Taïwan : appel à la libération de Julian Assange soulevé lors de la Fête du travail

Par Notre correspondant
4 mai 2019

Le World Socialist Web Site a reçu le rapport suivant d'un correspondant à Taïwan:

Taipei, 1er mai 2019: «Julian Assange a gagné de nombreux partisans à Taïwan», a déclaré Linda Arrigo, une militante clé des droits de l'homme qui œuvre pour soutenir la cause de la libération de Julian lors de la marche de la Fête du travail qui a lieu aujourd'hui à Taïwan.

Malgré la pluie incessante, plus de 5000 travailleurs ont rempli les rues de Taipei lors de la manifestation annuelle de la Fête du Travail. Les marcheurs ont commencé sur le boulevard Ketagalan devant le Bureau du président et ont défilé devant le ministère du Travail, le Contrôleur Yuan et le Yuan législatif.

«Beaucoup de travailleurs, qui n'avaient jamais entendu parler d'Assange, étaient très curieux au sujet de notre délégation,» a déclaré Arrigo. «On nous interrogeait constamment sur Assange et sur ce qui lui arrivait. Et nous avons passé des tas de contrats avec des travailleurs.»

Plus de 100 syndicats, grands et petits, sont venus de toutes les parties de Taïwan, y compris Kaohsiung, Tainan, Yilan, Taoyuan et Maoli, a ajouté Hwang Jian-tai, secrétaire général de la Confédération des syndicats de Taïwan. Leurs principales revendications étaient davantage de jours fériés, des congés de maternité de 60 à 90 jours et une législation qui donnerait aux travailleurs le droit de prendre un congé sans solde de longue durée pour s'occuper de parents malades.

La politique taïwanaise et une grande partie de la pensée syndicale est encore enfermée dans le passé après avoir été façonnée par des décennies de régime autoritaire du parti unique KMT[Kuomintang] qui a utilisé les syndicats d'entreprise comme un moyen de manipuler les travailleurs. En 2017, le travailleur moyen y a travaillé en moyenne 2035 heures, contre 1744 heures pour ceux de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE). Malgré cela, leurs salaires sont beaucoup plus bas.

Au cours de la journée, on a souligné comment WikiLeaks sert de dissuasion à la guerre et est un outil pour la paix. Si WikiLeaks avait existé au moment de la guerre en Irak, cela n'aurait pas pu se produire puisqu'il aurait pu démentir le mensonge des «armes de destruction massive». Et, s'il avait fonctionné en 1964, il n'y aurait pas eu de guerre du Vietnam, car il aurait pu démentir les affirmations frauduleuses au sujet de l'incident du Golfe du Tonkin, l'excuse de l'invasion américaine du Vietnam.

La participation du Groupe pour la libération d'Assange a été l'un des nombreux événements qui ont contribué à faire connaître cette question à Taïwan et au monde sinophone. Les organisations de soutien comprennent L'Association taïwanaise des droits de l'homme, Taiwan Amnesty International, Taiwan Environmental Protection Union (TEPU – L'Union de protection environnementale de Taiwan), le Parti Vert de Taiwan,le Parti pour les arbres de Taïwan et un législateur qui s'exprime vigoureusement. Le groupe tiendra une conférence de presse aujourd'hui à l'Assemblée législative de Taïwan pour exposer le sort d'Assange.