La Grande-Bretagne et l'Australie rejettent le rapport de l'ONU selon lequel Assange a été torturé

Par Oscar Grenfell
4 juin 2019

Les gouvernements britannique et australien ont rejeté avec indifférence sans sérieux un rapport du 31 mai du Nils Melzer, le Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture. Le rapport de Melzer a établi que Julian Assange, fondateur et éditeur de WikiLeaks, a été victime d’une longue campagne de «torture psychologique».

Les réponses effrontées démontrent la criminalité de la vendetta menée par les États-Unis contre Assange, qui se déroule en violation des garanties d’une procédure régulière et des principes fondamentaux du droit international.

Julian Assange

Melzer a écrit: «En 20 ans de travail avec les victimes de la guerre, de la violence et de la persécution politique, je n’ai jamais vu un groupe d’États démocratiques s’unir pour isoler, diaboliser et maltraiter délibérément un seul individu depuis si longtemps et avec si peu de respect pour la dignité humaine et l’État de droit.»

Le fonctionnaire de l’ONU a condamné comme responsables les gouvernements des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la Suède et de l’Équateur. Ils avaient persécuté Assange pour son rôle dans l’exposition des crimes de guerre et des complots diplomatiques mondiaux. Melzer a dit aux médias que le gouvernement australien était complice d’avoir abandonné le citoyen et journaliste australien.

Quelques heures après la publication du rapport, le ministre britannique des affaires étrangères Jeremy Hunt s’est rendu sur Twitter pour dénoncer le rapport comme «erroné». Il a déclaré que «Assange a choisi de se cacher à l’ambassade et était toujours libre de partir et d’affronter la justice». Hunt a exigé que le Rapporteur spécial de l’ONU de «permettre aux tribunaux britanniques de rendre leurs jugements sans son ingérence ou ses accusations incendiaires».

Melzer répondit directement à Hunt, notant à juste titre que «M. Assange était à peu près aussi "libre de partir"» l’ambassade de l’Équateur à Londres «comme quelqu’un d’assis sur un bateau en caoutchouc dans un bassin à requins».

La décision d’Assange de demander l’asile politique à l’ambassade en 2012, afin d’échapper à la persécution américaine pour les activités légales de publication de WikiLeaks, s’est avérée totalement justifiée. Le mois dernier, l’Administration Trump, a dévoilé 17 accusations portées contre lui en vertu de la loi sur l’espionnage, passibles de 170 ans d’emprisonnement.

Le fonctionnaire de l’ONU a poursuivi: «Comme je vous l’ai expliqué dans ma lettre officielle, les tribunaux britanniques n’ont pas encore fait preuve de l’impartialité et de l’objectivité requises par l’État de droit».

Melzer a déclaré au Guardian qu’Assange avait été condamné sur la base d’une violation de liberté sous caution britannique quelques heures seulement après avoir été expulsé de l’ambassade de l’Équateur à Londres et arrêté par la police britannique le 11 avril. «En vertu de l’état de droit normal, on s’attendrait à ce qu’une personne soit arrêtée et qu’on lui accorde au moins deux semaines pour préparer sa défense», a-t-il dit.

Malgré le caractère mineur des accusations de mise en liberté sous caution, on a envoyé Assange à la prison de Belmarsh, un établissement à sécurité maximale. C’est habituellement, où on envoie des personnes reconnues coupables de meurtre et d’infractions terroristes. Jeudi dernier, WikiLeaks a publié une déclaration qui confirme qu’Assange s’est fait transférer au service médical de la prison. La déclaration explique que sa santé s’était gravement détériorée au cours des sept semaines de son incarcération, notamment en raison de la perte rapide de poids.

Melzer, qui a visité Assange le mois dernier, a déclaré qu’Assange présentait «tous les symptômes typiques d’une exposition prolongée à la torture psychologique, y compris le stress extrême, l’anxiété chronique et le traumatisme psychologique intense». Il était perceptible qu’il avait le sentiment d’être menacé par tout le monde.

L’objectif politique du rejet par Hunt des conclusions de l’ONU — faciliter l’envoi d’Assange dans une prison américaine — a été clairement énoncé dans les commentaires qu’il a faits à l’émission «Face à la nation» de CBS dimanche dernier. Hunt a déclaré que s’il était choisi pour remplacer le Premier ministre conservateur sortant Theresa May, il ne bloquerait pas l’extradition de Julian Assange vers les États-Unis.

Exprimant l’hostilité intense de l’élite dirigeante britannique envers Assange, Hunt a déclaré: «Mais voudrais-je empêcher Julian Assange d’affronter la justice? Non, je ne le ferais pas». Ce que le ministre des affaires étrangères qualifie de «justice», c’est d’enfermer à vie un journaliste. Comme Melzer l’a prévenu, c’est le soumettre à la perspective d’autres tortures américaines. Pourquoi? C’est en représailles à la publication de la vérité.

La déclaration de l’ONU impliquait également la presse de l’establishment dans la campagne de torture contre Assange, commentant qu’il avait fait l’objet d’une campagne sans précédent de «harcèlement public».

Les médias qui ont joué un rôle central dans cette campagne de diffamation, comme le Guardian britannique et le New York Times aux États-Unis, n’ont pas réagi en retirant leurs attaques personnelles obscènes contre Assange. Ils n’ont pas non plus condamné le rejet par Hunt du rapport de Melzer.

Au lieu de cela, les dirigeants des principaux médias bourgeois britanniques se sont réunis à Glasgow samedi pour entendre Hunt pontifier sur l’importance de la liberté de la presse lors du Congrès mondial des médias d’information.

Hunt a fait preuve d’une hypocrisie stupéfiante. La veille, on avait condamné le ministre des affaires étrangères et son gouvernement pour leur rôle dans la torture d’un journaliste. Le lendemain, dans son discours à Glasgow, Hunt a déclaré: «La démocratie et la liberté d’expression ne signifient rien si les journalistes indépendants ne sont pas capables d’examiner les puissants. De découvrir les faits avec ténacité. Même si cela peut parfois être gênant pour les politiciens qui en sont victimes.»

Hunt n’a pas ajouté qu’un tel «examen» et la découverte de «faits obstinés» étaient inadmissibles s’ils avaient un impact sur les opérations impérialistes des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de ses alliés. Il n’y a pas non plus de traces des représentants des médias présents qui se sont prononcés en faveur d’Assange, ni même qui ont mentionné son nom.

Leur lâcheté démontre qu’ils sont les représentants de ce que le journaliste d’investigation et cinéaste australien John Pilger a qualifié de «journalisme de Vichy», en référence au régime fasciste qui a collaboré à l’occupation nazie de la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Si les abus contre Assange avaient été commis par la Russie, la Chine ou un autre pays dans la ligne de mire de l’impérialisme américain et britannique, il ne fait aucun doute que ces journalistes seraient en branle-bas de combat.

La déclaration de Melzer était également une condamnation accablante du gouvernement australien. Il a déclaré aux médias que l’Australie avait été une «absence flagrante» dans la défense des droits fondamentaux d’Assange.

Le ministère australien des affaires étrangères et du commerce, qui a gardé un long silence sur le sort du fondateur de WikiLeaks, a immédiatement riposté par une déclaration niant que l'Australie était complice de torture et affirmant qu'elle fournissait à Assange «une assistance consulaire active et de haut niveau».

Cette aide non spécifiée n’a cependant rien fait pour empêcher la détérioration de l’état de santé d’Assange ou pour mettre un terme aux attaques menées par les États-Unis contre lui. En réalité, le gouvernement libéral-national, l’opposition travailliste et tout l’establishment politique australien ont collaboré à la vendetta menée par les États-Unis contre Assange en refusant de le défendre.

Pas un seul représentant du gouvernement, des travaillistes, des Verts ou des médias australiens officiels n’a condamné les accusations portées contre Assange en vertu de la loi américaine sur l’espionnage.

Le rejet du rapport de l’ONU par les gouvernements qui persécutent Assange démontre qu’il n’y a aucune garantie de sa liberté dans des appels plaintifs aux pouvoirs en place. De plus, l’aggravation de sa crise médicale montre clairement que: non seulement sa liberté est en jeu, mais même sa vie.

Le fondateur de WikiLeaks bénéficie d’un soutien de masse croissant parmi les travailleurs, les étudiants et les jeunes, qui le considèrent à juste titre comme un héros attaqué pour avoir dénoncé les guerres criminelles et l’oppression. Ces personnes doivent être mobilisées.

Les WSWS et les Partis de l’égalité socialiste à travers le monde se battent pour construire un mouvement politique de la classe ouvrière pour défendre Assange, et tous les droits démocratiques. Cela ne peut se faire que dans le cadre de la lutte contre le militarisme, la guerre et l’autoritarisme, et leur source, le système capitaliste du profit. Contactez-nous pour vous impliquer.

(Article paru d’abord en anglais le 3 juin 2019)