campagne de protestation et sa grève générale plus tôt cette semaine en échange de quelques vagues promesses de «concessions» de la part de la junte soudanaise.

L'AFC a remis l'initiative au Conseil militaire de transition (TMC), qui a évincé le président dictateur de longue date Omar el-Béchir en avril afin d'empêcher le renversement de l'ensemble du régime.

La grève générale à l'échelle nationale avait pratiquement paralysé les villes de tout le pays pendant trois jours après le week-end, quelques jours seulement après que le TMC eut ordonné le 3 juin un bain de sang pour disperser la manifestation de masse de plusieurs mois devant le siège du ministère de la défense à Khartoum.

Le sit-in a permis d'exprimer l'opposition déterminée des travailleurs et des professionnels à la junte malgré les menaces et les intimidations dont elle fait l'objet. Elle a déclenché les avertissements d'une guerre civile imminente.

Depuis lors, les forces militaires et paramilitaires de soutien rapide (RSF), une ramification des tristement célèbres Janjaouid qui ont réprimé impitoyablement la rébellion au Darfour, ont tué au moins 120 manifestants, y compris 40 dont les cadavres ont été jetés dans le Nil et 19 enfants, et ont blessé près de 1000 personnes et en a arrêté des centaines.

Parmi les dirigeants de l'opposition arrêtés figurait Yassir Arman, qui était retourné au Soudan en mai pour participer aux pourparlers avec la junte alors qu'il risquait la peine de mort. Il avait été arrêté après que les militaires eurent interrompu le sit-in et déporté par hélicoptère - contre son gré - vers le Sud-Soudan, en compagnie de deux autres opposants. Le TMC avait précédemment annoncé que les trois avaient été libérés.

De nombreux viols ont été signalés. Khartoum a été bouclée, l'Université de Khartoum a été saccagée et l'électricité et l'Internet coupés.

Le chef adjoint du TMC et chef des RSF, le lieutenant général Hamdan Dagalo (surnommé «Hemeti»), qui a l'ambition de se mettre à la place d'Al-Bashir, avait justifié cette répression brutale en accusant les manifestants de «causer le chaos».

L'Alliance pour la liberté et le changement se compose de 22 organisations d'opposition, dont l'Association des professionnels du Soudan, des coalitions de partis politiques, Girifna («Nous en avons assez», un mouvement de jeunes), le Forum des tweeters soudanais et les familles des martyrs du Ramadan (28 officiers baasistes qui, après une tentative manquée pour renverser Bachir pendant le Ramadan, ont été sommairement exécutés par les services de sécurité islamiques en 1990).
Elle a demandé le retrait des milices de Khartoum et d'autres villes, une enquête internationale sur le bain de sang, la levée du blocage d'Internet et l'établissement d'un gouvernement civil de transition.

Les couches bourgeoises et petites-bourgeoises représentées par l'AFC, quelles que soient leurs différences avec le TMC, n'offrent aucune voie pour les travailleurs et les pauvres du Soudan. Un gouvernement de transition dirigé par des civils en alliance avec les militaires, tout en leur donnant une plus grande part dans le gâteau national du Soudan, continuerait à représenter les intérêts de l'élite capitaliste du pays et de ses forces de l'ordre dans l'armée.

Cette clique vénale préside un pays où au moins 80 pour cent des 40 millions d'habitants vivent avec moins d'un dollar par jour, où quelque 5,5 millions de personnes avaient besoin d'aide humanitaire en 2018, soit 700.000 de plus qu'en 2017, et environ 2,47 millions d'enfants souffrant de malnutrition aiguë.

Le TMC est déchiré par la dissidence, ayant admis qu'il y a eu au moins deux tentatives de coup d’État depuis l'éviction d'Al-Bashir, avec «deux groupes d'officiers», apparemment des partisans d'Al-Bashir, mis en détention. Cependant, le média public saoudien al-Arabiya l'a nié, affirmant que la plupart d'entre eux avaient refusé les ordres de disperser le sit-in de masse, tandis que al-Hurra, une chaîne arabe basée aux États-Unis, a déclaré que les officiers avaient été arrêtés pour leurs opinions opposées au TMC.

Après la répression militaire dans la capitale, des affrontements ont été signalés dans d'autres parties du pays, en particulier dans les régions déjà fragiles et troublées de l'est du Soudan et du Darfour, où les milices janjaouid ont tiré et tué neuf personnes lundi dans le village d'al-Dalij.

Dans l'est du Soudan, l'escalade des affrontements tribaux et des pillages par des bandes criminelles à Port-Soudan s'est étendue aux villes de Khashm el-Girba et Kassala et a fait plus de 30 morts.

Selon le Middle East Eye, il est largement admis que le TMC, les RSF et les agents de l'«État profond» qui leur sont alliés sont responsables des affrontements tribaux et que les autorités ont libéré les bandes criminelles des prisons et leur ont permis de se déchaîner.

L'offre de concessions du TMC fait suite à plusieurs événements internationaux: la suspension du Soudan par l'Union africaine, la condamnation par le Conseil de sécurité de l'ONU de la répression du TMC contre les manifestants pacifiques et les efforts de médiation de l’Éthiopie. Selon Mahmoud Dirir, envoyé spécial de l’Éthiopie au Soudan, le TMC et l'AFC ont «accepté de reprendre bientôt les pourparlers.»

L'AFC et le général Abdel Fattah al-Burhan, chef du TMC, ont rencontré séparément le nouvel envoyé spécial de Washington au Soudan, Donald Booth, et le secrétaire d'État adjoint américain pour l'Afrique, Tibor Nagy, envoyés au Soudan pour aider à trouver une «solution pacifique» à cette crise. M. Booth a été envoyé des États-Unis au Soudan et au Sud-Soudan de 2013 à 2017.

Les États-Unis sont déterminés à faire pression sur le TMC pour qu'il fasse des concessions à leurs propres intérêts impérialistes. La principale préoccupation de Washington est de veiller à ce que le soulèvement ne s'étende pas à ses alliés régionaux: l'Arabie saoudite, les Émirats arabes unis et l'Égypte. Ces régimes dictatoriaux et vénaux, craignant leurs propre classe ouvrière et paysans pauvres, ont soutenu la junte et ordonné le bain de sang.

La dernière chose que les États-Unis et l'Europe veulent, c'est l'instabilité au Soudan, stratégiquement situé dans la Corne de l'Afrique, le long de la mer Rouge et à l'entrée du canal de Suez par lequel passe une grande partie du pétrole de la région, et une nouvelle vague de réfugiés se dirigeant vers l'Europe.

Dans une tentative d'amadouer les manifestants, les procureurs soudanais ont accusé l'ancien dictateur Al-Bashir de corruption et d'abuser des ordonnances d'urgence et ont annoncé des enquêtes sur les transactions financières des «hauts responsables de l'ancien régime». Le TMC a également «mis à la retraite» 98 officiers du Service national du renseignement et de la sécurité (NISS) accusés d'avoir réprimé les manifestants alors qu'Al-Bashir était au pouvoir.

La junte a également avoué que ses forces de sécurité avaient commis des abus lorsqu'elles ont attaqué le sit-in de masse à Khartoum, son porte-parole annonçant une enquête sur les violences et l'arrestation de plusieurs officiers militaires pour les «violations».

Ces concessions demandées au TMC par les «médiateurs» internationaux peuvent et seront révoquées en un clin d'œil. C'est un piège pour la classe ouvrière soudanaise. Sont complices de cette trahison les fausses gauches britanniques - le Socialist Workers Party (Parti ouvrier socialiste) et le Socialist Party et leurs affiliés internationaux - qui ont appelé les révolutionnaires du Soudan à négocier et à s'allier avec les échelons inférieurs des officiers et des soldats.

Ils ont également soutenu les Socialistes révolutionnaires égyptiens, qui ont soutenu la destitution par l'armée égyptienne du président élu Mohamed Mursi, ouvrant la voie au bain de sang et à la répression du général Abdel Fattah al-Sissi encore plus féroce que celle de son prédécesseur, Hosni Moubarak.

La lutte du Soudan se déroule au milieu d'une vague croissante de combativité ouvrière au Moyen-Orient et en Afrique du Nord, comme en témoignent les grèves et les manifestations en Algérie, en Tunisie et au Maroc.
La seule façon d'établir un régime démocratique au Soudan passe par une lutte menée par la classe ouvrière, indépendamment et en opposition aux forces libérales et de pseudo-gauche de la classe moyenne, pour prendre le pouvoir, expropriant la richesse mal acquise du régime dans le contexte d'une vaste lutte internationale de la classe ouvrière contre le capitalisme et pour la construction du socialisme. Cela nécessite la création d'une section du Comité international de la Quatrième Internationale, le Parti mondial de la Révolution socialiste, au Soudan.

(Article paru en anglais le 15 juin 2019)