Les leçons politiques du rassemblement du 3 mars pour la libération d' Assange

Par Le Comité politique du Parti de l’égalité socialiste (Australie)
6 mars 2019

Le rassemblement du 3 mars à Sydney organisé par le Parti de l’égalité socialiste (Australie) représente une étape importante dans la lutte pour la liberté de Julian Assange, éditeur de WikiLeaks persécuté.

Des centaines de personnes se sont rassemblées à l’amphithéâtre de Martin Place et des représentants du PES et des principaux défenseurs d’Assange, de WikiLeaks et de la liberté d’expression ont pris la parole : le journaliste et cinéaste John Pilger, le professeur Stuart Rees, défenseur des droits civils et Joe Lauria, rédacteur en chef de Consortium News.

La campagne pour le rassemblement a obtenu le soutien actif d’autres journalistes indépendants importants, d’artistes éminents tels que Roger Waters, cofondateur de Pink Floyd, et des défenseurs inébranlables d’Assange et de WikiLeaks en Australie et dans le monde, dont Christine Assange, la mère de Julian. Défiant la censure généralisée de l’establishment politique et médiatique australien, le rassemblement a été promu par le biais des médias sociaux et des sites Web d’information indépendants.

Le 3 mars même, des milliers de personnes ont suivi, via Facebook, Twitter et Instagram, le rassemblement dans différentes parties du monde. Au cours des 48 dernières heures, des dizaines de milliers de personnes ont vu des reportages et des commentaires sur l’événement. Les discours, ou des extraits de ceux-ci, ont été publiés par diverses sources et sont largement diffusés.

Les prochains rassemblements du 10 mars à la Bibliothèque publique de Melbourne et devant l’ambassade de l’Équateur à Londres, où Assange est détenu arbitrairement, sont maintenant promus avec le même enthousiasme et la même détermination.

Comme l’a conclu le secrétaire national du SEP, James Cogan, le 3 mars dernier: «Ceux d’entre nous qui sommes ici aujourd’hui et en ligne représentent le début d’une campagne de masse. Nous envoyons un message clair à Julian Assange aujourd’hui et il l’entendra – tu n’es pas seul, tu n’as pas été abandonné, tu n’as pas été oublié. Tu seras libéré.»

La manifestation a obtenu une réponse puissante sur la base de la perspective politique sans ambiguïté et fondée sur des principes sur laquelle elle a été appelée. Le rassemblement n’était pas fondé sur des appels à l’establishment politique, mais sur une action indépendante de la classe ouvrière, pour exiger que le gouvernement australien utilise ses capacités diplomatiques et juridiques pour assurer le retour immédiat d’Assange en Australie, avec une protection garantie contre son extradition vers les États-Unis.

Le PES, la section australienne du Comité international de la Quatrième Internationale (CIQI), a insisté sur le fait que la lutte pour la liberté de Julian Assange est inséparable de la lutte plus large de la classe ouvrière au niveau international contre le système capitaliste – source des attaques contre les droits démocratiques, des niveaux stupéfiants d’inégalités sociales, le néocolonialisme et le danger croissant de guerre mondiale.

Les droits démocratiques – y compris les droits des éditeurs comme Assange et la liberté d’expression – ne peuvent être défendus que par la mobilisation politique indépendante de la classe ouvrière contre les partis politiques pro-capitalistes et l’État capitaliste.

La classe ouvrière a un intérêt direct à l’existence d’un véritable «quatrième pouvoir», qui fournisse des analyses véridiques, des informations et des révélations sur la désinformation de la propagande, la corruption et les abus de l’État. Mais comme il ne peut y avoir de socialisme sans démocratie, il ne peut y avoir de démocratie sans socialisme.

L’appareil d’État américain et ses agences ont lancé une vendetta en 2010 de fausses accusations criminelles contre Assange, précisément parce que les États-Unis et d’autres gouvernements craignaient que la publication par WikiLeaks de fuites de lanceurs d’alerte ne contribue à une éruption de mécontentement massif d’en bas. Ces craintes ont été confirmées lorsque des communications diplomatiques publiées par WikiLeaks ont déclenché un soulèvement des masses ouvrières tunisiennes, qui ont à leur tour joué un rôle dans les bouleversements révolutionnaires en Égypte en février 2011 qui ont fait tomber le régime de Hosni Moubarak, client du pouvoir américain.

La défense de WikiLeaks par les WSWS et le CIQI depuis 2010 est basée sur la compréhension claire que la tentative de faire taire Assange et de le faire passer dans une cellule de prison, ou pire, a été surtout motivée par la détermination de l’élite dirigeante à essayer de maintenir la classe ouvrière ignorante, désorientée, divisée et refoulée.

Le discours de Cogan a attiré l’attention sur les deux processus interdépendants qui sont en train de transformer la situation et qui sont cruciaux pour gagner la liberté d’Assange.

Tout d’abord, la classe ouvrière s’avance dans une puissante résurgence de la lutte de classe internationale après des décennies au cours desquelles elle a été réprimée. Après les événements majeurs de 2018, les premiers mois de 2019 ont été marqués par la poursuite du mouvement de

Gilets jaunes qui a ébranlé le gouvernement français, l’éruption de grèves des enseignants aux États-Unis, la rébellion des ouvriers des pièces automobiles au Mexique et l’effervescence des ouvriers en Chine, en Inde et au Brésil, pour ne citer que quelques exemples.

Sur un front international en pleine expansion, les travailleurs signalent qu’ils ne sont plus prêts à accepter les conditions auxquelles ils sont confrontés et que l’avenir qui leur est offert, à eux et à leurs enfants sous le capitalisme. La classe ouvrière va se battre pour un niveau de vie décent, pour les droits démocratiques et pour la fin de la menace du changement climatique et de la guerre mondiale.

Deuxièmement, la résurgence de la classe ouvrière et les premières manifestations de sa puissance ont renforcé cette section de l’intelligentsia et de la classe moyenne professionnelle qui a tenu bon dans leur adhésion aux principes démocratiques et qui se préoccupe réellement du sort de l’humanité. Cette couche a été représentée dans la campagne internationale pour le rassemblement du 3 mars par un éventail de personnes – journalistes, artistes, avocats, universitaires et enseignants, médecins, scientifiques et professionnels de la TI – qui ont participé de diverses façons.

La lutte des classes n’est pas une abstraction. C’est le moteur objectif du changement social. Un large mouvement politique et de grèves international de travailleurs, guidé par une perspective socialiste, en opposition au militarisme et aux inégalités sociales, défendant les droits démocratiques et exigeant la liberté pour tous les prisonniers de guerre de classe, est à la fois possible et nécessaire. L’impact qu’elle aurait sur la demande que les gouvernements américain, britannique et australien cessent de persécuter Assange est palpable.

L’attrait des couches progressistes de la classe moyenne pour la classe ouvrière contraste fortement avec les organisations qui nient la lutte de classe et qui, au contraire, encouragent les prises de position réactionnaires de la politique identitaire, qui cherchent à diviser les travailleurs selon le sexe, la race, la préférence sexuelle, la nationalité et les origines ethniques.

En Australie et au niveau international, les organisations de pseudo-gauche ont refusé de lever le petit doigt pour défendre Assange. Ils représentent une tendance réactionnaire, fondée sur les échelons supérieurs de la classe moyenne, hostile à toute remise en cause de l’ordre capitaliste existant, dont ils tirent leurs privilèges, positions et richesses.

Ces manifestations sont les premières étapes d’une nouvelle lutte pour la libération de Julian Assange, lutte qui sera très probablement longue et difficile. Plus le soutien exprimé pour Assange sera grand, plus la calomnie et la diffamation seront dirigées contre lui et ses défenseurs par l’appareil d’Etat et les médias de l’élite.

Pour avancer, il faut élargir la lutte pour élever la conscience politique des travailleurs et des jeunes. La classe ouvrière doit être sensibilisée, par une explication patiente des enjeux, que la défense d’Assange et de tous les médias indépendants, est essentielle à ses intérêts et à leurs luttes, surtout pour éviter la catastrophe de la guerre.

Si WikiLeaks n’avait pas publié les journaux de guerre de l’Irak et de l’Afghanistan ayant fait l’objet de fuites et la masse des câbles diplomatiques américains en 2010, ou les fuites de Vault 7 révélant le piratage et l’espionnage de la CIA en 2017, ils n’auraient peut-être jamais vu le jour. Si des organes d’information anti-impérialistes comme les WSWS ne mettaient pas continuellement en garde contre les risques de guerre, les médias de l’establishment auraient carte blanche pour maintenir la population dans l’ignorance.

La leçon critique à tirer de la lutte menée jusqu’à présent pour libérer Assange et contrer la censure et la répression de l’État est celle du rôle indispensable d’une direction marxiste et révolutionnaire politiquement instruite et organisée, ce que représente le CIQI.

Nous incitons tous ceux qui tirent des conclusions d’une grande portée sur le capitalisme et la nécessité du socialisme à contacter le SEP et le CIQI.

Le Comité politique du Parti de l’égalité socialiste (Australie)

(Article paru en anglais le 5 mars 2019)

Lire aussi : Participez au rassemblement pour Julian Assange le 10 mars à Londres